Navigation – Plan du site
La Bolivie contemporaine et ses représentations

Une Bible chiriguano

Historiographie de la bataille de Kuruyuki (Chaco bolivien, 1892)
Isabelle Combès
p. 19-33

Résumés

Il n’existe jusqu’à aujourd’hui qu’un seul livre sur la bataille de Kuruyuki entre les Chiriguano et l’armée républicaine en 1892 dans le Chaco bolivien. Son auteur, Hernando Sanabria, a recréé dans ses pages l’histoire biblique et calqué l’histoire du tumpa chiriguano sur celle du Christ. Cette représentation continue à être répétée et utilisée par les historiens et d’autres acteurs, et elle est à l’origine des représentations actuelles de la bataille de Kuruyuki. De cette façon, le livre de Sanabria est bien devenu la Bible qu’il avait voulu réécrire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette recherche se développe dans le cadre du « Taller de Estudios e Investigaciones Andino-Amazónicas » (TEIAA, 2014SGR532), groupe de recherche reconnu par la Comissionat per a Universitats i Recerca del DIUE de la Generalitat de Catalunya.

Texte intégral

  • 2 La Sainte Bible, traduction de l’Ecole biblique de Jérusalem, éd du Cerf, Paris, 1956. Toutes les c (...)

Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,
suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole,
il m’a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit d’une manière suivie

Évangile selon Saint Luc 1, 1-32

1Le 28 janvier 1892 à Kuruyuki, dans le Chaco bolivien, eut lieu un féroce combat entre un groupe important d’Indiens Chiriguano et les forces républicaines dirigées par le préfet de Santa Cruz et le sous-préfet de la province Azero du département de Chuquisaca. De leur côté, les Chiriguano étaient conduits par un jeune homme qui portait le titre de tumpa.

  • 3 Chiriguano est le nom donné, durant la Colonie et une bonne partie de l'époque républicaine, aux In (...)

2Cette bataille clôturait une rébellion commencée un mois auparavant contre les Blancs, principalement les grands propriétaires qui avaient pris possession de la région et exploitaient le travail des Indiens. Ce soulèvement ne fut ni le plus important ni le plus sanglant de l’histoire républicaine des Chiriguano, mais il est aujourd’hui le plus connu : parce qu’il a été le dernier ; parce qu’il est devenu, ces dernières années, un symbole de l’union du peuple guarani ou chiriguano3 ; enfin, et ce n’est pas la moindre des raisons, parce qu’il est le seul à avoir fait l’objet d’une publication, le livre que lui a consacré Hernando Sanabria Fernández en 1972. Ce livre est devenu la version officielle et définitive de la bataille de Kuruyuki, sans que personne ne le remette en question ou ne se propose de le compléter en revenant aux sources primaires de l’époque. Le faire réserve certaines surprises. En effet, Sanabria n’a pas seulement biaisé certaines données tout en en oubliant d’autres : parsemant son texte d’allusions limpides au Nouveau Testament, il a transformé « l’homme-dieu » chiriguano en Messie de la tradition chrétienne. Il a imposé de cette manière une perspective toujours en vigueur dans l’historiographie chiriguano et dans les représentations de la bataille de Kuruyuki.

Le tumpa de 1892

  • 4 Melchor Chavarría, Espedición pacificadora a las provincias de Tomina, Azero y Cordillera por el de (...)
  • 5 Alfred Métraux, « Les Hommes-dieux chez les Chiriguano et dans l’Amérique du Sud » (1931), in Relig (...)
  • 6 Francisco Pifarré, Los Guaraní-Chiriguanos 2. Historia de un pueblo, La Paz, CIPCA, 1989, p. 388 n° (...)

3Nous ne connaissons pas avec exactitude le nom du leader chiriguano de la rébellion de 1892. Deux sources écrites quelques mois après le soulèvement mentionnent le nom de Apiaiquí ou Apiaque4, qui n’a pas de sens en guarani ; plus tard apparaît la version Apiawiaki5 et plus tard encore le nom ou le surnom Chapiaguasu, « grand jeune homme »6. Toutes les sources de l’époque s’accordent, en revanche, sur le titre du jeune leader : tumpa.

  • 7 Lettre de Doroteo Giannecchini au R. P. gardien et vénérable directoire, 26.06.1869, Archives Franc (...)

4Ce terme guarani est généralement traduit par « dieu » et c’est en ce sens qu’il fut utilisé par les missionnaires. Cependant, selon le franciscain qui connaissait le mieux la langue des Chiriguano de cette époque « a la palabra Tunpa, de ninguna manera está ligada la idea de la divinidad […] y sólo el uso de los padres misioneros ha consagrado esta palabra para traducir Dios, pero que primitivamente ni lo significaba ni traduce ». Selon Giannecchini, tumpa aurait, « originellement », les connotations suivantes : « una cosa real que excita admiración […] cosa inexplicable, ininteligible […] cosa extraña, maravillosa ». Ou encore « Tunpa: son los Padres, cuya vida y aptitudes para ellos es un misterio » ; le titre donné à certains personnages mythiques ; et, plus important pour nous : « Tunpa son sus brujos buenos, cuya sagacidad y destreza les hacen vender las patrañas que quieran y pasar por dueños absolutos de la vida, muerte, enfermedad, fortuna, carestía, etc. »7.

  • 8 Lettre de P. Romualdo D’Ambrogi au sous-préfet de la province Azero, Santa Rosa de Cuevo, 2.01.1892 (...)
  • 9 Mario Gutiérrez, Sangre y luz de dos razas, La Paz, Juventud, 1961, p. 89.

5Le tumpa de 1892 était de fait un « sorcier », c’est-à-dire un chamane. Le père D’Ambrogi, qui le rencontra personnellement, le décrit comme « un Ipaye (sorcier) y según otros Tumpa (Dieu) »8. Mario Gutiérrez lui attribue des facultés de guérisseur, car arrivant un jour à la mission franciscaine de Santa Rosa de Cuevo, il aurait guéri Ayemoti, son futur assistant9. Finalement, le père Apolinar Sinconi, dans une lettre malheureusement peu lisible, décrit la « révélation » qu’eut le tumpa touché par la foudre, trait typique de l’initiation chamanique :

  • 10 Lettre de Apolinar Sinconi au P. Fr. Doroteo Giannecchini, San Pascual de Boicovo, 23.01.1892. AFT (...)

