Navigation – Plan du site
La Bolivie contemporaine et ses représentations

Pour une représentation de la Bolivie contemporaine

Pilar García Jordán et Catherine Heymann
p. 9-17

Notes de la rédaction

Ce dossier s’inscrit dans les projets de recherche développés par Pilar García Jordán (HAR2012-34095) au sein du TEIAA (2014SGR532), groupe de recherche soutenu par la Comissionat per a Universitats i Recerca del DIUE de la Generalitat de Catalunya.

Texte intégral

  • 1 Pierre Francastel, A realidade figurativa, São Paolo, Perspectiva, 1988, p. 152-170 [La réalité fig (...)
  • 2 Nous nous inscrivons dans les questionnements de R. Chartier et E. P. Thompson qui ont contribué à (...)
  • 3 Nous utilisons la notion de représentation collective proposée par R. Chartier, qui permet d’articu (...)

1La représentation est une catégorie d’analyse qui possède plusieurs significations. Celle qui a été retenue ici est l’une des plus consensuelles : la représentation comme matérialisation de conceptions culturelles1. La représentation met en œuvre une double opération : transitive et réflexive. Tandis que la première nous présente les objets absents à travers des images, des gestes, des mots, la seconde a trait à l’acte de donner à voir la présence elle-même, de s’auto-représenter. Parallèlement, nous avons envisagé quelques-uns des questionnements développés par l’histoire socio-culturelle quant à l’importance de la structure objective sur la structure subjective, selon laquelle les positions occupées par les individus dans le domaine économique se traduisent en divisions sociales et en formes de conscience, en identités, en systèmes de croyances et de valeurs, en corpus de lois et en institutions politiques2. Le « social » et l’ « objectif » ainsi compris, ce modèle explicatif établit les conditions qui rendent possible la conscience ou les significations premières tandis que les significations secondes se forgent à travers la médiation de la sphère culturelle. La culture - entendue comme répertoire de mécanismes d’interprétation et système de valeurs de la société - devient ainsi une instance dynamique qui fournit les principes à l’origine de pratiques et participe de la production de relations sociales. L’irruption de la culture comme élément fondamental de la discipline historique a permis, entre autres choses, un changement de point de vue de la « réalité objective » envers les catégories à travers lesquelles elle est perçue, ainsi que de celui de la conscience collective envers les codes cognitifs, permettant le recours à des méthodes et à des pratiques propres à d’autres disciplines, en particulier l’anthropologie. Elle a, en outre, contribué à l’approfondissement de l’apport des pratiques culturelles à la configuration des relations sociales, lesquelles, selon la ligne de l’histoire socio-culturelle précédemment évoquée, ne se réalisent totalement qu’une fois qu’elles sont devenues explicites dans la sphère des « représentations »3.

2Les études réunies dans ce dossier ont été écrites par des chercheurs provenant de disciplines différentes (histoire, littérature, anthropologie), deux d’entre eux étant, par ailleurs, aussi des écrivains boliviens. Cette démarche plurielle permet des « regards » divers, parfois croisés, aux significations variées, souvent complémentaires. Sur les huit articles, quatre abordent la représentation ethnique sur le court, le moyen et le long terme de la Bolivie contemporaine : trois à partir de l’anthropologie - Isabelle Combès, Lorena Córdoba et Diego Villar - et un dans une perspective historique - Ana María Lema Garrett. La représentation nationale est questionnée dans trois autres : du point de vue de l’histoire - Françoise Martinez - et au prisme de la littérature contemporaine - Erich Fisbach et Giovanna Rivero. La réflexion contenue dans le dernier article - Wilmer Urrelo - porte sur la représentation médiatique d’une mort qui secoua la société bolivienne au début du xxe siècle : celle de l’ex- président José Manuel Pando (1917).

