Navigation – Plan du site
Sociabilités d'Amérique latine
Sociabilités et pouvoirs

Modernisation des réseaux dans le Mexique révolutionnaire et postrévolutionnaire. Marcelo Portillo, entre communauté paysanne et parti politique

Evelyne Sanchez
p. 155-170

Résumés

A partir de la trajectoire d’un acteur local de la Révolution mexicaine, l’article analyse l’impact des structures sociales émergentes liées à la Révolution – groupes agraires et partis politiques – pour comprendre les mécanismes concrets de l’irruption de la modernité au sein des pueblos. Ce cas montre les contradictions entre le projet révolutionnaire qui prétendait défendre l’organisation traditionnelle des communautés et la modernisation accélérée des formes de sociabilité de ces dernières.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Guerra, François-Xavier, Modernidad e independencias, México, FCE, Fundación MAPFRE, 1993.

1Dans son ouvrage classique sur les relations de sociabilité au moment des indépendances, F-X. Guerra a montré le rôle politique joué par les liens modernes tissés volontairement et entre égaux. Ce faisant, il insistait sur les structures qui soutenaient ces liens – loges maçonniques, sociétés des Amis du Pays, etc. – et l’hétérogénéité sociale de leurs membres qui partageaient surtout une culture moderne commune1. A partir de l’étude des relations héritées et construites par un leader agraire issu d’une communauté métisse du Mexique central, nous reprenons ici la question de l’irruption de la modernité des liens dans un contexte a priori improbable : celui de la réaffirmation des pueblos et de leur reconnaissance juridique en tant que collectif pendant et après la révolution mexicaine. L’analyse de ce cas permet de soulever le problème du passage de la sociabilité moderne des élites – fussent-elles culturelles – aux masses paysannes d’un pays largement rural. La révolution, moment de redéfinition du projet d’Etat-Nation, constitue un moment pertinent pour observer cette évolution. Si les cercles libéraux de discussion – constitués autour de la question de la réélection ou non réélection de Porfirio Díaz et de ses gouverneurs – sont toujours actifs, nous posons comme hypothèse dans ce travail que ce sont les partis politiques qui ont contribué à la désintégration d’une partie des liens de solidarité traditionnelle au sein des communautés et à leur réagencement, non sans redessiner la carte du territoire couvert par ces liens.

  • 2 Les biographies de révolutionnaires sont légion. Une liste très complète peut être consultée dans : (...)
  • 3 L’ouvrage fondateur est celui de l’anthropologue Aguirre Beltrán, Gonzalo. Obra antropológica, tomo (...)

2Ce postulat ne va guère dans le sens de l’historiographie portant sur cette période de l’histoire mexicaine. Observons tout d’abord que les nombreuses biographies de leaders agraires montrent plutôt que l’époque est favorable à la multiplication des caciques qui construisent leur pou-voir sur des bases traditionnelles, des liens directs et hiérarchisés entre les personnes2. Nombre d’entre eux n’ont pas survécu à la Révolution mais ceux qui y sont parvenus ont cependant dû s’adapter à une situation totalement nouvelle, inimaginable au temps de la Pax porfirana : celle de devoir adhérer à des organisations politiques nouvellement créées et qui ont structuré et formalisé les liens hiérarchiques et territoriaux. Cette situation a commencé à se constituer à partir des élections législatives de 1912 et s’est renforcée dans les années 1920, jusqu’à la fondation du Parti National Révolutionnaire en 1929 dont le but était de réunir les différents courants issus de la Révolution et qui avaient donné jour à une multitude de petits partis politiques devenus source de violence et d’instabilité. Une partie de l’historiographie liée à une approche anthro-pologique s’est ensuite attachée à montrer comment la Révolution, en reconstituant les terres communales – les ejidos – avait restitué aux pueblos le fondement de leur culture matérielle et donc légitimé leur organisation traditionnelle3. Pas question donc de revendiquer une modernité de la sociabilité alors même que la légitimité de la Révolution reposait sur un discours qui unissait la tradition au respect de l’identité.

  • 4 González Bernaldo de Quirós, Pilar. 2007. «La ‘sociabilidad’ y la historia política» en Peire, Jaim (...)

3C’est dans ce cadre que nous étudions le parcours de Marcelo Portillo Díaz (1875-1952), reprenant l’idée défendue par P. González Bernaldo de Quirós qu’il ne faut négliger aucun aspect de la sociabilité politique puisqu’il s’agit à la fois d’une catégorie historique inscrite dans des pratiques et une catégorie analytique4. Portillo, issu de l’une des trois principales familles de Santa Apolonia Teacalco, Tlaxcala, abandonna le projet collectif de la communauté (son indépendance vis-à-vis de sa municipalité) pour servir localement le parti agraire bientôt au pouvoir dans l’Etat. Responsable de la distribution des terres de plusieurs haciendas, il se créa des obligés dans plusieurs villages et commença une carrière au sein d’un parti politique qui l’amena dans les années 1920 à devenir député au Congrès de l’Etat de Tlaxcala. Accusé de plusieurs crimes, dont 3 assassinats, il réussit systématiquement à échapper à la justice grâce à la mobilisation de ses appuis politiques au sein de la direction de son parti à Mexico. Les sources analysées ici proviennent d’archives locales (documentation échangée entre les pueblos, municipalités et gouvernement de l’Etat ; gestion de la distribution des terres par Marcelo Portillo ; dossiers des archives judiciaires concernant les crimes et délits dont Portillo était accusé) et des archives nationales où sont conservés les documents relatifs aux élections et aux conflits dans lesquels les partis politiques sont intervenus.

Du projet communautaire au projet révolutionnaire : l’apparition d’un cacique

4Marcelo Portillo est jusqu’à aujourd’hui considéré par les habitants de Santa Apolonia Teacalco comme un traître à sa communauté. Pour com-prendre le cheminement de cet individu, issu d’une des trois familles qui portaient le projet collectif du pueblo, il nous faut tout d’abord définir ce dernier et comprendre les interactions familiales qui étaient alors en jeu.

  • 5 On peut observer que le poids démographique de chaque communauté semblait être pris en compte dans (...)

