Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Arndt BRENDECKE, Imperio e información, funciones del saber en el dominio colonial español

Iberoamericana-Vervuert, Col. Tiempo Emulado, Madrid-Francfort, 2012, 596 p.
Michel Bertrand
p. 257-260
Référence(s) :

Arndt BRENDECKE, Imperio e información, funciones del saber en el dominio colonial español, Iberoamericana-Vervuert, Col. Tiempo Emulado, Madrid-Francfort, 2012, 596 p.

Texte intégral

1Le propos de cet ouvrage est d’analyser la relation entre l’usage du savoir et la domination coloniale. Précisons d’emblée, notamment en raison du silence du titre comme du sous-titre à ce propos, que l’ouvrage envisage essentiellement cette réflexion pour le XVIème siècle, c’est-à-dire pour la période formatrice de l’empire espagnol. Ce choix est loin d’être indifférent : si la question étudiée est pertinente indépendamment des périodes de l’histoire considérées, elle prend, dans celle de la « découverte » d’un monde nouveau, au sens premier et immédiat du terme, une ampleur et une importance cruciales. De fait, il n’est pas inutile de rappeler que l’embryon d’appareil administratif colonial se constitue précisément dans le souci d’une meilleure appréhension des réalités américaines. C’est dire si la question centrale de l’ouvrage, à savoir dans quelle mesure la domination coloniale espagnole se fonde effectivement sur une connaissance et un savoir, est pleinement justifiée. Bien plus même, elle entre en écho avec des orientations de recherches très actuelles menées dans plusieurs directions, notamment en France autour du LABEX HASTEC et des travaux pilotés par C. Lebeau et G. Salinero sur l’élaboration des listes et la construction d’un savoir administratif.

2Le déroulement du livre suit une double perspective. D’un côté il s’attache à l’étude concrète de la construction de cette connaissance des réalités américaines en lien avec l’imposition du pouvoir colonial. Les exemples et études de cas retenus constituent donc autant d’espaces scéniques dans lesquels l’historien étudie le fonctionnement de cette relation entre les deux catégories considérées. Dans le même temps, et non sans risques car cela exige la maîtrise d’une historiographie large de plus en plus difficilement accessible en raison de son abondance et de sa diversité linguistique, l’auteur n’hésite pas à situer sa riche réflexion dans une perspective globale sur la domination coloniale, son fonctionnement et ses traductions ou manifestations structurelles.

3La structure de l’ouvrage révèle bien la double perspective envisagée. Les chapitres 3, 4 et 5 présentent les divers savoirs élaborés en Espagne sur le monde colonial ainsi que les structures politiques qui y sont étroitement associées. Le premier d’entre eux aborde la question de la cartographie et les premiers projets d’inventaires géographiques conçus, dans un premier temps, pour la métropole elle-même. Le second étudie l’organisation des connaissances en lien avec le monde nautique, centrée sur le cas sévillan et son « Université des gens de mer ». Le troisième enfin reconstitue le contrôle administratif et politique exercé depuis le pouvoir central sur ces savoirs « coloniaux ». En d’autres termes, ces premiers chapitres constituent une véritable mise en contexte de la production des savoirs en lien avec le rôle exercé par le pouvoir politique.

4Les 4 chapitres suivants abordent la question des savoirs et des pouvoirs qui y sont associés sous l’angle de la circulation. Il s’agit donc ici d’étudier deux questions essentielles à propos de l’élaboration d’un savoir sur le monde colonial : la question de la « communication » par le biais de laquelle circulent ces informations ; celle des divers contrôles exercés sur ces savoirs. On comprend bien que ces 4 chapitres constituent le cœur de la réflexion proposée. De manière convaincante, l’auteur souligne le lien étroit qui ne cesse de se renforcer au cours du siècle, et surtout sous Philippe II, entre la collecte de l’information et l’exercice des responsabilités politiques. Cette étroite imbrication entre savoirs et pouvoirs prend une nouvelle orientation avec Juan de Ovando. Ce dernier, à compter des années 1570, envisage la collecte de l’information comme un instrument au service d’une diffusion aussi large que possible, rompant ainsi avec la tradition du secret. Selon l’auteur, avec Juan de Ovando s’impose l’idée du nécessaire accès à toutes les informations possibles afin d’assurer et de garantir un bon gouvernement des Indes. Les deux derniers chapitres analysent précisément la difficile mise en œuvre de ce projet « ovandino » même si leur auteur avait été nommé président du Conseil des Indes. Le livre met en effet en évidence la résistance des interlocuteurs américains face à cette collecte d’informations relativement systématique et analyse pour terminer l’impact de ces résistances sur l’exercice du pouvoir depuis la métropole. L’idée est bien de mettre en évidence, in fine, le relatif aveuglement du monarque privé des informations réclamées.