3Sous le titre « Une Bible chiriguano. Historiographie de la bataille de Kuruyuki (Chaco bolivien, 1892) », I. Combès décortique le seul travail existant sur la bataille de Kuruyuki qui vit s’affronter les Chiriguanos - aujourd’hui auto-dénommés Guaranis du Chaco bolivien - et l’armée républicaine en 1892. L’ouvrage en question est celui d’Hernando Sanabria Fernández (1972). On sait que le soulèvement de ce groupe - et le combat qui s’ensuivit - ne fut ni le plus nourri ni le plus sanglant mais qu’il fut, ainsi que le signale I. Combès, le plus célèbre car le dernier et, surtout, le seul à avoir fait l’objet exclusif d’un travail « historique ». Le livre de H. Sanabria devint la version officielle et définitive de la bataille de Kuruyuki et, fait rien moins qu’anodin, il s’est transformé, ces dernières décennies, en symbole de l’union des Guaranis. L’analyse détaillée des « sources » à laquelle procède I. Combès lui permet d’établir que l’auteur a biaisé certaines données, en a oublié beaucoup d’autres et qu’à l’aide d’allusions réitérées au Nouveau Testament, il a fait de « l’homme-dieu » chiriguano le Messie de la tradition chrétienne. Il a ainsi imposé une « représentation » déterminée du tumpa (terme qui tout à la fois désigne le chamane et est le titre donné par les Chiriguanos aux leaders messianiques des rébellions contre les Blancs) en vigueur jusqu’à aujourd’hui dans l’historiographie chiriguana. Selon les conclusions d’I. Combès, cette représentation est à l’origine des visions de la bataille de Kuruyuki comme l’union sacrée des Chiriguanos contre les karai, c’est-à-dire la lutte de tout un peuple uni contre l’oppresseur blanc. En outre, et la question est d’importance dans la Bolivie de ces dernières années, la bataille a été considérée par différents membres de la nación camba, mouvement régionaliste surgi dans le département de Santa Cruz, comme une étape significative dans les luttes fédéralistes et pour l’autonomie du département ; et ce qui est plus surprenant encore, elle a fait des Chiriguanos les ancêtres de cette actuelle nación camba. La représentation ethnique se transforme alors en représentation nationale.

  • 4 Nous ne retenons pas les analyses dans lesquelles le « regard » est vu exclusivement comme un instr (...)

4Dans un article intitulé « Los panos bolivianos en el imaginario cauchero (siglos xix y xx) », L. Córdoba s’interroge sur qui sont les Pacaguaras, les Caripunas et les Chacobos, de la famille linguistique pano, tenus pour « barbares » et non assujettis au contrôle des missions. Elle se demande quelle a été leur attitude face à l’expansion du front socio-économique du caoutchouc et elle analyse la représentation qui en a été faite. Après avoir identifié le groupe, l’étude prend appui sur diverses sources pour soutenir que, parallèlement à l’avancée de la frontière du caoutchouc, s’est construit un stéréotype qui faisait des Pacaguaras des individus turbulents, dangereux, rebelles et imprévisibles ; il en va de même pour les Caripunas qui ont, cependant, été vus de manière diversifiée par les sources brésiliennes, dans le contexte de ce qui fut la querelle entre la Bolivie et le Brésil pour le contrôle de l’Acre. L’image radicale de « sauvage » attachée aux Pacaguaras et aux Caripunas contraste avec la sauvagerie « beaucoup plus aimable » des Chacobos perçus, ainsi que l’indique l’auteure, comme « dociles » et « doux ». Néanmoins, dans l’imaginaire du caoutchouc et ainsi que l’on peut l’observer sur les photographies réalisées par Carl Blattman, les Panos sont représentés comme un « autre » irréductible car, comme conclut L. Córdoba, « ils apparaissent à la périphérie des établissements [caoutchoutiers] comme des acteurs de second rôle ayant un programme propre », réclamant des objets et commerçant avec les caucheros mais susceptibles aussi de les attaquer. Il convient de rappeler que les photographies, en tant qu’images, sont construites à partir d’une politique de la représentation qui se développe dans un contexte de relations de pouvoir précis. La « représentation » y est une forme de production et de reproduction du pouvoir et, en même temps, l’expression d’un ordonnancement spécifique4.

