Navigation – Plan du site
Mélanges

Reconfiguration des figures paysagères et transformations environnementales en pays mapuche (XIXe- XXIe siècles)

Des forêts vierges et impénétrables aux vastes exploitations de bois exotiques1
Fabien Le Bonniec
p. 165-185

Résumés

L’article rend compte de l’évolution des différentes figures paysagères portant sur le territoire Mapuche (Sud du Chili) et ses habitants qui ont dominé les imaginaires. Il cherche à comprendre les origines de ces représentations et leur caractère performatif. Certaines représentations hégémoniques, telles que celles de la forêt vierge, contribuèrent à l’annexion militaire et la colonisation du territoire mapuche, marquant l’imposition de nouvelles rationalités économiques et environnementales pour ses habitants et ouvrant des conflits jusqu’à aujourd’hui non résolus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article fait partie des résultats du projet de recherche « construire du paysage, construire de (...)

1Le Chili, plus particulièrement dans ses régions extrêmes, est confronté depuis plusieurs années à une forte pression sur les ressources naturelles dont dispose le pays. Minerais, eau, produits halieutiques, forêts suscitent les velléités des multinationales dont les activités minières, énergétiques et de salmoniculture se sont considérablement développées grâce à une politique économique néolibérale chilienne fondée sur la dérégulation et la privatisation, et un Etat qui jusqu’à récemment se caractérisait par la priorité accordée à un modèle de développement se faisant au détriment de la préservation de l’environnement. Seulement, depuis une vingtaine d’années, avec la transition démocratique et une certaine prise de conscience écologique, des voix se sont élevées pour remettre en cause le modèle de développement chilien et la surexploitation des ressources naturelles nationales par des entreprises étrangères. Des mouvements de contestation se sont développés, tandis que les gouvernements démocratiques ont dû légiférer en faveur d’une participation citoyenne plus substantielle, alimentant ainsi le débat public au sein de la société chilienne autour de la question environnementale.

2C’est dans la région centre-sud du pays, le « pays mapuche » et en Patagonie, que les tensions sont aujourd’hui de plus en plus palpables : barrages hydroélectriques et exploitations forestières menacent environnement, paysages et bien-être de leurs habitants. Le cas de la région centre-sud du Chili est d’autant plus emblématique que depuis sa « découverte », sa nature sauvage a suscité la fascination de voyageurs, d’explorateurs, de scientifiques et d’ecclésiastiques. Pourtant, qui voyage aujourd’hui dans le sud du pays risque d’être étonné par les horizons tracés par un autre type de forêt qui s’est imposé depuis plusieurs décennies. La présence d’exploitations forestières ordonnées et rectilignes de pins et d’eucalyptus formant un paysage monotone est à l’origine de violents conflits entre communautés autochtones, entreprises forestières et Etat chilien.

3La transformation des paysages témoigne généralement de la transformation des sociétés qui les habitent (Aliste, 2010 : 64). L’histoire de ces sociétés est ainsi marquée par divers évènements, crises, guerres, invasions, découvertes, essor économique et technologique, migrations internes et externes, qui peuvent avoir d’une façon ou d’une autre un impact sur les paysages. Les connaissances et représentations autour des paysages que ces sociétés façonnent et diffusent, participent à la fabrique des territoires régionaux, nationaux ou encore « ethniques », elles sont en ce sens une manière d’en prendre le contrôle. Dans le cas du sud du Chili, on peut alors se demander quelles sont les représentations paysagères qui ont prédominé au cours de ces derniers siècles, en quoi celles-ci nous permettent de mieux comprendre l’évolution de la société chilienne et surtout son rapport avec les territoires et les populations du sud du pays. Qu’implique alors le passage des représentations paysagères de forêts vierges et impénétrables à celles de rangées infinies de pins et d’eucalyptus ?

4La lecture croisée de témoignages de ces transformations, de données historiques et d’analyses anthropologiques et sociologiques autour des figures paysagères et leur pouvoir performatif peut certainement contribuer à comprendre les enjeux de ces luttes symboliques, mais également physiques qui se trament derrière des débats et des querelles publiques contemporaines et qui comportent des dimensions historiques et culturelles.

Les représentations paysagères hégémoniques du sud du Chili

5En retraçant l’histoire de l’exaltation provoquée par les paysages du sud Chili, Rodrigo Booth (2010) rappelle la lignée dans laquelle s’inscrivent les premiers récits des Espagnols, puis ceux d’explorateurs européens avant que ces forêts vierges ne deviennent accessibles aux touristes au début du XXe siècle avec le développement du chemin de fer et des routes. La « forêt araucane », les « monuments de la nature » tels les volcans ou le lac Villarica ont été incorporés à l’imaginaire qui s’est constitué à partir de ces récits et des quelques illustrations qui les accompagnaient. C’est certainement le poète épique espagnol Alonso de Ercilla y Zúñiga (1533-1594) qui a inauguré les premiers clichés de ces terres d’Eden par l’évocation de sa nature impénétrable :

Jamais par autant d’embarras la nature n’a voulu s’opposer à la marche des hommes jamais elle n’a ordonné que les arbres mesurassent aussi loin la hauteur des cieux qui les dominent, parmi tant de rochers et de marais elle n’a mêlé tant de ronces et d’arbres touffus comme dans le chemin qu’elle semblait nous interdire et où elle formait un tissu inextricable de buissons, de fourrés et de futaies. (Ercilla y Zúñiga, 1869 : 527)

6Représentations cartographiques et récits (Mariño de Lobera, Gerónimo de Vivar, Alonso Ovalle, Diego de Rosales…) durant la période coloniale tendent à montrer toute la partie du sud du Royaume du Chili aux mains des Indiens comme de vastes étendues de montagnes boisées difficiles à traverser. Ces mêmes récits indiquaient cependant la présence de plaines et vallées « dégagées » se caractérisant par une importante présence humaine et des terres cultivées. Les représentations paysagères de ces territoires insoumis durant l’époque coloniale alternaient ainsi entre la figure des forêts vierges, c’est-à-dire d’espaces sauvages, et ces terres peuplées et fertiles, espaces domestiques. L’anthropologue Sara Mc Fall note ainsi une certaine contradiction dans ces témoignages en observant que l’on a décrit « des forêts impénétrables comme si le sud n’était pas peuplé, ni cultivé, alors que nous savons grâce aux chroniques du XVI-XVIIe siècle que les Mapuche avaient développé au moins neuf types de maïs, une douzaine de variétés de pommes de terre et de haricots » (2002 :311).

