Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pedro CARDIM-Joan-Lluís PALOS (eds), El mundo de los virreyes en las monarquías de España y Portugal

Iberoamericana-Vervuert, Col. Tiempo Emulado, Madrid-Francfort, 2012, 470 p.
Michel Bertrand
p. 263-265
Référence(s) :

Pedro CARDIM-Joan-Lluís PALOS (eds), El mundo de los virreyes en las monarquías de España y Portugal, Iberoamericana-Vervuert, Col. Tiempo Emulado, Madrid-Francfort, 2012, 470 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, les auteurs conviés renouent avec une tradition historiographique ancienne, à vrai dire séculaire : celle de l’histoire des institutions. Pour les monarchies ibériques, cette veine historiographique, centrée sur l’histoire du droit, a été particulièrement féconde. Des décennies durant, elle a été dominée par l’historiographie anglo-saxonne et germanique, avant d’être reprise, dans un second temps, par les historiens du droit de culture hispanique, tant en Espagne qu’en Amérique latine. Dans un tel contexte historiographique parfaitement balisé, cet ouvrage vient apporter un regard renouvelé sur un objet historique que l’on pourrait, à tort, penser épuisé.

2Première originalité de l’ouvrage : celle du pari du dépassement des frontières étatiques et monarchiques. Conventionnellement, l’histoire du droit s’inscrit dans un espace géographique parfaitement délimité : telle institution dans tel espace politique ou administratif. Rien de tel ici : le choix fait est de retenir une institution – la vice-royauté – afin de l’analyser dans des contextes étatiques et administratifs divers relevant des deux couronnes ibériques. A l’analyse verticale, on privilégie donc ici une approche transversale fort bien venue.

3Second choix qui retient l’attention, plus classique aujourd’hui : celui de ne pas se limiter au domaine des seules institutions juridiques mais d’aborder l’objet d’étude en tenant compte des contextes – sociaux, culturels, symboliques – dans lesquels il se déploie. En d’autres termes, à une conception étroite de la notion d’institution, les auteurs substituent une définition large, relevant d’une certaine manière – et même si cela n’est pas précisé explicitement par aucun d’entre eux – d’une sociologie des conventions.

4L’ouvrage se déploie en trois grandes parties. La première, très classiquement, se consacre à l’aspect juridique et institutionnel. Elle regroupe 4 contributions qui abordent cette question pour 4 espaces politiques différents : la monarchie hispanique appréhendée comme un tout (Jon Arrieta Alberdi), l’Estado da India portugais (Caterina Madeira Santos), la Navarre (Alfredo Floristan) et l’Aragon (Enrique Solano Camon). Leur propos est, pour les divers espaces administratifs concernés, d’offrir une synthèse sur les modalités de fonctionnement de ces charges si spécifiques que sont les vice-royautés. La confrontation de ces divers textes permet ainsi de s’inscrire dans l’esprit de la « global history » qui postule précisément la nécessité de s’affranchir des frontières politiques et étatiques. L’intérêt est de montrer comment, pour chaque monarchie ibérique, le développement de l’institution ne peut se comprendre sans faire référence à ce qui se passe chez le voisin et rival. De la même manière, pour chacun de ces empires, cette approche permet de se pencher sur les interactions entre métropoles et espaces coloniaux. Ainsi, si dans l’espace hispanique le recours à la vice-royauté est le plus ancien – il remonte au XIIIe siècle, dans le royaume d’Aragon –, on assiste à compter du XVIe siècle à une sorte de « vice-royalisation » du système monarchique espagnol. Dans le même temps, cette pratique ayant en quelque sorte valeur de règle souffre de nombres d’exceptions dans la Monarchie Catholique, notamment dans certains de ses domaines italiens ou encore aux Philippines. De son côté, le Portugal semble s’inspirer très vite du modèle espagnol – avec la création d’une vice-royauté des Indes en 1503 – mais le développement de l’institution semble y être bien moins systématique que chez le voisin. De fait, au Brésil, le premier vice-roi est nommé en 1640 dans un contexte très particulier de lutte contre l’occupant hollandais. Ce même choix appliqué de manière inégale suscite bien des questions. C’est précisément ce que cherchent à analyser les divers auteurs, en s’interrogeant notamment sur l’apport que pouvait représenter le recours à cette institution par rapport au traditionnel gouverneur. Comme le monte notamment le cas portugais, la différence semble d’abord être fondamentalement honorifique. Dans le même temps, on peut aussi se poser la question de l’impact de l’institution sur les sujets qu’elle administre : renforce-t-elle, notamment chez eux, un quelconque sentiment d’appartenance ? Donne-t-elle naissance à des entités administratives plus proprement intégrées ? On le voit : à travers les questions posées, on est loin, très loin, d’une histoire du droit repliée sur les seuls aspects juridiques, aussi importants soient-ils. C’est bien une histoire des pratiques politiques et administratives en lien avec un cadre juridique et institutionnel qui est ici proposée.

