Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel VOVELLE, Manuel CHUST y José A. SERRANO (eds.), Escarapelas y coronas. Las revoluciones continentales en América y Europa 1776-1835

Caracas, Editorial Alfa, 2012, 293 p., coll. Trópicos/Historia.
Frédérique Langue
p. 266-268
Référence(s) :

Michel VOVELLE, Manuel CHUST y José A. SERRANO (eds.), Escarapelas y coronas. Las revoluciones continentales en América y Europa, 1776-1835, Caracas, Editorial Alfa, 2012, 293 p., coll. Trópicos/Historia.

Texte intégral

1Entre révolution et révolutions, les circulations entre les deux rives de l’Atlantique dessinent tout au long du XVIIIe siècle une évolution vers une société de conception radicalement opposée, sans retour possible en arrière quels que puissent être les partisans d’une solution concertée et conservatrice à la faillite des réalités impériales. Cette évidence est peu rappelée dans la profusion de travaux consacrés aux Indépendances hispano-américaines, de même que l’antécédent créé par les colonies anglaises, qui ouvre la voie, une fois n’est pas coutume, à une véritable histoire atlantique, non pas fondée sur l’imposition d’une historiographie présentée comme incontournable, mais sur l’analyse comparée qu’autorisent la présence constante et les affrontements non moins réguliers des puissances impériales européennes sur un espace maritime étendu et aux frontières mouvantes.

2Les répercussions des événements de métropole – guerres et sorties de guerre comprises – sur l’aire américaine et caribéenne furent également déterminantes : avant même la crise institutionnelle et politique de 1808, la révolution haïtienne apporte une réponse sans équivoque aux velléités de préservation des structures impériales dans la région. Au-delà du mythe ainsi constitué et en quelque soixante-dix ans, les colonies espagnoles, portugaises, françaises et anglaises en viennent à choisir un destin a priori indépendant d’Etats-nations. Les causes – les « thèses » d’après M. Chust – en sont multiples et tout aussi diversement débattues (des réformes bourboniennes aux révolutions hispaniques en passant par la dissolution des empires), de même que les « influences » en termes d’histoire des idées politiques, et plus encore en fonction de conjonctures nationales qui laissent parfois davantage de place à l’idéologie qu’au travail de l’historien, sans compter des usages du passé tendant à justifier le temps présent au détour d’une commémoration, qu’il s’agisse du bicentenaire des révolutions d’Indépendance ibéro-américaines ou de celui la Constitution de Cadix (1812) dans le cas de l’Espagne.

3Contourner ce propos commémoratif, le dépasser au profit d’une analyse d’ensemble (les révolutions continentales, révolutions ou guerres d’indépendance, ou encore guerres civiles ?) confrontant des réflexions de longue haleine sur les thèmes considérés, en particulier sur le fait guerrier et manifestations in situ, autorise en ce sens une mise en parallèle d’une historiographie profuse et de l’évolution d’histoire des idées au temps présent (voir cette autre commémoration de 1989 : la chute du mur de Berlin et celle du « socialisme réel »). Est-ce pour autant la « fin de l’histoire », et la « mémoire perdue » de la Révolution exaltée par Jaurés, noyée dans un consensus médiatisé à outrance au profit d’une « école critique » et de sa version politiquement correcte et instrumentalisable (de nos jours), question revisitée tout en nuances par la contribution de Michel Vovelle ? La coïncidence du bicentenaire des révolutions d’Indépendance ibéro-américaines avec la révolte des indignados (née en Espagne) a, certes, ouvert des pistes en s’inscrivant dans une longue durée trop fréquemment évacuée des textes circonstanciels et pointillistes produits à l’occasion des dites célébrations ou contre-célébrations, mettant en exergue le concept et la catégorie analytique de révolution, son histoire et ses « révisions », ses déclinaisons – symboliques ou plus pragmatiques – au cours du temps et les débats qu’il a suscités et continue de susciter dans des contextes et suivant une chronologie bien précise (M. Chust, J.A. Serrano, L. Roua). « Catégorie à la dérive » selon Rogelio Altez, la catégorie demeure indissociable d’un certain nombre de vocables et d’antonymes, liberté, modernité, pouvoir, barbarie, tyrannie, république, souveraineté, autonomie, nation, insurrection, peuple, patrie, démocratie, libéralisme… dont la mise en œuvre via une théorie critique au sens où l’entendait Hannah Arendt n’exclut guère la contextualisation, bien au contraire (R. Koselleck), la quête de l’indépendance se transformant dès lors en projet politique dans le cas ibéro-américain.

