Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Mexique et la République espagnole, (sous la direction de J.P. AMALRIC et G. DREYFUS-ARMAND)

6ème journées Manuel Azaña, Présence de Manuel Azaña-Méridienne, Toulouse, 2013, 131 p.
Michel Bertrand
p. 282-284
Référence(s) :

Le Mexique et la République espagnole, (sous la direction de J.P. AMALRIC et G. DREYFUS-ARMAND), 6ème journées Manuel Azaña, Présence de Manuel Azaña-Méridienne, Toulouse, 2013, 131 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif publié à la suite des 6èmes journées Manuel Azaña tenues en novembre 2011 permet de faire le tour d’une question qui est loin d’être secondaire : celle des relations entre la seconde République espagnole et le Mexique. Dès la proclamation de la République à Madrid, en 1931, on assiste à un resserrement des relations entre les deux pays. Aussi, lorsque la guerre civile éclate à la suite du soulèvement franquiste contre la République, le Mexique se retrouve inévitablement aux côtés des républicains, refusant notamment la politique de non-intervention défendue par les puissances européennes. Enfin, après l’effondrement de la résistance républicaine et le tragique épisode de la Retirada vers la France, le Mexique maintint tout son appui aux vaincus, à commencer au premier d’entre eux : c’est en effet grâce à la protection que lui accorda le Mexique que le président de la République, Manuel Azaña, en exil à Montauban, put vivre dans une relative sérénité ses derniers moments. Enfin, après sa mort, le Mexique accueillit sa veuve et ses proches, ce dont rend d’ailleurs compte dans l’ouvrage Enrique de Rivas, neveu du président défunt.

2L’ouvrage propose de solides mises au point sur le rôle que joua le Mexique à l’égard de la République espagnole et de ses enfants qu’il accueillit en nombre. Il s’ouvre sur un texte solidement documenté de Jean-François Berdah qui s’attache à une contextualisation des relations entre les deux pays durant la décennie 1930. Si le Mexique cardéniste n’hésita pas à « voler au secours » d’une République agressée, il n’en dut pas moins tenir compte des réserves du puissant voisin septentrional : ce dernier, s’il ne soutint pas le mouvement putschiste, n’en fut pas moins très réservé à l’égard d’une république au sein de laquelle les tendances ou courants révolutionnaires étaient manifestes…

3La contribution de C. Lida mérite de retenir l’attention. L’historienne, spécialiste des Républicains en exil dans le sous-continent latino-américain, propose en effet une remarquable synthèse sur l’intégration de ces exilés dans le Mexique d’après 1940. Elle y souligne les spécificités d’une immigration qui garda longtemps une très forte identité nourrie d’une endogamie prégnante. Elle n’en contribua pas moins, pour le Mexique, au développement d’institutions universitaires, et plus largement culturelles, de très grand prestige à commencer par le Colegio de España devenu ultérieurement le prestigieux Colegio de México. C’est d’ailleurs cette dimension culturelle que prolonge la contribution de Bernard Sicot qui s’intéresse à un aspect peu connu de la présence espagnole au Mexique : celui de la rencontre entre écrivains espagnols exilés et le monde des arts et de la culture du Mexique des années 40. Chez les exilés, il y voit une réelle ambivalence faite à la fois de découvertes nombreuses mais aussi d’inquiétudes nées de ce qu’il nomme « un saut dans l’inconnu ». En sens inverse, Luis Velasco Pufleau explore la force des liens entre intellectuels et artistes des deux pays dès avant l’effondrement de la République. Il relate ainsi la présence de créateurs mexicains, dont Octavio Paz, invités en 1937 à l’initiative du Parti communiste d’Espagne afin de manifester la solidarité du régime issu de la Révolution de 1910 avec la République menacée par des caudillos conformément à une tradition que le Mexique du XIXe n’a lui-même que trop connu…

4De son côté Pedro Luis Angosto aborde un aspect plus politique de cette présence espagnole au Mexique. Il choisit en effet de suivre les aléas des divisions des partisans et héritiers politiques de Manuel Azaña exilés au Mexique et réunis au sein de l’Ateneo Salmerón. Les débats dont il suit les contenus avec précision reflètent les interrogations caractéristiques de toute force politique en exil : fallait-il reconstituer au Mexique les institutions de la République afin de la maintenir en vie ? Ne valait-il pas mieux, en négligeant ce parti-pris d’ordre institutionnel, s’engager dans un combat à long terme afin de garantir une « résurrection républicaine » en Espagne ? Ces désaccords fondamentaux recoupent en réalité les débats qui parcoururent toutes les forces politiques républicaines en exil. Les unes et les autres ne parvinrent à le trancher que difficilement et tardivement, rendant la lutte effective contre le régime militaire franquiste d’autant plus délicate à concrétiser.

5Le volume reproduit enfin deux textes d’époque qui témoignent de l’intervention de diplomates mexicains en Europe afin de soutenir la République espagnole. C’est le cas des deux beaux discours d’Isidro Fabela, délégué du Mexique auprès de la SDN, qui sont ici retranscrits.

6A n’en pas douter, l’ensemble du volume constitue une référence utile qui vient rappeler combien l’écho de la guerre civile espagnole ne s’est pas limité à l’immédiat entourage européen de l’Espagne. Malgré la distance, le Mexique de Lázaro Cárdenas s’est senti chargé d’une véritable mission d’aide et de soutien à la République agressée. Certes, durant la guerre, cette aide a été avant tout diplomatique avec les résultats que l’on sait. Mais, après la défaite républicaine, le Mexique s’est préoccupé de donner à son soutien jusqu’alors politique un contenu humanitaire en accueillant des milliers d’exilés. C’est de l’importance, de l’ampleur et de la profondeur de cette solidarité transatlantique entre deux pays partageant le même univers culturel hispanique que témoigne ce beau volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Le Mexique et la République espagnole, (sous la direction de J.P. AMALRIC et G. DREYFUS-ARMAND) », Caravelle, 101 | 2013, 282-284.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Le Mexique et la République espagnole, (sous la direction de J.P. AMALRIC et G. DREYFUS-ARMAND) », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/722

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org