En el punto de Ivo y Curuyuqui, será el espacio de unos dos o tres meses que un cunumi [jeune homme] asfixiado por el rayo, cuando volvió en sí dijo que había hablado con el Tumpa [Dios, en este caso], y el mismo se proclamó tumpa […] y éste con sus embustes ha […] a varios capitanes de sus […] hacer la guerra a los cristianos10.

  • 11 Thierry Saignes, Ava y Karai. Ensayos sobre la historia chiriguano (siglos XVI-XX), La Paz, HISBOL, (...)
  • 12 Bernardino de Nino, Etnografía chiriguana, La Paz, tip. comercial I. Argote, 1912, p. 133.
  • 13 « Anales de este Colegio Franciscano de Tarija. 1892 », op. cit., p. 1316.

6Mais un tumpa est aussi quelque chose de plus et de différent d’un simple chamane. C’est le titre donné, tout au long de l’histoire chiriguano, aux leaders messianiques des rébellions contre les Blancs : aux prophètes ou aux « hommes-dieux », pour reprendre la si juste expression de Métraux. A Caiza en 1778, le leader messianique du soulèvement disait à ses partisans : « soy vuestro verdadero dios »11 ; en 1912, Nino parle de « dios de carne y hueso »12. En 1892, les pères franciscains qualifièrent le tumpa de Kuruyuki d’Ava-Tumpa, littéralement « homme-dieu », en reprenant possiblement une expression des Chiriguano eux-mêmes13. Et, à chacune de leurs apparitions, les tumpa sont associés à un soulèvement contre les Blancs :

  • 14 Bernardino de Nino, op. cit., p. 133.

En distintas épocas y en regiones diversas, algún indio atrevido amigo del ocio y de lo ajeno con un tanto de locuacidad y promesas extraordinarias, ha conseguido reunir alrededor de su choza nueva, construida de intento afuera del pueblo, a multitud de indios cercanos y de lejos y declararse Tunpa, ser extraordinario y maravilloso […] y otras veces, los caciques, cansados de ser oprimidos en ciertas comarcas por algunos malos cristianos, han llamado Tunpa a algún mozo infeliz, pero listo y despejado, para reunir a los indios de otras comarcas a la voz del Dios de carne y hueso y pelear con denuedo en la guerra santa14.

  • 15 Isabelle Combès, « Saypurú : el misterio de la mina oculta, del Inca chiriguano y del dios mestizo (...)

7Dans la dernière partie de ce paragraphe, Nino se réfère directement au « malheureux jeune homme » qui dirigea le soulèvement de 1892. Mais de nombreux cas de rébellions messianiques sont enregistrés au long de l’histoire coloniale et républicaine des Chiriguano : celui du dénommé « Angel Santiago » en 1574 contre le vice-roi Toledo15 ; Aruma en 1727 au sud du territoire chiriguano ; le tumpa de Caiza, déjà mentionné, en 1778 ; celui de Mazavi, la même année, « un embaucador que se llamaba Tumpa […] cierto individuo desconocido »,

  • 16 AFT M 224, et « Informe del P. Manuel Gil a la Real audiencia sobre los daños causados por un embau (...)

… arrogándose sacrílegamente privilegios de deidad, les dio aviso [aux Chiriguano] ser llegado el día del juicio, y que tenía poder para hacer llover fuego, convertir los hombres en piedras, arruinar pueblos, destruir ganado y acabar con todos los que no le creyesen y sujetasen a su dominio16.

  • 17 Alejandro Corrado, « Continuación de la historia del Colegio Franciscano de Tarija », in Comajuncos (...)

8Finalement, durant la guerre des années 1874-1877, précédent direct de la rébellion de 1892, les soldats et les caciques chiriguano n’étaient pas les seuls à combattre : « los magos más sagaces, y que sobre ellos ejercen una influencia todopoderosa, los alentaban con magníficas promesas de un triunfo seguro »17.

9Parmi ces « dieux » ou « magiciens »,

  • 18 Mbaekua : littéralement « sage, celui qui sait les choses ». Nom donné généralement aux sorciers, a (...)
  • 19 Alejandro Corrado, op. cit., p. 482.

Güirariyu, baecuaá18 que gozaba de un prestigio inmenso entre los suyos, les hacía oír por los aires una voz desconocida, la cual los invitaba a pelear con denuedo y sin temor, afirmándoles que las balas de los cristianos, perdida toda su fuerza, caerían a sus pies sin herirlos, y las murallas de los fortines se derretirían en su presencia como cera19.

  • 20 Lettre de Fermín Chalar incluse dans un rapport du corregidor d'Igüembe, novembre 1874 (ABNB Minist (...)

Se sabe por alto que hoy o mañana es el combate del Dios de los salvajes, con los machareteños, porque dice que en una mano trae el sol y en la otra la luna, y dice que han dicho que sus dioses o qué serán, que ganando vienen a pegarnos y si pierden con más empeño, esto se sabe positivamente20.

  • 21 Lettre anonyme de Lagunillas au journal La Estrella del Oriente, 14.02.1892 (La Estrella del Orient (...)

10Le discours de Güirariyu annonce celui du tumpa de 1892, qui promettait à ses partisans « llegado el caso del combate que necesariamente debía venir, los libraría de las balas haciendo que éstas se conviertan en agua luego que tocasen sus cuerpos »21.

Kuruyuki dans l’historiographie

11Après pratiquement un mois de soupçons et d’alarmes parmi les créoles (karai) et les missionnaires de la région, les premiers assauts contre les haciendas des Blancs commencèrent le 6 janvier 1892 et culminèrent le 21 du même mois avec un assaut avorté à la mission franciscaine de Santa Rosa de Cuevo. Le 28 janvier eut lieu la bataille finale à Kuruyuki, suivie de deux mois de poursuite des fugitifs.

