Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luis SEPÚLVEDA, Daniel Mordzinski, Dernières nouvelles du Sud

Paris, Editions Points, 2013, 205 p.
Marlène Lepoittevin
p. 240-242
Référence(s) :

Luis SEPÚLVEDA, Daniel Mordzinski, Dernières nouvelles du Sud, Paris, Editions Points, 2013, 205 p.

Texte intégral

1Dernières nouvelles du Sud, publié en 2012, est avant tout le récit d’un voyage. Mués par une « envie de dépasser la relation d’éternel concubinage texte-photo », Luis Sepúlveda et Daniel Mordzinski tentent de sortir du cadre formel d’un simple reportage en retraçant un périple de 3500 km, de San Carlos de Bariloche jusqu’à l’île de Chiloé en Patagonie chilienne en passant par le Cap Horn.

2Retracé sous la forme de onze nouvelles, ce vagabondage spontané nous emmène au cœur d’un univers mythique : la Patagonie. Devant la coutume qui nomme ce lieu le « bout du monde », Sepúlveda voit en lui le dernier refuge d’un temps passé, espace « paradisiaque et inhabité » dont la tranquillité est aujourd’hui menacée par le tourisme et l’exploitation des ressources naturelles.

3Au rythme des paysages désertiques traversés par les deux protagonistes, ce voyage à la fois visuel, auditif et olfactif, transporte le lecteur, l’amenant à ressentir le moindre soubresaut produit par les rencontres qui viennent briser le silence et la solitude de la steppe patagonienne.

4Si pour les habitants de la Patagonie « faire demi-tour et revenir en arrière porte malheur », Luis Sepúlveda utilise le voyage en tant qu’outil servant à faire le lien entre passé et présent. A bord du « Patagonia express », moyen de transport emblématique aujourd’hui tombé dans l’oubli, l’auteur se fait le conteur des temps passés en retranscrivant la mémoire collective à la manière d’un récit oral. Ainsi, le principe même du livre possède une visée spécifique pour l’auteur. Au travers de ces « pages qui prennent vie », l’écriture constitue un refuge, un moyen de s’évader de la morne réalité. Reprenant Oslvaldo Soriano et son « inventaire des pertes », le voyage consiste à se remémorer un passé aujourd’hui considéré comme révolu, l’auteur assimilant son ouvrage à un « recueil de nouvelles posthumes, le roman d’une région disparue. Rien de ce que nous avons vu n’existe plus aujourd’hui comme nous l’avons connu ».

5Cette insistance sur l’idée d’un monde désormais disparu est par ailleurs présente dans le récit sur le rapport entre les populations indiennes et la quila -une variété de bambou poussant dans les Andes- qui symbolise la fin d’une ère et fait office de mauvais présage : « La quila a fleuri pour la dernière fois. Ses rouges fleurs de mauvaise augure ont rougi la Patagonie andine et on n’a pas eu besoin d’attendre longtemps pour savoir de quel côté venait le malheur ».

6Dès lors, apparaît une profonde opposition entre passé et présent. L’époque révolue dont nous parle Luis Sepúlveda se caractérise par son effondrement suite à la colonisation et à la mise en place d’un système capitaliste. Ce temps des vaincus est représenté par les divers personnages mis en scène : les indiens tehuelches et mapuches, le vieux machiniste ou encore le luthier, dont les modes de vie se trouvent en harmonie avec les différents éléments de la nature. Rythmés par les saisons, ces « temps heureux » évoquent la beauté de l’harmonie entre les hommes et la faune sauvage, qui jusqu’à lors vivaient en interdépendance. Symbolisé par la quila, le lien entre la nature et ses habitants représente un art de vivre aujourd’hui oublié, d’où la douleur de se remémorer ce passé dont la perte constitue une véritable tragédie.