5La deuxième partie de l’ouvrage, qui s’intéresse aux hommes de l’institution, regroupe également 4 contributions qui, à nouveau, confrontent des espaces politico-administratifs divers. Cette histoire sociale des institutions est appliquée aux possessions portugaises (Pedro Cardim-Susana Münch Miranda d’une part et Mafalda Soares da Cunha-Nuno Gonzalo Monteiro de l’autre), à la Nouvelle-Espagne (Manfredi Merluzzi) et au Portugal lui-même durant la domination castillane. Cette confrontation met en évidence le grand pragmatisme qui prévaut dans la vie de l’institution vice-royale. Certes, des règles et des normes sont édictées afin de pourvoir les postes. Dans le même temps, ce que ces études de cas laissent clairement apparaître, c’est qu’on ne peut se contenter des définitions théoriques – et donc juridiques – de la fonction. L’analyse des hommes qui peuplent l’institution vice-royale laisse voir que ce que l’on aurait pu interpréter comme une sorte de « planification » institutionnelle souffre en réalité de nombreuses adaptations au moment d’être appliqué dans un espace donné. Certains projets se trouvent ainsi profondément transformés afin de s’adapter aux réalités humaines et sociales locales. D’autant que les élites locales surent presque toujours, ici comme là, faire entendre leur voix. En ce sens, c’est bien une négociation permanente entre la couronne et ces élites, dont la composition et la capacité de pression varie d’un espace à l’autre, qui donne sa coloration précise à l’institution vice-royale. Ce faisant, ces empires ibériques qui recourent tous deux à une même institution l’appliquent dans les divers espaces de leurs empires respectifs en tenant compte des réalités locales. En d’autres termes, les mosaïques culturelles, sociales et économiques que constituent ces empires ont une traduction directe dans leurs constructions juridiques et institutionnelles respectives.

6Ces difficultés inhérentes à l’exercice de la charge témoignent d’une attractivité très relative de ces fonctions. C’est bien ce que montre l’étude du recrutement sociologique des vice-rois portugais proposée ici : ces postes semblent bien être vus comme de second rang, que l’on accepte seulement en attendant mieux… Si cela est moins évident pour les vice-rois espagnols, il n’empêche que nombreux sont ceux qui, une fois en poste, ne cessent de harceler le Conseil des Indes pour obtenir d’autres fonctions, et ce en arguant des raisons les plus diverses. S’il ne faut pas en conclure que, tant à Lisbonne qu’à Madrid, on a eu du mal à pourvoir ces places, on peut par contre souligner que ces fonctions vice-royales attirent d’abord une petite ou moyenne noblesse soucieuse de s’intégrer à l’appareil d’Etat.

7La dernière partie de l’ouvrage aborde une question qui a pris une réelle importance historiographique dans l’histoire des institutions depuis une vingtaine d’années : la dimension symbolique de l’exercice du pouvoir. Cette troisième partie, qui centre son regard sur ce qu’elle appelle, peut-être avec quelques excès pour plusieurs des cas présentés, des « cours vice-royales » regroupe 5 contributions : l’analyse de la cour vice-royale de Mexico comme lieu de rencontre et d’arbitrage entre élites locales et monarchie (C. Büschges), une comparaison de 3 cours vice-royales hispaniques (Joan-Lluís Palos-Joana Fraga), une interrogation sur la dimension courtisane de l’entourage des vice-rois et gouverneurs du Brésil (Maria Fernanda Bicalho), et enfin 2 études portant sur les vice-rois de Catalogne et leurs entourages courtisans (Maria de los Angeles Samper d’une part et Ignasi Fernandez Terricabras d’autre part).

8Le cas catalan illustre bien l’ambigüité de cette cour vice-royale, le vice-roi n’étant même pas propriétaire du logement qu’il occupe durant l’exercice de sa charge ! Plus largement, ces vice-rois, en Catalogne mais aussi ailleurs, à Mexico ou encore à Lisbonne, se trouvent soumis à la puissance de nombreuses institutions locales qui réduisent d’autant leur rayonnement. Certes, on les voit bien s’efforcer de s’imposer en recherchant des appuis locaux, en jouant des rivalités entre institutions et surtout en mobilisant pleinement la carte symbolique de la « représentation » royale qui leur incombe par nature. Dans le cas brésilien, le transfert de la capitale à Rio de Janeiro offre ainsi l’occasion d’une affirmation du pouvoir vice-royal à travers l’aménagement urbain. Mais cette affirmation du vice-roi au Brésil est loin d’être une règle générale : d’une capitale à l’autre ce n’est que très inégalement que ces vice-rois réussissent à imposer la dimension symbolique de leur pouvoir face à ceux qui cherchent à réduire leur influence.

9Les études ici regroupées offrent donc, dans une réelle cohérence de regard et d’approche, une mise au point très stimulante sur l’une des charges centrales de l’appareil d’Etat colonial ibérique. La lecture ne peut qu’en être très profitable notamment aux candidats à l’agrégation d’histoire de la session 2014 dont la question d’histoire moderne porte précisément sur ces problématiques. On ne peut que les inciter très vivement à en faire leur miel…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Pedro CARDIM-Joan-Lluís PALOS (eds), El mundo de los virreyes en las monarquías de España y Portugal », Caravelle, 101 | 2013, 263-265.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Pedro CARDIM-Joan-Lluís PALOS (eds), El mundo de los virreyes en las monarquías de España y Portugal », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/696

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org