Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Américo LARRALDE RANGEL, El eclipse del Sueño de Sor Juana

Mexico, Tezontle, 2011, 132 p.
Marie-Cécile Bénassy-Berling
p. 242-243
Référence(s) :

Américo LARRALDE RANGEL, El eclipse del Sueño de Sor Juana, Mexico, Tezontle, 2011, 132 p.

Texte intégral

1Un ingénieur mexicain, astronome à ses heures, nous apporte un nouvel élément d’explication du Sueño, oeuvre maîtresse et inépuisable de la « Dixième Muse ». Depuis longtemps, il avait été frappé par la double identité, mythologique et astronomique, de personnages/animaux évoqués au début du poème. Il publia déjà un article en 1988. Or, grâce à des tables de la NASA, il a pu préciser cette coïncidence. De la terrasse de son couvent, le 22 décembre 1584, entre 2h 40 et 4h 50, Sor Juana a pu observer une éclipse de lune. Ce fait a très bien pu être le déclencheur de la composition du poème. On sait maintenant reconstituer le spectacle qu’à 20° de latitude, elle eut alors sous les yeux, les constellations qui apparurent puis disparurent. Or, justement, on les retrouve, plus ou moins explicitement, dans le Sueño : « los peces » et Alcyon, « el can dormido », le Grand Chien, « de Júpiter el ave generosa » l’Aigle etc. La couverture du livre reproduit le planisphère de cette nuit-là avec les vers qui correspondent aux diverses parties du ciel. Sor Juana se sera inspirée de la traduction latine du très ancien Phainomenon d’Aratos de Soles qu’elle connaissait sûrement car elle le cite dans le Neptuno alégórico. La mention comme source du Somnium de Kepler est beaucoup moins pertinente car l’œuvre de ce savant commençait seulement à être diffusée au temps de Sor Juana. En outre il était luthérien. Larralde l’imagine persécuté par le Saint Office alors qu’il eut affaire à des théologiens protestants. Un astronome peut ne pas être historien.

2Alberto Pérez Amador Adam, le savant spécialiste du Sueño, a pris très au sérieux la découverte de Larralde. Celle-ci nous confirme dans l’idée que Sor Juana a beaucoup étudié l’astronomie et l’astrologie qui, à l’époque, étaient en quelque sorte superposées. Et forcément elle fit beaucoup de mathématiques. Elle n’en fait pas état alors que, grâce à la comète de 1681, l’astronomie était à la mode à Mexico. Mais son amie la vice-reine avait des idées très traditionnelles : la prudence s’imposait doublement. Sor Juana nous a seulement laissé des indices à décrypter. Larralde remarque aussi que, dans le portrait (posthume) de Miguel Cabrera, le livre de St Augustin est ouvert à une page qui mentionne le psaume 5, or le juste y demande à Dieu sa protection contre les ennemis… Encore une suggestion discrète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Américo LARRALDE RANGEL, El eclipse del Sueño de Sor Juana », Caravelle, 102 | 2014, 242-243.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Américo LARRALDE RANGEL, El eclipse del Sueño de Sor Juana », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/920

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org