5Santa Apolonia était encore, au début du XIXe siècle, un quartier (barrio) du village de Santa María de Natívitas, siège du pouvoir municipal. Selon des sources orales, leur séparation serait due à un conflit lié à l’église : Natívitas aurait nié aux habitants de Santa Apolonia la possibilité de construire leur propre église. Plus qu’un conflit religieux, il faut bien sûr y voir une relation de pouvoir : non seulement Natívitas comptait affirmer son autorité mais aussi empêcher la création de nouvelles charges religieuses et civiques liées à l’église (mayordomía, fiscalías). Après la séparation de Santa Apolonia en tant que barrio et sa constitution comme pueblo sujeto de Natívitas, les familles Portillo, Sampedro et Piscil ont d’ailleurs largement investi ces charges, phénomène que l’on peut encore observer aujourd’hui. Le conflit en était apparemment resté là, sans évolution apparente tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle, les rapports de pouvoir entre le siège de la municipalité et les neuf communautés qui en dépendaient étant négociés sur la base d’une représentation équitable au sein du conseil municipal5. Cette négociation ne dépendait pas seulement des rapports de force entre les différentes communautés ni des alliances qu’elles pouvaient vouloir construire mais bien plutôt de l’intervention d’un troisième groupe d’acteurs influents dans la région : les propriétaires d’haciendas, la plupart espagnols résidents dans la ville de Puebla, située à une vingtaine de kilomètres, mais particulièrement soucieux de contrôler les pouvoirs locaux d’une région aux terres extrêmement fer-tiles et qui jouissaient du soutien du gouvernement de l’Etat de Tlaxcala.

  • 6 Située entre les rivières Zahuapan et Atoyac, la vallée de Natívitas avait les terres les plus fert (...)

6Le statu quo que l’on observe pendant toute la seconde moitié du XIXe est le fruit de cette configuration des acteurs de la région et a donné lieu à un pouvoir municipal qui a largement servi les intérêts des grands propriétaires fonciers6. Bien entendu, la Révolution qui débuta à la fin de l’année 1910 a été l’occasion d’une redistribution des cartes dont la communauté de Santa Apolonia essaya de tirer profit dans le but bien précis d’obtenir le siège de la municipalité en discréditant Natívitas pour sa soumission aux intérêts des hacendados et aussi pour son incapacité à maintenir sa gestion des affaires locales. Cette réaction ne fut pas immédiate mais le projet fut clairement énoncé dès que l’occasion devint favorable, c’est-à-dire à la chute de la contre-révolution de Huerta et la victoire des Constitutionnalistes en 1914. Dans cet enchaînement d’événements et les échos locaux des bouleversements nationaux, il faut désormais voir le rôle – non unique, tant s’en faut, mais certain – des partis politiques récemment créés. Les hacendados de l’Etat de Tlaxcala s’étaient organisés en une Ligue des Agriculteurs liée à l’échelle nationale au Parti Catholique. C’est par ce biais qu’ils avaient agi pour conserver le contrôle de l’Etat lors de la contre-révolution et localement repris en main le municipe de Natívitas. Avec le succès des Constitutionnalistes dirigés par Carranza, c’est tout cet édifice qui s’est effondré, ouvrant la porte aux révolutionnaires des courants agraires qui s’étaient déjà bien positionnés ; parmi eux se trouvait Marcelo Portillo.

  • 7 AHET, Fondo Revolución- Régimen Obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 133, Expediente 5 (...)

7En 1914, Marcelo Portillo était déjà connu comme un acteur politique avec lequel il fallait compter. Dès juillet 1911, il fut capitaine des forces madéristes commandées par le général Benigno Zenteno. En 1912, il avait présidé la table électorale lors des municipales après avoir été élu à cette charge en remportant 17 voix. A cette même élection, il remporta la charge de syndic suppléant tandis qu’un Sampedro devenait juge local remplaçant7. Selon toute apparence, Portillo suivait là la stratégie des élites de Santa Apolonia qui cherchaient d’abord à être le mieux représentées possible au sein des autorités du municipe avant d’en réclamer le siège. Mais parallèlement, et contrairement aux membres des autres familles de sa communauté villageoise, il tissait des liens forts parmi les révolutionnaires de la région. Le plus connu était le général Máximo Rojas, leader agrariste qui disputait ce rôle au zapatiste Domingo Arenas jusqu’à l’assassinat de ce dernier en 1917. Mais en 1912, Portillo était déjà associé à plusieurs individus de la région et identifié par le maire de Natívitas comme un élément de trouble :

  • 8 Lettre de Jacinto Mejía, maire de Natívitas, au gouverneur de Tlaxcala. 25-IV-1912. AHET, Fondo Rev (...)

continuamente esta oficina de mi cargo tiene noticias que en el pueblo de Sta. Apolonia Teacalco de este municipio, todas las noches anda gente sospechosa acaudillada por un individuo vecino del pueblo de S. Jorge Tezoquipa que es Antonio Delgado, quien asociado con los individuos Miguel Madrid, Sabino Ortega y otros más, han escojido la casa de Marcelo Portillo todos vecinos de Teacalco, las más noches los tiene Ud. jugando conquianes, resultando las más veces, que de allí, ya reunidos salen en la noche a los caminos o casas a cometer sus depredaciones.8

8Le maire, encore représentant des relations de pouvoir héritées du Porfiriat, définissait encore les révolutionnaires comme des bandits. Il faut dire que la distinction n’était pas simple, d’autant plus que l’identification de groupes unis par une idéologie et des intérêts communs n’allaient pas de soi. Ainsi, Sabino Ortega, cité dans la lettre comme un proche de Marcelo Portillo, était arrêté à Santa Apolonia après avoir blessé Tomás Portillo et s’était échappé avec l’aide d’un Sampedro :

  • 9 Lettre de Jacinto Mejía au gouverneur de Tlaxcala, 25–IV-1912. AHET, Fondo Revolución- Régimen Obre (...)

anoche en el pueblo de Teacalco y lugar en donde se alojan todos los criminales, aconteció que el mentado abusivo Sabino Ortega hirió a Tomás Portillo, el agente José Cervantes en cumplimiento a sus atribuciones trató aprender a Ortega como agresor trayéndolo ya para su detención entre Antonio de Sampedro y Pérez y Laureano Bonilla, a jalones, estrujones y palabras obscenas lograron quitar al criminal Ortega protegiéndole la fuga, quitándole al agente la pistola que portaba para su defensa9.