12Selon les sources officielles de l’époque, la bataille du 28, les escarmouches qui la précédèrent et les captures qui la suivirent causèrent quelques milliers de morts parmi les Chiriguano. Une grande partie des survivants fut tuée dans les jours ou les semaines qui suivirent ; d’autres furent livrés à des patrons karai, ou envoyés travailler dans les plantations de caoutchouc de l’Amazonie bolivienne. Güiracota y Ayemoti, les deux principaux compagnons du tumpa, furent capturés et exécutés le 17 février; le tumpa lui-même, capturé plus tard, fut exécuté à Sauces (aujourd’hui Monteagudo), le 29 mars. Et même si, dans les mois et les années qui suivirent, la crainte de nouveaux soulèvements subsista, ceux-ci ne parvinrent jamais à se concrétiser : le soulèvement de 1892 fut le dernier entrepris par les Chiriguano contre les Blancs.

  • 22 Erland Nordenskiöld, La vida de los indios. El Gran Chaco (Sudamérica) (1912), La Paz, APCOB/Plural (...)
  • 23 Alfred Métraux, op. cit., p. 34.
  • 24 Branislava Susnik, Chiriguanos I. Dimensiones etnosociales, Asunción, Museo etnográfico Andrés Barb (...)
  • 25 Castor Franco, Mitología chiriguana, Santa Cruz, tip. Comercial, 1910 ; Mario Gutiérrez, op. cit.
  • 26 Hernando Sanabria Fernández, Apiaguaiqui-Tumpa. Biografía del pueblo chiriguano y de su último caud (...)

13Quatre-vingts ans passèrent sans que personne n’étudie véritablement cet événement. En 1912, Nordenskiöld mentionne la bataille en quelques lignes et en se trompant sur la date22 ; Métraux lui consacre deux paragraphes en 1931 et mentionne pour la première fois le nom du tumpa, Apiawaiki23 ; Susnik évoque la rébellion de 1892 dans deux pages à la fin de son ouvrage24, sans apporter de nouveaux éléments et en annonçant une étude spécifique sur le thème, qui ne vit jamais le jour. Parmi les historiens ou les chroniqueurs locaux de Santa Cruz, Franco fournit en 1910 quelques éléments obtenus de la tradition orale ; Gutiérrez fait de même en 1961, quoique d’une manière assez romanesque, en utilisant de surcroît le texte du franciscain Angélico Martarelli, témoin des événements25. En 1972, l’historien de Santa Cruz, Hernando Sanabria Fernández, publie son Apiaguaiqui-Tumpa. Biografía del pueblo chiriguano y de su último caudillo26.

14Ce livre a marqué un jalon dans l’historiographie du soulèvement de 1892. À partir de sa publication, les événements de Kuruyuki sont régulièrement cités dans les livres consacrés à l’histoire chiriguano. En 1992, l’Assemblée du Peuple Guarani et différents organismes d’aide aux Indiens organisent la célébration du centenaire de la bataille, commémoration devenue annuelle depuis lors. Kuruyuki passe à la « grande » histoire et devient l’emblème et le drapeau de l’Assemblée Guarani qui réaffirme son union et sa lutte.

  • 27 Lorenzo Calzavarini, Nación Chiriguana. Grandeza y ocaso. La Paz/Cochabamba : Los Amigos del Libro, (...)

15Sanabria Fernández a eu le mérite incontestable de tirer de l’oubli le soulèvement de 1892. Mais il a bien été le seul : que ce soit en raison de sa réputation locale d’historien, ou parce que l’on considérait que tout avait été dit, aucun autre chercheur n’a travaillé sérieusement sur ce sujet après la publication d’Apiaguaiqui. Qu’il s’agisse de Lorenzo Calzavarini, de Francisco Pifarré, de Thierry Saignes ou d’Erick Langer27, tous se basent, inévitablement, sur l’ouvrage de Sanabria et les éléments nouveaux sont très peu nombreux.

  • 28 « No hubo documentos que consultar. Fue simplemente penetrar al alma chiriguana, a los indígenas, a (...)

16Il reste cependant beaucoup à dire sur cet épisode et, d’abord, sur le livre qui l’a rendu célèbre. Bien que Hernando Sanabria ait soutenu peu de temps avant sa mort que, pour écrire son livre, il n’avait pratiquement utilisé que la tradition orale28, le fait est qu’il a aussi utilisé des sources écrites des archives de l’ex-Vicariat de Cuevo et de la préfecture de Santa Cruz. J’ai trouvé dans ce dernier fonds des informations que Sanabria n’a pas utilisées dans son étude. J’ai pu vérifier aussi, dans la liste des documents placée par Sanabria à la fin de son livre, plusieurs erreurs de dates ou même l’indication de deux documents différents là où il n’en existe qu’un ; une description d’un rapport du sous-préfet de la province Cordillera informant, selon Sanabria, de la capture du cacique chiriguano Chanchi, alors que ce personnage n’est pas nommé dans le document original. Enfin, plusieurs citations de son livre ne correspondent que de manière très lointaine aux documents originaux ou sont directement inventées. Un habitant anonyme de Lagunillas écrit, par exemple, à un journal de Santa Cruz :

  • 29 Lettre anonyme de Lagunillas, 14.02.1892 (La Estrella del Oriente, Santa Cruz, nº 1451, 5.03.1892, (...)

A fines del año presente pasado aparece en aquel pueblo [Kuruyuki], no se sabe de dónde, un salvaje de edad, dándose el título de Tumpa (Dios), acompañado de otro más joven a quien lo tituló Rey de los salvajes. Por medio de emisarios, convoca a todos los capitanes Grandes de ambas provincias [Azero et Cordillera]. Una vez reunidos, les habla de que ha llegado el tiempo de sacudir el yugo de los carays (cristianos); de entrar en posesión definitiva en los terrenos y propiedades de éstos; de vivir en sus pueblos y gozar de sus comodidades; de hacerse servir con ellos y sus mujeres. Y que para todo esto, él, el Tumpa, contaba con un poder omnipotente29.

  • 30 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 127.
  • 31 Ibid., p. 121.
  • 32 Dans ce cas précis, il a été impossible de confronter la version transcrite par Sanabria avec l'ori (...)