5Dans « ¿Los últimos pacaguaras ? », D. Villar essaie d’expliquer, également à partir de l’anthropologie, les raisons pour lesquelles ce groupe, considéré comme pratiquement éteint au cours de la seconde moitié du xxe siècle - dans les années 30 on estimait leur nombre à une douzaine d’individus - apparaît dans le dernier recensement national bolivien (2012) composé de 161 individus. L’auteur discute les motifs de ce « boom démographique » à partir de ce qu’il nomme « des stratégies de manipulation des représentations de l’identité ethnique ». Les raisons qui expliquent une telle situation, dans le contexte bolivien du début du xxie siècle, sont variées. Parmi les plus significatives qui sont étudiées par l’auteur, figure le fait que les Pacaguaras et plus encore les Chacobos - lesquels semblaient apparemment se dissoudre au sein des premiers - sont conscients de l’importance de la diversité ethnique et les premiers apparaissant, selon les termes employés par l’auteur, comme un « paradigme de l'ethnicité », la « pacaguarité » s’impose progressivement. Cependant, comme le remarque D. Villar, cette dernière est prise en charge en bonne partie par la médiation chacoba - la symbiose entre les deux groupes dépasse les demandes formelles des indigénistes et se transforme en ce que Villar appelle un « fait social total ». C’est également cette médiation qui est présente dans la micro-politique concernant les Terres Communautaires d’Origine (TCO) et dans l’adhésion des Pacaguaras à la Centrale Indigène de la Région Amazonienne Bolivienne (CIRABO). Et l’auteur de conclure que l’analyse des fluctuations d’une démographie aussi insignifiante que celle des Pacaguaras montre que les groupes sociaux ne se reproduisent pas en répétant une tradition immémoriale, mais à travers la capacité collective à établir les conditions relationnelles de transformation et d’objectivation de leur propre identité.

6A la différence des études précédentes, c’est à partir de l’histoire que A. M. Lema Garrett, dans son article « El hombre del nuevo mundo. Indígenas de las tierras bajas bolivianas en la mirada de Alcide d’Orbigny », s’intéresse à la représentation ethnique - discursive et visuelle - faite par le scientifique lors de son voyage à travers les terres basses boliviennes (1830-1832) et recueillie dans son Viaje a la América Meridional. Le regard de l’auteure de l’article s’attache à la nécessité de faire ressortir quelques-uns des sens par lesquels une société s’explique et se voit elle-même. Elle utilise pour ce faire l’édition de Baptista Gumucio (1996) qui accorde une importance particulière aux gravures - l’édition originale en incluait plus de cinq cents ayant trait aux récits de voyage de d’Orbigny à travers le continent sud-américain - et se centre sur les figures des indigènes jadis réduits dans les missions jésuites (ceux qui sont considérés génériquement comme les Chiquitanos et les Mojeños), ceux qui furent contactés dans les années 1820 par les Franciscains (les Guarayos et les Yuracarés) et finalement ceux qui n’ont pratiquement pas eu de contact avec la société républicaine (les Sirionós).

7La description et l’analyse initiale du texte et des images visuelles faite par A. M. Lema Garett s’achèvent par des questions auxquelles il n’est pas possible d’apporter de réponse pour le moment. Au vu de la faible circulation de l’œuvre de d’Orbigny dans la Bolivie du xixe siècle, l’auteure se demande dans quelle mesure la représentation faite par le Français a imprégné l’imaginaire national bolivien alors en cours de construction et dont faisaient partie, entre autres artefacts, la cartographie, les statistiques nationales et les recensements, qui furent mis en œuvre et impulsés dans les années 1840 par le gouvernement de Ballivián mais ne parvinrent au public qu’avec retard, comme par exemple la carte de la Bolivie, qui ne fut imprimée qu’en 1859. Ces images purent-elles faire partie de ce projet de construction de la nation, à l’initiative de leurs auteurs, en raison de leur intérêt et de leur engagement scientifique ?