7Il est en effet aisé de sombrer dans la nostalgie face à ce monde des vainqueurs décrit par Sepúlveda. Dans ce système déshumanisant qui réduit l’homme à une simple valeur marchande, la violence des bouleversements économiques n’a d’égale que la voracité des vainqueurs –banquiers, privatiseurs, modernisateurs- tous unis au nom du progrès. La privatisation des chemins de fer argentins, symbole de la modernisation du pays, évoque l’égoïsme d’un système dirigé par l’argent et aveugle face aux conséquences de ses excès.

8Cette transition, amorcée à l’arrivée des colons, s’est effectuée dans la douleur et le sang des vaincus, dont l’histoire suscite l’indifférence. Il s’agit donc pour l’auteur de prendre part à la lutte en aidant à faire revivre ce passé ignoré. « Certaines histoires préfèrent qu’on les raconte autour d’un verre, elles aiment s’installer de mille manières dans la bouche du narrateur jusqu’au moment où elles, et elles seules, décident de se transformer en mots sur du papier ».

9L’histoire possède une volonté propre chez Luis Sepúlveda. Obéissant à ses envies, l’ouvrage semble personnifié, guidant l’auteur qui va alors s’effacer devant le récit. Ainsi, s’il affirme qu’« ils ne veulent pas être la mémoire de l’auteur mais une mémoire collective », il avance également l’idée que ces récits « s’ordonnent toujours tout seuls », leur conférant une personnalité qui se fait l’écho des voix oubliées.

10Cette mémoire collective est également une mémoire qui dénonce la dictature, la misère, l’établissement des nazis dans la région (notamment à San Carlos de Bariloche), le pillage des ressources par les chercheurs d’or ou encore la destruction des cultures indigènes au prix du progrès. Chaque rencontre est propice à l’indignation face à l’horreur, convertissant le personnage en un « vengeur de papier » qui, s’il ne peut changer la réalité, détient néanmoins le pouvoir de la dénoncer par les mots.

11Cette forme narrative est déterminée par une subjectivité ainsi qu’une absence de respect chronologique caractéristique de l’espace patagonien. Ici, les mythes et les croyances se mêlent au rationnel jusqu’à offrir à la Patagonie une réalité propre, une réalité hors de la réalité. Comparable à nul autre endroit, la région devient alors le lieu de rencontres insolites (la dame aux miracles, le lutin Coquito) et d’histoires rocambolesques (le shérif). Car après tout, « l’histoire n’est qu’un prétexte pour enjoliver la réalité et prolonger les soirées au coin du feu en sirotant son maté ».

12A travers ses photos, Daniel Mordzinski tente quant à lui de préserver précieusement les souvenirs de ces rencontres, comme s’il souhaitait s’assurer qu’elles ont réellement existé hors de la dimension du récit. Ses clichés font le lien entre le lecteur et le temps passé à travers une trinité Homme/Animaux/Paysages, afin de retransmettre l’atmosphère de cet espace singulier. Enfin, l’utilisation du noir et blanc permet au lecteur de faire revivre ces souvenirs, les rendant intemporels.

13Ces récits, a priori sans lien apparent les uns avec les autres, représentent en réalité l’essence même du périple en Patagonie tel que les deux voyageurs le conçoivent. Au service de l’histoire, ils transmettent une réalité intemporelle à travers ces rencontres qui interpellent et émerveillent, comme autant de témoignages d’un univers fragile façonné par une nature sans limites.

14En proie à des bouleversements violents, cet espace constitue le symbole d’un monde désormais disparu, celui de la locomotive à vapeur que Luis Sepúlveda associe à sa propre mort, à la fin du voyage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Lepoittevin, « Luis SEPÚLVEDA, Daniel Mordzinski, Dernières nouvelles du Sud », Caravelle, 102 | 2014, 240-242.

Référence électronique

Marlène Lepoittevin, « Luis SEPÚLVEDA, Daniel Mordzinski, Dernières nouvelles du Sud », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/916

Haut de page

Auteur

Marlène Lepoittevin

Université de Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org