17Sanabria Fernandez cite cette lettre de la manière suivante : « a fines del año pasado aparece en aquel pueblo, no se sabe de dónde, un salvaje de edad acompañado de otro más joven a quien titula de Tumpa (dios) »30. Quelques paragraphes auparavant, l’auteur cite aussi un extrait de la lettre qu’Ayemoti, le « secrétaire » du tumpa, écrivit en décembre 1891 au père missionnaire de Santa Rosa : « dice Ayemoti en cuatro deslucidas pero elocuentes palabras: ‘[Le tumpa] se fue a vivir con Güirariyu porque quería aprender lo que sabía Güirariyu que era éste conocedor de todo’ »31. Le problème réside dans le fait que c’est Sanabria lui-même qui a transcrit, à la fin de son livre, la fameuse lettre de Ayemoti : et nulle part, il n’y est fait mention de Güirariyu, qui fut l’âme prophétique de la rébellion de 187432.

18Il n’a pas toujours été possible de confronter les citations et les affirmations du livre avec les documents originaux. D’une part, plusieurs d’entre eux ont disparu depuis que Sanabria a fait son étude ; d’autre part, Sanabria lui-même n’a indiqué ses sources spécifiques qu’en de très rares occasions. Nous ne savons pas toujours si les éléments exposés proviennent d’un entretien (tradition orale guarani ou créole) ou des documents, ou des deux. Il n’y a pas non plus d’estimation minimale des sources utilisées, c’est-à-dire de leur fiabilité : un témoignage oral des années 1950, obtenu plus d’un demi-siècle après la bataille, d’un descendant de quelqu’un qui a participé et non d’un témoin direct, a pour Sanabria la même valeur qu’une lettre écrite au moment même, sur le champ de bataille. Le résultat est un livre agréable, qui se lit comme un roman... parce que c’est un roman dans beaucoup de sens. Une histoire sans vides ni doutes, dont la logique impeccable ne cadre pas toujours, malheureusement, avec nombre de documents de l’époque.

L’Évangile selon Sanabria

  • 33 Juan Ayemoti, « Memorial dirigido al padre Romualdo D’Ambrogi (1891) », en Hernando Sanabria Fernán (...)

19La lettre d’Ayemoti au père D’Ambrogi raconte que ce fut « un viejo de Sipotindi » qui enseigna « muchas cosas » au futur tumpa lorsqu’il était enfant, « enseñando todo a él para que sirviera con eso a su pueblo »33. Dans la version de Sanabria, c’est Güirariyu, le chamane de 1874, qui a formé le jeune paye. De là, l’affirmation citée plus haut, selon laquelle le tumpa est allé chercher Güirariyu, alors que cette phrase ne figure pas dans la lettre d’Ayemoti.

  • 34 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 121; ava : « homme » en guarani.
  • 35 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 95.
  • 36 Ibid., p. 126.

20Güirariyu, qu’aucune des sources de 1892 ne mentionne, était selon Sanabria « un convencido de la encarnación del dios nacional en la persona de un ava predestinado para ello » ; le tumpa « redivivo » conduirait les gens « por los caminos de la redención »34 – la nature de cette rédemption étant laissée à l’imagination du lecteur. C’est ainsi que « dizque » le vieux chamane aurait dit à un chef chiriguano : « ‘¡El esperado vendrá!... ¡Ya viene!... Preparaos vosotros a recibirle y seguirle’ »35. Enfin, avant de mourir peu avant le soulèvement, Güirariyu aurait laissé un message, qu’aucune source ne mentionne : « el Tumpa redentor ya ha llegado. Está entre nosotros. Es el mismo que empezó como discípulo de Güirariyu. Güirariyu lo sabía, pero no quiso revelarlo hasta que fuese llegada la hora »36.

  • 37 Évangile selon saint Matthieu 3, 1 ; 3, 11.
  • 38 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 130 y 151. Guacaya est un village des environs de Cuevo, et Sana (...)

21« En ce temps-là parut Jean-Baptiste, prêchant dans le désert de Judée […] Préparez le chemin du Seigneur […] celui qui vient après moi est plus puissant que moi »37 : c’est ainsi que Güirariyu devient, dans la version de Sanabria, « el Bautista de la Transjordania guacayeña ». De la même façon le refuge du tumpa à Kuruyuki, à quelques kilomètres d’Ivo, apparaît comme la « Jerusalén de Ivo »38.

  • 39 Ibid., p. 125.
  • 40 Évangile selon saint Luc 4, 37 ; Évangile selon saint Matthieu 4, 25.

22Lorsqu’il réussit à soigner Ayemoti, à Santa Rosa de Cuevo, la nouvelle du miracle « extendióse rápidamente […] Sus recorridos [del tumpa] se hicieron cada vez más largos y más aclamados por el vecindario […] en todas partes era recibido con entusiasmo y transportes de júbilo »39 – « et sa renommée se répandit dans tous les lieux d’alentour », « une grande foule le suivit, de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et d’au- delà du Jourdain »40.

  • 41 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 187. Avarenda : « pays des Ava, ou Chiriguano ».

23Après l’échec retentissant de la bataille du 28 janvier, la plupart des combattants de Kuruyuki s’enfuirent vers les montagnes et les forêts environnantes. Parmi eux se trouvaient Güiracota, le principal cacique et chef de guerre et le tumpa lui-même. Dans l’histoire revisitée par Sanabria, Güiracota se transforme en un disciple aimé mais prompt à renier son maître : « Ya Güiracota se había escurrido […] al parecer sin dar aviso. Nuevo motivo de amargura para el profeta de la avarenda, que había depositado tanta confianza en él »41.

  • 42 Angélico Martarelli y Bernardino de Nino, El Colegio franciscano de Potosí y sus misiones en el Cha (...)
  • 43 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 214.
  • 44 Melchor Chavarría, Informe que presenta al Señor Ministro de Gobierno, el Delegado en las provincia (...)

24Aux côtés de ce Saint Pierre, il n’a pas manqué, parmi les disciples du tumpa, de s’en trouver un pour le livrer aux karai. Ce personnage est appelé Guarerai dans les sources de l’époque42, mais Sanabria préfère à ce nom celui de Guatinguay43 : il est vrai que Guarerai était un Chiriguano anonyme et quelconque alors que Guatinguay était, comme le Judas biblique, un des partisans de « l’homme-dieu » – un chef du village de Caruruti, cité dans la « liste démonstrative des tribus sauvages rebelles » du colonel Chavarría44.

  • 45 Melchor Chavarría, Espedición pacificadora…, op. cit., p. 12.