  • 10 Relativo a la reclamación presentada ante la Secretaría de Hacienda y Crédito Público, por el señor (...)
  • 11 Máximo Rojas fut gouverneur de l’Etat de Tlaxcala du 20-VIII-1914 au 26-XI-1914, du 15-I-1915 au 16 (...)
  • 12 Sur la carrière militaire de Marcelo Portillo, voir : Diccionario histórico y biográfico de la Revo (...)

9Il n’empêche que le réseau révolutionnaire de Portillo était déjà opportunément construit : Antonio Delgado allait devenir colonel des « forces rebelles » et dirigea ses troupes contre des haciendas en 1916, dans la mouvance des principaux révolutionnaires de la région, Máximo Rojas, Domingo Arenas et Pedro Morales10. Portillo allait bientôt avoir la charge de répartir les terres confisquées aux hacendados par ses amis, ce dont il usa et abusa aussi bien pour s’enrichir que pour se créer des obligés, non sans se gagner au passage les inimitiés des « oubliés » de la distribution. Fort de ses liens et du succès de ses opérations militaires, Máximo Rojas le fit Lieutenant-Colonel dès 1913. Cette reconnaissance ne tarda pas à devenir un élément clef de l’ascension sociale de Portillo hors de sa communauté : bientôt Máximo Rojas allait devenir gouverneur de l’Etat, par trois fois, et son succès allait propulser ses fidèles dans une carrière politique inespérée lorsque le courant qu’ils représentaient s’unit au Partido Laborista11. Malgré des liens forts tissés avec Rojas, il chercha également à conserver une marge d’autonomie en servant également les armées révolutionnaires des généraux Antonio Medina et Gilberto Camacho. Il eut ainsi sous son commandement le Régiment Guerrero, puis la Brigade Serdán et enfin la 3ème Brigade de l’armée Oriente. Cette stratégie était prudente : l’espérance de vie des chefs révolutionnaires était trop courte pour se risquer à ne servir qu’un seul protecteur12.

10Quoi qu’il en soit, il est important pour suivre la trajectoire de ce cacique d’observer la double stratégie suivie au cours des premières années de la Révolution. D’un côté il était un participant actif des revendications de sa communauté, en grande partie portées par sa famille, d’un autre il se positionnait dans les réseaux agraristes de l’Etat qui étaient en train de gagner la Révolution. Dans un premier temps, les deux objectifs pouvaient être menés de front mais bientôt leur télescopage allait créer des tensions et obliger l’acteur à choisir entre le projet communautaire et le révolutionnaire. La situation n’est pas sans ironie : pour suivre une révolution qui définissait sa légitimité dans la défense des communautés villageoises – pas seulement indigènes – et la restitution de leurs ressources nécessaires à la conservation de leur structure organisationnelle traditionnelle, Marcelo Portillo allait opter pour abandonner le projet communautaire et rompre les liens que sa famille avait tissés.

  • 13 Sanchez, Evelyne, «Santa Apolonia Teacalco (Tlaxcala, México): un pueblo a la conquista de su cabec (...)
  • 14 Sur les Asociados et leur conflit avec Jenkins voir le très bon travail de Fernández Cervantes, Gab (...)
  • 15 AHET, Revolución – Régimen Obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 179, Expediente 57, 2f. Año 19 (...)
  • 16 AHET, Revolución – Régimen Obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 225, Expediente 27, 12f. Año 1 (...)
  • 17 Il n’existe malheureusement pas d’archives de communauté pour connaître les formes de négociations (...)

11Cette rupture devint évidente lors des élections municipales successives à Natívitas. Nous avons déjà présenté dans un texte consacré à ce sujet l’ensemble des processus électoraux de 1912 à 1918, années au cours desquelles il y eut une élection par an, c’est pourquoi nous nous concentrons ici uniquement sur la participation de Marcelo Portillo qui fut la raison de l’abandon temporaire du projet communautaire (finalement atteint en 1995 lorsque Santa Apolonia Teacalco obtint la création de sa propre autorité municipale)13. De 1912 jusqu’à l’année de 1917, les tentatives répétées du pueblo de Santa Apolonia paraissaient reposer sur le consensus entre ses principales familles, renforcé par le soutien de quelques individus clefs qui leur étaient alliés : Juan Macuil, élu juge du registre civil, temporisait parfois des conflits entre les familles et s’illustrait en dehors de sa communauté en étant l’un des dirigeant des Asociados, groupement qui réclamait la distribution de terres appartenant au puissant hacendado William Jenkins ; Isidro Apanecatl accepta la charge de maire de Natívitas pour permettre aux Sampedro et Portillo de contrôler la charge sans mettre leur nom en évidence14. Les soutiens individuels allaient bien au-delà des deux exemples cités puisqu’en 1915, Santa Apolonia envoya un document portant 32 signatures de « jornaleros humildes […] acreedores por los sagrados ideales del ejército constitucionalista » pour demander le transfert du siège de la municipalité dans leur village15. Mais cette démonstration de force était peu de chose comparée à la désertion collective des élections municipales de 1917 au cours desquelles l’urne de Santa Apolonia fut remise complètement vide en signe de protestation de la non ratification du conseil municipal désigné l’année précédente et qui était largement en faveur de la communauté16. Il est clair que les trois familles qui dirigeaient ce mouvement jouissaient d’une base sociale solide fondée sur la légitimité d’un projet collectivement défini17.

12C’est cet équilibre, parfois tendu mais néanmoins stable, que le nouveau statut de révolutionnaire de Marcelo Portillo ébranla en 1918 au point de provoquer l’abandon temporaire du projet collectif, sans omettre au passage de placer la famille Portillo dans une position inconfortable dans son village.

  • 18 AHET, Revolución – Régimen Obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 208, Expediente 9, 80fs. Año d (...)
  • 19 Archivo Judicial del Estado de Tlaxcala (AJET), Justicia Civil, Distrito de Zaragoza. 1918. Interdi (...)

