Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guillermina del VALLE PAVON, Finanzas piadosas y redes de negocios. Los mercaderes de la ciudad de México ante la crisis de Nueva España, 1804-1808

México, Instituto Mora, 2012, 262 p.
Frédérique Langue
p. 269-272
Référence(s) :

Guillermina del VALLE PAVON, Finanzas piadosas y redes de negocios. Los mercaderes de la ciudad de México ante la crisis de Nueva España, 1804-1808, México, Instituto Mora, 2012, 262 p.

Texte intégral

1L’épisode sur lequel s’ouvre cet ouvrage, celui de l’arrestation en 1808 du vice-roi Iturrigaray par le riche commerçant et propriétaire terrien Gabriel de Yermo et soixante-dix membres du Consulat de commerce de Mexico, ne relève pas de l’anecdote. Pour l’historiographie politique, cette initiative au premier abord insolite mit en effet un terme aux velléités d’autonomie émanant d’une municipalité appuyée précisément par le vice-roi, dans le contexte désormais bien connu de vide politique provoqué par la crise de la monarchie (1808). Cet épisode, comme tant d’autres dans l’histoire économique et politique de la Nouvelle-Espagne et du Mexique indépendant, témoigne des relations parfois conflictuelles qu’entretenaient les élites locales avec la (haute) administration. Nous ne reviendrons pas ici sur la définition applicable au terme d’« élites », amplement développée par l’historiographie américaniste et particulièrement novohispana et considérablement renouvelée, dans une perspective comparée de surcroît, par l’historiographie moderniste espagnole. Rappelons simplement que, dans la perspective de l’auteure, il est fait référence à la fois au capital relationnel et économique de ces grandes familles et à leur pouvoir social et politique de fait, définition a minima de cette véritable caste de marchands de haut vol dont la résistance fit date dans les annales de la vice-royauté, reléguant au rang de témoignages les très nombreuses « représentations » au monarque produites par le Consulat.

2Parfois contradictoires, les interprétations de cet événement, unique en Amérique espagnole – il n’y eut pas d’autre déposition de vice-roi consécutive à un rejet de la part des grands commerçants confrontés à la constitution des juntas –, mettent en évidence la disparité des réactions enregistrées à l’encontre du décret royal de consolidation (consolidación de vales reales) de décembre 1804. Comme l’indiquent les premiers historiens mexicains du XIXe siècle (ainsi Lucas Alamán, mais également Teresa de Mier), les réactions furent en effet particulièrement marquées dans le cas de la Nouvelle Espagne compte tenu de l’impact de cette mesure sur les capitaux destinés aux fondations pieuses (capellanías, obras piadosas). Ce sont ces causes économiques de la révolte contre Iturrigaray qui vont constituer la ligne directrice de cet ouvrage, dont les limites chronologiques s’étendent de la promulgation de ce décret jusqu’à la déposition du vice-roi. Certains antécédents sont toutefois rappelés, ainsi diverses mesures instaurées par le vice-roi, qui suscitèrent l’hostilité bien au-delà des élites commerçantes réunies au sein du Consulat de commerce, et contribuèrent à sa chute, amplement « facilitée », comme cela a été souligné, par la conjoncture politique de la métropole. De fait, les conspirateurs bénéficièrent de l’appui d’un représentant de la Junta Suprema de Séville, de l’Audience de Mexico, et de l’archevêché, entre autres autorités.

3Généralement présenté par l’historiographie spécialisée comme une institution relativement conservatrice – à la différence des consulats de commerce créés au XVIIIe siècle dans d’autres régions d’Amérique espagnole, voire en Nouvelle-Espagne : Veracruz, Guadalajara – parfois monolithique, dépourvue en grande partie de la capacité d’innovation caractérisant les « capitaines d’industrie » et autres banquiers, grands mineurs et grands hacendados qui constituèrent ces élites nobles des millionnaires de Nouvelle-Espagne, le Consulat de commerce de Mexico acquiert au fil de ces pages une image quelque peu différente et beaucoup plus flatteuse : celle d’un organisme concentrant un pouvoir commercial et financier considérable, contrôlant les transactions réalisées sur le vaste territoire de la vice-royauté et le commerce transatlantique s’y rattachant jusqu’à la fin de la période coloniale. De même conviendrait-il de mentionner le rôle du Consulat dans la « gestion » des moyens de paiement et des mécanismes de crédit, le Consulat de commerce se transformant en véritable intermédiaire financier pour une Couronne d’Espagne avide de prêts et dons divers appelés à financer ses guerres européennes non exemptes de répercussions dans l’espace atlantique.

4L’argent mexicain, inspirateur bien connu de maintes stratégies d’investissement et de préservation de la richesse dans la cas des grands mineurs hacendados anoblis, processus qui culmine dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, joue de toute évidence un rôle majeur dans la diversification qui s’impose dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et plus particulièrement dans les stratégies économiques, patrimoniales et sociales (création de majorats comprise) des élites représentées au Consulat de commerce, fussent-elles « principales » ou « secondaires/secondes ». Un élément clé vient en effet renforcer le potentiel et le rayon d’action des grands commerçants et banquiers novohispanos : la promulgation du décret de liberté de commerce (1789), dans un contexte de rivalités impériales allant croissant dans l’espace atlantique (Grande-Bretagne, France). Aussi bien ces stratégies que la représentation institutionnelle qui en découle et l’événement étudié font apparaître un réseau de liens personnels fondés aussi bien sur les relations d’affaires que sur les liens de parenté biologique ou spirituelle unissant Gabriel de Yermo et les grands commerçants (mercaderes) de la ville de Mexico, à l’instar des réseaux développés par les patriarches de clans familiaux régnant sur d’immenses domaines, désormais prompts à contracter des alliances en tout genre avec les membres du Consulat de commerce.

