Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gustave VERNIORY, Dix années en Araucanie 1889-1899

Angèle Martin et Paz Núñez-Regueiro (éd.), Paris-Rennes, Musée du Quai Branly – CoLibris, 2012, 900 p.
Soizic Croguennec
p. 277-280
Référence(s) :

Gustave VERNIORY, Dix années en Araucanie 1889-1899, Angèle Martin et Paz Núñez-Regueiro (éd.), Paris-Rennes, Musée du Quai Branly – CoLibris, 2012, 900 p.

Texte intégral

1Gustave Verniory est un ingénieur belge qui a quitté Bruxelles pour le Chili en 1889 à l’âge de vingt-trois ans pour travailler à la construction du chemin de fer dans un Grand Sud définitivement pacifié par le gouvernement chilien dans les années 1880. Son séjour en Araucanie – motivé par la nécessité de d’assurer la survie de sa famille à la suite du décès de son père – devait seulement durer trois ans mais s’est prolongé au gré des opportunités et des événements pour durer dix ans. Au cours de ces dix années, le lien entre la famille restée en Belgique et l’ingénieur parti à l’autre bout du monde est entretenu par une correspondance abondante et détaillée, par des envois d’argent et d’objets collectés par Verniory. Trente ans après son retour en Europe en 1899, Gustave Verniory décide de reprendre ses papiers, entre 1935 et 1938, pour produire un tapuscrit relatant son séjour chilien et destiné à sa famille. La trajectoire suivie par ce tapuscrit est bien particulière. Originellement destiné à la sphère familiale, le récit de Verniory, qui offre une vision unique du processus de colonisation et d’intégration lancé par le gouvernement chilien en Araucanie à la toute fin du XIXe siècle, reste largement inconnu en Europe tandis qu’il est traduit en espagnol et publié au Chili. (Le texte de Verniory est publié pour la première fois en 1975 en deux volumes par Jean Massion, petit-fils de Gustave Verniory, et Guy Santibañez. Une quatrième édition a été publiée en 2010). La présente édition offre le texte de Gustave Verniory en français et dans sa version complète pour la première fois à la suite de la donation de l’ensemble des papiers et de la collection de l’ingénieur belge au musée du Quai Branly par ses descendants.

2Le tapuscrit édité ici est un texte massif (plus de 700 pages) accompagné d’un long double prologue de 160 pages proposé par les éditeurs (Angèle Martin et Paz Núñez-Regueiro) : « Gustave Verniory (14 octobre 1865 – 4 mai 1949), portrait sensible » (p. XI-XCIV) et « Entre Mapuches, Chiliens et colons. Gustave Verniory, un ingénieur belge au service de la colonisation en Araucanie (1889-1899) » (p. XCV-CLVI). La première partie du prologue, rédigée par Angèle Martin, est centrée sur le personnage de Verniory, sa carrière au Chili, ses ambitions professionnelles, ses liens avec sa famille, le regard qu’il porte sur le Chili et la société de Frontière. Au-delà de l’homme, ce sont également le rapport de Verniory à l’écriture et ses qualités en tant qu’écrivain qui sont mises en valeur. C’est en fait le portrait d’un homme ambitieux et curieux qui se dessine, attaché à la sauvegarde de sa famille et fasciné par la société chilienne qu’il découvre petit à petit. Dans la deuxième partie du prologue, rédigée par Paz Núñez-Regueiro, le regard se déplace d’une sphère réduite à l’auteur pour englober le contexte économique, social et politique du Chili en général et de l’Araucanie en particulier au cours de la dernière décennie du XIXe siècle. Le lecteur découvre alors le difficile contexte de l’aventure chilienne de Gustave Verniory rythmée par la révolution de 1891, les crises financières de 1893, 1896 et 1898, la réorientation de la politique chilienne pendant le régime parlementaire (1891-1896) et surtout le mandat du nationaliste Federico Errázuriz Echaurren (1896-1901). Le Chili passe en effet au cours de ces années d’une stratégie reposant sur l’immigration et l’importation des compétences européennes à une volonté affichée de réserver les postes importants et les terres à la population chilienne. En dépit de la richesse des informations fournies par les auteurs du prologue, on peut regretter le choix de séparer l’homme du contexte, ce qui conduit à certaines répétitions : des faits et même des citations réapparaissent dans chacune des parties. Il faut toutefois bien dire que ce double prologue agit comme un complément indispensable qui met en valeur le tapuscrit de l’ingénieur belge et les différentes thématiques mises en valeur par le récit de ces Dix années en Araucanie.

