Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Claire BOURHIS-MARIOTTI, Marcel DORIGNY, Bernard GAINOT, Marie-Jeanne ROSSIGNOL, Clément THIBAUD (sous la direction de), Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860. Réorientation des empires, nouvelles colonisations, Amériques, Europe, Afrique

Bécherel, Editions Les Perséides, 2013, 413 p.
Frédérique Langue
p. 232-235
Référence(s) :

Claire BOURHIS-MARIOTTI, Marcel DORIGNY, Bernard GAINOT, Marie-Jeanne ROSSIGNOL, Clément THIBAUD (sous la direction de), Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860. Réorientation des empires, nouvelles colonisations, Amériques, Europe, Afrique, Bécherel, Editions Les Perséides, 2013, 413 p.

Texte intégral

1Dans la ligne d’une histoire de la Révolution qui effectue enfin le lien, comme le souligne fort justement Pierre Serna dans son introduction, avec l’histoire de la colonisation, des colonies et des révoltes d’esclaves depuis les espaces colonisés, cet ouvrage se veut une reconsidération historiographique d’un thème, celui des empires coloniaux, et une réintégration dans les histoires générales de la fin du XVIIIe siècle qui tirerait le meilleur parti de l’histoire sociale et des représentations, en d’autres termes, du « paysage social et mental des contemporains de la révolution atlantique ». Ce principe étant posé, l’espace considéré, l’Atlantique, est affirmé comme cadre d’une réflexion plurielle bienvenue dans laquelle sont mises en perspective les révolutions portées par les libres de couleur et les esclaves ainsi que les « libérations coloniales » qui en résultent. Il s’agit en d’autres termes de repenser des mutations historiques considérées jusqu’alors isolément, ou dans un cadre impérial unique, afin de cerner l’impact des « révolutions atlantiques » sur le monde de la servitude au sens large.

2Il convient à cet effet de se souvenir du cadre d’études rigoureux, précis, qui fut celui de l’histoire des (dé)colonisations européennes, à des années-lumière de l’hagiographie révolutionnaire ou d’un récit qui aurait été surdéterminé depuis la métropole, notamment dans le cas français. L’accent mis précédemment sur des « droits naturels » en définitive fort abstraits et que les exemples de révolutions des colonies ne firent qu’infirmer, comme le montrent bien les travaux d’Yves Bénot, tend par conséquent à disparaître des études les plus récentes. Bien que ne revendiquant pas toujours explicitement son inscription dans l’histoire des « représentations », la notion de « paysage mental » acquiert à cet égard une importance analytique décisive dans l’appréhension du thème des colonies et d’une insertion dans le processus révolutionnaire qui s’érige en questionnement politique dès les dernières décennies du XVIIIe siècle (voir sur ce point les ouvrages de B. Gainot et M. Dorigny, sans compter les travaux récents de Frédéric Régent sur une législation à caractère « humanitaire »). La bibliographie, abondante, se décline suivant un certain nombre de lignes de forces au nombre desquelles la centralité des révoltes et révolutions dans l’aire atlantique et plus particulièrement dans les colonies françaises est devenue un impératif majeur.

