Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Béatrice DIDIER, Antoinette FOUQUE et Mireille CALLE-GRUBER (coord), Le Dictionnaire universel des femmes créatrices

Lettrines dessinées par Sonia Rykiel, Paris, « Des Femmes », 2013, 3 vol. environ 5000 p.
Marie-Cécile Bénassy-Berling
p. 243-244
Référence(s) :

Béatrice DIDIER, Antoinette FOUQUE et Mireille CALLE-GRUBER (coord), Le Dictionnaire universel des femmes créatrices. Lettrines dessinées par Sonia Rykiel, Paris, « Des Femmes », 2013, 3 vol. environ 5000 p.

Texte intégral

1Entreprise novatrice que ce gros dictionnaire qui se veut résolument pluridisciplinaire et « mondialisé ». En effet il joue bien son rôle et réveille la mémoire de quantité de personnes injustement oubliées. Il comporte aussi des notices sur les associations et les mouvements d’idées. Si vous feuilletez la lettre K, vous voyagez beaucoup de par le monde. Vous trouvez l’actrice Grâce Kelly, mais aussi Aona Keita (1912-1980), sage-femme malienne et militante féministe. Vous trouvez en outre Kyofuxai, une association protestante japonaise qui existe depuis 1864.

2L’époque contemporaine est bien entendu privilégiée. Contrairement au « Michaud », l’ancêtre des dictionnaires biographiques universels, celui-ci admet les personnes encore vivantes. Ne nous demandons pas si certaines chanteuses (ou secrétaires d’Etat) seront encore vues comme créatrices dans cinquante ans. Les hispano-américaines profitent largement de cette hospitalité : lourd travail eût été pour nous d’aller dénicher les oublis. Les XIXe et XXe siècles sont aussi assez présents. Pour les temps plus anciens, c’est une autre affaire. Nous faisons il est vrai une sympathique découverte : Sor Juana de Maldonado y Paz, (1598-1666), poète guatémaltèque, sorte de Sor Juana Inés de la Cruz au petit pied sauf qu’elle était d’une grande famille et qu’elle devint abbesse de son couvent. Son poème le plus connu est El ángel de los forasteros. Elle écrivit aussi un drame pour la fête de Noël Entretenimiento en obsequio de la guiada (sic) a Egipto. Mais, hors cette trouvaille, nous déplorons la maigreur de la récolte. Sor Juana n’a pas à se plaindre : elle a droit à presqu’autant d’espace que Frida Kahlo et malgré deux ou trois maladresses, la notice est assez riche. On trouve ensuite la Périchole, déjà bien connue de nos grand-mères... Ensuite plus rien : pas de Marina la Malinche, mère d’une grande nation, qui a pourtant l’honneur du Petit Larousse. Pas de Monja Alférez, une Espagnole qui guerroya tant dans le Nouveau Monde et dont le travestissement devrait intéresser nos contemporains, pas de péruvienne Amarilis. On pourrait continuer la liste.

3C’est-à-dire que nos vice-royautés n’ont pas encore leur place dans la culture mondiale. Umberto Eco ne vient-il pas d’oublier le Nouveau Monde dans un livre consacré aux pays imaginaires ? Un comble. Mais pour la question des femmes le remède est peut-être à portée de fichier : l’éditeur prévoit d’intégrer les oubliées dans la future édition électronique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Béatrice DIDIER, Antoinette FOUQUE et Mireille CALLE-GRUBER (coord), Le Dictionnaire universel des femmes créatrices », Caravelle, 102 | 2014, 243-244.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Béatrice DIDIER, Antoinette FOUQUE et Mireille CALLE-GRUBER (coord), Le Dictionnaire universel des femmes créatrices », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/922

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org