13La situation n’était pas totalement nouvelle en 1918 puisque, deux ans auparavant, les nouvelles responsabilités de Portillo auprès de Máximo Rojas avaient amèrement déçu les habitants de Santa Apolonia. En effet, en 1916, dans le triple but d’affaiblir les rangs de la Ligue des Agriculteurs – dont faisait partie Ricardo Carbajal, propriétaire de l’hacienda de San Juan Mixco –, de renforcer les rangs de Rojas en distribuant des terres et d’ôter cette possibilité au concurrent qu’était Domingo Arenas, Marcelo Portillo fut chargé de diriger la répartition des terres de cette hacienda. Il s’en acquitta promptement en les distribuant essentiellement aux villages de San Damián Texoloc, San Vicente Xochitecatitla et, dans une bien moindre mesure au goût de ses habitants, à Santa Apolonia Teacalco18. L’affaire aurait pu en rester là s’il n’avait pas aussi utilisé ses nouvelles prérogatives pour s’enrichir personellement en prenant des terres, parfois à des hacendados, mais aussi à des familles beaucoup plus humbles de Santa Apolonia et de Natívitas. Les archives judiciaires de l’Etat de Tlaxcala renferment plusieurs dossiers de plaintes de personnes de statuts sociaux variés contre Marcelo Portillo. Citons par exemple Antonia Rodríguez qui se plaint en 1918 de l’usurpation d’un terrain et d’une maison qu’elle avait reçus deux ans auparavant en héritage et que Portillo prétendait avoir achetés. Ce cas corrobore l’affirmation de R. Buve selon laquelle les révolutionnaires de la région ne s’étaient pas attaqués aux biens fonciers des grands propriétaires terriens19. Ce que l’auteur ne précisait pas, c’était l’usage personnel fait des propriétés confisquées. La plainte déposée par le représentant de l’hacendado – Rivero Caso –, héritier du principal latifundiste de la région – Bernardo caso, propriétaire de 5 haciendas de Natívitas – décrit clairement un usage personnel des biens confisqués :

  • 20 Lettre de Juan Tlahuiz Ramírez au juge de 1ère instance, Zacatelco, 12-VIII-1927. AJET, Justicia Ci (...)

Con motivo de la pasada revuelta que asoló a nuestro país, el Sr Coronel Marcelo Portillo vecino del mismo Natívitas se adueñó indebidamente de este inmueble [une maison située à Natívitas] traslándose a vivir en las habitaciones de que se compone.20

14Il ne s’agit bien sûr pas seulement d’un bénéfice économique : loger dans la demeure de l’hacendado située à Natívitas avait bien sûr un poids symbolique, le pouvoir local échappait désormais des mains du latifundiste. Plus intéressant encore est que Portillo pouvait aussi socialiser ces bénéfices, comme en témoigne la même plainte :

  • 21 Ibidem.

Posteriormente y de orden del mismo Sr Portillo sin duda alguna habita en dicha casa la familia del Sr Fernando Barranco, vecino de la misma población quien continúa usurpando de propia autoridad el mismo inmueble21.

15Portillo profitait donc aussi des biens confisqués pour se créer des obligés ce qui, en soi, n’est pas une surprise. L’étonnant de l’affaire est que ces obligés étaient systématiquement choisis hors de sa communauté d’origine. Connaissant ce contexte, nous pouvons revenir aux élections de 1918.

  • 22 AHET, Fondo Revolución-Régimen Obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 237, Expediente 18 (...)

16Les municipales de 1918 ont eu la particularité qu’elles étaient totalement contrôlées par la famille Portillo. Ni les familles des 8 autres villages qui dépendaient de Natívitas ni les autres familles de Santa Apolonia Teacalco n’eurent voix au chapitre. Tel était le résultat de l’ascension de Marcelo Portillo dans les rangs révolutionnaires. Dans l’organisation des élections on retrouve ainsi Manuel Portillo, maire élu, et qui de par sa charge était en mesure de demander au gouverneur qui n’était autre que Máximo Rojas que José Portillo reçoive un local pour réunir une « Honorable Convention Politique » dans le centre de Natívitas, selon la loi électorale en vigueur. Manuel, toujours dans le cadre de ses fonctions, informait ensuite le gouverneur qu’il avait remis 1500 bulletins de vote puis 946 autres au colonel Marcelo Portillo. Le fait est en soi suspect puisque le recensement des citoyens de 1912 ne comptait que 1189 votants possibles dans toute la circonscription municipale. Malgré toutes ces précautions, le vote ne fut pas au goût du colonel qui arriva armé pour réclamer aux responsables des urnes qu’ils signent les actes préparés d’avance, ce qui eut pour résultat la rédaction d’une plainte collective auprès du gouverneur le 17 décembre 1918. Parmi les 32 signataires, on retrouve 10 habitants de Santa Apolonia Teacalco, dont des Piscil, des Sampedro, Teniza, Macuil et même deux Portillo restés en marge des négociations familiales22. L’équilibre négocié et maintenu plusieurs années était donc rompu et la conséquence immédiate fut l’abandon pendant plusieurs années du projet collectif de se constituer en municipalité.

17Portillo n’avait pas bien sûr sacrifié la possibilité de recourir à sa communauté et à une partie de sa famille sans s’être assuré au préalable des ressources de nouvelles structures. C’est là qu’intervint le Partido Laborista dont il devint député.

Partis politiques et restructuration des formes de solidarités

  • 23 Le style à la fois courtois et direct de la lettre en fait un modèle du genre. AHET, Fondo Revoluci (...)
  • 24 Voir la liste complète dans le Diccionario histórico y biográfico de la Revolución mexicana, Tome V (...)