8S’il n’est pas possible à ce jour de répondre à la question, celle-ci nous permet d’introduire le travail de F. Martinez « Un ‘monument de papier’ pour célébrer et réinventer la Bolivie du Premier Centenaire de l’Indépendance ». En effet, l’auteure aborde aussi, du point de vue de l’histoire, la représentation de la nation à l’œuvre dans Bolivia en el Primer Centenario de su Independencia - d’où l’expression contenue dans le titre « monument de papier » -, ouvrage publié dans le cadre de la célébration de la Bolivie comme État indépendant. F. Martinez part de l’hypothèse communément acceptée aujourd’hui par les historiens que l’importance des commémorations historiques n’est pas tant de célébrer l’histoire passée que d’en négocier la « représentation », celle-ci devenant un acte politique qui sélectionne un fait, un personnage, un groupe dont d’autres sont exclus. L’objectif de l’auteure est d’analyser les stratégies politiques de construction de ce qu’elle appelle la « mémoire patriotique commune » en même temps que de montrer « l’instantané » de la nation qui est proposé par ses groupes dirigeants. Le premier Centenaire intervient à un moment clé de la construction de l’imaginaire national bolivien qui incorpore tous les éléments du discours libéral de l’époque, parmi lesquels les visions évolutionnistes et racistes qui considèrent les populations indigènes comme un « peuple malade » et un obstacle à la consolidation de la Bolivie progressiste et civilisée. De là, le commentaire final de F. Martinez à propos de l’œuvre commémorative qui, selon elle, traduit une stratégie des élites boliviennes, lesquelles dans leur volonté de montrer une nation moderne, unifiée et désindianisée, produisent une histoire nationale plus qu’elles ne la relatent.

9De cartographie et de territoire, il est aussi question dans les deux articles qui envisagent l’évolution et les transformations de la représentation nationale à travers la littérature bolivienne depuis la seconde moitié du xxe siècle jusqu’à nos jours. Comme le souligne Giovanna Rivero dans l’introduction à son étude intitulée « Tirinea (1969) : una patria para la modernidad boliviana », la représentativité et la visibilité de la production littéraire bolivienne ont fonctionné durant la première moitié du xxe siècle comme « une carte déchirée, en lambeaux, dans les morceaux de laquelle on lit les coordonnées incomplètes d’une Bolivie principalement andine et coloniale ».

10Plusieurs événements historiques comme la Guerre du Chaco (1932-1935) ou la Révolution Agraire de 1952 avaient pourtant contribué à mettre en lumière l’existence d’autres identités (collas, cambas, chaqueños, par exemple). Des imaginaires littéraires distincts s’étaient fait jour, même si le champ culturel hégémonique de l’époque et le canon littéraire émergent tendaient à les rendre invisibles. Et c’est au roman de l’un de ces auteurs que G. Rivero consacre son analyse : à Tirinea (1969) de Jesús Urzagasti, écrivain du Chaco. Elle voit dans ce texte une œuvre fondatrice à travers la représentation de ce qu’elle appelle une « géo-culture affective des terres basses de la Bolivie ». Les terres orientales, longtemps ignorées ou reléguées à la périphérie du territoire national, sont ici recréées non dans le cadre d’une binarité figée mais à travers la proposition d’une « subjectivité bolivienne complexe », source de résistance et d’opposition, capable de pénétrer les référents culturels dominants pour les problématiser et les enrichir. La « patrie » présente dans l’œuvre et dans le titre de l’étude est celle de l’imagination. J. Urzagasti donne ainsi corps à une représentation nouvelle de la bolivianité dans laquelle la subjectivité et l’imagination l’emportent sur le référentiel. C’est en ce sens que, pour G. Rivero, ce roman inaugure la première étape de ce qu’elle nomme « l’ère post-nationale ».