7Les récits et chroniques d’explorateurs (Vidal Gormaz, 1863), de scientifiques (Darwin, 1975 ; Domeyko, 1846), d’ecclésiastiques (Havestadt, De Espineira & Fray Fortunato De Drena, 1990) et de militaires (Saavedra, 1870 : 60) qui se sont succédés, durant la période républicaine, pour la plupart relèvent l’existence de ces terrains sans arbres et cultivés, faisant même douter certains d’entre eux quant à l’état de sauvagerie de leurs habitants (Domeyko, 1846 : 28-29). Cependant, ces différents témoins préfèrent insister sur la présence de forêts vierges, de terres incultes et d’une nature luxuriante. Emerveillement et appréhension étaient les sentiments que suscitait la découverte de ces paysages. Tandis qu’explorateurs et scientifiques vantaient l’aptitude de ces terres à être exploitées et colonisées, les religieux y reconnaissaient le paradis sur terre, alors que les militaires déploraient les conditions naturelles offertes aux Indiens pour se cacher et pour tendre des embuscades (Le Bonniec, 2009).

Des paysages entre nature et culture

  • 2 Comme son nom l’indique, la région de la Frontera désignait durant le XIXe siècle un espace situé a (...)
  • 3 « Carta del padre Iluminato de Génova al padre Adeodato de Bolonia », Toltén, abril de 1887, dans H (...)

8Baptisée « Suisse chilienne » au début du XXe siècle (Booth, 2010), la région de la frontera2 à la nature exubérante et désordonnée, s’est peu à peu transformée en un paysage aménagé et habité par des colons venus essentiellement d’Europe pour exploiter ces vastes espaces vierges. Dans les dessins, peintures et descriptions littéraires du XIXe siècle apparaissent des maisonnées dans des clairières ayant réussi à repousser les forêts vierges ; on y voit aussi des hommes taillant des troncs abattus et des femmes ramassant des fagots. C’est une nature exploitée, domestiquée, laissant place à des villages, qui est alors mise en valeur dans les représentations paysagères de l’époque. Pour les colons et voyageurs venus d’Europe, la domestication de la nature est corrélative à la constitution d’un récit paysager qui souvent procède de la comparaison et de la remémoration. Au cours d’une excursion dans la région de Toltén en 1878, l’un des compagnons du missionnaire capucin italien, Iluminato de Génova, sortant d’une « forêt obscure », contemple la « vallée verte et agréable, sous un ciel propre et bleu » et s’écrit « Frère, ces contrées me rappellent les beautés magnifiques de Florence »3. Il se remémore alors les campagnes de son enfance en Toscane et les compare avec ce qu’il voit. On est souvent amené à apprécier ce que l’on connaît déjà, mais sous d’autres traits : voyageurs et colons européens essayèrent d’aménager dans le sud du Chili le paysage à leur goût, quitte à effacer les éléments qu’ils ne comprenaient pas.

9La multiplication de représentations d’activités humaines, particulièrement l’exploitation forestière avec comme toile de fond des paysages majestueux, témoigne d’un autre regard porté sur la nature, impliquant de nouvelles pratiques. Même si les chroniques et les archives de la période coloniale attestent l’existence d’incendies de forêts dans cette région bien avant l’arrivée des colons (Otero 2006 : 85), ils sont devenus au XIXe siècle une pratique courante des nouveaux arrivants venus d’Europe. Comme le signalent Camus et Solari (2008), les forêts ainsi que leurs habitants étaient perçus comme des ennemis du progrès et de la civilisation que les colons étaient venus instaurer. Un des ouvrages classiques de la littérature chilienne, Recuerdos del pasado, écrit par Vicente Pérez Rosales (1886 : 345-348) qui fut inspecteur de colonisation dans la province de Valdivia, évoque ces immenses incendies de forêt vierge qui devaient répondre au mécontentement des colons qui arrivaient en masse à Valdivia et qui n’y trouvaient pas les terres cultivables et inhabitées escomptées. Vicente Pérez Rosales relate ainsi que lors de l’une de ses excursions entre Osorno et Llanquihue durant l’été 1852, il avait demandé à son guide indien, Pichi Juan, de mettre le feu à la végétation provoquant un incendie qui, trois mois durant, consuma 62.000 hectares de forêt vierge sur les collines de Chanchan. Selon Klubock (2012), cette pratique de mise à feu des forêts millénaires était courante dans toute la région de Valdivia et elle est à l’origine de nombreux grands domaines agricoles. Outre le fait que ces incendies représentaient une façon rentable et facile, pour les colons et latifundistes, de libérer des espaces et obtenir un bon fertilisant pour l’agriculture, ils se justifiaient également par la théorie supposée scientifique qu’en réduisant la surface forestière le climat deviendrait plus propice à l’agriculture.

10Le regard porté par les premiers colons sur des paysages et sur une nature vierge et exubérante à laquelle ils devaient s’affronter s’inscrit dans le dualisme opposant nature et culture propre aux sociétés européennes. Philippe Descola (2005) qui retrace l’histoire de cette dissociation entre nature et culture, explique que celle-ci est visible dans l’évolution des représentations paysagères à la fin du Moyen Age où le « paysage va s’autonomiser », créant une distance entre l’Homme et le monde. Les représentations paysagères telles que celles transmises dans les dessins et peintures décrivant l’installation de colons rendent comptent de cette distanciation, où les humains ayant réussi à dompter la nature et son adversité apparaissent en dehors des paysages naturels devenus lointains, en arrière plan. Ce qui est plus encore significatif dans l’histoire des représentations paysagères du sud Chili, c’est que les peintures et dessins restent assez rares jusqu’au XIXe siècle : les forêts saillantes tant décrites dans les chroniques ne sont pas représentées picturalement. Elles apparaissent réellement au moment ou s’affirme dans la mentalité des voyageurs la distanciation entre les Humains et la nature, mais surtout après qu’une véritable perspective soit ouverte, c’est-à-dire une fois les terres déboisées.

11Une des premières illustrations de ce phénomène est perceptible dans les dessins d’Alexander Simon (1805-1852) homme politique, écrivain et peintre d’origine allemande fervent promoteur de la colonisation germanique dans les provinces de LLanquihue, Valdivia et Osorno. Ses dessins Puerto Montt (1850) et Colonia Trinidad del Trumao (1852) exposés au Museo Nacional de Bellas Artes de Santiago du Chili esquissent des scènes de vie quotidienne de colons marquant la domestication et l’exploitation des forêts, et l’urbanisation de ces espaces anciennement sauvages. Ces représentations s’inscrivent dans les écrits de Simon (1850) qui considérait que ces terres du sud Chili étaient les plus à même de recevoir un important contingent de migrants allemands qui viendrait refonder une véritable démocratie allemande, car les caractéristiques climatologiques et écologiques y étaient fort semblables à celles d’Europe. Ses écrits auguraient le succès qu’aura en Allemagne plus d’un demi-siècle plus tard l’idéologie Blut und Boden, en recourant à diverses métaphores botaniques pour affirmer que l’identité allemande s’enracinait dans la paysannerie et donc dans une relation intime avec la terre.

