Navigation – Plan du site
La Bolivie contemporaine et ses représentations

Un « monument de papier » pour célébrer et réinventer la Bolivie du Premier Centenaire de l’Indépendance

Françoise Martinez
p. 85-106

Résumés

Le phénomène commémoratif, clé de voûte de la construction des imaginaires nationaux, a été utilisé, souvent, au service d’une histoire officielle devant être intégrée à la mémoire collective. Ce travail étudie l’image officielle de la nation bolivienne proposée en 1925, lors des célébrations du « premier centenaire de l’Indépendance », à travers l’élaboration d’un véritable « monument de papier » commandité par le gouvernement de Bautista Saavedra : Bolivia en el primer centenario de su Independencia. Suivant un triple objectif didactique (pour les étrangers, pour les nationaux et pour la postérité) nous montrerons qu’il fonctionna comme un récit-portrait performatif du modèle de nation rêvée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail, autour de la construction d’un imaginaire national lié aux commémorations du Centenaire de l’Indépendance à travers l’ouvrage Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia, reprend un aspect d’une recherche comparative plus ample sur l’histoire des politiques symboliques menées en Bolivie et au Mexique pendant leur premier siècle de vie indépendante. La thématique des ouvrages commémoratifs a déjà fait l’objet d’une première publication comparative intitulée : « Monumentos de papel. Las obras conmemorativas publicadas en México y Bolivia en el primer centenario de su independencia », Revista Boliviana de Investigación-Bolivian research review, vol. 10, ag. 2013, pp. 47-90.

Texte intégral

  • 2 Tomás Pérez Vejo, « Presentación. Los centenarios en Hispanoamérica : la historia como representaci (...)
  • 3 Les différentes célébrations desdits « bicentenaires » en Amérique latine ont favorisé une actualis (...)
  • 4 L’ouvrage, publié sous la direction de J. R. Alarcón est conservé sur place, dans plusieurs bibliot (...)

1La première et la deuxième décennie du XXe siècle virent un ensemble de nations latino-américaines célébrer le centenaire de leur accès à l’indépendance. De fait, elles n’avaient pas toujours proclamé leur indépendance, au sens strict du terme, cent ans auparavant2, mais l’objet des commémorations historiques n’est jamais tant de célébrer l’histoire des événements passés que de négocier leur « représentation » et donc la reconstruction d’une histoire partagée. Elles impliquent un acte politique volontaire, celui du souvenir choisi. Elles renvoient à un certain passé, celui qui semble digne d’être transmis à la postérité, quitte à le réécrire à cette fin, au service d’une vérité officielle que les groupes dirigeants ou « vainqueurs de l’histoire » cherchent à intégrer à la mémoire collective. Il a pu servir ainsi, aux côtés des symboles patriotiques, à asseoir ou à légitimer la fondation des États et de leurs institutions, ne donnant rien ou peu de choses à apprendre sur l’histoire des événements commémorés, mais beaucoup sur les intentions des organisateurs de la commémoration. Ce sont ces stratégies politiques de construction d’une mémoire patriotique commune que nous souhaitons analyser ici, à l’heure où les élites politiques boliviennes ont mis en scène, en mots et en images, un « état des lieux » de la nation, lors du premier Centenaire de sa vie indépendante3, à travers la publication d’une œuvre-monument : Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia4.

  • 5 Nous empruntons le terme à Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello qui, dans leur introduction à Faço (...)
  • 6 Citons ainsi pour l’Argentine, D. Blasco Ibáñez, Argentina y sus grandezas ; pour le Chili, Eduardo (...)
  • 7 Pour une réflexion plus générale sur le rôle que peut jouer la fiction dans la formation d’identité (...)

2En effet, l’impératif de « monstration »5 qui caractérisa l’organisation de nombreux Centenaires latino-américains se marqua notamment par la publication d’ouvrages imposants et luxueux qui exaltaient, plus que l’événement commémoré, la nation elle-même, à la date choisie pour ces commémorations6. Ces ouvrages furent, chacun à leur façon, des récits-portraits de la nation présentée, visant à constituer du patrimoine autant qu’à créer du national7, tout à la fois trace des idéologies dominantes du moment et objets faiseurs de sens et d’identité.

3Il s’agira donc d’analyser ici, et à travers cet ouvrage, l’effort mené en Bolivie pour laisser une certaine image de ce qu’était devenue la nation après cent ans de vie indépendante, à une date clé – ou construite comme telle – de l’histoire nationale.

Photo 1 : Couverture en cuir aux motifs tiahuanacotas de Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia

Photo 1 : Couverture en cuir aux motifs tiahuanacotas de Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia

Dire, montrer et célébrer la modernité

  • 8 Cf. Françoise Martinez « Régénérer la race ». Politique éducative en Bolivie (1898-1920), Paris : I (...)
  • 9 Nouveau président bolivien à partir de 1925, il avait été un homme politique déjà clé sous les libé (...)

4Quand approche en Bolivie « le temps des commémorations », le pays vient de connaître la plus longue phase de stabilité politique de son histoire, avec un pouvoir libéral qui a gouverné entre 1898 et 1920, imprégné des courants positivistes et évolutionnistes-darwinistes en vogue. Dans la lutte pour la vie qui opposait les sociétés, il fallait survivre comme nation, et pour ce faire, se moderniser à tout prix et « régénérer la race »8. Un coup d’État mit fin, en 1920, à l’ère libérale et porta les Républicains au pouvoir en la personne de Bautista Saavedra, de 1921 à 1925. C’est lui qui présida les célébrations de 1925. Quoique sur le point de passer le pouvoir à Felipe Segundo Guzmán9, c’est donc lui qui est à l’honneur au début de l’ouvrage du centenaire, rédigé avec son approbation. L’impératif d’une nation moderne s’acheminant vers le progrès économique et social demeura. Mais il importait désormais que cette « autre image » du pays puisse se montrer et se dire. Or cet ouvrage, jusqu’alors inédit, était propre à remplir cette double fonction.

Photo 2 : Portrait de Bautista Saavedra

Photo 2 : Portrait de Bautista Saavedra

Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia

  • 10 Titre du célèbre essai d’Alcides Arguedas, Pueblo enfermo, publié en 1909, dans lequel il dépeint l (...)
  • 11 Cf. discours hégémonique des années 1900-1920 que nous avons analysé dans « Régénérer la race ». Po (...)
  • 12 Nous renvoyons ici aux travaux d’Anne-Marie Thiesse montrant comment, sous la IIIe République, l’ex (...)