11L’article d’Erich Fisbach, « Régionalisation et mondialisation : les enjeux de la littérature narrative dans la Bolivie du xxie siècle », s’avère complémentaire du précédent. Partant du constat de l’inclination de la littérature latino-américaine la plus récente à ne pas s’en tenir aux limites géographiques nationales ou continentales, l’auteur interroge l’évolution de la notion même de « littérature nationale » en procédant à l’examen de plusieurs œuvres contemporaines de la littérature narrative (romans et nouvelles) et en précisant bien qu’il ne faut y voir que des tendances. Rappelant ce qui pourrait être considéré, dans la première moitié du xxe siècle, comme la trilogie constitutive de la littérature nationale - l’indigénisme, le régionalisme et le réalisme hérité du xixe siècle -, il souligne que la représentation en fut essentiellement spatiale et basée fondamentalement sur la mise en scène et la dénonciation d’antagonismes sociaux, politiques et raciaux. La perspective diachronique permet d’observer une première évolution de la représentation qui, dès le début de la seconde moitié du xxe siècle (avec le roman de Marcelo Quiroga Santa Cruz, Los deshabitados), passe de la soumission à un environnement physique et socio-historique prégnant à celle d’un paysage urbain protéiforme qui voit l’éclosion de la subjectivité, instituant la prépondérance des destins individuels. La représentation de l’identité collective, qui présidait à la création initiale, évolue vers une dimension plus intimiste, qui place l’individu au cœur du processus de l’écriture et tend à s’émanciper des contraintes référentielles, en particulier spatiales. Depuis la fin des années 1980, sous les effets conjugués de la modification des équilibres régionaux, de l’accélération de l’urbanisation du pays et du développement d’Internet qui a entraîné un accès élargi à la culture, la production narrative bolivienne a encore évolué. A la représentation d’espaces de circulation, majoritairement urbains, à la représentation minimaliste, voire inexistante, de l’espace même s’est ajoutée celle d’espaces lointains (Asie, Afrique), posant la double question de la déterritorialisation et de l’extraterritorialité de la littérature bolivienne - et d’une partie des littératures construites et identifiées jusque-là en fonction de leur aptitude à rendre visible un territoire « national ». Pour l’auteur de l’article, s’il s’agissait précédemment de décrire et de refléter la réalité extérieure et les tensions que celle-ci produisait sur la société, les œuvres récentes se penchent, quant à elles, sur les effets produits par cette réalité extérieure sur l’intériorité des personnages.

