Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hernán M. VENEGAS DELGADO, et Carlos M. VALDÉS DÁVILA, La ruta del horror, prisioneros indios del noroeste novohispano llevados como esclavos a La Habana, Cuba (finales del siglo XVIII a principios del siglo XIX)

Saltillo, Universidad Autónoma de Coahuila, 2013, 166 p.
Bernard Lavallé
p. 268-269
Référence(s) :

Hernán M. VENEGAS DELGADO, et Carlos M. VALDÉS DÁVILA, La ruta del horror, prisioneros indios del noroeste novohispano llevados como esclavos a La Habana, Cuba (finales del siglo XVIII a principios del siglo XIX), Saltillo, Universidad Autónoma de Coahuila, 2013, 166 p.

Texte intégral

1La question de l’esclavage des indios de guerra, par opposition aux indios de paz (ou indios amigos), est un thème essentiel et récurrent de l’histoire de bien des régions marginales de l’ancien empire espagnol. Il amène, en particulier, à nuancer les affirmations généralisatrices et un peu hâtives sur la disparition prônée par la Couronne dès le milieu du XVI° siècle de l’esclavage des Indiens, remplacé un peu partout, mais de manière plus ou moins intense, par celui des Noirs amenés d’Afrique par la traite.

2Après les études pionnières de Silvio Zavala, ce problème, concernant les Indiens d’abord globalement désignés sous l’appellation de Chichimecas dans le nord mexicain, a suscité quelques travaux fort suggestifs, notamment en ce qui concerne leur déportation vers l’intérieur de la Nouvelle-Espagne et plus loin encore à Cuba. On peut citer, par exemple, ceux de Christon J. Archer, Max L. Moorhead et William Merill, pour le Mexique, et de Lourdes S. Domínguez pour Cuba.

3Le présent ouvrage, œuvre conjointe de deux professeurs de l’université autonome du Coahuila, l’un mexicain et l’autre cubain, a pour ambition de donner de ce processus une image complète et qui surtout embrasse les deux extrémités du voyage au bout de l’horreur des Indiens faits prisonniers dans cette guerre larvée qui a scandé l’histoire de la longue frontière nord de la Nouvelle-Espagne.

4Après des chapitres de cadrage où sont rappelés les grands traits du peuplement aborigène du grand Nord mexicain et les impacts multiples qu’il subit avec l’arrivée des Européens, les auteurs exposent dans quel contexte, pour quelles raisons et dans quels buts fut imaginée la déportation des esclaves indiens capturés lors des opérations militaires.

5Ils montrent, vers la fin du XVIIe siècle, grâce à une abondante documentation administrative très finement utilisée, la constitution des chaînes d’esclaves, les colleras rappelant celles de la Conquête, leurs interminables trajets, leur coût, les problèmes qu’elles posaient à la société coloniale de l’époque, surtout l’inhumanité des conditions de vie imposées aux captifs sur des milliers de kilomètres jusqu’à Veracruz, point d’embarquement vers Cuba. La première conséquence était l’effroyable pourcentage de décès par maladie et plus encore par mauvais traitements, en particulier chez les femmes et les enfants qui n’étaient nullement épargnés. Les auteurs montrent aussi les effets multiples du déracinement subi par ces malheureux dans les pires conditions qui soient. Il y a là sans aucun doute un des plus tristes volets de l’histoire de l’asservissement des peuples premiers du continent et d’une volonté de nettoyage ethnique de type vraiment génocidaire.

6Dans la seconde partie, le livre dresse un panorama du contexte d’esclavage qui attendait les captifs apaches ou comanches à Cuba, et surtout il montre comment les mêmes causes produisant les mêmes effets, les Indiens esclaves originaires du Mexique qui avaient survécu au voyage trouvaient dans le marronnage, le banditisme voire la rébellion moins solitaire et plus organisée, un exutoire à leur situation, comme leurs homologues noirs en provenance d’Afrique.

7Il est en effet à signaler qu’au début du XIXe siècle on retrouve souvent des esclaves indiens déportés du Mexique dans des cuadrillas très composites du point de vue ethnique qui faisaient régner l’insécurité dans de nombreuses régions de la grande île. Il ne s’agissait pas de cas isolés mais d’un phénomène bien connu des autorités qui réfléchissaient d’ailleurs aux divers moyens propres à l’éradiquer. Le livre rappelle que la mémoire collective cubaine en a dans certains cas conservé le souvenir.

8A la fin du XVIIIe siècle, les auteurs signalent des tensions entre le vice-roi de Mexico, qui voulait envoyer à Cuba tous les captifs pour en finir avec la guerre larvée dans le Nord et le capitaine général de Cuba, le marquis de Someruelos. Celui-ci redoutait, sans doute avec raison au vu de la documentation de l’époque, que ces rebelles potentiels ne fassent profiter de leur longue expérience rebelle les esclaves noirs qui partageaient leur condition. En1803 il écrivit même à la Couronne à ce sujet mais ne fut pas écouté, bien qu’il se soit prévalu de l’avis éclairé et circonstancié des principaux responsables du maintien de l’ordre dans l’île.

9Il s’agit d’un ouvrage riche, neuf sur de nombreux points, bien documenté et très vivant, qui fait le pont entre deux histoires trop souvent étudiées séparément comme c’est en général le cas en Amérique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Hernán M. VENEGAS DELGADO, et Carlos M. VALDÉS DÁVILA, La ruta del horror, prisioneros indios del noroeste novohispano llevados como esclavos a La Habana, Cuba (finales del siglo XVIII a principios del siglo XIX) », Caravelle, 101 | 2013, 268-269.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Hernán M. VENEGAS DELGADO, et Carlos M. VALDÉS DÁVILA, La ruta del horror, prisioneros indios del noroeste novohispano llevados como esclavos a La Habana, Cuba (finales del siglo XVIII a principios del siglo XIX) », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/703

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org