25On trouve enfin des Chiriguano alliés qui, tels des prêtres juifs, demandent l’exécution de leur sauveur. Le colonel Chavarría, à la tête des forces républicaines, écrit : « Día 28. Clamor general de los capitanes y sus tribus para la ejecución del Tumpa. Igual solicitud del vecindario y los alrededores para desaparecer al Tumpa »45. Il est de fait certain que, pendant et après la rébellion, les (nombreux) Chiriguano qui étaient restés alliés aux créoles, se montrèrent particulièrement acharnés contre les rebelles : à Santa Rosa de Cuevo, le 21 janvier,

  • 46 Lettre du sous-préfet de Azero au préfet de Chuquisaca, Santa Rosa, 24.01.1892 (CBDH FPD-58).

cayó uno de los principales capitanes llamado ‘Chabuco’ a poder de los [Indiens] aliados a distancia de 3 leguas de esta misión, donde después de haberlo muerto a lanza y flecha le cortaron la cabeza y la conducieron [sic] ante mí para que lo conociera al rebelde cabecilla de los alzados; la alianza [les Indiens alliés] como sentida y agraviada la pusieron la cabeza de Chabuco en la punta de una lanza y la hicieron dar vueltas por la plaza de la misión con asistencia de todos los capitanes haciendo un gran alarde; pasado esto la colgaron de uno de los árboles de la plaza para que esto sirva de escarmiento a los demás46.

  • 47 Lettre anonyme de Lagunillas a La Estrella del Oriente, 14.02.1892 (La Estrella del Oriente, Santa (...)
  • 48 Lettre du sous-préfet de Azero au préfet de Chuquisaca, Santa Rosa, 8.02.1892 (CBDH FPD-58) ; c'est (...)

26Pendant la bataille même de Kuruyuki, « los aliados, que no son sino otros salvajes que sólo tienen apego al blanco por conveniencia, hicieron alarde de su ferocidad matando mujeres, niños y todo lo que se encontraba a su paso »47. Plus tard, en février, lorsque Güiracota et Ayemoti sont faits prisonniers et conduits à Santa Rosa, les créoles du lieu les accueillent « en medio de alaridos y gritos que pedían la degollación de todos sin distinción de sexo, tal fue la irritación de los ánimos que los mismos capitanes de esta misión pedían lo mismo »48.

  • 49 Lettre du sous-préfet de Cordillera au commandant militaire de Misiones et Isoso, Lagunillas, 14.03 (...)
  • 50 Hernando Sanabria F., op cit., p. 216.
  • 51 Évangile selon saint Luc 23: 21, 23, 24.

27Les Chiriguano qui n’avaient pas pris part à la rébellion de 1892 craignaient très probablement – et avec raison – que la vengeance des créoles ne retombe sur tous sans distinction. De là, leur appel à exécuter les meneurs, qui ne se différencie en rien de celui des karai de la région qui demandaient « el exterminio de la vida de esta raza »49. Cependant, Sanabria introduit dans l’épisode de la mort du tumpa de prétendues hésitations de la part des autorités au moment de l’exécuter. Chavarría et d’autres auraient été plus favorables à la clémence, mais finirent cependant par céder aux clameurs du peuple : « las vacilaciones concluyeron el día 29 »50 – « Et ils crièrent : Crucifie, crucifie-le! […] Et leurs cris l’emportèrent : […] Pilate prononça que ce qu’ils demandaient serait fait »51.

  • 52 Melchor Chavarría, Espedición pacificadora…, op. cit., p. 12.

28Le leader du soulèvement fut exécuté le 29 mars même, attaché à un poteau d’exécution : « quedó el cadáver expuesto por 24 horas »52. La description de la mort du tumpa par Sanabria est celle du Christ sur la croix :

  • 53 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 218 ; c’est moi qui souligne.

Los ojos de quienes le temieron y odiaron hartáronse de verle durante 24 horas, hecho un pingajo atado al madero del suplicio, sangrando a menudo gotas por entre los grumos de las heridas aún abiertas53.

Exégèse

  • 54 Par exemple Hernando Sanabria F., op. cit, p. 129-130.
  • 55 Güirariyu « hablaría largamente a su discípulo […] le referiría con todo género de detalles la vida (...)
  • 56 Martarelli lui donne 28 ans (in Angélico Martarelli y Bernardino de Nino, op. cit., p. 134). Nino l (...)
  • 57 Castor Franco, op. cit., p. 9-10.
  • 58 Rapport du sous-préfet de Cordillera, 12.07.1892 (Museo de Historia de Santa Cruz – MHSC -, Fond Me (...)

29Dans un essai de 1931, Alfred Métraux forgea l’expression d’hommes-dieux pour qualifier les leaders Indiens messianiques en Amérique du Sud, et en particulier parmi les Chiriguano. Sanabria Fernández connaissait cet essai et le cite à plusieurs reprises, bien qu’en octroyant la nationalité française à l’ethnologue suisse54. Métraux fut aussi celui qui recueillit le nom d’Apiawaiki pour le tumpa, repris ensuite par Sanabria dans son livre. Que ce soit en raison de l’expression « mouvements messianiques », ou de celle d’ « homme-dieu », Sanabria a fait coïncider, souvent de force, l’histoire du tumpa de Kuruyuki avec celle de Jésus-Christ telle que la racontent les Évangiles. Il le fit sans prendre de gants, parsemant son texte de « on raconte que » ou de conditionnels55 lorsqu’il laissait parler ses convictions plus que les sources écrites. Il transforma aussi certaines sources comme celle que j’ai mentionnée sur l’existence d’un vieux tumpa et d’un jeune roi. Ayant moins de 30 ans en 189256, l’« homme-dieu » de Kuruyuki ne pouvait pas être le « salvaje de edad » qui, selon la lettre anonyme publiée dans La Estrella del Oriente, s’était proclamé tumpa. Il s’agissait plus probablement d’Ayemoti, investi donc dans cette version de l’autorité prophétique qui lui permettait de nommer le « roi ». Cette version ne correspond pas à la trajectoire biblique que trace Sanabria pour le tumpa – et la citation a été modifiée dans son livre. Silence également sur la version de Franco par exemple, qui attribue l’initiative du soulèvement à Güiracota, qui aurait utilisé le jeune tumpa comme un homme de paille57 ; Sanabria ne mentionne pas non plus l’énigmatique allusion du sous-préfet de la province de Cordillera à la présence d’un « tumpa tercero » dans la rébellion58. En d’autres termes, il a éliminé toutes les informations qui ne lui permettaient pas de construire l’histoire du Jésus-Christ chiriguano et il en a ajouté d’autres qui n’existent pas dans les documents.