12L’article de Wilmer Urrelo « ‘Yo he respirado de la patria el aire’ (historia de tres mujeres invisibles) », qui clôt le dossier, s’intéresse plus particulièrement à la représentation médiatique d’un épisode retentissant de la turbulente vie politique bolivienne du début du xxe siècle : la mort, vraisemblablement accidentelle, d’un ex-président de la République. Le 17 juin 1917, une nouvelle secoua le pays : José Manuel Pando, président libéral de 1899 à 1904 fut retrouvé mort au fond d’un ravin dans la zone de Kenko (sur les hauteurs de La Paz). L’enquête policière privilégia deux hypothèses : la première fut celle d’un accident puisque J.P. Pando effectuait alors un voyage à cheval de Luribay (département de La Paz) à la capitale ; la seconde fut celle d’un assassinat, car on prêtait à l’ancien dirigeant l’intention de revenir dans la vie politique, dans les rangs du Parti Républicain qu’il venait de fonder (1915) avec d’autres personnalités afin de mettre un terme à un libéralisme qu’il jugeait dénaturé. Au fil des mois, et dans un contexte d’extrême tension politique et économique, l’exploitation de cette mort à des fins politiques l’emporta : quatre hommes - Néstor Z. Villegas, les frères Juan et Alfredo Jáuregui, Simón Choque - et trois femmes furent accusés de ce qui fut alors nommé « le crime de Kenko ». Après avoir retracé minutieusement les contextes et les péripéties de l’histoire officielle, W. Urrelo s’intéresse au processus d’invisibilisation, dans la presse de l’époque, de ces trois femmes, pourtant elles aussi accusées et condamnées à des peines de prison. L’une - Dolores Jáuregui - était la mère de Juan et Alfredo, lequel fut exécuté ; l’autre, Tomasa de Villegas, sœur de Dolores, était aussi l’épouse d’un des accusés - Néstor Villegas - tandis que la troisième femme, Rosa Ascurrunz, belle-soeur du même Néstor mourut pendant le procès. Ce qui fut « vendu » comme un assassinat politique était une affaire d’hommes ; les femmes n’y avaient pas leur place. Le meurtre eût-il été passionnel, l’affaire aurait été différente comme W. Urrelo en fait la démonstration en le comparant à un fait divers qui défraya alors la chronique. Mais comme l’écrivait un journaliste dans El Diario du 18 juin 1918, dans le cas Pando « il ne s’agissait que de trois femmes venant du monde rural ». L’auteur ouvre et clôt significativement son étude sur une photographie - probablement prise au sein de la prison - qu’en contrepoint à l’analyse de la construction de ce silence médiatique, il s’emploie à faire parler.

Haut de page

Notes

1 Pierre Francastel, A realidade figurativa, São Paolo, Perspectiva, 1988, p. 152-170 [La réalité figurative : éléments structurels de la sociologie de l’art, 1965].

2 Nous nous inscrivons dans les questionnements de R. Chartier et E. P. Thompson qui ont contribué à cerner, dans leurs travaux, ce qui est « objectif » en intégrant des formes de différences - sexe, race, croyance religieuse, etc. - et la nécessité d’utiliser les ressources, matérielles ou culturelles, mises en œuvre par les sujets. Ces auteurs ont ainsi été amenés à défendre l’existence d’une interaction dialectique entre la structure socio-économique (objective) et l’action consciente (subjective). Voir, entre autres, les articles de ces deux auteurs qui figurent dans la monographie « Dos décadas de historia social » publiée dans Historia Social, nº 10, Valencia, 1991.

3 Nous utilisons la notion de représentation collective proposée par R. Chartier, qui permet d’articuler au « social » trois modes de relation ; le premier concerne la classification des configurations intellectuelles à travers lesquelles la réalité est construite, de manière contradictoire, par les différents groupes sociaux ; le second, les pratiques qui permettent de rendre reconnaissable une identité sociale, de se signifier symboliquement (à travers un statut, un rang, etc.) ; le troisième, les formes institutionnalisées et objectivées grâce auxquelles des représentants (individuels ou collectifs) marquent la visibilité et la permanence du groupe, de la communauté ou de la classe. Chartier Roger, art. cit., p. 171.

4 Nous ne retenons pas les analyses dans lesquelles le « regard » est vu exclusivement comme un instrument unilatéral de domination et de contrôle car l’usage politique des images exige de comprendre les relations, sentiments, attitudes, etc, fréquemment contradictoires, à travers lesquels les peuples confèrent aux images des sens et des valeurs spécifiques. Voir Poole Deborah, Visión, raza y modernidad. Una economía visual del mundo andino de imágenes, Lima, Sur Casa de Estudios del Socialismo, 2000, p. 16-17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pilar García Jordán et Catherine Heymann, « Pour une représentation de la Bolivie contemporaine », Caravelle, 103 | 2014, 9-17.

Référence électronique

Pilar García Jordán et Catherine Heymann, « Pour une représentation de la Bolivie contemporaine », Caravelle [En ligne], 103 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/931

Haut de page

Auteurs

Pilar García Jordán

Universitat de Barcelona

Catherine Heymann

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org