Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pilar CAGIAO VILA, José María PORTILLO VALDÉS (coords.), Entre imperios y naciones. Iberoamérica y el Caribe en torno a 1810

Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela, 2012, 518 p.
Frédérique Langue
p. 272-275
Référence(s) :

Pilar CAGIAO VILA, José María PORTILLO VALDÉS (coords.), Entre imperios y naciones. Iberoamérica y el Caribe en torno a 1810, Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela, 2012, 518 p.

Texte intégral

1Bien que s’inscrivant dans la visée commémorative liée au bicentenaire des Révolutions d’Indépendance hispano-américaines, cette réalisation collective présente le grand mérite de privilégier une réflexion comparée des phénomènes d’Indépendance, évitant de la sorte une juxtaposition de perspectives « nationales » qui obèrerait la compréhension d’un processus caractérisé par la circulation constante des hommes et des idées dans plusieurs dimensions impériales. L’approche événementielle s’en trouve élaguée, à l’inverse de la tendance observée lors de nombreuses célébrations, fussent-elles académiques, au profit, précisément, du temps long des révolutions et des problématiques impériales. Revendiquant un certain nombre de lignes de forces et une approche globale centrée sur l’espace ibéro-américain et caribéen, voire atlantique, Entre imperio y naciones est avant tout la résultante d’un débat, initié à l’occasion d’un colloque international qui s’est tenu en 2010 à l’initiative de la Cátedra Juana de Vega de l’université de Santiago de Compostela. Sont en ligne de mire non seulement la conceptualisation et la formation dans l’ordre politique et intellectuel des jeunes nations ibéro-américaines, la signification qu’ont revêtue les célébrations du Bicentenaire des Indépendances ibéro-américaines dans un espace englobant plusieurs continents, mais également la viabilité d’un système de gouvernement monarchique que des députés venus de tout l’empire espagnol ont tenté de reconsidérer et de discuter, pour la première fois dans l’histoire du monde occidental. Le résultat de ces débats, sanctionné par la Constitution de Cadix de 1812, fut la définition première de la « nation espagnole », « réunion de tous les Espagnols des deux hémisphères ». L’inclusion de la période gaditana dans la chronologie 1810-1824 et son insertion dans la problématique indépendances en regard des empires rompt en ce sens avec la plupart des publications commémoratives, volontiers centrées sur un événement et une année en particulier ou encore sur l’une ou l’autre problématique (i.e. révolutions versus empires, celle-ci étant plus volontiers portée par les tenants d’une histoire atlantique venue du nord du continent, peu portée, sauf exception notable, à prendre en compte le monde hispanique, ses problématiques et ses sources spécifiques).

2Le « moment de 1810 » pour reprendre l’intitulé de la contribution de Tulio Halperín Donghi, moment emblématique à plus d’un titre pour l’ensemble du continent, et marqué de fait par l’activité des Juntas, ouvre l’ensemble avant de considérer les modalités particulières de promulgation de la Constitution de Cadix et la mise en place d’une sorte de Commonwealth hispanique accompagné d’une série d’initiatives similaires sur l’ensemble du continent : de Santiago à Chilpancingo, en passant par Quito, Bogotá ou Caracas. De fait, l’indépendance est perçue comme solution à la faillite du gouvernement métropolitain et à la crise du système impérial brillamment évoquées par Brian Hamnett. La réalité ibérique diffère ici profondément des expériences impériales britannique ou française, celle-ci ouvrant toutefois la voie à l’option révolutionnaire (Haïti). Une autre circonstance, dûment rappelée par B. Hamnett, et que tout propos commémoratif tend habituellement à occulter, réside dans le processus de crise lui-même, aussi bien dynastique que politique, un processus qu’il convient par ailleurs de faire remonter bien avant l’année 1810, si l’on tient compte des oppositions diverses qui se sont manifestées à l’encontre des réformes bourboniennes sur les deux rives de l’Atlantique. Les exemples du Venezuela (succession de révoltes et rebellions, conjuration de l’aristocratie créole blanche des mantuanos comprise, en 1808) et, dans un autre ordre d’idées, de Buenos Aires, compte tenu du caractère tardif de la déclaration d’Indépendance in situ (1816), en témoignent aisément. Dès lors, l’Indépendance n’apparaît plus comme la cause de la désagrégation impériale mais comme sa conséquence, interprétation tout aussi valable dans le cas brésilien si l’on considère l’influence décisive exercée par les mouvements politiques issus de l’Amérique espagnole dans l’espace luso-américain (analyse de Joao Paulo G. Pimenta, centrée sur cette « incómoda vecindad »). Ces différentes contributions montrent bien comment l’expérience de Cadix, en d’autres termes la viabilité de l’autonomie dans ses déclinaisons américaines, s’est prolongée bien au-delà du Trienio Liberal. Tel fut le cas dans le Mexique indépendant, dont la Constitution de 1824 reflète tout aussi clairement l’inscription des idéaux politiques gaditanos dans les pratiques politiques locales, aux côtés d’une tradition proprement « américaine » telle qu’elle s’est manifestée en territoire tlaxcalteca (textes de Beatriz Rojas et José María Portillo Valdés) .