18Si la vie politique du XIXe siècle fut dominée par les deux grands partis, libéral et conservateur – ce dernier définitivement vaincu à la chute de Maximilien – les discussions sur la non-réélection de Porfirio Díaz en 1910 ont provoqué l’éclosion d’une quantité de groupements politiques structurés en clubs qui ont couvert tout le territoire mexicain. Les Tlaxcaltèques n’étaient pas en reste : dès 1903 une coalition de 17 villages avait envoyé une lettre ouverte au gouverneur de l’Etat Próspero Cahuantzi, portant 540 signatures et lui demandant d’avoir l’amabilité de ne plus se présenter aux élections23. Dans l’Etat, quelques 74 clubs ont été fondés entre 1908 et 1917 (la grande majorité entre 1908 et 1910), sur les thèmes du pro ou contre la réélection du gouverneur et de Porfirio Díaz et celui du libéralisme24. C’est donc à une intense politisation de la société que l’on assiste au cours de ces années, sans commune mesure avec les clubs libéraux et scientifiques de la fin du XVIIIe siècle. Le Club Antiréélectionniste de Tlaxcala allait bientôt donner naissance au Parti Antiréélectionniste de Tlaxcala, qui gagna les élections de 1911, bientôt renommé Parti Libéral Constitutionnaliste pour affirmer clairement sa fidélité à Carranza, vainqueur de la contre-révolution huertiste.

19Comme l’ont remarqué M. González Compeán et L. Lomelí, mis à part le Parti Catholique National auquel s’était localement rattaché la Ligue des Agriculteurs,

  • 25 González Compeán, Miguel et Lomelí Leonardo coord., El Partido de la Revolución. Institución y conf (...)

Todos los demás eran en realidad membretes sin organización interna independiente de la época electoral, sin estructura territorial, con postulados ideológicos confusos y armados al vapor para apoyar la candidatura de algún personaje o grupo político25.

20Parmi les partis politiques qui se sont constitués pour représenter les différents courants révolutionnaires en concurrence avant leur regroupement en mars 1929 dans le Parti National de la Révolution – ancêtre du Parti Révoltionnaire Institutionnel –, citons les principaux qui existaient aussi bien à l’échelle nationale qu’à celle de l’Etat de Tlaxcala : Partido Liberal Constitucionalista, Partido Nacional Agrarista et le Partido Laborista Mexicano (PLM). Ceux qui, à Tlaxcala, étaient entrés en politique dans le sillage de Máximo Rojas, se sont affiliés à ce dernier. Parmi eux, nous retrouvons Marcelo Portillo.

  • 26 José Valenzuela, Georgette, «Campaña, rebelión y elecciones presidenciales de 1923 a 1924 en México (...)

21En 1920, il sortit vainqueur des élections législatives de l’Etat, profitant ainsi de la trêve qu’il y eut entre les trois partis précédemment cités et auxquels il faut ajouter le Partido Nacional Cooperatista. L’accord n’avait été que ponctuel afin de permettre à Alvaro Obregón de gagner les élections présidentielles face à Carranza26. Localement, les luttes qui suivirent l’élection et la fin de la trêve opposèrent le Parti Libéral Constitucionaliste de Tlaxcala (PLCT) au Parti Travailliste de Tlaxcala (PLT, version locale du PLM). C’est dans ce contexte qu’il faut placer la vie politique agitée de Portillo et l’importance prise par la structure du parti auquel il appartenait comme recours dans les moments de crise qui n’ont pas manqué.

  • 27 AJET, Distrito de Zaragoza, Justicia Criminal, 1922. Incidente de impedimento del ciudadano Prajedi (...)

22En 1922, il se retrouvait devant la justice, accusé d’avoir assassiné, avec son complice Alfredo Contreras Falcón, trois personnes : Ezequiel et Apolonio Portillo et Enrique de Sampedro. La rupture avec la famille et la communauté ne pourrait être plus évidente. Malheureusement, la source judiciaire ne donne aucune information sur les raisons du conflit qui déboucha sur le triple assassinat. En revanche, elle nous informe sur les relations de pouvoir en jeu entre l’institution judiciaire et le député27. Pour tenter de mettre fin aux poursuites contre lui, Portillo décida de s’attaquer à l’agent du ministère public – équivalent du juge d’instruction – en prétendant que celui-ci avait une aventure avec Merced López, nièce de Micaela López, elle-même mère des deux Portillo assassinés ! Si les affaires de famille ne l’avaient pas empêché de tuer ses cousins, elles devaient par contre interdire au procureur de faire son travail. Peu importe le ridicule des accusations, c’est justement l’absence d’une véritable argumentation de la part de Marcelo Portillo qui indique que nous en sommes en présence d’une relation de force avec le pouvoir judiciaire local. Il manque bien des détails au dossier pour pouvoir suivre l’affaire de près mais une chose est certaine : le juge de 1ère instance de Zaragoza et son juge d’instruction comptaient bien montrer leur indépendance au député et poursuivre la procédure judiciaire entamée contre lui. Sans doute après avoir reçu des pressions, le juge de 1ère instance accepta un an après de remplacer son juge d’instruction mais cela était encore insuffisant pour Marcelo Portillo qui n’était pas encore assuré du résultat de son procès pour assassinats. Il fit passer son dossier sous la juridiction du juge du district de Hidalgo qui, manipulé par le pourvoir exécutif, accepta de passer l’affaire à la chambre des députés ! Il ne restait plus à son propre juge d’instruction qu’à se plaindre auprès du gouverneur :

  • 28 Ibidem, 13 de febrero de 1913.

Que el señor juez se ha permitido dictar un decreto mandando pasar ese proceso a la Cámara de Diputados al Congreso local ; y este en mi humilde concepto, es invadir la esfera de acción del Ministerio Público28.

23Voilà qui en dit long sur la relation entre les pouvoirs mais aussi sur le parcours de Portillo. Celui-ci échappait ainsi au jugement mais pas aux poursuites de ses adversaires. Mais avant d’y revenir, il convient de nous concentrer d’abord sur le rôle joué par les partis, acteurs importants de l’instrumentalisation de la justice et surtout, puisque c’est ce qui nous intéresse ici, de l’affaiblissement des solidarités locales traditionnelles. Pour cela, il nous faut faire un détour par quelques villages – Santiago Michac et San José Atoyatenco, qui dépendaient aussi de Natívitas – où les membres des partis en présence alimentaient la violence quotidienne.

  • 29 AJET, Distrito de Zaragoza, Justicia criminal, 1925. Contra los que resulten responsables de los de (...)

