Navigation – Plan du site
Comptes rendus

María del Carmen Martínez Martínez, Veracruz 1519, los hombres de Cortés

León, Universidad de León-Conculta-INAH, 2013, 303 p.
Bernard Lavallé
p. 227-228
Référence(s) :

María del Carmen Martínez Martínez, Veracruz 1519, los hombres de Cortés, León, Universidad de León-Conculta-INAH, 2013, 303 p.

Texte intégral

1Bien que la Conquête des empires continentaux du Nouveau Monde ait très tôt attiré l’attention, les études scientifiques qui ont véritablement fait avancer nos connaissances sur cette première époque américaine et les plus intéressantes (J. Lockhart pour le Pérou, B. Grunberg au Mexique) sont relativement récentes.

2La masse de travaux consacrés aux conquistadors est pourtant considérable, au point que l’on pourrait croire la matière sinon épuisée du moins bien balisée. Heureusement la recherche n’est pas à l’abri de découvertes qui viennent compléter ce que l’on croyait acquis. Tel est le cas de la Petición al cabildo de Veracruz du 20 juin 1519, trouvée aux Archives des Indes de Séville (AGI México 95, N. 1 fol. 1r-10v) en 1989 par Alfonso Martínez Cabral mais que Rodrigo Martínez Baracs a fait vraiment connaître dans un article publié seulement en 2005. Ce document est évidemment le tout premier de cette nature au Mexique et porte la signature des hommes de Cortés, de vecinos de la nouvelle Villa Rica de la Veracruz qui venait d’être fondée et des estantes qui soutinrent la désignation de Cortés comme capitaine général et justicia mayor dans le contexte de conflits et de rivalités que l’on sait.

3Le présent ouvrage s’est donné pour objet d’étudier ce groupe qui s’était constitué à Cuba, et de montrer comment, après avoir débarqué sur le continent et entrevu les succès à venir, il avait développé une « stratégie écrite » visant à assurer Cortés de son appui évidemment très intéressé. L’auteure est une des meilleures spécialistes de cette époque. On lui doit notamment une remarquable édition de la correspondance de Cortés (León, 2003). Elle montre maintenant dans ce livre que les événements survenus entre l’arrivée des navires (21 avril) et l’envoi de procuradores en Espagne (26 juillet) permettent de comprendre bien des développements ultérieurs de la Conquête, en particulier comment, lors de ce séjour sur la côte, se forgea l’esprit de groupe des « primeros conquistadores » qui devaient par la suite comme tels revendiquer, avec parfois véhémence, privilèges, mercedes et rôle social de premier plan.

4Après avoir présenté le document qu’elle va soumettre à une analyse serrée, MdC Martínez offre une vue d’ensemble (Veracruz de Real a Villa) de la nouvelle/future ville sortie du néant : le cadre naturel peu engageant et problématique, la volonté puis la décision des nouveaux arrivants de s’établir (poblar), la légitimité et la légitimation de l’opération en cours, le respect du service royal et du bien commun, les premières constructions, tout à la fois guidées par d’urgentes nécessités mais aussi à forte valeur symbolique, le rôle et la place de Cortés dans tous les aspects de ce processus.

5Le chapitre suivant (La estrategia de la pluma en Veracruz) situe la Petición dans ce contexte, mais aussi dans celui de la rivalité bien connue qui avait surgi entre Cortés et Velázquez, le gouverneur de Cuba à l’origine de l’expédition, mais dont le premier nommé entendait s’émanciper afin d’en garder pour lui tous les bénéfices, soutenu en cela par les hommes qui l’accompagnaient. De manière très suggestive, l’auteure se demande d’ailleurs si cet appui (aussitôt mis en cause par Velázquez et ses représentants) était libre. Grâce à une étude très poussée du manuscrit, elle met en évidence à ce sujet des incohérences du document, peut-être même des falsifications de signatures, en tout cas le fait que certaines signatures ont été données en blanc et sans que leurs auteurs aient vraiment conscience de ce qu’on leur demandait.

6La Petición comporte 344 signatures, chiffre que l’auteure compare à ceux donnés par les autres documents de l’époque. Il est à remarquer qu’elle identifie quelque quatre-vingts conquistadors jusque-là non enregistrés. Le chapitre s’attarde sur leur apparence, au vu des témoignages, et à partir d’une lecture fine de ceux-ci, sur les conditions de vie difficiles dans cette ville où tout était à créer.

7Le livre se termine sur une longue liste des signataires de la Petición, dont l’identification a exigé un travail de paléographie considérable vu les difficultés qu’elle présente. Chacun est accompagné d’une brève biographie à qui apporte souvent des éléments nouveaux à partir d’inédits en provenance des Archives des Indes de Séville, l’Archivo General de Simancas, l’Archivo General de la Nación de Mexico. Au passage, on note d’ailleurs parmi les signataires un certain Bernal Díaz del Castillo dont le document le plus ancien datait jusqu’à présent de 1544.

8Cette étude, accompagnée d’une bibliographie très à jour et précise sur les premiers mois espagnols en Nouvelle-Espagne, est un apport très intéressant, et neuf, sur le premier fonctionnement collectif d’une ville fondée par les conquistadors. Elle montre la participation de la collectivité qui venait de se créer (el común) aux luttes internes entre les chefs, et sur certains points, comme la participation de Francisco Salcedo, précise et/ou rectifie ce que l’on croyait savoir jusqu’à présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « María del Carmen Martínez Martínez, Veracruz 1519, los hombres de Cortés », Caravelle, 102 | 2014, 227-228.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « María del Carmen Martínez Martínez, Veracruz 1519, los hombres de Cortés », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/897

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org