Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Josef OPATRNÝ, José Antonio Saco y la búsqueda de la identidad cubana

Bernard Lavallé
p. 275-277
Référence(s) :

Josef OPATRNÝ, José Antonio Saco y la búsqueda de la identidad cubana, Prague, Universidad Carolina, 2010, 229 p.

Texte intégral

1José Antonio Saco est sans doute une des figures les plus importantes de l’histoire intellectuelle et politique du Cuba au XIXe siècle, une des plus complexes aussi puisque, comme le rappelle l’auteur de ce livre dans sa nota introductoria, ses idées ont donné lieu à des interprétations divergentes et parfois contradictoires. De très nombreux travaux lui ont été consacrés et, il y a quelques années, nous avions rendu compte ici même de l’excellent livre d’Olga Portuondo Zúñiga au titre très évocateur et même provocateur : José Antonio Saco eternamente polémico (Santiago de Cuba, Ed. Oriente, 2006).

2Josef Opatrný est donc parti d’une série de questions que posent le legs intellectuel et l’action de cet homme, à la lumière de l’intérêt ou des oppositions qu’il a suscités. En quoi et comment les recherches les plus récentes ont-elles rénové ou modifié l’image de Saco ? Quelle est aujourd’hui la partie la plus intéressante de son œuvre ? Que signifie-t-il par rapport à sa génération et au milieu dont il était issu ?

3L’auteur est un spécialiste internationalement reconnu de la formation de la nation cubaine (comme l’atteste son ouvrage Antecedentes históricos de la nación cubana, Prague, 1986) ; or cette question a été, au cours des dernières décennies, au centre de bien des préoccupations de nombreux historiens dans la plupart des pays de l’ancien empire espagnol. Il n’est donc pas étonnant que les différentes facettes de la vie, de l’œuvre et de la place de Saco dans et pour le devenir cubain aient été étudiées de manière prioritaire sous cet angle dans ce livre qui fait en quelque sorte le bilan de quelque vingt années de travail de l’auteur sur le célèbre enfant de l’aristocratie bayamaise.

4Avant d’en venir à Saco, la livre s’ouvre sur trois chapitres qui dressent pour l’essentiel le cadre dans lequel il lui était donné de vivre. L’auteur examine d’abord le contexte de la pensée créole cubaine au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Les deux chapitres suivants, aux titres apparemment contradictoires (« Somos españoles » et « Cuba independiente ») montrent bien les deux pôles de la réflexion et de l’action politiques qui s’offraient alors aux élites cubaines de l’époque. Ils s’attardent de manière très éclairante sur les figures emblématiques de Arango y Parreño et Félix Varela, dans une époque troublée où le reste de l’empire espagnol décide de prendre en main ses destinées, où l’avenir de Cuba, restée à l’écart du grand mouvement de l’Indépendance, commence néanmoins à être un véritable enjeu international pour la puissance coloniale, l’Espagne, mais aussi l’Angleterre, d’autres pays latino-américains et surtout les États-Unis, voisins de plus en plus intéressés et présents dans l’île.

5Le chapitre IV analyse avec beaucoup de précision la formation de Saco « en el camino a la autoridad » comme il est dit dans le titre, en explique les phases, les influences, les lieux et les milieux, les empreintes, le sens et le poids des réseaux à Cuba, mais aussi aux États-Unis et en Espagne, d’où il put étudier la politique espagnole à Cuba avec la distance nécessaire, pour le premier pays, la proximité du pouvoir et des groupes de pression, pour le second, et chercher aussi à en être l’acteur.

6Les titres des trois chapitres suivants (La experiencia de diputado en Cortes, El peligro africano, La anexión y la nacionalidad cubana) montrent bien à partir de quels axes et dans quelles perspectives complémentaires sont étudiés le parcours, l’action et les apports de Saco aux grands débats cubains de son époque. Josef Opatrný le fait avec la volonté de démontrer, de s’écarter des à priori et de percer la réalité d’un homme et d’une action au-delà des tentatives d’appropriation des uns et des autres au cours de plus d’un siècle, avec les contradictions, voire les inconséquences que l’on a dites.

7Il en montre la réalité et les limites : une cubanidad fondée sur l’héritage espagnol, qui donc excluait tout à la fois les esclaves transportés d’Afrique et leurs descendants qu’il voyait de par leur nombre comme une menace culturelle mais aussi sociale face à l’éventualité d’un soulèvement armé, tout comme, mais sur un autre plan, l’influence nord-américaine. Certes Saco admirait en connaissance de cause le développement économique des USA, la liberté qui y régnait, du moins pour certains, mais il craignait le poids déjà très prégnant de la culture anglo-saxonne et surtout l’avalanche migratoire qui ne manquerait pas de se produire à Cuba dans le cadre d’une éventuelle annexion de l’île aux États-Unis que certains dans la Cuba de l’époque prônaient et envisageaient ouvertement.

8Saco rejetant à la fois annexion et africanisation, l’auteur montre bien comment il rechercha une nouvelle forme pour l’économie de son île, d’où la traite et l’esclavage seraient exclus, pour des raisons humanitaires, mais aussi parce qu’il y voyait un frein bien réel à la nécessaire modernisation du pays dans la nouvelle phase qui s’offrait à lui.

9Comme l’a bien écrit Julio Le Riverend, il y avait chez cet homme une capacité rare pour discerner et conceptualiser clairement les problèmes essentiels, ouvrir la discussion dans une perspective d’avenir positive, mais aussi une grande faiblesse lorsqu’il lui fallait passer au plan de l’action et de la réalisation. C’est sans doute dans cette contradiction fondamentale, montrée de manière à la fois savante et pertinente par l’auteur, et sans doute caractéristique de certains secteurs créoles de l’île, que proviennent les avis si divergents sur la pensée de Saco dont il a été question au début de ce compte-rendu et les utilisations diverses auxquelles elle a donné lieu.

10Josef Opatrný nous donne un nouvel ouvrage riche et lumineux sur Saco mais, au-delà, sur les grands débats qui ont animé et divisé les élites de la Cuba du XIXe siècle, et révélé leur lucidité, leurs contradictions et leurs limites face à l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Josef OPATRNÝ, José Antonio Saco y la búsqueda de la identidad cubana », Caravelle, 101 | 2013, 275-277.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Josef OPATRNÝ, José Antonio Saco y la búsqueda de la identidad cubana », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/711

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org