Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rafael DOBADO GONZÁLEZ et Andrés CALDERÓN FERNÁNDEZ coord., Pinturas de los reinos, identidades comparadas en el mundo hispánico, miradas varias, siglos XVI-XIX

Bernard Lavallé
p. 262-263
Référence(s) :

Rafael DOBADO GONZÁLEZ et Andrés CALDERÓN FERNÁNDEZ coord., Pinturas de los reinos, identidades comparadas en el mundo hispánico, miradas varias, siglos XVI-XIX, Mexico, Fondo Cultural Banamex, 2012, 341 p.

Texte intégral

1Ce magnifique volume est à la fois, chose relativement rare, un beau libre au sens traditionnel du terme et un bel ouvrage scientifique.

2Il fait suite à une exposition de peinture dont l’intitulé constitue le titre de l’ouvrage et qui fut montrée en 2010 et 2011, d’abord au Palais royal de Madrid et au musée du Prado, puis au Palais d’Iturbide à Mexico. La quinzaine de textes qui le constituent reprennent les conférences fort éclairantes données durant l’exposition, dans le cadre des Académies de l’Histoire tant espagnole que mexicaine.

3L’idée centrale de l’exposition a été de montrer que l’existence d’un langage pictographique commun au monde hispanique de l’époque n’avait pas été incompatible avec le maintien, voire le développement de certaines des traditions locales et régionales des territoires qui le composaient. L’échange de biens, le déplacement des personnes, le flux des idées ont amené dans le cadre impérial à une réelle identité hispanique transocéanique qui s’articulait avec une pluralité d’identités nées de la diversité même de ce vaste empire pluricontinental. Cette diversité était d’ailleurs en quelque sorte exacerbée dans le cas novohispano du fait de la projection intercontinentale de sa production d’argent mais aussi dans la mesure où la vice-royauté servait de pont entre l’Asie et l’Europe en raison de ses relations avec les Philippines dans le cadre de ce que l’on a pu appeler la mondialisation ibérique.

4Tout en nous offrant quelque cent-dix reproductions de tableaux, toutes d’une remarquable qualité, ce livre s’articule selon trois axes : l’arrière-plan humain et économique du monde hispanique, culture et politique dans le cadre de la monarchie hispanique, beaux-arts et arts appliqués entre Europe, Amérique et Asie. Les textes sont dus à des spécialistes de tout premier plan, mexicains, espagnols mais aussi en provenance d’autres pays européens et des États-Unis. La mission qui leur avait été confiée était de familiariser un public certes cultivé, mais pas forcément spécialiste, avec les problématiques qui sous-tendaient et justifiaient cette magnifique exposition dont il existe par ailleurs un catalogue en plusieurs volumes.

5En tenant le plus grand compte des reconsidérations auxquelles ont conduit les recherches les plus récentes, l’objectif a été de couvrir le plus grand nombre possible de thèmes essentiels pour la compréhension de cette culture une et plurielle de l’empire : l’articulation et le fonctionnement des réseaux et les royaumes, les réalités comptables de l’empire, la multiculturalité et les échanges transocéaniques, l’identité indigène dans la culture de Nouvelle-Espagne, la place des Indes occidentales dans la monarchie espagnole du XVIIe siècle, l’apparition de fractures entre la Péninsule et les royaumes américains avec les Lumières du XVIIIe siècle, et bien sûr l’expression de cette complexité et de ces échanges dans la gestation des images et des langages pictographiques à certains égards transcontinentaux et la construction historique de nouvelles identités grâce à la peinture.

6Les objectifs de ce projet ambitieux sont parfaitement atteints dans la mesure où ce volume réussit de manière très explicite à mettre en synergie les explications d’un ensemble de processus économiques et sociaux et la constitution d’un langage artistique qui à la fois en est issu, les transcende et les exprime.

7Il est à souhaiter que cet exemple ayant pour cadre et terrain la Nouvelle-Espagne, au sens le plus large, donne des idées pour de pareilles approches centrées sur les autres aires de l’ancien empire où les problèmes se posaient de manière à bien des égards semblable mais aussi forcément différente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Rafael DOBADO GONZÁLEZ et Andrés CALDERÓN FERNÁNDEZ coord., Pinturas de los reinos, identidades comparadas en el mundo hispánico, miradas varias, siglos XVI-XIX », Caravelle, 101 | 2013, 262-263.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Rafael DOBADO GONZÁLEZ et Andrés CALDERÓN FERNÁNDEZ coord., Pinturas de los reinos, identidades comparadas en el mundo hispánico, miradas varias, siglos XVI-XIX », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/693

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org