  • 59 Hernando Sanabria Fernández, Apiaguaiqui-Tumpa, un personaje singular (conférence donnée dans la Co (...)
  • 60 http://nacioncamba.net
  • 61 Journal El Día, Santa Cruz, 13.04.2010. Les Ayoreo sont des Indiens du Chaco bolivien et paraguayen (...)

30Outre la recréation biblique qui traverse toute son œuvre, Sanabria a aussi semé la graine d’une comparaison, très favorable aux Chiriguano, avec les luttes indiennes de l’altiplano bolivien. Le tumpa fut, dit-il « un caudillo universal de su gente », au contraire d’un Tupac Katari ou d’un Willca sur l’altiplano, réduits à des « caudillos de sus grupos, de sus trechos, de su gente propia, de su ayllu como dicen ellos »59. La comparaison fut ensuite amplifiée par les idéologues de la Nación Camba, mouvement régionaliste de Santa Cruz de la Sierra, qui fait de la bataille de Kuruyuki un jalon dans sa lutte pour l’autonomie du département. En février 2004, Carlos Dabdoub écrivit quelques paragraphes sur Kuruyuki dans le forum-débat de la page web de la Nación Camba60 : il présente, dans ce texte, Kuruyuki comme l’une des luttes fédéralistes de Santa Cruz au XIXe siècle ; il fait aussi des Chiriguano les ancêtres de l’actuelle « Nation Camba », c’est-à-dire des habitants de Santa Cruz. En 2010, le président du Comité pro-Santa Cruz, Luis Núñez, « explicó que durante su historia, Santa Cruz fue al menos cinco veces víctima de lo que denominó ataques del centralismo » : parmi les cinq repères qu’il indique figure « la masacre de Kuruyuki, en la zona de Cordillera, donde nativos guaraníes y ayoreos [sic!] reclamaban sus tierras pero fueron aniquilados por el Gobierno central »61, etc.

  • 62 Cité par Hernando Sanabria F., Apiaguaiqui-Tumpa. Biografía del pueblo chiriguano y de su último ca (...)
  • 63 Ibid., p. 112-113.
  • 64 Calcul basé sur les données de José Cardús, Las misiones franciscanas entre los infieles de Bolivia (...)
  • 65 Angélico Martarelli, Sublevación de los indios chiriguanos en las provincias de Azero y Cordillera, (...)
  • 66 Erick Langer, op. cit. ; Thierry Saignes, op. cit.
  • 67 Sur ce thème, je renvoie à Isabelle Combès, « Las batallas de Kuruyuki. Variaciones sobre una derro (...)
  • 68 Francisco Pifarré, « Guaranís: el derecho a ser pueblo », Cuarto Intermedio, 23, 1992, p. 16.

31Sanabria est aussi à l’origine des visions de Kuruyuki comme union sacrée des Chiriguano contre les karai, de la lutte de tout un peuple uni contre l’oppresseur blanc. Son livre s’ouvre sur ces mots du chef Sioux, Sitting Bull: « I never stood in the white man’s country. I never committed depredations in the white man’s country. The white man came on to my land and followed me. The white man made me kill him or he would kill my friends, my women and my children »62. Plus loin, il établit un parallèle entre Geronimo, jeune Apache «hasta entonces pacífico y sin ascendiente en la tribu» qui prit les armes après le massacre de sa famille, et le destin du jeune tumpa, dont la mère aurait aussi été victime des karai63. Dans tous les cas, le soulèvement indien est la réaction de victimes innocentes contre la brutalité des hommes blancs. Que cette interprétation des faits contredise celle de la «rédemption» prétendument annoncée par le prophète de Kuruyuki, n’importe pas trop, il n’importe pas non plus que cette vision moralement satisfaisante qui oppose les bons aux méchants, les Indiens aux Blancs, soit totalement démentie par les sources de l’époque. J’ai déjà mentionné, par exemple, l’attitude des « indiens alliés » envers leurs compatriotes rebelles; ces alliés étaient, de surcroît, beaucoup plus nombreux que les environ 5.000 rebelles mentionnés par les sources : de fait, les néophytes des missions franciscaines en particulier représentaient plus de 14.000 personnes64, qui épaulèrent fortement l’armée républicaine. Finalement, pour fournir une seule donnée supplémentaire, l’armée républicaine qui l’emporta à Kuruyuki était composée de 1.500 Chiriguano alliés et de seulement 190 Blancs65. Cependant, à l’exception de Erick Langer et de Thierry Saignes66 qui insistèrent sur les tensions internes entre Chiriguano comme motif de l’échec, les historiens successifs qui se sont occupés de la bataille ont adopté la vision en noir et blanc de Sanabria Fernández du soulèvement « général »67. Du côté des Guarani eux-mêmes, les commémorations de la bataille qui sont célébrées depuis 1992 sont l’occasion d’affirmer l’union de toute une nation qui, si elle se manifeste aujourd’hui à travers l’Assemblée du Peuple Guarani, n’existait pas en 1892. « Que Kuruyuki signifique hoy, pues, una ocasión más de solidaridad y de unidad », fut le thème des discours du 28 janvier 1992. Comme le souligne Pifarré, la commémoration de 1992 « ratificó abiertamente a la Asamblea del Pueblo Guaraní como la organización matriz de los guaraní-chiriguanos »68.

  • 69 Xavier Albó, Los Guaraní-Chiriguanos 3. La comunidad hoy, La Paz, CIPCA, 1990, p. 389.

32Il importe peu que, selon un anthropologue, la figure du tumpa ait pratiquement disparu de la mémoire chiriguano au début des années 199069 ; avec la diffusion du livre de Sanabria, le leader de 1892 réussit aujourd’hui ce qu’il n’a pu obtenir à son époque : devenir le sauveur de son peuple, le ciment de son union. Qu’il s’agisse du mythe fondateur de l’organisation indigène moderne, qu’il s’agisse des discours régionalistes de la nation Camba ou de l’historiographie chiriguana, le livre de Sanabria est devenu, sans nul doute, la Bible que son auteur avait voulu réécrire.