24En 1925, deux affaires très semblables vont alimenter les archives judiciaires de l’Etat. La première eut lieu à Santiago Michac où 60 à 80 hommes sont arrivés, ont assassiné trois personnes et en blessé 12 autres. Ces violences étaient clairement liées aux questions sinon politiques du moins électorales puisque les faits se sont passés « a consecuencia de que un grupo como de 60 hombres, encabezados por Macedonio Herrera de San Rafael Tenanyecac asaltaron la casilla electoral ». De son côté, Celso Sánchez, l’un des blessés et père de l’un des morts, témoignait que le groupe d’hommes qu’il avait vu arriver le matin des événements était dirigé par Buenaventura Cordero, habitant du village de Tlaltenango, du district de Cholula, de l’Etat de Puebla, soit le district voisin de celui de Natívitas et en perpétuel conflit avec lui. Le témoignage se fait de plus en plus précis : les hommes recherchaient les responsables locaux des élections législatives qui appartenaient au Parti Constitutionnaliste, dont Celso Sánchez était aussi membre. Lorsque le groupe armé revint en force dans l’après-midi, ce fut au cri de « Viva el Partido Laborista ». Le témoin donnait ensuite la liste apparemment exhaustive des hommes de son village qui avaient participé aux exactions : 11 personnes issues de 7 familles. Enfin, le juge parvint à identifier que parmi les assaillants se trouvaient également des habitants de Santa Ana Xalmilulco, de l’Etat de Puebla, de San Miguel Xochitecatitla et de Santiago Michac, ces deux derniers dépendant de Natívitas. Les citations des accusés ont ratifié leur origine géographique et leur appartenance au Partido Laborista29.

25L’affaire est très riche en soi car elle montre comment les conflits entre partis venaient rompre les solidarités traditionnelles, obligatoires au sein de la communauté et que surveillait l’assemblée de chaque pueblo. Parallèlement, les partis créaient des alliances inattendues entre des hommes appartenant à des districts voisins et concurrents qui avaient été en conflit permanent tout au long du XIXe siècle et encore dans les années 1910, soit juste avant la fondation des partis politiques. Ces conclusions seraient peut-être hâtives si un autre cas ne venait le corroborer.

  • 30 AJET, Distrito de Zaragoza, Justicia criminal, 1925. Contra los individuos Leopoldo Quiroz, Lucas R (...)
  • 31 Lettre à Pltarco Elias Calles du 13-IV-1925. Archivo General de la Nación, Gobernación, F.2.8.1.7.6 (...)

26Une fois encore, neuf hommes du Partido Laborista furent arrêtés pour avoir blessé à San José Atoyatenco trois personnes alors qu’ils poursuivaient l’agent municipal du village (fonction qui a précédé celle de président de communauté). Ce dernier, désigné par le pouvoir municipal, devait appartenir au Partido Constitucionalista alors au pouvoir tant dans la municipalité qu’à l’Etat. On retrouve ici le même scénario : une partie des assaillants habitaient Atoyatenco tandis que les autres provenaient d’un district de Puebla30. Alors que l’enquête était en cours, l’un des assaillants – Lucas Ramírez – fut assassiné. Plusieurs membres du Partido Laborista écrivent alors une lettre au Président du Mexique, Plutarco Elías Calles qui, pour se faire élire, avait pacté avec ce parti entre autres. Les signataires résidaient dans le village de San Miguel Xochitecatitla et étaient membres de Comité Particulier Administratif du parti. Ils désignèrent dans cette lettre ceux qui, à leurs yeux étaient les coupables de cet assassinat : des habitants de San José Atoyenco – comme la victime – affiliés au Partido Constitucionalista et dont l’un d’entre eux était édile de Natívitas, tous au service, selon eux, du gouverneur de Tlaxcala31.

  • 32 «Para el conocimiento del COMITÉ DIRECTIVO GENERAL de nuestro Partido, comunicamos a Ud que ayer, a (...)

27Revenons donc à Marcelo Portillo. Le triple assassinat dont il fut accusé prend alors une autre dimension. Il montre en effet l’importance de la rupture créée dans les liens traditionnels de solidarité – famille et réseaux hérités – par les partis politiques. Mais pour comprendre comment des structures récentes ont pu avoir de telles conséquences aussi rapidement, il est nécessaire d’analyser ce phénomène en le plaçant dans la perspective de la trajectoire d’un individu. On peut ainsi comprendre pourquoi, en fonction d’intérêts et d’un cheminement propre, le parti politique peut devenir une organisation qui offre aux acteurs une alternative séduisante. Ainsi, si en 1924 Portillo avait réussi à échapper à la justice de son Etat grâce au soutien de la Chambre des députés et une position accommodante des juges, un revirement de la situation politique de Tlaxcala avec l’élection d’un gouverneur du parti opposé n’allait pas tarder à le placer dans une situation difficile. Pour se tirer de ce mauvais pas et ne pas finir comme Lucas Ramírez une année plus tard, il n’eut recours ni à sa famille ni à leurs réseaux locaux, mais au siège du parti Laborista à Mexico. Celui-ci s’empressa de demander des garanties individuelles au gouvernement fédéral qui se devait d’honorer se alliances32.

Conclusions

28Alors que la répartition aux communautés villageoises de terres ejidales prises aux haciendas devait fortifier les liens au sein de chacune d’entre elles, puisque la concurrence se jouait entre pueblos, les partis politiques ont au contraire créé un phénomène centrifuge déstabilisateur. Les solidarités parallèles qu’ils ont créées entre les membres des partis ont ainsi déplacé celles que les structures traditionnelles – l’assemblée de communauté notamment – peinaient à faire respecter. L’on comprend ainsi l’importance de la création du Parti National Révolutionnaire, fondé pour mettre fin au chaos qui résultait des luttes constantes et meurtrières entre les partis créés pendant la Révolution. Mais ce rôle joué par le PNR, déjà connu, apparaît ici de façon plus précise grâce à sa mise en perspective depuis l’analyse des liens de solidarité et des stratégies d’un acteur local. La concurrence violente entre les partis ne faisait pas que favoriser une instabilité chronique accompagnée de violence, elle mettait aussi à mal ce qui justifiait le mouvement révolutionnaire en faisant voler en éclats les solidarités internes des communautés, fondement même de leur identité.