5Le premier Centenaire se présente ainsi comme étape clé de la construction des imaginaires nationaux. Or, dans cet ouvrage censé présenter un état des lieux du pays, furent effacés, sans difficulté, tous les éléments du discours libéral des années 1910 relatifs au « peuple malade »10 ou aux « vices de la race »11, qui pouvaient obscurcir l’image lumineuse de la Bolivie et de ses « petites patries »12 qu’il s’agissait de mettre en scène.

6L’ouvrage Bolivia en el primer Centenario de su Independencia eut ainsi pour fonction d’offrir aux habitants et au reste du monde une vitrine de la nation au moment de la célébration de son premier siècle de vie indépendante. Tout à la fois récit de son histoire et portrait présumé de sa diversité, préparé pour la postérité, il poursuivit, du même coup, une visée performative, en cherchant à convertir en réalité la nation rêvée. Notons que sur ce point, le volume, communément désigné comme l’« Album du Centenaire » par les historiens, journalistes et littéraires qui, sur place, y puisent jusqu’à aujourd’hui nombre de photos ou de citations pour « montrer » la Bolivie des années 1920, semble avoir pleinement satisfait l’objectif de ses concepteurs.

  • 13 Citons par exemple Justo Germán Varela et son Homenaje a la patria en su primer centenario. La Bibl (...)
  • 14 Michael Walzer, « On the role of Symbolism in Political Thought », Political Science Quartely, vol. (...)

7L’introduction le présente comme un « hommage » offert à la nation bolivienne à l’occasion des célébrations du Centenaire de son Indépendance. La patrie est personnalisée et il semble naturel qu’elle reçoive présents et honneurs. Le processus n’est pas nouveau et reprend une stratégie discursive également observable dans les hymnes et odes à la patrie. Ces déclarations exaltées sont récurrentes dans des célébrations qui sont avant tout l’occasion de mettre en avant des motifs d’orgueil national13. Semble s’appliquer alors aux nations ce que Michael Walzer disait des États : « L’État est invisible ; il faut le personnifier pour le distinguer, le symboliser pour l’aimer, l’imaginer pour le créer. »14

8L’ouvrage bolivien présente ainsi une compilation d’images et de textes dont l’objectif principal affiché par ses auteurs consistait à laisser au plus large public possible une trace visible de la situation du pays en 1925,

Se ha tratado de reunir en un solo volumen la información más completa acerca de todas las actividades bolivianas, de sus riquezas y progresos, de su cultura y valores de todo género, con el objetivo de hacer de ella una fuente de consulta fidedigna y autorizada para el extranjero que la necesite, a la vez que sirva de faro al peregrino que busque la tierra de promisión...

  • 15 Bolivia en el Primer Centenario..., op. cit., préface de J.R Alarcón A., p. vii.

cet objectif étant mû par le souci de montrer « cómo es en realidad Bolivia y cuáles son sus verdaderas condiciones y aspectos »15. A ce souci de « vérité » proclamé s’ajoutait l’ambition de publier le plus bel ouvrage jamais conçu dans le pays. La tâche fut confiée à une maison d’édition étrangère ayant son siège à La Paz, The University Society Inc., et fit intervenir de très nombreux rédacteurs et collaborateurs boliviens, placés sous la responsabilité du directeur de la publication, J. Ricardo Alarcón A.,

quien, sin ser hijo de Bolivia, trata sus cosas con el mismo afecto, interés, respeto y patriotismo q las de su propia tierra, porque es hijo de la América Latina y ésta, a pesar de sus divisiones y fronteras, es una sola, con un origen común, aspiraciones idénticas, triunfos iguales y pesares semejantes.

  • 16 J. Ricardo Alarcón A. est un aristocrate espagnol qui entretient des liens étroits avec les États-U (...)

9Intervient donc ici un mécène, non bolivien16, même si, ensuite, auteurs et photographes le sont. N’y voyons nul paradoxe pour cette œuvre « nationale par excellence » : outre le haut patronage du président de la République, la prise en charge de la publication par une maison d’édition nord-américaine donnait sans doute alors plus de crédit à l’entreprise et allait dans le sens d’une reconnaissance recherchée à l’extérieur des frontières nationales. Le directeur de publication insistait dès le début de l’ouvrage sur le fait que l’œuvre n’avait pas qu’un « objectif informatif », qu’elle n’était pas seulement destinée à un public étranger, mais qu’elle était également soucieuse d’encourager un sentiment patriotique national. Elle s’attribuait en ce sens

  • 17 Introduction de JF Alarcón, in Crónica…, op. cit. p. vii.

 la misión de estimular en los nacionales el amor y el conocimiento de su patria, perpetuar la memoria de aquellos que la han servido como buenos hijos que deben ser un ejemplo para las generaciones jóvenes17.

C’est son objectif didactique qui fut ainsi mis en avant.

10L’autre souhait proclamé, non sans une certaine naïveté ou cynisme, était que l’ouvrage servît de manuel scolaire au sein de chaque foyer :

  • 18 Ibid., p. vii.

Finalmente Bolivia en el primer centenario de su independencia está destinada a ser en cada hogar el maestro que instruya a los pequeños acerca de las cuestiones de su patria, haciéndosela conocer sin esfuerzo y con deleite18.

Mais pouvait-on réellement imaginer qu’un ouvrage de la sorte et comptant 1400 pages pourrait entrer dans les foyers pour y mener son œuvre de maître à penser ludique ? Ou alors de quels foyers parlait-on ?

  • 19 Selon les termes du président de la chambre de Députés : « el mejor homenaje que se ha hecho a la p (...)

11L’ouvrage, organisé d’abord selon une progression chronologique (préhistoire-histoire-présent) décrivait ensuite, dans une seconde partie plus longue encore que la première, chaque département du pays de façon détaillée, et avec nombre de photos de personnes, paysages, bâtiments, trains et autres signes de modernité. En vente pour les célébrations, dès le 5 août 1925, après avoir circulé comme cadeau entre personnel des ambassades etc., l’ouvrage fut distribué, à partir du 20 septembre, par d’autres lieux de vente que la maison d’édition impliquée, bénéficiant d’une forte publicité dans les journaux nationaux tout au long de 1925. Il est difficile de savoir combien d’exemplaires furent vendus exactement mais les journaux de l’époque évoquent le succès de la distribution d’un ouvrage, jugé « la plus précieuse contribution aux célébrations du Centenaire »19. Le pays comptait un monument de plus d’un genre particulier.

