Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel CHUST, Ivana FRASQUET, Tiempos de revolución. Comprender las Independencias iberoamericanas ; Tiempos de América, Revista de Historia, Cultura y Territorio, n° 20-2013 : Las Revoluciones de Independencia : un bicentenario a debate, Monográfico coordinado por Manuel Chust.

Madrid, Fundación Mapfre/Taurus, 2013, 335 p. + ill.
Frédérique Langue
p. 228-231
Référence(s) :

Manuel CHUST, Ivana FRASQUET, Tiempos de revolución. Comprender las Independencias iberoamericanas, Madrid, Fundación Mapfre/Taurus, 2013, 335 p. + ill. ; Tiempos de América, Revista de Historia, Cultura y Territorio, n° 20-2013 : Las Revoluciones de Independencia : un bicentenario a debate, Monográfico coordinado por Manuel Chust.

Texte intégral

1Après mainte commémoration dans l’ordre scientifique et politique et tout autant de célébrations éditoriales, le temps des bilans historiographiques s’impose de toute évidence comme une étape décisive de la réinterprétation des indépendances ibéro-américaines. Fondé sur l’analyse d’études récentes sur le thème des Indépendances ibéro-américaines, l’ouvrage de M. Chust et I. Frasquet se propose de revenir sur les principales caractéristiques de ce processus continental, en une synthèse incorporant les discussions enregistrées lors de cette autre célébration majeure et tout aussi décisive pour le devenir institutionnel des jeunes nations ibéro-américaines, celle du bicentenaire de la Constitution de Cadix (1812). Fruit d’une réflexion suivie sur la question, un état des lieux est proposé, incluant des références aux « thèses traditionnelles » et héroïcisantes (au sens d’histoires officielles élaborées par des chroniqueurs et hommes de plume faisant reposer l’ « invention » de la nation sur des événements historiques très précis, ou encore des influences idéologiques et politiques « extérieures »). Le tournant historiographique des années soixante, facilité par l’arrivée de nouvelles générations d’historiens et la création de centres de recherches universitaires et, d’une manière générale, l’essor des sciences humaines et sociales, est également pris en compte. Une troisième catégorie aborde enfin les « interprétations hégémoniques » telles que l’histoire atlantique, l’influence des réformes bourboniennes, la thèse de la dissolution des empires ou des révolutions bourgeoises inachevées, ou encore des révolutions hispaniques, cette dernière dans la perspective de F. X. Guerra.

2L’une des discussions les plus riches survenues à l’occasion de ces commémorations réside à cet égard dans l’approche spatiale du processus d’indépendance, en d’autres termes dans l’évaluation politique, stratégique et économique d’une présence impériale démultipliée à l’échelle de ce que le Oxford Dictionary of Atlantic History lui-même qualifie d’ « Atlantique espagnol », en tant qu’espace de circulations et de mobilités, d’échanges et de réseaux en tous genres dans lesquels le politique n’est peut-être pas le fait majeur malgré les apparences historiographiques forgées a posteriori. Les réalités et pratiques « américaines /créoles, les négociations constantes menées in situ au niveau politique certes, mais aussi social et culturel, ne peuvent en effet être éludées lorsqu’il s’agit d’envisager la rupture chronologique que suppose le processus d’émancipation en premier lieu, et celui d’indépendance, d’accès à la citoyenneté pour les individus et de formation des Etats-nations ensuite.