5Dans cette réflexion, on peut souligner le choix très « unilatéral » de la circulation de l’information, toujours depuis la métropole vers la colonie qui semble simplement « réagir » aux injonctions venues de l’est plus qu’agir par elle-même. Or des travaux récents, à commencer par ceux de S. Gruzinski mais aussi ceux de R. Bertrand pour un autre espace colonial, ont souligné l’existence de circulations autrement plus complexes abordées selon une approche d’histoire globale. Ne faudrait-il pas alors se poser la question, dans cette réflexion sur la construction d’un savoir en Europe sur l’Amérique au cours du XVIème siècle, de la contribution propre qu’a pu avoir la colonie. C’est ce que S. Gruzinski analyse dans ses travaux d’histoire culturelle sous le concept d’américanisation. Ne joue-t-elle pas ici ? Peut-être que non en effet, mais alors pourquoi, alors qu’elle est pleinement active dans d’autres domaines culturels ? La question mérite, a minima, d’être posée.

6Les sept chapitres centraux de ce livre qui permettent de reconstituer, pour la période considérée, la complexe relation entre la construction d’un savoir et son usage politico-administratif dans un contexte colonial, sont précédés de deux chapitres introductifs, à vocation théorique, sur les rapports entre savoirs et pouvoirs dans le cadre de la monarchie hispanique. De cette réflexion, se dégagent trois présupposés qui servent de soubassement généraux à l’ouvrage. Le premier concerne l’affirmation de la dimension « politique » de l’accès à l’information et plus largement au savoir puisqu’il sert de fondement et de justification à l’exercice du pouvoir. Le second renvoie au refus de l’approche fonctionnaliste appliquée traditionnellement, selon l’auteur, aux études sur l’administration coloniale. Pour lui, il faut abandonner cette sorte de vision téléologique qui fait du savoir, par définition, une sorte d’instrument au service de la rationalisation de l’exercice du pouvoir. En d’autres termes, tout savoir mobilisé par l’appareil administratif colonial n’a pas nécessairement comme objectif une amélioration du contrôle mais peut viser à satisfaire des intérêts divers, plus ou moins ouvertement affichés et dont les détenteurs du pouvoir sont en quelque sorte les relais. Dans cette perspective, l’auteur souligne l’intérêt de l’analyse relationnelle dont on peut cependant regretter qu’il n’en mobilise pas vraiment les principaux et importants apports, en termes historiographiques s’entend, auxquels elle a contribué depuis 20 ans. De ce point de vue, une partie de sa conclusion suscite pour le moins quelques réserves. D’un côté, l’auteur signale l’implication des membres de l’appareil administratif colonial dans des réseaux sociaux qui, d’une certaine manière, pouvaient court-circuiter le pouvoir royal et celui de ses conseils (p. 484 et svtes). De l’autre, il considère que les membres du conseil des Indes ne participaient pas à des réseaux ayant des ramifications jusque dans le monde colonial (p. 489). Or, les nombreux travaux sur les personnels administratifs et politiques hispaniques impériaux montrent, au contraire, que, très tôt, ces réseaux franchissent allègrement l’océan, remettant ainsi en cause la vision classique d’une opposition entre intérêts péninsulaires/intérêts créoles, interprétation longtemps défendue par l’historiographie mais aujourd’hui sérieusement discutée et battue en brèche. Dans ce même esprit, on se surprend aussi de l’argument utilisé pour justifier le refus de l’usage de la catégorie d’administration : cette dernière traduirait à ses yeux l’idée d’une entité bureaucratique repliée sur elle-même. Or, les travaux menés selon une approche d’« histoire sociale de l’administration », dont il est vrai on ne retrouve pas trace dans la bibliographie, ont montré le profond renouvellement historiographique que cette démarche prosopographique, combinée plus récemment à une approche relationnelle des acteurs de l’administration espagnole et/ou coloniale, a pu susciter. Le troisième présupposé enfin concerne, à juste raison, le refus d’en rester à une histoire des discours sur l’exercice du pouvoir et de l’accès à l’information : il fait au contraire le pari de la mise en œuvre des réflexi260ons théoriques sur la relation entre pouvoirs et savoirs.

7Le travail de Arndt Brendecke constitue ainsi une très solide et dense réflexion sur la question des rapports dialectiques complexes entretenus entre connaissances et autorités. Dans cette perspective d’ensemble, il propose une étude fine et précise du contexte dans lequel émerge l’une des premières réflexions, développée autour du président du conseil des Indes Juan de Ovando, sur le rôle du savoir dans la mise en place de la domination coloniale espagnole. A n’en pas douter, tous ceux qui travaillent aujourd’hui sur cette problématique de la construction d’un savoir administratif liront avec profit cette étude originale dont on regrettera seulement la volonté trop « globalisante » qui, pour autant, ne mobilise pas réellement une approche relevant précisément de l’histoire globale ou connectée. L’heure de ces ambitieuses synthèses est-elle déjà venue alors que les renouvellements historiographiques en cours de ces questions, en lien avec celui des méthodes historiques mobilisées, contribuent à les revisiter de fond en comble sans avoir encore, à ce stade, donné tous leurs fruits ? La question mérite sans doute d’être posée, d’autant qu’elle ne réduit en rien l’intérêt des apports que signifie cette importante contribution à un chantier historiographique en cours et toujours vigoureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Arndt BRENDECKE, Imperio e información, funciones del saber en el dominio colonial español », Caravelle, 101 | 2013, 257-260.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Arndt BRENDECKE, Imperio e información, funciones del saber en el dominio colonial español », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/689

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org