  • 4 En Amérique du Nord, le terme wilderness renvoie à un phénomène similaire et contemporain à celui d (...)

12Cette mise à distance entre l’Homme et la nature est perceptible dans l’émergence des sciences naturelles, particulièrement la botanique, pour laquelle le sud du Chili constituait le laboratoire idéal pour quelques-uns de ses plus prestigieux praticiens : Claudio Gay, Ignacio Domeyko, Charles Darwin, Alexander von Humboldt, Federico Albert ou Rudolph Philippi.... Entre le XVIIIe et le XIXe siècle, l’essor des sciences naturelles et le romantisme ambiant ont auguré l’instauration en Europe d’un véritable « âge du paysage » qui est allé de pair avec la préoccupation environnementale issue de la pensée impériale (Grove 1995). Les auteurs des chroniques de voyages dépeignant les paysages du sud du Chili n’échappaient pas à cette vogue. En Allemagne, notamment, l’influence des naturalistes aidant, l’engouement pour les représentations paysagères d’une nature « sauvage » et foisonnante constituait une caractéristique de l’habitus de la classe bourgeoise (Walter 2004 : 320). Ces descriptions n’étaient pas exemptes d’investissement symbolique, la passion pour le paysage de la part d’une élite allant de pair avec les représentations qui accompagnaient la formation de l’Etat-nation. Les figures paysagères sont ainsi devenues un moyen d’affirmation des caractères nationaux, et par conséquent de distinctions entre les Nations, favorisant l’émergence et la popularisation des discours prônant l’enracinement et le terroir (Sahlins 1996). Plus encore, ces représentations de vastes étendues de forêts vierges, incultes et impénétrables, véritable wilderness4 sud-américain, se sont avérées nécessaires pour asseoir le récit de la genèse de la nation chilienne.

Des paysages et des Nations

13Les récits du XIXe siècle, chroniques ou romans, offrant ces descriptions de forêts vierges et impénétrables du sud chilien ne faisaient que reproduire les lieux communs paysagers de l’époque. Ils reprenaient des représentations et des divisions symboliques déjà présentes dans la littérature espagnole de l’époque coloniale (Barreda & Bojar 1999), notamment celles opposant la nature du continent américain à la culture des Européens, d’où devait surgir un « homme nouveau » et libre des vices de « l’Ancien Monde » qui forgerait la grande famille nationale. Non seulement les voyages d’exploration scientifique qui se sont intensifiés tout au long du XIXe siècle étaient un moyen de découvrir et de prendre le contrôle de territoires lointains qui échappaient à la mainmise des Etats, mais les productions littéraires qui en dérivaient directement ou indirectement contribuaient à la formation d’une rhétorique et d’un imaginaire national. Les attributs sauvages, originels et authentiques que l’on conférait à ces espaces lointains et à leurs habitants s’avéraient nécessaires pour forger une identité nationale, qui à la fois revendiquait ses racines araucanes et celles des laborieux colons européens seuls capables de subjuguer cette nature indomptable.

14Les pays, les nations et leurs régions s’identifient et se différencient par leurs paysages, élément constitutif des imaginaires nationaux. C’est ainsi qu’au Chili, malgré une forte propension à ne regarder que son centre et ses vallées peu boisées, les forêts de palmiers et celles d’araucarias ont intégré les imaginaires, les premières pour représenter le centre du pays, et les secondes le sud (Otero 2006 :145). La Cordillère a constitué un autre élément paysager présent tout au long du pays et structurant un mode d’identification commun à toute la Nation chilienne. Ces différents éléments de la nature, investis de valeurs identitaires et devenus ainsi symboles régionaux et nationaux, ont été au centre des représentations paysagères produites et reproduites au cours des siècles. Ils ont eu comme effet de naturaliser la Nation et ses frontières, comme si celles-ci avaient toujours existé et, ainsi, de territorialiser la patrie.

15L’investissement émotionnel révélé par les discours décrivant les paysages vierges du sud du Chili attribue une certaine efficacité aux récits portant sur les « autres lointains ». En effet, Edward Said rappelle au sujet de la formation de « géographies imaginaires » dans la littérature française portant sur l’Orient, que « l’espace acquiert un sens émotionnel et même rationnel, par une espèce de processus poétique qui fait que les lointaines étendues, vagues et anonymes, se chargent de signification, pour nous, ici » (Said 2005 : 70-71). Les « géographies imaginaires » mettent à jour les liens entretenus entre les savoirs de l’espace et le phénomène colonial, dévoilant autant les phantasmes des auteurs des textes et ouvrages portant sur les paysages lointains et leurs populations, et les rapports de pouvoir existant entre les sociétés dont ils proviennent et celles qui sont représentées. Les réflexions d’Edward Said ont fait des émules un peu partout dans le monde, et en particulier en Amérique Latine où des auteurs comme Walter Mignolo ou Arturo Escobar (1999) ont montré comment ces « géographies imaginaires » ont perduré et se sont reproduites jusqu’à aujourd’hui, notamment pour légitimer le discours hégémonique sur le développement.

  • 5 Doux euphémisme utilisé pour évoquer la guerre « à feu et à sang » menée par les militaires chilien (...)

16Dans le cas de la région centre-sud du Chili, le pays mapuche, il ne fait aucun doute que les « géographies imaginaires » produites par toute la littérature de voyage vue précédemment eurent un impact sur l’élite créole santiaguine et leur décision de favoriser la colonisation européenne de ces terres vierges et fertiles, de mener une « pacification »5 militaire contre leurs populations les plus récalcitrantes et de les mettre en réserve. Les représentations paysagères qui circulaient autour des forêts vierges impénétrables et de leurs farouches habitants ont généré des effets performatifs. Les imaginaires sociaux qu’elles rétroalimentaient ont ainsi contribué à prendre le contrôle de territoires et populations considérés alors comme ingouvernables, et ainsi y inscrire de nouveaux mythes nationaux tels que la pacification et l’intégration de l’Indien à la nation chilienne, et l’installation de colons européens, censés être de meilleurs travailleurs que les Indiens et les métis, afin de rendre productif ce qui allait devenir pour quelques décennies le « grenier du Chili ».