  • 20 « Monumentos de papel. Las obras conmemorativas publicadas en México y Bolivia en el primer centena (...)

12Comme d’autres ouvrages que nous avons pris le soin d’étudier20, il fut une boîte de Pandore, décrivant, racontant, montrant et recréant au besoin, à chaque chapitre, le passé et le présent de nations dignes d’entrer, après cent ans de vie indépendante, dans le concert des nations modernes et civilisées, assumant, pour ce faire un triple objectif didactique.

Un triple objectif didactique et l’exaltation des « petites patries »

13L’ouvrage fonctionna en effet comme une sorte de complément aux manuels de « historia patria » destinés aux scolaires, mais en s’adressant à la mémoire collective nationale. Il assuma ainsi trois objectifs didactiques :

  • la volonté de diffuser une image positive à l’extérieur

  • la recherche du développement d’un sentiment patriotique à l’intérieur

  • et, dans une perspective diachronique de plus long terme, le souci pédagogique de transmission aux futures générations des efforts menés par leurs dirigeants politiques pour que le pays « en soit là » en 1925.

  • 21 L’intérêt stratégique de l’espace mexicain, en particulier, n’était plus à démontrer. Mais précisém (...)
  • 22 « Por circunstancias que no es del caso mencionar, a Bolivia se la conoce mal en el extranjero cuan (...)
  • 23 « Como libro de consulta, divulgación y propaganda, será en adelante absolutamente necesario, en es (...)

14Avant tout, il s’agissait donc de mettre le pays en scène pour l’étranger. Tandis que d’autres nations qui estimaient n’avoir plus à convaincre de leur intérêt géopolitique faisaient état des nombreux partenariats conquis21, la Bolivie chercha à se montrer séduisante pour attirer les investisseurs étrangers car tout semblait à faire, encore, en ce domaine. Les élites boliviennes considéraient, à juste titre, que leur nation souffrait d’un manque de connaissance et de reconnaissance à l’étranger. L’ouvrage Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia déplorait qu’elle ne fût connue que « pour ses caractéristiques les plus rudimentaires et autochtones, au point que beaucoup croient que la Bolivie n’a de typique que ses lamas et ses Indiens »22. L’absence historique d’immigration et l’isolement géographique imposé par la perte récente du littoral (traité de 1904) ne semblaient pas permettre de changer cette situation, et plongeait la nation dans le cercle vicieux de la méconnaissance et de l’oubli. L’objectif prioritaire de la publication était donc d’attirer l’étranger vers ces terres en redorant l’image nationale, d’où l’idée de faire de l’ouvrage un outil indispensable des consulats et des délégations boliviennes à l’étranger23. Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia devait donc mettre en scène un pays attractif, touristique, exotique, sûr, intéressant et plein d’avenir.

15Ainsi le titre de son premier chapitre, « Bolivia pintoresca », impliquait le destinataire privilégié de l’ouvrage. Les images y manifestèrent le souci constant de montrer à l’étranger que le pays offrait une alliance parfaite du pittoresque et de la modernité.

Photo 3 : Lac Titicaca, avec ses totoras et ses grues

Photo 3 : Lac Titicaca, avec ses totoras et ses grues
  • 24 Ibid., p. 9.

16Cette photo du Lac Tititicaca24, mêlant les totoras traditionnelles des ethnies aymaras avec les grues de la modernité et le bateau à vapeur « El Inca » en est sans doute la plus emblématique.

17Mais de la même façon, les villes minières et particulièrement Oruro, troisième ville minière après Potosí et La Paz, mais n’ayant ni les splendeurs passées de la première, ni le statut de siège de gouvernement de la deuxième, mit au placard son image de ville minière pauvre et froide pour exhiber ses maisons, ses avenues, ses collèges, sa culture...

Photo 4 : Image d’Oruro - Ses collèges et beaux bâtiments

Photo 4 : Image d’Oruro - Ses collèges et beaux bâtiments
  • 25 Ibid., p. 95.

18Nous pourrions mentionner également Cochabamba, connue pour ses collines et paysages bucoliques, mais évoquée par son train25, ou Tarija et ses prouesses architecturales dans un environnement évoquant la douceur de vivre…

Photo 5 : Image d’Oruro - Ville et milieu rural alentour

Photo 5 : Image d’Oruro - Ville et milieu rural alentour

19Quant à l’est du pays, considéré comme le plus inhospitalier, tout semble sous contrôle puisqu’il est précisé que la mission belge s’y trouve depuis 1922, et elle est mentionnée dans les légendes de trois photos sur six.

Photo 6 : Les missions de l’oriente

Photo 6 : Les missions de l’oriente

20L’album passait ensuite aux données de présentation générale : géographie, géologie, minéralogie, animaux et plantes, calendrier historique, arts et littérature, dictionnaire biographique, administration publique (pp. 187-631).

21Enfin, une monographie des différents départements de Sucre, La Paz, Oruro, Cochabamba, Potosí, Uyuni, Sud Chicas, Tarija, Santa Cruz et Beni, permettait de faire ressortir l’originalité et la spécificité des « petites patries » mentionnées plus haut, dans un esprit « folkloriste » qui tendait à valoriser paysages typiques et traditions locales, avec, toujours, une mise en scène de la tradition et de la modernité, heureusement conjuguées.

22Outre les lieux, de nombreuses pages furent consacrées aux habitants, à travers des Galerías sociales des différents départements, qui alignaient de façon soignée des séries de portraits. Dans celle de Sucre notamment, tous, absolument tous, renvoyaient de façon très nette à des jeunes femmes de la bonne société, vêtues à la mode européenne et richement parées, gommant ainsi dans les esprits l’image d’un pays d’Indiens pauvres et prêts à se soulever.