3D’où l’insistance mise à juste titre sur cette « lutte des empires » qui se poursuit jusqu’en 1808, le rappel des réformes mises en œuvre par les Bourbons en un moment de tensions et par conséquent d’alliances entre les empires —ainsi l’Espagne et la France réunies contre la puissance anglaise—, la montée des rébellions et révolutions ayant pour protagonistes des libres de couleurs ou des esclaves révoltés —suivant le paradigme haïtien à partir de 1804— jusqu’à la « ligne rouge » des années 1790 à l’année 1808. Il n’est pas inutile de souligner que cette période fait référence par ailleurs au soulèvement populaire plus qu’à l’occupation napoléonienne de la Péninsule (circonstance désormais reconnue par l’historiographie spécialisée), tout en incluant dans le même temps l’interrogation constitutionnelle et les incertitudes prévalant de ce fait dans la Péninsule, voire de ses premières répercussions en territoire américain. L’un des aspects majeurs de cette synthèse consiste en effet à situer le processus des indépendances ibéro américaines dans le cadre plus vaste des processus révolutionnaires libéraux qui, aussi bien dans les Amériques qu’en Europe, mirent un terme aux structures d’Ancien Régime et ouvrirent la voie à des formes nouvelles de représentation politique. Les auteurs privilégient de ce fait une périodisation précise, tenant compte aussi bien des avancées et des reculs enregistrés in situ que des involutions propres aux révolutions locales, de leurs mutations en termes d’acteurs sociaux et institutionnels, en d’autres termes des revendications diverses émanant des créoles, du monde métis, voire des péninsulaires, sans compter le rôle dévolu dans ce contexte aux armées ou groupes armés, voire aux idéologies en présence.

4La thématique des juntas, des cortes et des constitutions pendant la période 1808-1812 occupe dès lors un chapitre conséquent de l’ouvrage, posant la question de l’émancipation dans un premier temps plus que de l’indépendance, de l’obéissance, de la légitimité des autorités administratives et sociales en place (autorités espagnoles, créoles, communautés indigènes, villes et pueblos, échevinages, Intendances etc.). Sont ainsi dûment rappelées les premières réactions en termes d’organisation politique et sociale — l’éclosion juntera et congrès divers à partir de 1810 —, évolution initiée depuis Caracas et prolongée dans une perspective éminemment guerrière dans le Río de la Plata si l’on en croit les travaux récents d’Alejandro Rabinovich. À cet égard, cet ensemble met bien en évidence la diversité qui prévaut localement, effectuant un distinguo calqué certes sur les divisions administratives en vigueur (Intendances ou vice-royautés), mais tout aussi bien sur des délimitations et questionnements qui se prolongeront bien au-delà des déclarations d’Indépendance proprement dites, à l’occasion de la définition même des jeunes nations ibéro américaines et dans un contexte international changeant. Les langages adoptés par ces assemblées se signalent en effet par la diversité de leurs influences, de leur orientation et de leurs mots d’ordre. En témoigne la relation entre insurrection et fidélité à la Couronne d’Espagne, abordée plus spécifiquement dans le cas de la Nouvelle-Espagne. De même les auteurs reviennent-ils de manière nuancée sur la question de l’autonomie, bien souvent plus présente dans les débats américains que le projet d’indépendance au sens strict, tout au moins au début de la période considérée. La Constitution de 1812, pierre de touche de l’édifice constitutionnel ibérique, fait l’objet d’une brève synthèse qui en rappelle les principales interprétations, ainsi que le rôle majeur joué par le libéralisme autonomiste gaditano. Celui-ci est en effet à l’origine des droits accordés aux « américains » aux Cortes de Cádiz et dans la Constitution de 1812, que Ferdinand VII ne reconnaîtra cependant qu’en 1820, entraînant dans son sillage une bonne partie des élites dirigeantes « américaines », dont certaines s’étaient, jusqu’alors, montrées peu favorables à l’option indépendantiste.

5Le chapitre consacré à la « lutte pour la liberté », marquée par la prégnance du thème des héros et chefs de guerre locaux (Nouvelle Grenade et Venezuela, Cône sud versus Pérou et Nouvelle Espagne, plus enclins à préserver l’institution monarchique, fût-ce sous sa forme constitutionnelle) et le débat quant aux formes de la révolution libérale s’organise quant à lui autour de cinq régions : Venezuela (une guerre impliquant libres de couleur et esclaves fugitifs à des degrés divers et aussi bien dans les armées républicaines que royalistes, d’où une composante populaire marquée et une caractérisation en termes de guerre civile mise en évidence par l’historiographie locale depuis plusieurs décennies), la Nouvelle Grenade et ses intérêts provinciaux concurrents, le Río de la Plata, le Pérou et son option gaditana, et enfin la Nouvelle Espagne et ses constitutions. Les auteurs montrent bien qu’il n’y eut pas, à proprement parler, de défaite du libéralisme gaditano, mais bien plutôt une défaite provisoire et que la confrontation entre les différents acteurs politiques se résumerait dans une certaine mesure à une lutte pour la souveraineté.