Du paysage au déni de l’Autre

  • 6 Parmi ces représentations de malón communes à l’époque on peut renvoyer à celles reproduites par Jo (...)

17Les figures paysagères, présentes dans de nombreux récits de voyage participèrent également à stigmatiser les populations associées aux paysages décrits. L’Indien a souvent été absent des paysages décrits par les récits de voyages et d’expédition et lorsqu’il y apparaissait c’était notamment sous ses traits les plus farouches : en témoignent les représentations picturales des malones (razzias) qui circulaient à l’époque au Chili, en Argentine, mais également en Europe, et qui mettaient en scène de sanguinaires cavaliers indiens emportant à bras de corps une femme blanche et blonde6. D’autres représentations, véhiculées principalement par la littérature produite par des voyageurs et colons européens, tendent à insister sur l’oisiveté, la paresse, l’alcoolisme et les vices des paisanos, contrastant avec les nouveaux arrivants laborieux et vertueux. De telles descriptions, on pouvait déduire qu’il s’avérait nécessaire de « pacifier » ces territoires vides, inhospitaliers et incultes et qu’il était plus avantageux de les coloniser et d’en exploiter les ressources naturelles.

  • 7 Les Mapuche sont connus dans l’histoire, souvent sous le nom d’Araucan, pour avoir tenu tête d’abor (...)
  • 8 Avec l’installation de colons nationaux et européens, et leur postérieure mise en réserves (distrib (...)

18S’il est certain que durant la période d’instauration de l’Indépendance (1810-1818), les Mapuche étaient en marge du processus de formation de la nation chilienne7, ils y ont été intégrés bon gré mal gré (Pinto 2000) au cours du XIXe siècle, et plus particulièrement durant sa deuxième partie, à travers l’imposition de lois, d’une administration, d’un ordre public, puis par leur mise en réserves et la spoliation de leurs terres, de leurs ressources naturelles et culturelles8. Dans ce contexte, les paysages et leurs usages ont curieusement constitué un enjeu d’intégration. Wilhelm « Guillermo » Frick, figure importante de la présence allemande dans la province de Valdivia a mis ses multiples talents (avocat, musicien, paysagiste, ingénieur, architecte, exploitant et marchand de bois…) au service de la colonisation germanique, notamment lorsque le gouvernement chilien lui demanda de mesurer et inventorier les terrains susceptibles d’être occupés par les nouveaux colons. Dans une de ses correspondances, il prétendait que transformer les paysages de ces terres contribuait à civiliser leurs populations et donc en premier lieu les Indiens. Trois quarts de siècle plus tard, en 1928, Agustin Edwards McClure, un des promoteurs de l’exploitation forestière au Chili qui fut Ministre de Colonisation, affirmait que le Chili avait besoin d’espèces exotiques afin de montrer aux forêts natives, ainsi qu’à leurs habitants, comment grandir de façon ordonnée. L’intervention du paysage, à travers la coupe des bois natifs et la plantation d’essences exotiques, avait ainsi comme objectif d’introduire de bonnes habitudes et coutumes parmi les populations locales. Plus encore, pour les Mapuche ainsi que pour les populations métisses, c’est l’imposition d’un anthroposystème provenant d’Europe qu’ont signifiée l’occupation et la colonisation de leur territoire, provoquant d’importants déséquilibres environnementaux, politiques et socio-économiques encore aujourd’hui visibles. Ce n’est que récemment que les injustices territoriales, environnementales et sociales dont souffrent un grand nombre de communautés entourées par les exploitations forestières ont été mises au grand jour.

19La lecture des travaux de James C. Scott montre que des logiques similaires étaient déployées dans d’autres situations coloniales, comme dans le Sud-est asiatique où

  • 9 It [Internal colonialism] involved the absorption, displacement, and/or extermination of the previo (...)

Il [le colonialisme interne] comprenait l’absorption, le déplacement, et/ou l’extermination des habitants précédents. Il comprenait une colonisation botanique au cours de laquelle le paysage était transformé - par la déforestation, le drainage, l’irrigation, et les digues - pour accommoder les cultures, les schémas d’installation et les systèmes d’administration familiers à l’Etat et aux colons. Une manière de réaliser l’effet de cette colonisation est de la regarder comme une réduction massive de vernaculaires de tous genres : les langues, les peuples, les techniques de culture, les systèmes d’occupation des terres, les techniques de chasse, de récolte et de sylviculture, les religions, etc.9.

20Pour les populations de ces contrées sujettes à ces politiques de technologies politiques, l’histoire environnementale de leur territoire a signifié l’imposition d’un ordre écologique et paysager qui leur était étranger.

21La rhétorique de l’idyllique forêt vierge et impénétrable, puis de la « Suisse chilienne », s’est ainsi imposée dans les récits et les imaginaires au Chili, soumettant les habitants des régions concernées, et en particulier les Mapuche, à de nouveaux ordres et rationalités économiques marqués par la transition d’une économie traditionnelle vers un système capitaliste ayant comme conséquence une « grande transformation » (Polanyi 1944) de la société mapuche. L’expansion forestière qui a débuté dans les années 1920 a introduit d’importantes transformations dans le paysage du sud du Chili, qu’il est nécessaire de prendre en compte pour parler des représentations paysagères contemporaines des Mapuche.

L’expansion forestière comme matrice culturelle

  • 10 Luis Otero (2009 : 32) explique que dans un premier temps l’exploitation de pins a cependant permis (...)
  • 11 El Sur, 22, 23 et 25 Juillet 1911, cité par Klubock (2006 :545).