Photo 7 : Galerie de portraits de Sucre

Photo 7 : Galerie de portraits de Sucre

23L’évocation de la situation du pays en 1925 refléta ainsi la volonté de donner au lecteur étranger la vision que l’on pensait la plus positive pour lui, en rassurant ses possibles appréhensions, en anticipant toutes ses attentes, et en montrant que la Bolivie y répondait parfaitement.

24Concernant Antofagasta, le port bolivien perdu mais dont la récupération prochaine ne semblait pas faire de doute, l’ouvrage notait que ses rues richement pavées et parcourues sans cesse par des véhicules modernes, son commerce, ses beaux magasins et son animation donnaient à cette ville un charme spécial et tous les aspects d’une ville moderne y progressiste, avec des « agencias de los principales bancos americanos y europeos, hoteles, quintas de recreo, teatros y diversiones y cuanto alegra y facilita la vida » (p. 35). Autant de précisions destinées à l’investisseur étranger potentiel, et significatives des représentations du bien-être et de la modernité qui prévalaient au début du XXe siècle.

25Les premiers chapitres de Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia semblaient ainsi s’adresser très directement au lecteur étranger, afin de lui présenter la bien nommée « Bolivia pintoresca ». Mais l’inventaire effectué des curiosités naturelles remarquables, dans ce chapitre et dans les suivants, poussait également le lecteur national à l’émerveillement devant des paysages familiers, émerveillement qui devait être à son tour transmis aux nouvelles générations.

  • 26 Ces deux ports furent perdus respectivement par le Pérou et la Bolivie lors de la guerre du Pacifiq (...)

26Les pages consacrées aux deux ports principaux du cher littoral perdu, Arica et Antofagasta26 sont d’ailleurs très intéressantes de ce point de vue car le premier y fut présenté comme un port péruvien sans équivoque, et le deuxième fut décrit comme un port bolivien occupé. Mais tous deux restaient des sorties possibles de la Bolivie sur le Pacifique :

La otra salida, o más propiamente, entrada por el Pacífico, es la de Antofagasta, puerto boliviano ocupado por Chile después de la guerra del 79 y cuyos progresos portuarios y urbanos la colocan como a una de las mejores poblaciones de la costa (p. 35).

27Complétant des photos qui devaient asseoir les représentations des « membres » de la nation dans l’imaginaire collectif, la présence bolivienne dans ces contrées était toujours rappelée dans le texte, dans un effort continu de reconstruire l’histoire nationale, ou du moins de ne pas accepter celle des traités. Il ne devait faire aucun doute que les prétentions boliviennes pour récupérer l’accès maritime étaient légitimes.

  • 27 Par ce traité, le département du Littoral (120 000 km2) était cédé par la Bolivie au Chili en échan (...)

28Difficile alors de dire si l’ouvrage s’adressait plutôt à l’étranger ou au national. Il fallait dire aux nations étrangères que le pays comptait sur la SDN et sur les nations étrangères pour lui rendre justice. Il fallait dire aussi aux nationaux que cette demande était légitime et leur rappeler ce que devait être l’intégrité territoriale, au cas où l’occasion se présenterait de reprendre les armes, ou au moins pour continuer à exercer une pression sur les instances internationales. Le récit de l’issue de la guerre, de la défaite et du Traité de paix signé par Ismael Montes en 190427 fut gommé du récit… utile amnésie républicaine, pour réclamer la restitution du littoral tout en niant le traité de paix signé avant eux par les libéraux.

  • 28 Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotiqu (...)

29De façon générale, tandis que dans d’autres pays – en particulier ceux publiés au Mexique ou en Amérique Centrale – l’accent fut mis plutôt sur l’histoire nationale comme accomplissement progressif de l’harmonie présente, en Bolivie, c’est le paysage national qui fut exalté comme parfait agencement de sous-parties complémentaires. Les éléments culturels et les traditions rappelées visaient à une meilleure connaissance de la diversité existant au sein de l’unité nationale. Il fallait se réapproprier cette diversité et s’en enorgueillir, pour ainsi développer un sentiment d’appartenance patriotique ou, du moins, une reconnaissance de l’idée de nation. Notons que tel avait été le but des Sociétés savantes et des guides de voyage qui se mirent à répertorier, en France, au XIXe siècle, la beauté des sites des « petites patries ». Anne-Marie Thiesse, que nous avons déjà mentionnée, souligne ainsi la place éminente qui leur fut donnée dans un souci de construction nationale28. La IIIe République contribua ainsi à un développement du sentiment régionaliste qui semblait être une condition préalable au nationalisme le plus authentique. De même, dans la Bolivie des années 1920, la modernisation des villes des hauts-plateaux, l’exotisme des paysages, la luxuriance des vallées, les opportunités des terres basses, et surtout la diversité des différents départements exposés devaient pouvoir générer un sentiment de fierté et d’amour de cette diversité ainsi que l’orgueil d’appartenir à l’entité qui les englobait tous. Finalement, là aussi, la célébration des différents départements ou « petites patries » devait permettre un apprentissage du sentiment patriotique, capable, après ces premières amours, de s’élever dans un second temps vers l’amour d’une entité plus vaste et plus abstraite : la « grande patrie » ou la nation.

30A l’admiration des touristes et à celle des nationaux furent alors donnés les mêmes éléments, et selon les mêmes perspectives. Monuments historiques en contre-plongée, donnant la sensation au lecteur que des siècles l’observaient ; cascades, cours d’eau et rochers qui s’enchaînaient, selon l’esthétique picturale des années 1850 largement vulgarisée au XXe siècle. Et une place éminente fut accordée au folklore, qui pouvait servir autant pour la mise en valeur touristique de la région que comme ciment national.

  • 29 Ibid., p. 103.

31Anne-Marie Thiesse, intéressée par les manifestations françaises de folklore local au XIXe siècle, note que L’Histoire de Bretagne de Langlois, publiée en 1891, présente un dernier chapitre illustré par des Bretons et Bretonnes en costumes. Pour elle, il s’agit de conserver avec quelque nostalgie des usages tenus pour dépassés et défunts29. Car la modernité signifie la disparition des spécificités locales, notamment en matière de vêtements. Or, une particularité de Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia est que les costumes censés faire l’originalité des communautés y sont portés comme des déguisements par des jeunes femmes de la bonne société. Ce faisant ils semblaient bel et bien renvoyer à un passé révolu.