4Les « révolutions atlantiques » mises en exergue par Marcello Carmagnani trouvent ici leur raison d’être, monde ibéro-américain inclus, valorisant non plus seulement une comparaison tendant vers la simple juxtaposition mais bel et bien des connexions, des réseaux, aussi bien matériels et économiques qu’intellectuels, culturels, politiques et sociaux, leurs interactions sociales enfin (voir également l’étude de cas et texte conclusif de D. Gutiérrez). L’importance d’une culture économique trouve (enfin) ici sa justification première, induisant des modes de consommation, montrant bien la réalité des liens entre liberté économique et liberté politique et démentant, si besoin était, le mythe de l’introduction de la liberté de commerce dans le monde hispanique depuis le monde anglo-saxon. La mention des derniers travaux de Eric Van Young et la revendication de l’histoire culturelle dans l’appréhension des phénomènes révolutionnaires constitue à cet égard l’un des rappels les plus essentiels de cet ouvrage collectif dans lesquels les considérations englobant le nord du continent (Mexique et Etats-Unis… réunis), loin d’imposer une ligne directrice dans l’interprétation des faits, éclairent l’ambigüité même des révolutions conduisant à la mise en place de « Républiques modernes » (E. Pani, A. Bosch). Il en est de même de la référence aux Cortes de Cádiz et à l’ « expérience gaditana », indissociable du processus précédemment évoqué (J. Ortiz Escamilla), une révolution dans les « deux hémisphères » selon l’expression parodique d’I. Frasquet.

5Escarapelas y Coronas, à première vue un ensemble de réflexions personnelles sur un thème par trop actuel et presque galvaudé, dépasse donc clairement les deux termes – et obstacles sémantiques si ce n’est méthodologiques – de la première partie de son titre et de la plupart des contributions académiques aux célébrations des bicentenaires considérés. Loin de n’être qu’une synthèse des débats réalisés depuis quelques années – d’autres ouvrages coordonnés par M. Chust remplissent d’ailleurs ce rôle –, il en démonte, dans la plupart de ses contributions, la dynamique et les implications sur le long terme. A l’heure où les révolutions valent systématiquement comme principe explicatif de processus radicalement opposés dans leur nature et leur visée, où le mélange des genres fait florès y compris dans les analyses universitaires, et où l’on fait se rejoindre passé (révolu) et présent (présentisme ?), la lecture de cet ouvrage est plus que recommandable. Renouvelant la perspective atlantique dans le meilleur sens du terme et revisitant un concept véritablement mis en situation et par là-même confronté à l’épreuve des faits, il devrait être l’occasion de poursuivre le débat independentista sur des bases non pas nouvelles puisque nombre des références évoquées existaient bel et bien dans les mémoires… intellectuelles et livresques, mais reconnues à leur juste valeur heuristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Michel VOVELLE, Manuel CHUST y José A. SERRANO (eds.), Escarapelas y coronas. Las revoluciones continentales en América y Europa 1776-1835 », Caravelle, 101 | 2013, 266-268.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Michel VOVELLE, Manuel CHUST y José A. SERRANO (eds.), Escarapelas y coronas. Las revoluciones continentales en América y Europa 1776-1835 », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/699

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org