22Contrairement à ce qui est communément admis, l’expansion des monocultures forestières dans la région de la Frontera est bien antérieure à la distribution de subventions et à la liquidation de grandes propriétés en faveur des grandes entreprises du bois durant la dictature militaire. « La mise en valeur » des territoires de la zone australe avait débuté dès 1925 avec la « première loi des forêts » (Décret Loi N° 656) dont les fondements s’inspiraient des idées du botaniste d’origine germanique, Federico Albert (1867-1928), considéré comme le père fondateur des politiques de préservation et de conservation des ressources naturelles au Chili. Si comme le prétend Pierre Clastres (1974) « la spiritualité de l’ethnocide, c’est l’éthique de l’humanisme » alors celle de l’écocide serait, selon les politiques de reforestation encouragées par Federico Albert, l’éthique environnementaliste. En effet, afin de faire face au déboisement des forêts originelles, à l’érosion des terres et afin de subvenir aux besoins en bois de chauffe, Federico Albert préconisait le recours aux bois exotiques dont on connaît aujourd’hui l’impact négatif sur l’environnement (Camus, 2006 : 160-162)10. Ainsi, le Chili n’a pas seulement été que la terre d’accueil de main-d’œuvre, de colons en quête de territoires vierges et de scientifiques à la recherche d’une nature originelle mais également, à celle des bois exotiques. Comme c’est souvent le cas, les mouvements de colonisation de populations s’accompagnent de transferts technologiques et culturels. Les hommes et les femmes ne voyagent pas seuls, ils et elles viennent avec leur culture, leurs croyances, leurs goûts et leurs façons de voir et d’exploiter leur environnement. Aussi n’est-il pas étonnant que jusqu’à aujourd’hui les gouvernants, issus de ces vagues d’immigrés, se réfèrent aux paysages d’Europe pour parler de gestion des forêts. C’est notamment le cas de Carlos Vicente Risopatrón, député et Président de la commission de Colonisation du Congrès en 1911, grand propriétaire dans le sud du pays, qui faisait la promotion de la « substitution de forêts sauvages, barbares et stériles par des forêts civilisées et productives (…) C’est ce que nous voulons pour le sol chilien, qu’il y ait beaucoup d’arbres plantés harmonieusement et beaucoup de terrains forestiers utiles et rentables ». Il mentionne ainsi l’exemple de la France avec ses forêts, principalement composées de monocultures de pins maritimes qui « sont homogènes, et ceux [les pins maritimes] qui ne sont pas parfaitement ordonnés dans leur distribution sur le sol n’ont pas la multitude de végétation et de plantes inutiles qui rendent les forêts inaccessibles au Chili ; ils [les pins maritimes] ne sont pas mélangés avec des arbres inutiles »11.

23En outre, les raisons qui motivèrent les gouvernements de toutes tendances confondues à mettre en œuvre une politique de substitution d’espèces natives par des exotiques, à partir des années 1920, sont de différents ordres. La crise agricole qui sévissait dans le sud du pays à cette même époque et le déclin de l’industrie du nitrate dans le nord sont les facteurs les plus visibles. L’industrie du bois et de ses dérivés implantée sur de vastes territoires encore vierges et fertiles constituait une aubaine pour l’économie chilienne en quête de matière brute à exporter. L’implantation de l’industrie du bois durant les années 30 s’est avérée une forme de contrôle social sur les populations des territoires que l’on prétendait reboiser : inquilinos, ouvriers agricoles ou paysans sans terres, aspiraient à une « Réforma Agraire » (Mc Bride, 1970) - en différents points du sud du pays grèves et révoltes paysannes menaçaient - et le modèle forestier était censé les « recycler » en ouvriers forestiers, activité qui ne requérait pas la redistribution de la propriété foncière (Klubock, 2006). Pour les organismes internationaux soucieux du développement du Chili, l’industrie forestière s’avérait un moyen pour le pays d’améliorer ses indicateurs économiques (Camus, 2006 : 346). C’est ainsi qu’en 1961, la FAO a soutenu la création d’un Instituto Forestal (INFOR), organisme public qui jusqu’à aujourd’hui a joué un rôle important, notamment en matière d’études statistiques, dans le développement de l’industrie forestière au Chili (Camus 2006 : 211).

24On rend souvent responsable le régime militaire pinochetiste (1973-1989) et ses Chicago boys d’avoir promu l’expansion forestière à coups de subventions, mais comme on le voit le phénomène est plus ancien, il correspond à des choix politiques et économiques entérinés sous des gouvernements démocratiques bien avant 1973 et avec le soutien d’organismes internationaux. Plus encore, les connivences entre monde politique et entreprises forestières sont criants, plusieurs hommes politiques, dont un ministre et un président de la République furent également gérants de l’une des entreprises forestières les plus importantes du pays, la Compañía Manufacturera de Papeles y Cartones (CMPC). Quant au président socialiste Salvador Allende, lui-même vantait, à l’occasion de l’inauguration de l’Usine de Cellulose d’Arauco, le 12 février 1972, les avantages de l’industrie forestière et appelait à accroître le reboisement afin de donner du travail pour tous, concluant « protéger l’arbre, protéger la forêt naturelle, créer des forêts artificielles est une tâche non seulement des organismes de l’Etat, mais de tout le peuple du Chili »12. Durant la réforme agraire (1962-1973), et plus particulièrement durant son ultime phase sous la présidence d’Allende, une partie des terres expropriées et redistribuées aux ouvriers agricoles et aux membres de communautés mapuche furent destinées à l’exploitation forestière. Parallèlement à la Réforme Agraire, le Ministre de l’Agriculture de l’époque, Jacques Chonchol, avait présenté un « plan d’urgence » pour l’Araucanie - région qui déjà à l’époque était considérée comme l’une des plus pauvres du pays et suscitait donc une préoccupation particulière de la part des autorités publiques – prévoyant le reboisement de terrains expropriés en faveur des communautés mapuche (Correa, Molina & Yáñez, 2005). Le modèle forestier, se basant sur l’exploitation des espèces natives et le reboisement avec des essences exotiques, s’est ainsi imposé comme la solution aux problèmes sociaux et économiques qui sévissaient dans le sud du pays. Le processus de contre-réforme agraire, qui eut lieu durant les années suivant le coup d’Etat (1973) a en partie consisté à reprendre ces terres qui avaient été reboisées par les communautés pour les rendre à leurs propriétaires13, ou le plus souvent à les céder à l’organisme public chargé de la gestion forestière (CONAF) qui les revendait pour une modique somme aux entreprises forestières privatisées sous la dictature. Dans le contexte de la contre-réforme agraire, le geste de reboiser les terrains « restitués », constituait pour les propriétaires et les entreprises forestières une façon de se les réapproprier symboliquement et physiquement, en instaurant leurs propres marqueurs, limites et modes d’exploitation. D’une certaine façon, effacer toute végétation native de ces terres était une manière de dénier toute légitimité aux « natifs » susceptibles de les revendiquer. La promulgation du Décret-loi N° 701 en 1974 n’a fait que réaffirmer cette « invasion » du territoire mapuche en offrant des bonifications et des subventions allant jusqu’à 75 % du coût du reboisement aux grandes entreprises privatisées par la Junte militaire.