6La période 1814-1820 est présentée logiquement comme celle du retour de l’absolutisme et de la guerre totale mettant en scène l’affrontement armé entre l’option monarchique associée à l’Ancien Régime et les insurgés réunis à l’occasion contre un ennemi commun, l’Espagne. La construction des nations ibéro-américaines et le débat politique et institutionnel qu’elle suppose n’intervient pas avant la décennie 1820-1830 et suivant des acceptions fort diverses : du Paraguay de Francia et des Provinces unies argentines à la monarchie libérale brésilienne ou au projet bolivarien de la Grande Colombie, ou encore à la Confédération centre-américaine, les différentes options en présence tendant dès lors à se distancier d’une « nation espagnole » peu portée sur la recherche d’un consensus alors même que les affrontements se situaient désormais sur le terrain du politique et de l’économie. Cet « échec et mat » à l’absolutisme revêt par conséquent la signification suivante, non dénuée d’intérêt des deux côtés de l’Atlantique espagnol, si l’on considère la prégnance des interprétations à la fois traditionnelles et nationalistes des révolutions d’Indépendance : il était indispensable à l’absolutisme espagnol d’asseoir sa domination sur les territoires américains afin de subsister économiquement comme Etat. Les Indépendances se présentent dans cette perspective comme des révolutions d’inspiration libérale qui, non seulement mirent un terme au pouvoir royal en Amérique espagnole, mais contribuèrent également, de manière certes indirecte, à la fin de l’absolutisme dans la Péninsule. Dès 1830, la monarchie absolue avait en effet disparu, en tant que structure étatique, de l’Amérique continentale.

7L’épilogue conclut dès lors sur une réalité sujette à caution, celle du triomphe de l’Etat et de l’invention de la nation, dans une configuration de circulations constantes et renouvelées entre la Péninsule et les territoires américains et inversement. Inspirées dans leur immense majorité par la révolution libérale, les Indépendances ibéro-américaines débouchèrent en effet sur le triomphe d’une nation, dans l’esprit de la Constitution de Cádiz : la nation américaine, qui connut très rapidement une étape de désagrégation avant d’ouvrir la voie aux Etats-nations (le plus grand nombre d’Etats-nations sur un même continent, si l’on se situe dans une perspective internationale), qu’ils soient « inventés » (E. Van Young) ou le produit d’utopies et de désenchantement convergeant vers des Repúblicas de aire, selon la belle formule de Rafael Rojas.

8Complété par une iconographie choisie, cette synthèse se présente par conséquent comme un ouvrage de référence sur les différentes étapes de la période des Indépendances, une approche que tendent à nuancer les débats historiographiques réalisés à l’occasion des commémorations, débats très justement rappelés au fil de ces chapitres. Notons que cette publication a trouvé un prolongement bienvenu dans le dernier numéro de Tiempos de América, fort opportunément consacré aux débats portant sur les révolutions d’Indépendance. Rassemblant des travaux de jeunes chercheurs des « deux hémisphères », formés dans le cadre du master d’histoire des indépendances ibéro-américaines de l’université de Castellón, ce numéro spécial, axé sur la production historiographique des différents pays concernés, complète en ce sens la réflexion précédente, adoptant une distance salutaire à l’égard des histoires nationales ou officielles prédominant parfois dans les pays d’origine des auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Manuel CHUST, Ivana FRASQUET, Tiempos de revolución. Comprender las Independencias iberoamericanas ; Tiempos de América, Revista de Historia, Cultura y Territorio, n° 20-2013 : Las Revoluciones de Independencia : un bicentenario a debate, Monográfico coordinado por Manuel Chust. », Caravelle, 102 | 2014, 228-231.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Manuel CHUST, Ivana FRASQUET, Tiempos de revolución. Comprender las Independencias iberoamericanas ; Tiempos de América, Revista de Historia, Cultura y Territorio, n° 20-2013 : Las Revoluciones de Independencia : un bicentenario a debate, Monográfico coordinado por Manuel Chust. », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/899

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org