29A travers cette approche, la question qui se pose est donc celle de la modernité de la révolution. Nous l’avons vu avec le cas de Marcelo Portillo, les liens de solidarités hérités, imposés, ont été sacrifiés au profit de liens choisis, structurés et qui pouvaient unir des individus même inconnus s’ils partageaient la même affiliation (d’où l’extension territoriale des liens lorsqu’il s’agissait de chercher des appuis en dehors de l’Etat de Tlaxcala, momentanément dominé par un parti concurrent). La profonde nouveauté de ces événements est que cette fois, la solidarité moderne avait touché la société jusque dans ses bases populaires. C’est pendant ce moment de l’histoire mexicaine, terminé en 1929, que s’est jouée la modernité sociale du Mexique, réactivée seulement plusieurs décennies plus tard et de manière très différente avec l’exode rural et l’extension des grandes métropoles.

Haut de page

Notes

1 Guerra, François-Xavier, Modernidad e independencias, México, FCE, Fundación MAPFRE, 1993.

2 Les biographies de révolutionnaires sont légion. Une liste très complète peut être consultée dans : Barrón, Luis, Historias de la Revolución mexicana, México, CIDE, FCE, 2004, p. 182-204. Nous reprenons ici la définition de J-M- Imízcoz des liens traditionnels et modernes, les premiers hérités, imposés et hiérarchiques, les seconds librement consentis et entre égaux. Voir : Imízcoz Beunza, José-María (dir.), «Introducción. Actores sociales y redes de relaciones: reflexiones para una historia global», Redes familiares y patronazgo. Aproximación al entramado social del País Vasco y Navarra en el Antiguo Régimen (siglos XV-XIX), Bilbao, Universidad del País Vasco, 2001, p. 19-30.

3 L’ouvrage fondateur est celui de l’anthropologue Aguirre Beltrán, Gonzalo. Obra antropológica, tomo IV. «Formas de gobierno indígena», México, UV, INI, Gobierno del Estado de Veracruz, FCE, <1953>.1991.

4 González Bernaldo de Quirós, Pilar. 2007. «La ‘sociabilidad’ y la historia política» en Peire, Jaime compil., Actores, representaciones e imaginarios. Homenaje a François-Xavier Guerra, Buenos Aires, Eduntref, Universidad Nacional de Tres de Febrero, p. 65-109.

5 On peut observer que le poids démographique de chaque communauté semblait être pris en compte dans cette représentation, ce qui était favorable à Santa Apolonia Teacalco, une des deux seules communautés dont le nombre de citoyens en 1912 était supérieur à celui de Natívitas. Cela se traduisit par une participation importante de au conseil : Salvador Portillo par exemple fut Alcalde 1º en 1860. Padrón que manifiesta el número de ciudadanos existentes en el Municipio de Natívitas. Natívitas, 31-V-1912. AHET, Revolución – Régimen obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 134, Expediente 73, 217f. Año 1912. Lettre du juge de 1ère instance à Salvador Portillo. AHET, Fondo Siglo XIX, Sección Justicia, Serie Criminal, Caja 54, Expediente 21, 4 fs. 20-XI-1860.

6 Située entre les rivières Zahuapan et Atoyac, la vallée de Natívitas avait les terres les plus fertiles de la région, d’où l’intérêt des entrepreneurs de Puebla d’y investir et d’où aussi la taille réduite des propriétés. Parmi les haciendas, une seule avait une superficie qui dépassait les 1000 hectares. Sur les haciendas et la moyenne propriété dans cette région, voir : Ramírez Rancaño, Mario, El sistema de haciendas en Tlaxcala, México, CONACULTA, 1990, p. 28-32 y 82-84. Sur le panorama général des structures de pouvoir mises en place par les hacendados dans la région au cours du XIXe siècle, voir la première partie de l’article : Sanchez, Evelyne, «Estrategias campesinas en el México revolucionario. El minifundio y la construcción del empoderamiento en los pueblos de Natívitas, (Tlaxcala, 1856-1921)», Revista complutense de Historia de América, n° 38, 2013.

7 AHET, Fondo Revolución- Régimen Obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 133, Expediente 5, 49fs. Año de 1912.

8 Lettre de Jacinto Mejía, maire de Natívitas, au gouverneur de Tlaxcala. 25-IV-1912. AHET, Fondo Revolución- Régimen Obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 133, Expediente 73, 2fs. Año de 1912.

9 Lettre de Jacinto Mejía au gouverneur de Tlaxcala, 25–IV-1912. AHET, Fondo Revolución- Régimen Obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 135, Expediente 52, 1f. Año de 1912.

10 Relativo a la reclamación presentada ante la Secretaría de Hacienda y Crédito Público, por el señor Mucio Carvajal por los daños causados en las Haciendas de Santa Marta, La Virgen, San Juan Mixto y San Francisco Ahualulco. AHET, Fondo Revolución- Régimen Obregonista, Sección Hacienda y Guerra, Caja 110, Expediente 42, 5fs. Año de 1921.

11 Máximo Rojas fut gouverneur de l’Etat de Tlaxcala du 20-VIII-1914 au 26-XI-1914, du 15-I-1915 au 16-V-1915 et du 31-V-1918 au 20-IV-1920. C’est donc lui qui était à la tête de l’exécutif de l’Etat lorsqu’est arrivée dans les Etats provinciaux la nouvelle du vote de la fameuse loi agraire du 6 janvier 1915 dont le but était de calmer les revendications paysannes en donnant aux communautés le droit de demander la restitution et /ou la dotation de terres prises au moyen du démantèlement souvent partiel de la grande propriété.

12 Sur la carrière militaire de Marcelo Portillo, voir : Diccionario histórico y biográfico de la Revolución mexicana, tomo VII, México, INERHRM, Secretaría de Gobernación, 1992.

13 Sanchez, Evelyne, «Santa Apolonia Teacalco (Tlaxcala, México): un pueblo a la conquista de su cabecera en tiempo de revolución», Naveg@mérica. Revista electrónica de la Asociación Española de Americanistas [en línea]. 2012, n. 8.