Transformation des paysages et des imaginaires dans les communautés mapuche

25Pin de Monterey (pinus radiata) puis Eucalyptus se sont ainsi progressivement imposés de façon inexorable dans les paysages du sud du Chili. Les communautés dont les superficies ne dépassent généralement pas les 100 hectares se sont retrouvées encerclées par une mosaïque d’exploitations forestières de 1000 à 10000 hectares formant ainsi un « archipel de communautés » (Toledo 2006). Pour un certain nombre d’habitants de ces communautés, les exploitations forestières représentent le seul « paysage naturel » qu’ils ont connu, mais également une alternative à l’élevage et l’agriculture qui ne sont plus rentables et requièrent espace, force de travail et matériel. Alors que, dans le passé, le prestige social se basait sur la quantité de bétail (cuyin), il se peut que d’ici peu ce soit la possession de pins et d’eucalyptus qui le détermine. On peut alors comprendre que certaines communautés qui ont bénéficié de l’achat de terres de la part de l’Etat, préfèrent vivre du modèle forestier, même si celui-ci, depuis une vingtaine d’années, a fait l’objet de nombreuses critiques de la part d’organisations Mapuche. Les multinationales du bois sont non seulement accusées d’exploiter des terres revendiquées historiquement par les communautés, mais également de produire différents impacts nocifs sur leurs environnements écologique (utilisation de pesticides, destruction de la biodiversité) et culturel (disparition des plantes médicinales). Les communautés mapuche sont ainsi obligées de se mouvoir entre deux pôles, celui de la « résistance » et de l’opposition aux entreprises forestières, et celui du compromis avec celles-ci dans le cadre de politiques de « bon voisinage », de « responsabilité sociale » ou encore de « co-gestion » des exploitations (Carrasco, 2012).

  • 14 Dessin de Nelly Huanquilem Martínez, récompensé en 2003 au concours Vivamos el Bosque de la CORMA. (...)

26L’impact visuel est également mentionné lorsqu’on évoque la présence des exploitations forestières. Il a transformé les plaines des contrées du territoire mapuche en sillons de pins et d’eucalyptus, ou en immenses étendues rasées où il ne reste que des souches. En l’espace de quelques siècles, les forêts vierges et confuses ont laissé place à des exploitations ordonnées, taillées et traitées. Naître et vivre dans des espaces marqués par ces paysages monotones peut avoir des effets sur les imaginaires des habitants des communautés proches de ces grandes exploitations. Une des réponses des entreprises forestières aux mobilisations mapuche a été de se rapprocher des communautés afin d’améliorer leurs relations et de promouvoir divers projets caritatifs (Rodrigo Cattaneo 2004 : 27-30). L’un d’eux n’est autre qu’un programme éducatif promu par la CORMA et destiné à sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge aux bienfaits de la forêt et à l’importance de la protéger, qu’elle soit naturelle ou artificielle. Tous les ans, un concours de dessin est organisé dans plus de 300 collèges et les enfants doivent représenter cette préoccupation pour la forêt. L’une des lauréates de l’année 2003 est une petite fille de 8 ans habitante de Puralaco, communauté de Toltén située en lisière des exploitations forestières. Son dessin est évocateur, il représente une exploitation de pins, des troncs coupés qu’une machine ramasse, un hélicoptère jette un liquide blanc sur des pins en feu, en premier plan un animal gris ressemblant à un chien, et dans le fond des volcans aux sommets enneigés et un ciel bleu taché de nuages14. Il rend compte de la manière avec laquelle les enfants ont intégré l’environnement forestier et comment ils l’extrapolent avec un paysage naturel imaginaire (de la région de Toltén on ne voit pas les volcans). Quant aux instructions sur le dessin « Protégeons nos forêts. Non au feu », elles montrent la confusion qui existe entre la forêt originelle et celle créée à des fins capitalistiques par l’Homme. Les campagnes publicitaires de l’Etat et des entreprises forestières semblent ainsi avoir leur effet chez les plus jeunes.

27À travers différents organismes publics et privés, l’Etat chilien s’est préoccupé de sensibiliser l’opinion publique sur les bienfaits du reboisement et d’ouvrir des filières universitaires spécialisées dans les métiers du bois. À partir de 1999, une campagne publicitaire arborant le slogan Bosques para Chile (« Des forêts pour le Chili ») a associé de façon tendancieuse les forêts natives avec les plantations de pins comme étant salutaires pour tout le pays. Parallèlement à cette campagne qualifiée de « mensongère » et de « trompeuse » par les organisations écologistes et indigènes, le Décret-loi Nº 701 a été modifié afin de bénéficier également aux petits agriculteurs et par conséquent aux paysans mapuche. Ces derniers ont pu bénéficier de semences de pins et d’eucalyptus ainsi que de formations en techniques sylvicoles. Alors que le bois « exotique » chilien est devenu un produit transnational, les activités qui y sont associées se sont imposées comme un emblème régional et national. Comme le signale Rodrigo Cattaneo (2004 : 25), l’industrie forestière devenue le « fleuron du modèle économique chilien » a investi des espaces longtemps considérés comme marginaux pour « les intégrer dans des réseaux d’échanges internationaux ».

Conclusion

28Les conflits qui défraient les chroniques aujourd’hui dans le sud du Chili ne sont pas tant d’ordre environnementaux ou ethniques qu’une confrontation de différents projets autour de territoires en dispute, de leur paysage et de leur ressource. Divers modes de connaissance, de pratiques et de rationalités cohabitent et parfois entrent en opposition. La construction de la nation chilienne, la colonisation des « terres vierges et fertiles » du sud du pays et la transformation de celles-ci en vastes exploitations forestières ont provoqué des conflits non seulement d’ordre matériel, mais également idéel avec les populations autochtones. Dans de telles situations de colonisation, le paysage n’a pas d’existence en soi, il procède d’opérations « par le haut », d’assignation de contenus symboliques, historiques et culturels. La constitution fictive des régions et leurs paysages sont subordonnés à des fonctions pratiques et orientées vers la production d’effets sociaux. Ces opérations s’inscrivent dans des rapports de pouvoir dont l’enjeu est d’obtenir la légitimité de diviser le monde social et de « faire et défaire les groupes ». Les figures paysagères sont structurantes en installant un imaginaire autour des lieux et de leurs populations. Cette opération généralement s’accomplit « par le haut », par une élite, par l’Etat, qui diffusent une certaine vision paysagère, mais il ne faut pas ignorer la capacité qu’ont les populations d’intervenir, c’est-à-dire de structurer « par le bas » ces figures paysagères. Les rapports entre nature et culture qui s’instaurent dans de tels contextes s’avèrent avant tout d’ordre politique. Et c’est, fort de ces différentes constatations, que les Mapuche en quête de territoire et de souveraineté essaient de se réapproprier les paysages de façon symbolique et physique. Les conflits qui défraient les chroniques ne se réduisent pas à des affrontements entre jeunes habitants des communautés et carabiniers, mais se jouent également sur un autre plan. A l’instar du « travail d’Etat » d’identification et de délimitation, les Mapuche participent d’une territorialisation des espaces qu’ils revendiquent en y inscrivant symboles, connaissances et récits historiques.