3A la suite de ce long prologue se trouve donc le tapuscrit de Gustave Verniory, un texte long, dense, rédigé une trentaine d’années après le retour du Chili. Le texte suit une organisation chronologique qui permet d’accompagner l’auteur depuis son départ d’Europe jusqu’à son retour sur le Vieux Continent. Le prologue « Comment je partis pour le Chili » (p. 3) explique les raisons de l’exil de Verniory. Le corps du texte suit ensuite les pas de l’ingénieur belge : « Le voyage de Bruxelles à Santiago » (p. 7), « Mes débuts au Chili » (p. 33), « Quinze mois à Victoria. Avril 1889-juillet 1890 » (p. 71), « A la tête de la deuxième section à Lautaro » (p. 127), « Au service de l’entreprise Albarracín et Urruatia. 1er janvier 1892-août 1895 » (p. 213), « Entreprises personnelles » (p. 275), et « La construction de la ligne Temuco-Pitrufquén » (p. 381). L’épilogue relate le voyage retour de Verniory et conclut l’expérience américaine « D’Araucanie en Europe par Panama. Notes de voyage 1899 » (p. 479). Ainsi reconstitué, le texte est autant un récit de voyage qu’une chronique professionnelle. En d’autres termes, le lecteur suit Gustave Verniory au gré des travaux qu’il a dirigés pour la construction du chemin de fer en Araucanie (un total de 1175km de voies ferrées ont été construites dans le cadre de la colonisation du Sud) : « petite histoire » – la carrière de Verniory – « grande Histoire » – la colonisation du Grand Sud chilien sont ainsi étroitement associées dans le texte. Le tapuscrit est donc tout d’abord une formidable plongée dans l’univers d’une Frontière araucane présentée comme un lieu d’opportunités et d’arrangements avec la législation, comme le montrent les opérations financières – investissements, achats de terres et de maisons – de l’ingénieur et ses observations sur ses voisins Mapuches et ses ouvriers métis. On observe également au fil du texte l’avancée de la « Civilisation » qui suit le tracé de la voie ferrée kilomètre après kilomètre. Au-delà de la Frontière, le tapuscrit est une fenêtre ouverte sur l’évolution du Chili au cours de la dernière décennie du XIXe siècle. Au détour des commentaires de l’auteur dans ses lettres, on peut observer les aléas de la construction nationale chilienne, processus qui semble hésiter entre ouverture aux influences européennes et phénomène de fermeture. L’instabilité politique et économique, et son impact sur la carrière et les ambitions de Verniory, occupent également une place importante dans le récit : la révolution de 1891, les changements de régime, les crises financières. A travers le parcours de l’ingénieur, c’est l’itinéraire du Chili de la fin du XIXe siècle que l’on retrouve en filigrane. L’enthousiasme pionnier des premières années, caractérisé par l’ascension professionnelle, les investissements fructueux et l’intégration d’un prestigieux club local cèdent la place aux inquiétudes et aux difficultés professionnelles, ce qui reflète en effet le passage du Chili d’un climat d’euphorie colonisatrice aux hésitations d’une difficile construction nationale.

4De fait, seul le dernier chapitre « Scènes indiennes d’Araucanie » (p. 633) échappe au principe de la chronique personnelle pour prendre une dimension ethnologique, renforcée par les illustrations issues de la collection de Verniory (p. 693). Conçu comme une annexe par l’auteur, ce dernier chapitre regroupe les observations et les réflexions de l’ingénieur sur les populations Mapuches qu’il a pu fréquenter au cours de son séjour en Araucanie. Ici le chroniqueur se fait ethnologue et s’intéresse aux modes de vie. Le premier chapitre de l’annexe porte ainsi sur les pratiques agricoles et artisanales, la nourriture et la boisson, la langue et la religion… Les descriptions sont précises, méticuleuses et démontrent la volonté de l’auteur de fixer par écrit les dernières traces d’un monde en train de disparaître sous la pression de la colonisation. Le second chapitre de l’annexe, quant à lui, relève davantage du domaine du témoignage dans la mesure où Verniory s’attache ici à raconter diverses anecdotes issues de ses contacts quotidiens avec les populations mapuches. La précision scientifique est alors remplacée en partie par le sentiment de curiosité et de certaine fascination exprimé par l’auteur, sans masquer totalement le sentiment de supériorité de l’homme européen de la fin du XIXe siècle vis-à-vis d’un monde inconnu, différent.

5En définitive, le témoignage offert par le texte de Gustave Verniory constitue donc une source de premier choix pour comprendre les évolutions subies par l’Araucanie en particulier et le Chili en général à la toute fin du XIXe siècle. Le procédé d’écriture en deux temps – correspondance entre l’ingénieur et sa famille dans un premier temps puis rédaction du tapuscrit trente ans plus tard – et la possibilité de comparer les deux versions permettent également de réfléchir sur le processus de l’élaboration d’une source, entre écriture immédiate et organisation de la pensée de l’auteur. De fait, le texte de Verniory est tout autant une source pour étudier l’histoire chilienne qu’une source permettant d’analyser les représentations d’une pensée européenne triomphante à la fin du XIXe siècle. Un dernier intérêt est le statut de Verniory, sa position par rapport aux événements et aux personnes qu’il décrit. Etranger, il adopte la posture de l’observateur, du voyageur attaché à décrire un monde différent du sien par maints aspects, à souligner les menus aspects de la vie quotidienne, à évoquer les changements que cette expérience exerce sur sa santé et sa personnalité. Toutefois, contrairement à un voyageur qui par définition « ne fait que passer », Gustave Verniory, par son travail et son rôle dans la construction du chemin de fer en Araucanie, a été également un acteur de l’histoire chilienne, de la construction nationale chilienne entre 1889 et 1899. A travers son récit se perçoivent ainsi l’euphorie des années 1880 et les hésitations des années 1890. C’est ce double regard, celui de l’observateur et celui de l’acteur, qui fait, à mon sens tout l’intérêt du texte de l’ingénieur belge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Croguennec, « Gustave VERNIORY, Dix années en Araucanie 1889-1899 », Caravelle, 101 | 2013, 277-280.

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Gustave VERNIORY, Dix années en Araucanie 1889-1899 », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/713

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org