3Portés par des thèmes aussi significatifs pour les imaginaires historiques et politiques locaux (ainsi les révoltes d’Haïti/Saint-Domingue et son paradigme indépendantiste, qui se superpose à la dimension révolutionnaire de l’événement), les travaux sur les métissages, les esclavages/abolitions et le phénomène révolutionnaire revisitent la nature des sociétés créoles, insistant de la sorte sur la question de la couleur — et non plus seulement du statut social — et les enjeux à la fois discursifs et identitaires en découlant. Le cadre en est désormais étendu, incluant les recompositions à l’œuvre dans l’espace atlantique en général, parallèlement aux destinées révolutionnaires de régions entières, ou, à l’inverse, de tendances à la recolonisation. Cet ouvrage vise ainsi à confronter sur le temps long des dynamiques impériales (Espagne, France, Grande-Bretagne, Portugal), en un temps intermédiaire qui n’est plus tout à fait celui de l’esclavage et de la traite, mais qui ne s’est pas pour autant dégagé du carcan des anciennes formes de domination. Fruit d’un colloque, s’inscrivant dans la continuité des manifestations scientifiques l’ayant précédé, le présent ouvrage part d’un constat lié précisément à ce que l’on peut considérer comme le paradigme haïtien. Les études, jusqu’alors centrées sur les Antilles françaises et plus particulièrement Saint-Domingue, ont en effet montré que l’indépendance haïtienne, fortement corrélée aux événements de métropole, n’a pas nécessairement eu valeur de « modèle de libération », induisant bien au contraire un renforcement tangible des systèmes coloniaux esclavagistes (France, Angleterre, Espagne), Amérique du nord comprise. Le « syndrome de Saint-Domingue », tel que l’a défini Alejandro Gómez, a même alimenté une peur des révolutions d’esclaves ou des libres de couleur dans l’ensemble de l’aire caribéenne, circonstance amplifiée par les circulations de populations fuyant précisément la « révolution noire » pour se réfugier au Venezuela ou à Cuba. De telle sorte que les effets de l’indépendance haïtienne furent à la fois inversés et paradoxaux, conduisant à la mise en place d’un système esclavagiste de plantations modernes à Cuba — nous renvoyons sur ce point aux travaux de Consuelo Naranjo, María Dolores González Ripoll, et Antonio Santamaría — ou contribuant en revanche à l’abolition de la traite, à l’octroi de la citoyenneté aux libres de couleur, à la redéfinition des formes de travail ou à la « liberté des ventres » tout au long de la décennie 1810, aussi bien dans la capitainerie générale du Venezuela qu’en Nouvelle-Grenade. Le thème des droits de l’homme coexiste dès lors avec la recherche d’une nouvelle efficacité, si ce n’est d’une rentabilicé, repensée dans le domaine économique voire commercial et financier, et dans le cadre des réseaux préexistants du commerce atlantique. L’abolition de la traite en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis — respectivement en 1807 et 1808 — s’inscrit toutefois dans le prolongement de nouveaux projets d’implantations coloniales, à destination de l’Afrique principalement, mais tire tout aussi bien parti de la contradiction première des systèmes anti-esclavagistes : le caractère massif de la traite dans son acception illégale, tout au long de la séquence chronologique considérée et quelles que soient les dispositions prises à son encontre sur le plan juridique.

4L’ensemble des ces questions touchant à l’adaptation des systèmes coloniaux européens et aux recompositions impériales est abordée ici en insistant sur les premières décennies du XIXe siècle et dans une perspective comparée, laquelle inclut aussi bien l’espace atlantique et ses trois, voire Quatre, empires — le Brésil de la fin des années 1840 va ainsi « importer » massivement des esclaves —, que l’océan Indien ou l’Afrique et leurs « établissements » coloniaux. Pendant cette séquence, l’histoire de l’empire colonial de la France est marqué par des revers, voire l’imposition de nouveaux types de sujétions, de Saint-Domingue à Madagascar, comme le montrent les contributions de Jean-Pierre Le Glaunec, Vertus Saint-Louis et Klara Gusti Gaillard-Pouchet ou encore Jean-Pierre Sainton, nombre des intervenants ayant privilégié la dimension comparée dans leur approche des sociétés esclavagistes et des héritages politiques et sociaux de ces dernières. A la lecture de la plupart de ces chapitres, l’abolition sur le plan juridique et la lente décomposition des systèmes esclavagistes n’ont d’autre signification que l’adoption de formes nouvelles de colonisation à opposer occasionnellement à des « conservatismes esclavagistes », comme en témoigne l’exemple africain et les politiques officielles de la République française mises en œuvre dès le Directoire, ou encore les traites déguisées et autres contrats « d’engagement » que l’on retrouvera à La Réunion ou en Afrique orientale. L’exemple des pays anglophones montre par ailleurs la complexité des mécanismes qui conduiront la Couronne britannique et les Etats-Unis à concevoir la colonisation africaine comme un moyen d’émancipation et de rapatriement de leurs anciens esclaves, projet relayé en grande partie par l’American Colonization Society, non dénué d’intérêt pour les Noirs libres, certains d’entre eux valorisant cependant des formes d’ « émigration volontaire », y compris vers Haïti (voir sur ce point la contribution de Claire Bourhis-Mariotti). Le cas de la Sierra Leone, terre de mission des abolitionnistes britanniques, renvoie également à une mission d’un autre genre : celle-là même qui vise à éradiquer l’esclavage, et que la mission Mendi, faisant suite à l’affaire de l’Amistad —à laquelle Michael Zeuske a récemment consacré un ouvrage d’importance — , mettra clairement en évidence.