Haut de page

Bibliographie

Barreda, Pedro & Eduardo Béjar (dir.), Poética de la nación : La poesía romántica en Hispanoamérica, Boulder, Society of Spanish and Spanish-American Studies, 1999.

Booth, Rodrigo, « "El paisaje aquí tiene un encanto fresco y poético". Las bellezas del sur de Chile y la construcción de la nación turística », Revista de Historia Iberoamericana, vol. 3, N° 1, 2010, pp. 10-32.

Camus, Pablo, Ambiente, bosques y gestión forestal en Chile (1541-2005). Santiago de Chile : Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, DIBAM, 2006.

Camus, Pablo & María Eugenia Solari, La invención de la selva austral : Bosques y tierras despejadas en la cuenca del ríoValdivia (siglos XVI-XIX), Revista de geografía. Norte Grande, N° 40, pp. 5-22, 2008.

Carrasco, Noelia, « Trayectoria de las relaciones entre empresas forestales y comunidades mapuche en Chile », Polis, N° 31, 2012.

Cattaneo, Rodrigo, Dynamiques organisationnelles et stratégies territoriales des groupes résidentiels mapuche lafkenche de la commune de Tirúa (VIIIème région, Chili) : L’ethnicité comme ressource spatiale. Mémoire de Maîtrise en Géographie, Paris, Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, IHEAL, juin 2004.

Clastres, Clastres, « De l’ethnocide », L’Homme, vol. 14, N° 3-4, 1974, pp. 101-110.

Correa, Martin, Raul Molina & Nancy Yañez, La Reforma Agraria y las tierras mapuches ; Chile 1962-1975. Santiago, Ed. LOM, 2005.

Darwin, Charles, Voyage d’un naturaliste autour du monde fait à bord du navire le Beagle de 1831 à 1836, Traduit de l’anglais par M. Edmond Barbier. Paris : C. Reinwald et Cie, Libraires-Editeurs, 1975.

Descola, Philippe, Par-delà nature et culture, Paris : Bibliothèque des Sciences humaines, Pari : Éditions Gallimard, 2005.

Domeyko, Ignacio, Araucanía y sus habitantes : recuerdos de un viaje hecho en las provincias meridionales de Chile en los meses de enero y febrero de 1845. Santiago : Imprenta Chilena, 1875.

Edwards, Agustín, My Native Land, London: Ernest and Benn Ltd, 1928.

Ercilla y Zúñiga, Alonso de, L’Araucana : poëme épique espagnol. Tome 2 / par don Alonso de Ercilla y Zúñiga, Traduit complètement pour la première fois en français, avec une introduction, des notes et un catalogue raisonné des poésies narratives en Espagne, par Alexandre Nicolas, Paris : Edition C. Delagrave, 1869.

Escobar, Arturo, El final del salvaje, Bogotá, Instituto Colombiano de Antropología e. Historia y Centro de Estudios de la Realidad Colombiana, 1999.

Grove, Richard, Green Imperialism. Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of Environmentalism 1600-1860, Cambridge University, 1995.

Havestadt, P. Bernardo, Fray Pedro Angel De Espineira & Fray Fortunato De Drena, Misioneros en la Araucanía. 1600-1900.. vol. 2. Bogotá, CELAM, 1990.

Klubock, Thomas Miller, « The Politics of Forests and Forestry on Chile’s Southern Frontier, 1880s-1940s », Hispanic American Historical Review. N° 86, 2006, pp. 535-570.

---------------------------------- La Frontera: Land, Labor, and Ecological Change on Chile’s Southern Frontier, Duke University Press, 2012.

Le Bonniec, Fabien, « Transformaciones sociales y ambientales del paisaje de la Frontera entre los siglos XIX y XXI », Paisajes, espacios y territorios. Reelaboraciones simbólicas y reconstrucciones identitarias, sous la direction de Ellison, Nicolas & Mónica Martínez Mauri, Ediciones Abya Yala, Quito, 2009, pp. 47-67.

Mc Bride, Georges, Chile su tierra y su gente, Santiago, ICIRA, 1970.

Mc Fall, Sara, « Paisajes visuales, ópticas distintas : cambios en el medio ambiente y la territorialidad mapuche », dans Morales, Roberto (dir.), Territorialidad Mapuche en el siglo XX. Temuco, Instituto de Estudios Indígenas- UFRO, 2002, pp. 301-323

Nash, Roderick, Wilderness and the american mind, New Have, Yale University press, 1982.

Otero, Luis, La huella del fuego. Historia de los bosques nativos. Poblamiento y cambios en el paisaje del sur de Chile. Santiago, Pehuén Editores, 2006.

------------- De la naturaleza al paisaje, Valdivia, Editorial Kultrun, 2009.

Perez Rosales, Vicente, Recuerdos del Pasado, Santiago, Imprenta Gutenberg, 1886.

Pinto, Jorge, De la inclusión a la exclusión : la formación del estado, la nación y el pueblo Mapuche. Santiago : Instituto de Estudios Avanzados Editorial de la Universidad de Santiago de Chile, 2000.

Polanyi, Karl, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1944.

Saavedra, Cornelio, Documentos relativos a la ocupación de Arauco, Santiago, Imprenta La Libertad, 1870.

Said, Edward, L’Orientalisme - l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, Coll. La couleur des idées, 2005.

Scott, James C. The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, Yale Agrarian Studies Series, 2009.

Simon, Carl Alexander, Auswanderung und deutsch-nationale Kolonisation von Süd-Amerika mit besonderer Berücksichtung des Freistaates Chile, Buchner, Bayreuth, 1850.

Toledo, Victor, El Pueblo Mapuche, Derechos Colectivos y Territorio : Desafíos para la Sustentabilidad Democrática, Santiago, Ed. Chile Sustentable, LOM, 2006.

Vidal Gormaz, Francisco, « Reconocimiento del río Valdivia i de las costas comprendidas entre el Corral y Reloncaví », Anales de la Universidad de Chile, Tomo XXIII, 1866.

Walter, François, Les figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (XVIe-XXe siècles), Paris, Editions de l’EHESS, 2004.