Haut de page

Notes

2 La Sainte Bible, traduction de l’Ecole biblique de Jérusalem, éd du Cerf, Paris, 1956. Toutes les citations bibliques sont extraites de cette édition.

3 Chiriguano est le nom donné, durant la Colonie et une bonne partie de l'époque républicaine, aux Indiens aujourd'hui auto-dénommés Guarani du Chaco bolivien.

4 Melchor Chavarría, Espedición pacificadora a las provincias de Tomina, Azero y Cordillera por el delegado del Supremo Gobierno coronel don Melchor Chavarría, Sucre, imp. Bolívar, 1892, p. 4 ; « Anales de este Colegio Franciscano de Tarija, 1892 », in Lorenzo Calzavarini (ed.), Presencia franciscana y formación intercultural en el sudeste de Bolivia según documentos del archivo franciscano de Tarija 1606-1936, Tarija, Centro Eclesial de Documentación, 2006, t. VI, p. 1316.

5 Alfred Métraux, « Les Hommes-dieux chez les Chiriguano et dans l’Amérique du Sud » (1931), in Religions et magies indiennes d’Amérique du Sud, Paris, Gallimard, 1967, p. 34.

6 Francisco Pifarré, Los Guaraní-Chiriguanos 2. Historia de un pueblo, La Paz, CIPCA, 1989, p. 388 n° 3.

7 Lettre de Doroteo Giannecchini au R. P. gardien et vénérable directoire, 26.06.1869, Archives Franciscaines de Tarija (AFT), dossier 878.

8 Lettre de P. Romualdo D’Ambrogi au sous-préfet de la province Azero, Santa Rosa de Cuevo, 2.01.1892 (Centro bibliográfico de documentación histórica de la Universidad Mayor de San Francisco Xavier de Chuquisaca, Sucre, Fondo de la Prefectura del departamento de Chuquisaca (CBDH FPD), t. 49). Paye ou Ipaye (« il est paye ») est le nom donné aux chamanes.

9 Mario Gutiérrez, Sangre y luz de dos razas, La Paz, Juventud, 1961, p. 89.

10 Lettre de Apolinar Sinconi au P. Fr. Doroteo Giannecchini, San Pascual de Boicovo, 23.01.1892. AFT dossier 1206, Misiones entre Infieles (M) 318c. Cette lettre, déchirée par endroits, a été recollée avec du ruban adhésif. Le contenu de certaines parties est devenu noir et est totalement illisible.

11 Thierry Saignes, Ava y Karai. Ensayos sobre la historia chiriguano (siglos XVI-XX), La Paz, HISBOL, 1990, p. 166.

12 Bernardino de Nino, Etnografía chiriguana, La Paz, tip. comercial I. Argote, 1912, p. 133.

13 « Anales de este Colegio Franciscano de Tarija. 1892 », op. cit., p. 1316.

14 Bernardino de Nino, op. cit., p. 133.

15 Isabelle Combès, « Saypurú : el misterio de la mina oculta, del Inca chiriguano y del dios mestizo », Revista Andina, 48, 2009, p. 185-224.

16 AFT M 224, et « Informe del P. Manuel Gil a la Real audiencia sobre los daños causados por un embaucador que se llamaba Tumpa y pidiendo eficaz remedio, 1782 », Archivo y Biblioteca Nacionales de Bolivia (ABNB) Expedientes Coloniales (EC) 1782/9.

17 Alejandro Corrado, « Continuación de la historia del Colegio Franciscano de Tarija », in Comajuncosa Antonio y Corrado Alejandro, El Colegio franciscano de Tarija y sus misiones. Noticias históricas recogidas por dos misioneros del mismo Colegio, Quaracchi, tip. del Colegio de San Buenaventura, 1884, p. 481.

18 Mbaekua : littéralement « sage, celui qui sait les choses ». Nom donné généralement aux sorciers, aux « mauvais » chamanes.

19 Alejandro Corrado, op. cit., p. 482.

20 Lettre de Fermín Chalar incluse dans un rapport du corregidor d'Igüembe, novembre 1874 (ABNB Ministerio del Interior - MI – non classé). Los machareteños sont los habitants chiriguano du village de Macharetí.

21 Lettre anonyme de Lagunillas au journal La Estrella del Oriente, 14.02.1892 (La Estrella del Oriente, Santa Cruz, nº 1451, 5.03.1892, p. 2).

22 Erland Nordenskiöld, La vida de los indios. El Gran Chaco (Sudamérica) (1912), La Paz, APCOB/Plural, 2002, p. 156.

23 Alfred Métraux, op. cit., p. 34.

24 Branislava Susnik, Chiriguanos I. Dimensiones etnosociales, Asunción, Museo etnográfico Andrés Barbero, 1968, p. 241-42.

25 Castor Franco, Mitología chiriguana, Santa Cruz, tip. Comercial, 1910 ; Mario Gutiérrez, op. cit.

26 Hernando Sanabria Fernández, Apiaguaiqui-Tumpa. Biografía del pueblo chiriguano y de su último caudillo, La Paz/Cochabamba, los Amigos del Libro, 1972.

27 Lorenzo Calzavarini, Nación Chiriguana. Grandeza y ocaso. La Paz/Cochabamba : Los Amigos del Libro, 1980 ; Francisco Pifarré, op. cit. ; Thierry Saignes, op. cit. ; Erick Langer, Expecting Pears from an Elm Tree. Franciscan Missions on the Chiriguano Frontier in the Heart of South America, 1830-1949, Durham, Duke Press University, 2009.

28 « No hubo documentos que consultar. Fue simplemente penetrar al alma chiriguana, a los indígenas, a los caciques, conversar con ellos, descubrir sus tradiciones. Luego completé la biografía con un documento que había en la prefectura del departamento » (entrevue accordée par Sanabria Fernández à un groupe d’étudiants en juin 1986) in Marcelino Pérez Fernández, Hernando Sanabria Fernández. Inventario bibliográfico, Santa Cruz, UPSA, 1995, p. 3.

29 Lettre anonyme de Lagunillas, 14.02.1892 (La Estrella del Oriente, Santa Cruz, nº 1451, 5.03.1892, p. 2) ; c'est moi qui souligne.

30 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 127.

