Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle, l’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes

Paris, L’Harmattan, 2013, 377 p.
Bernard Lavallé
p. 260-261
Référence(s) :

Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle, l’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, L’Harmattan, 2013, 377 p.

Texte intégral

1Ce livre issu d’une thèse de doctorat réalisée sous la direction de Thomas Calvo a pour point de départ et personnage central un petit hidalgo de la région de Burgos entré au Conseil des Indes où il exerça les fonctions de commis grâce à son beau-père, lui-même premier commis du Conseil, et qui y passa trente-huit années de 1624 à 1662, avec sans doute l’espoir que la longue et laborieuse expertise acquise avec le manejo de papeles serait pour lui le faire-valoir social que ni son origine ni sa formation ne lui assuraient d’emblée.

2Le livre se divise en trois parties. La première replace Díez de la Calle dans son milieu, familial mais surtout professionnel, celui des infra-letrados madrilènes, son quotidien dans les secrétariats, ses contacts avec les représentants de la Couronne en Amérique et les liens qu’il tisse avec eux (liens empreints à la fois de clientélisme et de loyauté envers le souverain), les fonctions et les compétences du Conseil des Indes déterminant la manière dont ces fonctionnaires, et De la Calle en particulier, pouvaient appréhender et concevoir leur fonction mais aussi le monde pour lequel ils la remplissaient, c’est-à-dire l’espace américain.

3La seconde partie réfléchit à la question des savoirs impériaux, à leur collecte, leurs formes, leur traitement et leur circulation une fois réélaborés au sein du Conseil, mais aussi à partir de lui pour d’autres utilisations. La troisième et dernière partie analyse les divers écrits que de la Calle a tirés de sa longue expérience : ses outils d’explication, le pourquoi de ses recensements et de ses énumérations, les thèmes qu’il a privilégiés et le sens, personnel et politique, qu’en fin de compte il espère donner à ses ouvrages.

4Cette enquête très minutieuse et remarquablement menée, dans laquelle l’auteur nous conduit de manière très éclairante et convaincante, va bien au-delà du personnage. Elle a pour objet de rendre compte de ce que l’auteur qualifie de « petite bourgeoisie » qui peuplait alors l’administration royale, encouragée dans son endogamie et sa reproduction professionnelle par la Couronne elle-même. Sans titre universitaire, sans richesse ni noblesse, elle n’aspirait qu’à se fondre et surtout à durer dans le personnel subalterne des conseils madrilènes. Un des buts de l’ouvrage est par ce biais d’accéder à « l’univers mental » de ces serviteurs intermédiaires mais indispensables de la monarchie. Dans le cas de De la Calle, on peut ainsi arriver à comprendre et mieux dessiner la représentation de l’espace américain, essentielle pour ce lieu de pouvoir et ceux qui l’exerçaient, et les liens essentiels entre pouvoir, représentation et politique.

5De la Calle, qui disposait d’informations actualisées et de première main tant en provenance de l’énorme correspondance arrivée sur les bureaux madrilènes que de correspondants civils et ecclésiastiques, a publié quatre ouvrages relatifs aux Indes occidentales, d’abord de nature administrative. Le premier, de 1645, (le Memorial informatorio) qui lui valut sans tarder une faveur royale, avait pour but de répertorier les charges pourvues par le roi après avis du Conseil. Le second, de 1646, (Memorial y noticias sacras y reales del imperio de las Indias Occidentales) retint aussi l’attention de Philippe IV, et portait sur la seule Nouvelle-Espagne mais était d’une précision bien plus grande, d’autant qu’elle s’étoffait de notices biographiques sur les évêques et de détails sur les ressources épiscopales.

6On doit par la suite (1648 et 1654) à De la Calle deux autres écrits élargissant les précédents, qui témoignent des liens existant entre le personnage plus spécialement chargé de la Nouvelle-Espagne au Conseil et les « grands experts des Indes » de l’époque comme León Pinelo, Solórzano Pereira ou González Dávila, notamment.

7Comme l’indique l’auteur, son projet était, au travers d’une biographie, de se situer « à l’intersection des histoires politique, sociale et culturelle de la Monarchie hispanique ». Sa perspective « tout à fait « micro » qui s’attache au parcours d’un acteur modeste de la mécanique impériale » mobilisera un « jeu d’échelles » s’élargissant peu à peu pour reconstituer un entourage, sa conception du monde américain et surtout en dernière instance « l’emboîtement des questionnements suggérés par le fonctionnement de la Monarchie catholique au XVIIe siècle ».

8Les dates de fonction de De la Calle au Conseil (1624-1662) entrent aussi en ligne de compte, puisqu’elles correspondent à un moment clé dans l’histoire de l’Espagne, celui où précisément l’édifice monarchique et politique mis en place au siècle précédent par les premiers Habsbourg donne les signes toujours plus manifestes de son usure, de sa remise en cause voire de son obsolescence proche.

9Dans sa conclusion, Guillaume Gaudin montre bien comment sa recherche s’inscrit dans les réflexions rénovées sur la genèse des États modernes, dans ce cas précis sur la volonté d’avoir une vision globale de l’empire malgré les pesanteurs et les traditions qui ralentissaient, voire empêchaient l’évolution vers des techniques plus modernes. Il insiste aussi sur l’appropriation de l’espace par les gens du Conseil, l’apparition d’une « géographie de l’administrateur toute imprégnée de ses préoccupations quotidiennes », obsédée par « la comptabilité de l’espace », mais qui ne se défaisait pas d’un discours impérialiste et providentialiste toujours très prégnant.

10Très au fait des réflexions menées sur la constitution de l’État moderne, ayant une parfaite connaissance des rouages de l’administration espagnole de l’époque, nourri d’une documentation très à jour, ce livre est un excellent apport au fonctionnement des instances supérieures qui gouvernaient les Indes.

11Il montre surtout, de manière sur bien des points nouvelle et toujours convaincante, comment elles les concevaient, à la fois sur la base de l’énorme quantité de renseignements qui parvenaient au Conseil des lointains royaumes d’Amérique, mais aussi des idées maîtresses qui étayaient leur conception de la monarchie hispanique, de l’imbrication entre pouvoir, société et savoirs et de l’action qu’elles entendaient y mener.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle, l’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes », Caravelle, 101 | 2013, 260-261.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle, l’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/691

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org