Photo 8 : Jeune femme potosina portant l’« habit inca classique »

Photo 8 : Jeune femme potosina portant l’« habit inca classique »
  • 30 Ibid., p. 106.

32De sorte que ces éléments folkloriques, quand ils n’étaient pas méprisés et oubliés, apparurent comme des vestiges, des pièces de musée. Autrement dit, ils n’étaient assez respectables pour être montrés que lorsqu’ils étaient en passe d’être patrimonialisés, muséographiés. En France, l’attitude face au folklore sembla changer justement dans les années 1920, quand la collecte frénétique des vieilles coutumes en vue de leur « revitalisation » fut imposée aux écoliers, étudiants et futurs enseignants30. La collecte ethnographique et la mise en valeur des vieux usages devinrent un devoir patriotique. Dans l’ouvrage bolivien du premier Centenaire, cette tendance à valoriser le folklore comme patrimoine vivant n’est pas encore de mise. Il s’agit de mettre en scène la Bolivie moderne qui peut et qui doit plaire.

33Mais cela se fit au prix d’un autre impératif dont l’usage des costumes nous donne le ton : celui d’une invisibilisation programmée des secteurs pourtant majoritaires de la population.

Ce qu’il fallait retenir… et ce qu’il fallait oublier

  • 31 Silvia Cristelli, « Bolivia en el primer centenario de su ceguera: la centralidad de la cultura vis (...)

34S’il y eut un clair impératif de « monstration » qui passa par l’exaltation des « petites patries », c’est également à un clair processus d’invisibilisation de la présence indigène du pays, déjà dénoncée par Silvia Cristelli31, que nous avons également affaire dans cette œuvre-monument. Pourtant, quand les groupes indigènes du pays sont évoqués par Daniel Sánchez Bustamante, dans le chapitre qu’il rédigea, l’ancien ministre libéral de l’instruction ne nie pas leur présence majoritaire sur le territoire :

Puede calcularse que más de la mitad de la población de Bolivia pertenece a razas indígenas, prehistóricas, cuyo origen cierto no está fijado. Entre ellas, destácanse dos que han marcado y seguirán marcando por mucho tiempo gran influencia en la evolución nacional: los quechuas y los aymaras que tienen su habitat bastante diversificado, pero con profundos contactos dentro de aquello que hemos llamado la Montaña (p. x).

  • 32 Pour plus de précisions sur la pensée éducative de Daniel Sánchez Bustamante, sur son rôle et son a (...)

35Lui, qui avait fait de l’Indien le problème éducatif numéro un à l’époque libérale contribuant au projet éducatif homogénéisateur de la première décennie du XXe siècle32, insiste désormais sur le fait que l’Indien ne pourra évidemment jamais remplir certains rôles sociaux mais dispose toutefois de qualités qui peuvent être mises à profit :

No es posible sostener que el indio boliviano será de golpe excelente filósofo, fecundo descubridor, jurisconsulto o político. Las altas cualidades morales e intelectuales no son el fruto improvisado de la escuela, sino de una larga elaboración ancestral, y los tres siglos que llevan de tinieblas y de tristeza sobre su frente no dan margen a ilusiones en ese concepto. Empero sus aptitudes manuales, su inteligencia práctica, sus virtudes de hogar y su adaptabilidad social, le enseñan como a uno de los tipos étnicos mejor aprovechables en la América. Mil veces preferible al roto chileno o al negro peruano. Excepcionales ejemplares de buenos pensadores, hombres de Estado o empresarios, de pura cepa indígena, tampoco han faltado ni faltarán... malos sobran !

36L’effort de décrédibilisation des Péruviens et des Chiliens, présent au sein du paragraphe consacré à l’Indien bolivien est à relever. Certes, la Bolivie a du mal à se remettre de la guerre perdue contre le Chili, mais le Pérou était son allié. Ici, cette façon de se différencier de ses voisins les plus proches en arguant d’une population indigène bolivienne « préférable » aux populations pauvres et/ou noires de ces deux pays limitrophes, est aussi une façon de donner des arguments en sa faveur à toute personne qui penserait à s’installer ou à investir dans cette partie du continent, la dissuadant de privilégier ses rivaux les plus immédiats. L’Indien, il en est sûr, pourrait continuer à servir le pays comme nul autre en tant qu’agriculteur, surtout si on en fait un agriculteur moderne !

Donde el indígena es irremplazable y maestro es en la agricultura. Esa que se forma con la experiencia de los siglos y la observación aguda, tenaz, transmitida de generación en generación […] Lo que le falta en este orden es conocer y aplicar la máquina, el moderno arado, el fecundo abono y el amor al árbol (p. xi)

37Bien sûr, Daniel Sánchez Bustamante cantonne encore et toujours l’Indien bolivien – considéré ici comme un groupe homogène dont on met surtout en avant l’altérité par rapport aux groupes dominants – dans un rôle dont il ne semble pas pouvoir ni devoir sortir. Mais le seul fait qu’il soit mentionné fait déjà figure d’exception, car il reste, par ailleurs, le grand absent visuel de l’ouvrage.

  • 33 Silvia Cristelli parle ainsi d’une « stratégie visuelle de censure et d’exclusion de l’indigène », (...)
  • 34 Cf. l’ouvrage de Salvador Romero Pittari, Las Claudinas, La Paz : Caraspas, 1997.

38Ainsi, alors que d’autres ouvrages de ce type comme la Crónica Oficial de las Fiestas del Primer Centenario de la Independencia de México eurent l’occasion de mettre avant les indigènes du pays, même s’ils jouaient alors à Moctezuma et aux Aztèques, même s’ils se prêtaient à une mise en scène costumée, même si c’était pour un défilé, dans Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia, quelque 500 photos sont présentées au public en évitant soigneusement d’y faire apparaître des indigènes ou des métis33. Pourtant, les missions anthropologiques et anthropométriques avaient diffusé de très nombreuses photos des différents groupes ethniques du territoire, de leurs rituels, habits typiques, instruments de musique… Celles de femmes métisses posant avec leur chapeau borsalino et leurs polleras superposées existaient également, nombreuses, dans les années 192034. Mais toutes ces photos et les représentations qu’elles offraient de la diversité culturelle bolivienne ne furent pas retenues dans ce monument ambulant à la patrie du premier Centenaire. Elles n’étaient visiblement pas en adéquation avec l’image du pays à transmettre.