5La remise en question du pacte colonial, la priorité donnée au financement des conflits dans lesquelles l’Espagne se trouvait engagée expliquent à cet égard la modification de la fiscalité au détriment des territoires d’Amérique et particulièrement de la Nouvelle-Espagne, aussi bien incitative – les innom-brables prêts consentis à la Couronne par ses riches vassaux d’origine créole ou péninsulaire – que directive – les mesures fiscales proprement dites, dont la Loi de consolidation de 1804 fut l’un des fleurons. Consentir ces prêts considérables (15 millions de pesos en 1795, garantis sur les revenus du tabac) comporta indiscutablement des contreparties pour les grands commerçants soucieux de bénéficier de voies de communication terrestres ou maritimes à même de favoriser leurs activités. Au début du XIXe siècle, la corporation (gremio mercantil) avait ainsi accordé huit millions de pesos, au titre de la Real Hacienda, sans compter les « dons » consentis à titre personnel par ses membres, tandis que la crise de la trésorerie royale allait s’amplifiant. L’émission répétée de ces bons (vales reales), leur dévaluation conséquente et l’impact de la mesure sur la propriété foncière et les fondations pieuses, ne contribuèrent pas peu à déstabiliser les deux piliers du système de crédit novohispano, système dont nombre d’historiens, tels Gisela von Woebeser, Asunción Lavrín, Brian Hamnett ou Carlos Marichal, ainsi que l’auteure elle-même, ont contribué à préciser le fonctionnement, fondé en première instance sur la confiance.

6Bien que bénéficiaire du crédit ecclésiastique, le Consulat se montra toutefois, dans son ensemble, favorable à cette mesure qui rapporta un peu plus de dix millions de pesos à la Couronne, circonstance que l’auteur détaille tout en en rappelant l’absence de flexibilité du vice-roi et l’intransigeance de la Junta de Consolidación qu’il présidait. Tel fut notamment le cas lors du recours aux composiciones par les débiteurs concernés, situation qui s’inscrit à l’encontre des « us et coutumes » invoqués conjointement par les grands commerçants et propriétaires terriens (marquis d’Altamira ou de Sierra Gorda), les grands mineurs promus au rang de financiers de la Couronne (Fagoaga) ou, à un niveau de fortune certes mineur, par de petits propriétaires (labradores) du centre de la Nouvelle-Espagne, diocèse de Michoacán compris, ou encore de propriétaires d’ingenios du Morelos. Le décret litigieux porta atteinte aux intérêts économiques d’un ensemble de riches et puissants commerçants par ailleurs producteurs agricoles et résidant à Mexico. Leur réaction fut déterminante dans la destitution d’un vice-roi partisan d’une « autorité sans limites », aux côtés d’autres facteurs comme l’appui discret d’autres membres du Consulat, la complicité de membres de l’Audience de Mexico, ou encore la crainte d’un soulèvement populaire à visée indépendantiste, débat animant alors l’échevinage de Mexico (Ayuntamiento).

7A partir d’une riche documentation issue des archives mexicaines et espagnoles, cet ouvrage d’histoire économique, financière et sociale tout à la fois, met ainsi en exergue l’importance des intérêts économiques de ces grands commerçants défendus par l’éditeur de la Gazeta de México, Juan López Cancelada. Il dévoile également le rôle – décisif – joué par les réseaux de sociabilité dans cette conjuration (voir sur ce point la remarquable cartographie de ces réseaux, chap. 2), l’entrelacs des relations familiales et formes de parenté, des loyautés et clientèles, se superposant aux relations d’affaires proprement dites dont les confréries furent elles-mêmes l’une des expressions les plus efficaces. Seule l’insurrection d’Hidalgo mettra un terme relatif à la désunion des élites tout en exacerbant l’opposition créoles/péninsulaires, ouvrant la voie à l’écriture d’un nouveau chapitre de l’histoire non plus de la Nouvelle-Espagne mais du Mexique, histoire dans laquelle l’événement étudié accède désormais à un statut symbolique. A la fois synthèse précise et discussion argumentée d’un événement se prêtant à des interprétations univoques, analyse détaillée d’histoire financière et essai d’histoire sociale dans le meilleur sens du terme, l’ouvrage de Guillermina del Valle devrait par conséquent trouver sa place dans les bibliothèques non seulement d’histoire de la Nouvelle-Espagne et du Mexique indépendant, mais également dans toute bibliothèque consacrée à l’histoire économique et sociale de l’Amérique espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Guillermina del VALLE PAVON, Finanzas piadosas y redes de negocios. Los mercaderes de la ciudad de México ante la crisis de Nueva España, 1804-1808 », Caravelle, 101 | 2013, 269-272.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Guillermina del VALLE PAVON, Finanzas piadosas y redes de negocios. Los mercaderes de la ciudad de México ante la crisis de Nueva España, 1804-1808 », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 21 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/706

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org