Disponible en: <http://revistas.um.es/navegamerica>. ISSN 1989-211X.

14 Sur les Asociados et leur conflit avec Jenkins voir le très bon travail de Fernández Cervantes, Gabriel, Disputa por la tierra de la hacienda Santa Ana Portales, Tlaxcala, 1883-1921. El caso de los Asociados del Distrito de Zaragoza, Tlaxcala, Mémoire de Maîtrise d’Histoire, BUAP, 2013. Le cas est également abordé dans Buve, Raymond, El movimiento revolucionario en Tlaxcala, México, Universidad Autónoma de Tlaxcala, Universidad Iberoamericana, 1994, p. 171-181.

15 AHET, Revolución – Régimen Obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 179, Expediente 57, 2f. Año 1915.

16 AHET, Revolución – Régimen Obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 225, Expediente 27, 12f. Año 1917.

17 Il n’existe malheureusement pas d’archives de communauté pour connaître les formes de négociations qui, au sein des assemblées de village, permettaient de prendre et de donner une légitimité à ce type de décision. Nous sommes donc contraints de nous limiter à reconnaître l’existence de ces processus dans les traces qu’ils laissent dans d’autres types de sources.

18 AHET, Revolución – Régimen Obregonista, Justicia y Gobernación, Caja 208, Expediente 9, 80fs. Año de 1916.

19 Archivo Judicial del Estado de Tlaxcala (AJET), Justicia Civil, Distrito de Zaragoza. 1918. Interdicto de retener la posesión de una casa y un terreno llamado San Lucas sitos en Natívitas formado por la señorita Antonia Rodríguez contra el señor Marcelo Portillo. Buve, Raymond, (ed.), Haciendas y Central Mexico from Late Colonial Times to the Revolution, Amsterdam, Centro de Estudios y Documentación Latinoamericanos, 1984.

20 Lettre de Juan Tlahuiz Ramírez au juge de 1ère instance, Zacatelco, 12-VIII-1927. AJET, Justicia Civil, Distrito de Zaragoza, 1927. Interdicto de recuperar la posesión de una casa ubicada en Natívitas, promovido por Juan Tlahuis Ramíres como apoderado del señor Doctor Rivero Caso, contra Marcelo Portillo.

21 Ibidem.

22 AHET, Fondo Revolución-Régimen Obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 237, Expediente 18, 91fs. Año de 1918.

23 Le style à la fois courtois et direct de la lettre en fait un modèle du genre. AHET, Fondo Revolución- Régimen obregonista, Sección Justicia y Gobernación, Caja 33, Exp. 12, 24f. Año 1903.

24 Voir la liste complète dans le Diccionario histórico y biográfico de la Revolución mexicana, Tome VII, México, INERHM, Secretaría de Gobernación, 1992, pp. 264-273.

25 González Compeán, Miguel et Lomelí Leonardo coord., El Partido de la Revolución. Institución y conflicto (1928-1999), México, FCE, 2000, p. 17.

26 José Valenzuela, Georgette, «Campaña, rebelión y elecciones presidenciales de 1923 a 1924 en México», Estudios de Historia Moderna y Contemporánea de México, vol. 23, 2002, p. 55-111.

27 AJET, Distrito de Zaragoza, Justicia Criminal, 1922. Incidente de impedimento del ciudadano Prajedis Pérez, agente del ministerio público de este lugar, para continuar teniendo intervención en el proceso iniciado contra el diputado Marcelo Portillo y Alfredo Contreras Falcón por homicidio y lesiones. Zacatelco, 5 de setiembre de 1922.

28 Ibidem, 13 de febrero de 1913.

29 AJET, Distrito de Zaragoza, Justicia criminal, 1925. Contra los que resulten responsables de los delitos de homicidio perpetrados en las personas de los que en vida se llamaron Antonio Sánchez, Leobardo Hernández y Camerino Morales, vecinos que fueron del pueblo de Michac, del municipio de Natívitas.

30 AJET, Distrito de Zaragoza, Justicia criminal, 1925. Contra los individuos Leopoldo Quiroz, Lucas Ramírez, Miguel Sánchez, Andrés Flores, Gilberto Quiroz, Juan Flores, Trinidad González, Ricardo Flores y Santiago Martínez por los delitos de lesiones inferidas a Ramón Ramos y Andrés Minor.

31 Lettre à Pltarco Elias Calles du 13-IV-1925. Archivo General de la Nación, Gobernación, F.2.8.1.7.6 Encarnación Chilado, Lorenzo García y demás vecinos de San Miguel Xochitecatitla, Tlaxcala, se quejan por el asalto a los C.C. Alfonso Sánchez y Lucas Ramírez.

32 «Para el conocimiento del COMITÉ DIRECTIVO GENERAL de nuestro Partido, comunicamos a Ud que ayer, a las once horas, con verdadero escándalo y lujo de fuerza, el Gobernador Apango, por medio de la gendarmería montada de que dispone, pretendió aprehender al compañero Coronel Marcelo Portillo, con una orden de aprehensión que previamente libró el juez de 1ª instancia del Distrito de Zaragoza, de este Estado. El hecho sucedió en el Portal Hidalgo de esta ciudad y ejecutaban la orden ocho soldados y un comandante quienes estuvieron a punto de hacer fuego, pues hasta llegaron a cortar cartuchos, y gracias a la intervención del Jefe de la Guarnición de esta Plaza quien acogió bajo su custodia al compañero Portillo, no se consumió otro atropello mayor». 08-XII-1924. AGN, Galería 5. Secretaría de Gobernación, ramo 71, expediente 402.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Sanchez, « Modernisation des réseaux dans le Mexique révolutionnaire et postrévolutionnaire. Marcelo Portillo, entre communauté paysanne et parti politique », Caravelle, 101 | 2013, 155-170.

Référence électronique

Evelyne Sanchez, « Modernisation des réseaux dans le Mexique révolutionnaire et postrévolutionnaire. Marcelo Portillo, entre communauté paysanne et parti politique », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/625 ; DOI : 10.4000/caravelle.625

Haut de page

Auteur

Evelyne Sanchez

CNRS- UMR FRAMESPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org