39Exceptions qui confirment la règle : quelques très rares photographies présentèrent des habitants identifiables comme indigènes, mais mêlés au paysage, jamais protagonistes, fusionnant avec l’altiplano ou avec les ruines de civilisations précolombiennes, tels les vestiges d’un passé révolu.

Photo 9 : Vues de Tiahuanacu

Photo 9 : Vues de Tiahuanacu

40Dans ces prises de vue, des Indiens apparaissent bien, mais figés dans un décor d’un autre âge, au milieu des ruines de Tiahuanacu. Ils semblent des éléments quasi minéraux, posés dans un passé dont ne subsistent que des ruines, vestiges emblématiques, pour reprendre les termes de Daniel Sánchez Bustamante de ces « derivaciones empobrecidas de un tronco análogo » qu’étaient, à ses yeux, les Indiens actuels (p. xi).

  • 35 Les travaux d’Arthur Posnansky, en montrant que les Aymaras de l’altiplano portaient en eux l’hérit (...)

41Certes, les motifs tiahuanacotas pouvaient être source d’orgueil, ils signalaient une identité, renvoyaient à un passé glorieux35 et ils illustrèrent, à ce titre, la superbe couverture en cuir de l’ouvrage, puis ils furent repris dans la première page intérieure du volume.

Photo 10 : Motifs tiahuanacotas repris dans la page intérieure

Photo 10 : Motifs tiahuanacotas repris dans la page intérieure
  • 36 Cf. en particulier les tableaux de Claude Gelée dit « Le Lorrain », de Salvator Rosa, ou les grands (...)

42Mais la splendeur de Tiahuanacu n’était plus. Il s’agissait d’un passé dont on pouvait s’enorgueillir, mais dont ne subsistaient que des ruines, semblables à celles de l’empire romain en Europe. Elles pouvaient conserver aussi à ce titre un rôle « décoratif » qui ne manque pas de rappeler le goût italianisant pour les paysages avec ruines et les méditations des peintres du XVIIe autour du désordre des pierres accumulées36. Ces ruines rendaient, à leur tour, la Bolivie semblable à une nation comme l’Italie. Elles avaient, en outre, la vertu de donner à penser, aussi, au chemin parcouru depuis.

43Mis à part ces quelques éléments saupoudrés dans l’album et dont on voit la possible lecture « européanisante », tout ce qui pouvait renvoyer à des particularités culturelles et ethniques ou à une hétérogénéité d’us et coutumes spécifiques, fut banni au profit de la mise en scène d’une Bolivie « occidentalisée ». Ainsi, alors que les années libérales souhaitaient, dans les années 1910, mettre en avant leurs réalisations éducatives notamment en milieu rural, l’ouvrage du Centenaire, pour rendre compte de l’éducation sur l’ensemble du territoire, proposa une séries de photos qui semblaient tout droit venues d’Europe ou des États-Unis (p. 577).

44

Photo 11 : Groupes scolaires et corps enseignant

Photo 11 : Groupes scolaires et corps enseignant

45Cet état de fait a-t-il heurté ou interrogé ? L’a-t-on seulement remarqué ? Pas à notre connaissance. La presse réserva à l’ouvrage un accueil unanimement enthousiaste, valorisant justement la diversité qui y était à ses yeux représentée. Ainsi El Diario de La Paz, du 11 août 1925 insistait sur cette prétendue diversité :

La belleza femenina tiene su lugar, así como los retratos de nuestros hombres públicos e intelectuales […] Se ve también allí los retratos de nuestros grandes y pequeños héroes, de los veteranos, militares, obispos, industriales, banqueros, etc. […],

une diversité qui excluait indéniablement indigènes et métis, pour mettre en scène « la nation blanche ».

  • 37 Cf. « La peur blanche : un moteur de la politique éducative libérale (1899-1920) », Bulletin de l’I (...)
  • 38 « Régénérer la race ». Politique éducative libérale en Bolivie (1898-1920), op. cit., p. 113.

46Plusieurs lectures de ce qui devait être retenu et/ou oublié peuvent être proposées. Tout d’abord, si l’on pense au lecteur étranger, premier destinataire, ce choix put répondre à une stratégie commerciale : il montrait à tout investisseur potentiel un territoire sans masses indigènes et donc sans risque de conflits ou de perturbations. En second lieu, il y eut sans doute aussi la volonté des élites de s’auto-convaincre que les masses indigènes ne représentaient plus la menace qu’elles avaient été à la fin du XIXe siècle, qu’ils avaient « réglé le problème », que la « peur blanche » n’avait plus de raison d’être37 et que le pronostic du recensement de 1900 qui en faisait une race vouée à disparaître comme conséquence logique des lois de l’évolution38, était bel et bien confirmé. Le monument de papier pouvait fonctionner comme une sorte de prophétie auto-réalisatrice. Enfin, en exaltant de la sorte les « petites patries » modernes et leurs galeries sociales raffinées, les élites boliviennes se plaçaient également sur un pied d’égalité avec les gouvernements des autres nations du monde en montrant qu’elles dirigeaient des sociétés « aussi blanches » et donc « aussi civilisées et développées » qu’elles.

Conclusion

47A l’approche du premier Centenaire de l’Indépendance bolivienne en 1925, les élites cherchèrent tout à la fois à réviser les clichés dont elles se pensaient victimes et à avancer l’image positive et occidentalisée qu’elles souhaitaient donner de la Bolivie et d’elles-mêmes. Véritable monument de papier, Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia constitue ainsi un matériau idéal pour réfléchir non plus seulement à l’utilisation politique des commémorations des premiers Centenaires mais aussi au processus de construction nationale que les Centenaires prétendirent souvent conclure en beauté en fixant une mémoire et une conscience patriotiques communes. Dans ce contexte, la stratégie des élites boliviennes répondit autant à un impératif de monstration d’une certaine modernité et d’un orgueil de sa diversité territoriale qu’à un impératif d’invisibilisation de la majeure partie de ses habitants, qui leur faisaient honte. Elles cherchèrent à produire une histoire nationale plus qu’à rendre compte de l’histoire nationale.

  • 39 Ainsi peut-on lire dès sa publication: « el libro es la demostración cultural y material de que nue (...)