3La contribution d’Alfredo Avila ( « ¿Autonomía o independencia ? Construcciones historiográficas ») initie à cet égard un débat historiographique quant aux formes prises par l’autonomie et l’indépendance tout au long du XIXe siècle, débat prolongé par Rafael Rojas dans deux directions fondamentales pour l’interprétation de l’Indépendance du Mexique : le rôle de l’opinion publique et de la guerre civile dans les années 1808 à 1830. « El insomnio de Bolívar », parodie de l’ouvrage éponyme de Jorge Volpi, conduit Héctor Pérez Brignoli à s’interroger sur les difficultés de définir les processus considérés et d’en proposer une interprétation et de valider paradoxalement la qualification de cas « atypiques » (Amérique centrale, Paraguay, Cuba, Panamá).

4Evitant présupposés politiques ou idéologiques, y compris par rapport aux historiografías patrias, cet ouvrage pose par conséquent la question des réalités américaines et caribéennes en mettant en exergue trois circonstances appelées à interagir de manière différentielle de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à l’ultime fin du système colonial espagnol (1898) : d’où l’intérêt que présente une approche conjointe du phénomène juntista, les manifestations de fidélité à l’égard du monarque déchu et des revendications d’autonomie, dynamique particulière-ment explicite au Venezuela et en Nouvelle-Grenade (voir sur ce point les contributions d’Inés Quintero et María Teresa Calderón).

5L’ouvrage considère, dans un second temps, les nations issues de la conjoncture ouverte en 1808 puis de la crise de 1810, qui s’étend en fait jusqu’à l’année 1824, voire au-delà pour certaines problématiques précises, dont l’incidence sur les processus politiques et institutionnels n’est pas toujours directement perceptible : tel est le cas des relations entre fiscalité et Etat dans l’espace atlantique et de l’adoption des principes du libéralisme, thème traité par Pedro Pérez Herrero pour la période 1787-1860. Plus que les acteurs économiques importent cependant, tendance généralisée dans les études portant sur les Révolutions d’Indépendance, les acteurs sociaux. La participation populaire et multiethnique est étudiée pour la Nouvelle-Espagne par Jean Meyer en mettant l’accent sur l’« insurrection absurde » fomentée par Hidalgo et pour le Pérou par Víctor Peralta. Dans le même ordre d’idées, le cas exemplaire, symbolique et, jusqu’à il y a peu, méconnu, de Haïti, est abordé par Franklin Knight, qui s’attache à situer dans le contexte atlantique des « révolutions américaines » plus que des « révolutions noires ». De même les exemples de Cuba et de Santo Domingo (Sergio Guerra Villaboy, Frank Moya Pons), retiennent-ils l’attention des auteurs, malgré le rôle décisif joué par certaines élites locales dans le choix de l’autonomie, puis de l’indépendance, et la défense de ces positions antagoniques dans la métropole.

6Le dernier ensemble de contributions comprend à cet égard diverses synthèses qui enrichissent et relativisent tout à la fois l’appréhension globale du processus : ainsi sur les relations entre genre et race dans l’ « expérience de crise » des Caraïbes (Digna Castañeda Fuertes), le fait impérial dans une perspective comparée mettant en évidence le « chant du cygne » que représenta en définitive la Constitution de Cadix et les débats qui l’entourèrent pour l’empire hispanique (Antonio Annino), le bicentenaire du début des processus d’Indépendance latino-américains (Juan Paz y Miño), les célébrations du centenaire en Espagne et les représentations historiques auxquelles elles donnèrent lieu (Pilar Cagiao Vila) et enfin le rôle de l’immigration et l’implication de la communauté gallega dans les événements du Río de la Plata (Xosé Ramón Barreiro Fernández dans un « discours hypercritique »).

7L’insistance sur les circulations d’idées et de personnages qui ont constamment accompagné la création des républiques latino-américaines, l’importance accordée, au delà de la problématique juntista, à l’épisode gaditano, inscrivant la réflexion proposée dans un continuum constitutionnel qui, aujourd’hui encore, est non seulement reconnu mais célébré par une Espagne toujours monarchique, les nuances intelligemment soulignées au travers d’études de cas et les synthèses finales proposées font de cet ouvrage une lecture indispensable pour qui s’intéresse au processus d’Indépendance et à l’histoire sociale et politique du monde latino-américain et caribéen. IL constitue par ailleurs un apport non négligeable à la discussion portant sur la distinction entre nation et Etat, particulièrement pertinente dans les premières décennies du XIXe siècle latino-américain. Au delà de la « rupture » célébrée a posteriori, cette unité non factice du monde ibérique, identifiable à travers un certain nombre de constantes sociales, politiques et institutionnelles, ne manque pas de mettre en évidence un élément clé à l’échelle de l’empire d’outre-mer, facteur à la fois de sa longévité mais tout aussi bien de sa chute : les mécanismes de négociation, qui, jusqu’aux premières décennies du XIXe siècle, avaient évité précisément la désagrégation impériale, malgré conflits, guerres intestines et rivalités opposant aussi bien les puissances impériales en présence que, sur une scène « intérieure », des régions d’Amérique entre elles, voire des pueblos dans un même ensemble territorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Pilar CAGIAO VILA, José María PORTILLO VALDÉS (coords.), Entre imperios y naciones. Iberoamérica y el Caribe en torno a 1810 », Caravelle, 101 | 2013, 272-275.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Pilar CAGIAO VILA, José María PORTILLO VALDÉS (coords.), Entre imperios y naciones. Iberoamérica y el Caribe en torno a 1810 », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/708

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org