5Le laboratoire de l’Amérique ibérique complète ici cette vision liée désormais à la refonde d’un héritage colonial de longue durée, de ses formes de dominations, de ses rapports de pouvoir entre les populations locales et les descendants d’Européens, et à la prise en compte de nouvelles valeurs sociales issues des Révolutions d’indépendance (citoyenneté, égalité devant la loi, constitutionnalisme et souveraineté populaire). Il s’agit ici de prendre en considération la tension existant entre le projet libéral —issu en grande partie de la Constitution de Cadix (1812) — et les institutions et pratiques renvoyant à l’Ancien Régime. Deux exceptions marqueront cependant le devenir du débat abolitionniste : celles de Cuba et de Puerto Rico, dont l’indépendance n’interviendra pas avant la guerre hispano-américaine de 1898. Certaines contributions s’appuient à cet égard sur les Subaltern Studies, alors que l’historiographie sur Cuba insiste sur le rôle central des esclaves dans leur propre libération, en liaison avec la rupture d’un lien colonial renforcé par un système de plantation esclavagiste intensif (voir à cet égard l’ensemble des travaux d’Ada Ferrer, Christopher Schmidt-Nowara ou Rebecca Scott). Le cas cubain, indissociable des connexions entre l’île et les Etats-Unis, est ainsi analysé par Rama Jerad et Dominique Gonçalvés, y compris dans sa dimension intellectuelle si l’on considère le rôle joué par José Antonio Saco et la revendication explicite bien que vouée à l’échec d’une intégration dans l’Union américaine afin de libérer l’île de l’emprise de l’Espagne. Loin de privilégier une vision téléologique du processus abolitionniste et de la recomposition des projets portés ou subis par les empires en présence sur le long terme (pré-abolitions, rébellions et révoltes de la période coloniale, etc.) ou encore une interprétation humaniste (« adoucissement » des conditions de l’esclavage/de travail contraint), cet ouvrage présente par conséquent un grand mérite : non seulement d’accueillir des hypothèses novatrices — sans pour autant succomber à de nouvelles tentations hagiographiques —, mais également de renvoyer à des questionnements parfois fort distincts de la problématique globale de la décolonisation, car renvoyant à des modèles étatiques fort différents de celui de l’Etat-nation, et qui dépassent par conséquent très largement les frontières nationales qui se mirent en place au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Claire BOURHIS-MARIOTTI, Marcel DORIGNY, Bernard GAINOT, Marie-Jeanne ROSSIGNOL, Clément THIBAUD (sous la direction de), Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860. Réorientation des empires, nouvelles colonisations, Amériques, Europe, Afrique », Caravelle, 102 | 2014, 232-235.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Claire BOURHIS-MARIOTTI, Marcel DORIGNY, Bernard GAINOT, Marie-Jeanne ROSSIGNOL, Clément THIBAUD (sous la direction de), Couleurs, esclavages, libérations coloniales 1804-1860. Réorientation des empires, nouvelles colonisations, Amériques, Europe, Afrique », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/901

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org