48Avec cet ouvrage, les élites boliviennes dessinèrent la « nation for export », moderne, unifiée et désindianisée, qu’elle pensaient devoir mettre en scène. L’Album, comme il est souvent désigné, fut un motif d’orgueil unanime dès sa publication. Considéré comme la « preuve » que le pays était en plein développement et qu’il s’acheminait vers la « perfection »39 il continue encore aujourd’hui à servir de référence pour des représentations élitistes de la Bolivie de 1925. C’est cette « construction discursive et visuelle » qui constitue ainsi, depuis bientôt un siècle, le récit-portrait inlassablement répété de ce que pouvait être la Bolivie de 1925. L’Album semble bien, de ce point de vue, avoir réussi son pari de « construire » le souvenir d’une nation moderne, exaltant ses « petites patries » et blanchie… juste à temps pour les fêtes commémoratives…

Haut de page

Notes

2 Tomás Pérez Vejo, « Presentación. Los centenarios en Hispanoamérica : la historia como representación », Historia Mexicana, vol. LX, n° 1, julio-sept 2010, t.237, p. 7 et sq.

3 Les différentes célébrations desdits « bicentenaires » en Amérique latine ont favorisé une actualisation historiographique des travaux consacrés aux célébrations. Concernant le Mexique, Annick Lempérière avait déjà montré de façon pionnière comment deux projets alternatifs de construction nationale s’opposèrent et resurgirent à l’approche des célébrations des « deux centenaires » de l’indépendance mexicaine (« Los dos centenarios de la independencia mexicana (1910-1921) : de la historia patria a la antropología cultural », Historia Mexicana, Vol. 45, n° 2, Oct-Dic. 1995). De la même façon, si évoquer les célébrations du premier Centenaire de l’Indépendance en Bolivie revient à évoquer 1925, il n’en reste pas moins que 1909, centenaire du « grito de Chuquisaca » constitua, à sa façon, « l’autre centenaire » bolivien, dont on retient en particulier la fondation de la première École Normale de Précepteurs du territoire, inaugurée à Sucre le 6 juin 1909 afin de s’intégrer, notamment, à la semaine du centenaire du grito de Chuquisaca (Françoise Martinez, « La constitución de un cuerpo docente boliviano o los avatares del proyecto educativo liberal », in Aillón Esther et al. (comp.), Miradas retrospectivas a la educación pública en Bolivia, La Paz : UMSA, 2009, pp. 33-55). La volonté politique d’en finir avec les régionalismes exacerbés limita toutefois l’ampleur de ces célébrations et les efforts visant à exalter la patrie centenaire ne furent véritablement mis en œuvre que quatorze ans plus tard, en 1925.

4 L’ouvrage, publié sous la direction de J. R. Alarcón est conservé sur place, dans plusieurs bibliothèques, centres d’archives et collections privées. En France, un exemplaire est consultable à la Bibliothèque du Musée du Quai Branly (qui possède aussi l’ouvrage chilien). La Bibliothèque Nationale de France possède quelques autres ouvrages latino-américains du même type. L’Espagne possède, quant à elle, l’ouvrage mexicain (un exemplaire au CSIC, et la version facsimilaire à l’AECI).

5 Nous empruntons le terme à Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello qui, dans leur introduction à Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire XVI-XXIe siècle, notaient le fréquent recours aux arts de l’imagination pour faire revivre le passé par la « monstration », « soit en accompagnement d’un objet patrimonial qu’il s’agit de “faire parler”, soit en se substituant à l’absence de traces par la fabrication, si possible historiquement informée, de ce qui a été » (Univ. De Provence, 2004, p. 11).

6 Citons ainsi pour l’Argentine, D. Blasco Ibáñez, Argentina y sus grandezas ; pour le Chili, Eduardo Poirier, Chile en 1910 : edición del centenario de la independencia..., obra precedida de un estudio del señor don Marcial Martínez, acerca de la guerra de la independencia de Chile y de 20 monografías de las republicas americanas (1810-1910) ; pour l’Amérique centrale, el Álbum del Centenario 1811-1911. Primer Grito de Independencia Centroamericana ; pour le Pérou, El Perú en el primer centenario de su independencia (1922)

7 Pour une réflexion plus générale sur le rôle que peut jouer la fiction dans la formation d’identités, cf. Serge Gruzinski, La guerre des images. De Christophe Colomb à Blade Runner : 1492-2019, Paris : Fayard, 1990.

8 Cf. Françoise Martinez « Régénérer la race ». Politique éducative en Bolivie (1898-1920), Paris : IHEAL-La Documentation Française, 2010.

9 Nouveau président bolivien à partir de 1925, il avait été un homme politique déjà clé sous les libéraux, fortement impliqué dans la politique éducative menée, cf. « Régénérer la race ». Politique éducative en Bolivie (1898-1910), op. cit. Puis il rejoignit la bannière des Républicains. Sur la « circulation des élites » conservatrices et libérales, cf. Marta Irurozqui, La armonía de las desigualdades : elites y conflictos de poder en Bolivia, 1880-1920, Cusco : CBC-CSIC, 1994.

10 Titre du célèbre essai d’Alcides Arguedas, Pueblo enfermo, publié en 1909, dans lequel il dépeint les difficultés économiques et sociales de la Bolivie, le problème étant l’Indien misérable et avili.

11 Cf. discours hégémonique des années 1900-1920 que nous avons analysé dans « Régénérer la race ». Politique éducative en Bolivie (1898-1920), op. cit.

12 Nous renvoyons ici aux travaux d’Anne-Marie Thiesse montrant comment, sous la IIIe République, l’exaltation des régions dans le discours patriotique fut destinée à servir l’amour de la nation dans son ensemble. (Ils apprenaient la France, Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1997.)

13 Citons par exemple Justo Germán Varela et son Homenaje a la patria en su primer centenario. La Biblioteca Pública de la Ciudad de La Paz de Ayacucho en ochenta y siete años de existencia, La Paz : imp. Eléctrica, 1925. Le Centenaire est l’occasion de mettre en avant différents motifs d’orgueil national, ici par une monographie de la Bibliothèque Publique publiée pour l’occasion.

14 Michael Walzer, « On the role of Symbolism in Political Thought », Political Science Quartely, vol.82, n°2, 1967, pp. 191-204.