Haut de page

Notes

1 Cet article fait partie des résultats du projet de recherche « construire du paysage, construire de l'identité » développé depuis la Haute école d’art et de design de Genève et financé par la HES Suisse occidentale, son auteur a également bénéficié du soutien de la Direction générale de recherche et postgrado de l’Université Catholique de Temuco, du projet Mecesup UCT 0804 et du projet « Expresión y presencia del otro en la frontera araucana: inscripciones mapuches e hispanas en lugares y en relatos de parlamentos de tres áreas de la Araucanía colonial , 1605-1803 », FONDECYT Regular N°1120857.

2 Comme son nom l’indique, la région de la Frontera désignait durant le XIXe siècle un espace situé au sud du fleuve Bio-Bio, correspondant au « territoire indépendant araucan » et qui se caractérisait par un grand nombre de relations (politiques, économiques, spirituelles, marchandes…) de différentes natures entre populations d’origines diverses, indiennes, métisses, européennes. Aujourd’hui il existe une région appelée « Frontera » qui correspond à la neuvième région, c'est-à-dire seulement à une partie du territoire mapuche historique.

3 « Carta del padre Iluminato de Génova al padre Adeodato de Bolonia », Toltén, abril de 1887, dans Havestadt (1990: 210-213).

4 En Amérique du Nord, le terme wilderness renvoie à un phénomène similaire et contemporain à celui décrit dans le présent texte, c'est-à-dire la représentation quelque peu idéalisée et extrême, voire mythique, de forêts vierges et impénétrables qui a marqué les imaginaires de la colonisation et de la construction de la nation canadienne (Nash 1982).

5 Doux euphémisme utilisé pour évoquer la guerre « à feu et à sang » menée par les militaires chiliens contre les Mapuche entre 1869 et 1883 et qui eut pour conséquence la fin de l’indépendance de ces derniers.

6 Parmi ces représentations de malón communes à l’époque on peut renvoyer à celles reproduites par Johan Moritz Rugendas (1845) ou par Angel Della Valle (1892).

7 Les Mapuche sont connus dans l’histoire, souvent sous le nom d’Araucan, pour avoir tenu tête d’abord aux Espagnols depuis la conquête jusqu’à l’Indépendance, puis aux Chiliens durant un demi-siècle, en raison notamment de leur mode d’organisation « horizontal » se caractérisant par des agrégats sociopolitiques fonctionnant à différentes échelles et rendant ces populations « ingouvernables » selon les chroniqueurs espagnols. C’est selon cette même logique segmentaire que différents chefs mapuche furent sollicités pour rallier soit le camp des réalistes (partisans de la couronne espagnole), soit celui des Créoles indépendantistes. L’enjeu n'était pas mineur puisqu’il s’agissait de maintenir le statut de territoire indépendant concédé à travers les pactes hispano-mapuche alors que les alliances avec un camp ou un autre étaient fluctuantes et répondaient à des dynamiques intertribales basées sur l’adage « L’ennemi de mon ennemi est mon ami ». C’est en ce sens que l’on peut considérer que les Mapuche jouèrent certainement un rôle durant la guerre pour l’indépendance, mais ils n’avaient aucun intérêt intrinsèque à faire partie de la nation chilienne.

8 Avec l’installation de colons nationaux et européens, et leur postérieure mise en réserves (distribution de Títulos de Merced entre 1884 et 1929), les Mapuche ont vu leur territoire se réduire de façon draconienne passant de plus de 5.000.000 hectares à 500.000 hectares. Cela a impliqué une paupérisation de la société mapuche qui avait connu une certaine prospérité jusqu’au XIXe siècle et une forte migration vers les centres urbains. Autre conséquence significative, l’usurpation et la destruction de nombreux sites à signification socioculturelle, tels que les cimetières indigènes ou les lieux cérémoniels, ont eu des effets sur la société mapuche, tout comme la dévastation de l’environnement qui a affecté la biodiversité et a eu un fort impact sur la vie spirituelle et la médecine traditionnelle au sein des communautés.

9 It [Internal colonialism] involved the absorption, displacement, and/or extermination of the previous inhabitants. It involved a botanical colonization in which the landscape was transformed - by deforestation, drainage, irrigation, and levees - to accommodate crops, settlement patterns, and systems of administration familiar to the state and to the colonists. One way of appreciating the effect of this colonization is to view it as a massive reduction of vernaculars of all kinds: of vernacular languages, minority peoples, vernacular cultivation techniques, vernacular land tenure systems, vernacular hunting, gathering, and forestry techniques, vernacular religion, and so on. (Scott 2009 : 12-13)

10 Luis Otero (2009 : 32) explique que dans un premier temps l’exploitation de pins a cependant permis d’alléger la pression sur les forêts natives contribuant à leur régénération. Ce n’est qu’à partir de la seconde partie du XXème siècle que l’expansion des monocultures de pins puis d’eucalyptus a eu des effets négatifs sur la faune et la flore natives.

11 El Sur, 22, 23 et 25 Juillet 1911, cité par Klubock (2006 :545).

12 http://www.salvador-allende.cl/Concepcion/arauco.pdf consulté le 12 juin 2009. L’usine de Cellulose d’Arauco reste l’une des plus grandes au monde. Administrée à l’époque par un organisme public, elle passera sous la dictature entre les mains d’une entreprise privée, la Celulosa Arauco y Constitución.

13 Certains conflits actuels opposant les communautés à des particuliers ou des entreprises forestières s’expliquent en partie par le souvenir encore vivant chez les Mapuche d’avoir souffert d’une double usurpation, celle de la terre, mais également des arbres qu’ils avaient plantés.

14 Dessin de Nelly Huanquilem Martínez, récompensé en 2003 au concours Vivamos el Bosque de la CORMA. Le dessin a été publié sur Internet sur le site de la CORMA (www.corma.cl) mais il est aujourd’hui introuvable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Le Bonniec, « Reconfiguration des figures paysagères et transformations environnementales en pays mapuche (XIXe- XXIe siècles) », Caravelle, 102 | 2014, 165-185.

Référence électronique

Fabien Le Bonniec, « Reconfiguration des figures paysagères et transformations environnementales en pays mapuche (XIXe- XXIe siècles) », Caravelle [En ligne], 102 | 2014, mis en ligne le 28 août 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/848 ; DOI : 10.4000/caravelle.848

Haut de page

Auteur

Fabien Le Bonniec

Núcleo de Investigación en Estudios Interétnicos e Interculturales (NEII) Universidad Católica de Temuco (Chili)
Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org