31 Ibid., p. 121.

32 Dans ce cas précis, il a été impossible de confronter la version transcrite par Sanabria avec l'original qui n’a pas été retrouvé. On ne peut déterminer, de ce fait, si l'erreur provient de la citation dans le corps du livre ou de la transcription de la lettre en annexe. Le plus probable est qu'elle provienne de la citation dans le livre en fonction, comme nous le verrons, des intentions de l'auteur.

33 Juan Ayemoti, « Memorial dirigido al padre Romualdo D’Ambrogi (1891) », en Hernando Sanabria Fernández, Apiaguaiqui-Tumpa. Biografía del pueblo chiriguano y de su último caudillo, La Paz/Cochabamba, los Amigos del Libro, 1972, p. 226.

34 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 121; ava : « homme » en guarani.

35 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 95.

36 Ibid., p. 126.

37 Évangile selon saint Matthieu 3, 1 ; 3, 11.

38 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 130 y 151. Guacaya est un village des environs de Cuevo, et Sanabria assume que Güirariyu en était originaire, bien que les sources de 1874 en fassent un habitant de Cuevo.

39 Ibid., p. 125.

40 Évangile selon saint Luc 4, 37 ; Évangile selon saint Matthieu 4, 25.

41 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 187. Avarenda : « pays des Ava, ou Chiriguano ».

42 Angélico Martarelli y Bernardino de Nino, El Colegio franciscano de Potosí y sus misiones en el Chaco. Noticias históricas recogidas por dos misioneros del mismo Colegio (1918), Cochabamba : talleres gráficos Kipus, 2006, p. 145.

43 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 214.

44 Melchor Chavarría, Informe que presenta al Señor Ministro de Gobierno, el Delegado en las provincias de Tomina, Azero y Cordillera, Coronel Melchor Chavarría, Sucre, tip. del Cruzado, 1892, annexe 5.

45 Melchor Chavarría, Espedición pacificadora…, op. cit., p. 12.

46 Lettre du sous-préfet de Azero au préfet de Chuquisaca, Santa Rosa, 24.01.1892 (CBDH FPD-58).

47 Lettre anonyme de Lagunillas a La Estrella del Oriente, 14.02.1892 (La Estrella del Oriente, Santa Cruz, nº 1452, 9.03.1892 : 2).

48 Lettre du sous-préfet de Azero au préfet de Chuquisaca, Santa Rosa, 8.02.1892 (CBDH FPD-58) ; c'est moi qui souligne.

49 Lettre du sous-préfet de Cordillera au commandant militaire de Misiones et Isoso, Lagunillas, 14.03.1892 (MHSC FMM boîte 4, dossier 10).

50 Hernando Sanabria F., op cit., p. 216.

51 Évangile selon saint Luc 23: 21, 23, 24.

52 Melchor Chavarría, Espedición pacificadora…, op. cit., p. 12.

53 Hernando Sanabria F., op. cit., p. 218 ; c’est moi qui souligne.

54 Par exemple Hernando Sanabria F., op. cit, p. 129-130.

55 Güirariyu « hablaría largamente a su discípulo […] le referiría con todo género de detalles la vida de aquel tempestuoso Aruma [….] pudo ser […] dizque pudo », etc., etc. (Hernando F. Sanabria, op. cit., p. 122-23, et passim).

56 Martarelli lui donne 28 ans (in Angélico Martarelli y Bernardino de Nino, op. cit., p. 134). Nino l'appelle « jeune homme » (op. cit., p. 133), et Santiago Romano « cunumi » (jeune) (Lettre du P. Santiago Romano, 16.01.1892, AFT dossier 1204, M 318 bis).

57 Castor Franco, op. cit., p. 9-10.

58 Rapport du sous-préfet de Cordillera, 12.07.1892 (Museo de Historia de Santa Cruz – MHSC -, Fond Melgar i Montaño - FMM – boîte 4, dossier 10).

59 Hernando Sanabria Fernández, Apiaguaiqui-Tumpa, un personaje singular (conférence donnée dans la Colonia Piray, 24.05.1986), Santa Cruz, Colonia Piray, 1987, p. 8.

60 http://nacioncamba.net

61 Journal El Día, Santa Cruz, 13.04.2010. Les Ayoreo sont des Indiens du Chaco bolivien et paraguayen, complètement absents du soulèvement de 1892.

62 Cité par Hernando Sanabria F., Apiaguaiqui-Tumpa. Biografía del pueblo chiriguano y de su último caudillo, op. cit., p. 7.

63 Ibid., p. 112-113.

64 Calcul basé sur les données de José Cardús, Las misiones franciscanas entre los infieles de Bolivia. Descripción del estado de ellas en 1883 y 1884, Barcelona, lib. de la Inmaculada Concepción, 1886, p. 22-57 ; Melchor Chavarría, Informe…, op. cit., annexe 6 ; dossier de Fray Nazareno Dimeco pour les années 1890-1891 (ABNB MI 1892 sans classement) et Erick Langer, op. cit., p. 166.

65 Angélico Martarelli, Sublevación de los indios chiriguanos en las provincias de Azero y Cordillera, Potosí, El Porvenir, 1892, p. 15. Le journal de Santa Cruz La Estrella del Oriente mentionne des chiffres semblables : avant la bataille, les troupes républicaines se composaient de 250 Blancs et de 2.100 Indiens alliés (3.02.1892, p. 2).

66 Erick Langer, op. cit. ; Thierry Saignes, op. cit.

67 Sur ce thème, je renvoie à Isabelle Combès, « Las batallas de Kuruyuki. Variaciones sobre una derrota chiriguana », Boletín del Instituto Francés de Estudios Andinos, 34(2), 2005, p. 221-233.

68 Francisco Pifarré, « Guaranís: el derecho a ser pueblo », Cuarto Intermedio, 23, 1992, p. 16.

69 Xavier Albó, Los Guaraní-Chiriguanos 3. La comunidad hoy, La Paz, CIPCA, 1990, p. 389.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Combès, « Une Bible chiriguano », Caravelle, 103 | 2014, 19-33.

Référence électronique

Isabelle Combès, « Une Bible chiriguano », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/934 ; DOI : 10.4000/caravelle.934

Haut de page

Auteur

Isabelle Combès

IFEA UMIFRE 17 MAEDI/CNRS USR 3337 - Amérique Latine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org