15 Bolivia en el Primer Centenario..., op. cit., préface de J.R Alarcón A., p. vii.

16 J. Ricardo Alarcón A. est un aristocrate espagnol qui entretient des liens étroits avec les États-Unis et la maison d’édition « The University Society Inc. » qui avait alors son siège bolivien à La Paz.

17 Introduction de JF Alarcón, in Crónica…, op. cit. p. vii.

18 Ibid., p. vii.

19 Selon les termes du président de la chambre de Députés : « el mejor homenaje que se ha hecho a la patria boliviana en el primer Centenario de su Indpcia ». Cf. « La más valiosa contribución al Centenario », La República, La Paz, 03/10/1925.

20 « Monumentos de papel. Las obras conmemorativas publicadas en México y Bolivia en el primer centenario de su independencia », Revista Boliviana de Investigación-Bolivian research review, vol. 10, ag. 2013, pp. 47-90.

21 L’intérêt stratégique de l’espace mexicain, en particulier, n’était plus à démontrer. Mais précisément, il avait fait l’objet de convoitises qui laissaient des blessures et les commémorations du Centenaire mexicain, dont rend compte également un ouvrage-monument leur servit plutôt, comme l’a étudié Michel Bertrand, à « solder les comptes » d’une histoire douloureuse. Cf. Michel Bertrand, « Commémoration et histoire à Mexico », Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, n° 94, 2010.

22 « Por circunstancias que no es del caso mencionar, a Bolivia se la conoce mal en el extranjero cuando no se la ignora por completo. […] Esta ignorancia geográfica de nuestro territorio sería lo menos si no fuese que en el extranjero se conoce a Bolivia tan sólo por su aspecto más rudimentario y autóctono a punto que muchas gentes creen que Bolivia no tiene más rasgos típicos que sus llamas y los indios », Bolivia en el centenario de su independencia, op. cit.

23 « Como libro de consulta, divulgación y propaganda, será en adelante absolutamente necesario, en especial en nuestras Legaciones y Consulados. »

24 Ibid., p. 9.

25 Ibid., p. 95.

26 Ces deux ports furent perdus respectivement par le Pérou et la Bolivie lors de la guerre du Pacifique (1879-1883) gagnée par le Chili.

27 Par ce traité, le département du Littoral (120 000 km2) était cédé par la Bolivie au Chili en échange de 3.000.000 de livres sterling et d’un engagement du Chili à construire la ligne de chemin de fer Arica-La Paz, en permettant le libre transit commercial des Boliviens sur cette zone.

28 Anne-Marie Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme, 1997.

29 Ibid., p. 103.

30 Ibid., p. 106.

31 Silvia Cristelli, « Bolivia en el primer centenario de su ceguera: la centralidad de la cultura visual en el proceso de construcción de la identidad nacional », Anuario de Estudios Bolivianos, Archivísticos y bibliográficos, n° 10, Sucre, 2004, pp. 251-270. L’auteure montre que, si l’on s’en tient aux images présentes dans l’Album, les Indiens n’existaient pas et cessaient, du coup, d’être « un problème réel ».

32 Pour plus de précisions sur la pensée éducative de Daniel Sánchez Bustamante, sur son rôle et son action politique comme ministre de l’éducation libéral, cf. « Régénérer la race ». Politique éducative en Bolivie (1898-1920), op. cit.

33 Silvia Cristelli parle ainsi d’une « stratégie visuelle de censure et d’exclusion de l’indigène », in « Bolivia en el primer centenario de su ceguera: la centralidad de la cultura visual en el proceso de construcción de la identidad nacional », op cit.

34 Cf. l’ouvrage de Salvador Romero Pittari, Las Claudinas, La Paz : Caraspas, 1997.

35 Les travaux d’Arthur Posnansky, en montrant que les Aymaras de l’altiplano portaient en eux l’héritage de la culture « supérieure » tiahuanacota, purent avoir leur influence ici, dans le choix de mettre en avant cette identité culturelle. Pour plus de précisions sur les travaux menés sur Tiahuanacu au début du XXe siècle, cf. Pablo Quisbert, « La gloria de la raza : Arturo Posnansky y Tiwanaku », in J. Farré, F. Martinez, I. Itamares (ed.), Hommes de science et intellectuels européens en Amérique latine, Paris, Le Manuscrit, 2004, pp. 283-304.

36 Cf. en particulier les tableaux de Claude Gelée dit « Le Lorrain », de Salvator Rosa, ou les grands dessins de Bartholomé Breenberg.

37 Cf. « La peur blanche : un moteur de la politique éducative libérale (1899-1920) », Bulletin de l’Institut Français d’Études andines, Lima, 1998, t. 27 (2), pp. 265-283.

38 « Régénérer la race ». Politique éducative libérale en Bolivie (1898-1920), op. cit., p. 113.

39 Ainsi peut-on lire dès sa publication: « el libro es la demostración cultural y material de que nuestro país es una nación en pleno desarrollo, destinada a alcanzar mayores éxitos cuanto más pronto desaparezcan los obstáculos que le cierran el camino hacia la perfección de su vida propia » (La República, La Paz, 13/08/1925).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Couverture en cuir aux motifs tiahuanacotas de Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 2 : Portrait de Bautista Saavedra
Crédits Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 3 : Lac Titicaca, avec ses totoras et ses grues
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photo 4 : Image d’Oruro - Ses collèges et beaux bâtiments
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-4.png
Fichier image/png, 12M
Titre Photo 5 : Image d’Oruro - Ville et milieu rural alentour
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Photo 6 : Les missions de l’oriente
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Photo 7 : Galerie de portraits de Sucre
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Photo 8 : Jeune femme potosina portant l’« habit inca classique »
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Photo 9 : Vues de Tiahuanacu
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 10 : Motifs tiahuanacotas repris dans la page intérieure
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Photo 11 : Groupes scolaires et corps enseignant
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/990/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Martinez, « Un « monument de papier » pour célébrer et réinventer la Bolivie du Premier Centenaire de l’Indépendance », Caravelle, 103 | 2014, 85-106.

Référence électronique

Françoise Martinez, « Un « monument de papier » pour célébrer et réinventer la Bolivie du Premier Centenaire de l’Indépendance », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/990 ; DOI : 10.4000/caravelle.990

Haut de page

Auteur

Françoise Martinez

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org