Navigation – Plan du site
Sociabilités d'Amérique latine
Sociabilités et pouvoirs

Des liens sociaux à l’ordre politique : réflexions pour une approche relationnelle des institutions

Zacarias Moutoukias
p. 111-132

Résumés

Cette étude propose une approche relationnelle des institutions et des dynamiques politiques, en se concentrant sur l’exemple de l’empire espagnol entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. Elle part de la notion de réseau personnel et organise une séquence d’observations et d’arguments, qui vont des liens de sociabilité locales, jusqu’à certaines formes d’articulation atlantique de la Couronne. Elle présente certains mécanismes de la dynamique institutionnelle en utilisant des exemples tirés, d’une part, des espaces où se combinent l’échange de faveurs, l’amitié et les affaires ; et d’autre part, du service au souverain et sa récompense comme privilège. La notion de capital social comme une ressource spécifique connecte le commerce des liens personnels à l’ordre politique, dont la clé se trouve dans l’idée du mérite et de la grâce.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir les articles réunis par Bertrand, Michel, Sandro Guzzi-Heeb et Claire Lemercier dans le volume (...)

1La liste de travaux qui utilisent la notion de réseau dans leur étude de l’histoire sociale, économique ou politique du monde hispanique n’a cessé d’augmenter depuis le début des années 1990, même si l’approche est loin de faire l’unanimité parmi nos collègues historiens. Mon intention n’est pas de faire un bilan de cette littérature1, mais de souligner combien nous est familière l’idée d’expliquer le fonctionnement du politique ou de certains aspects de la vie économique et sociale, par l’étude des relations entre les acteurs. Il me semble que nous ferions un important pas en avant si nous essayions de proposer une vision relationnelle non plus du politique ou du fonctionnement de l’économie, mais des institutions elles-mêmes. L’objectif de ce texte est de proposer ce qui me semble constituer les éléments d’un tel débat.

2La notion d’institution est elle-même sujet de débat entre les auteurs qui abordent son étude à partir de l’économie ou de la sociologie. D’une part, l’idée d’institution ou convention définit les règles de jeu qui assurent la coordination de l’activité ou des transactions économiques. Elargie à d’autres sphères, la notion renvoie à l’idée des conventions tellement ancrées dans les représentations des acteurs qu’elles deviennent implicites, permettant ainsi l’intelligence et l’anticipation des comporte-ments des autres – ainsi, Hodgson considère que les représentations que les acteurs ont des institutions, font partie des institutions elles-mêmes. D’autre part, les institutions renvoient aux différents aspects de la configuration des organisations, y compris de l’État ou des formes d’autorité et de pouvoir.

  • 2 Avner Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade (Cambridg (...)

3Comme chacun sait, North réserve le terme ‘institution’ à l’idée de règle ou de convention, qu’il faut bien distinguer de la notion d’organisation. Pour sa part, Hodgson conteste cette distinction dichotomique, considérant que l’une ne peut pas être comprise sans l’autre et que les deux s’imbriquent dans l’espace social des acteurs. Et enfin, North lui-même avec les autres co-auteurs de son dernier livre, analyse l’encastrement entre certaines formes institutionnelles et les structures sociales – ou la configuration plus ou moins oligarchique de ces dernières. A partir d’une définition particulière de l’idée d’ordre social, ils essayent de montrer que, dans ce qu’ils appellent les Etats naturels, ce sont les relations interpersonnelles à l’intérieur du groupe dominant qui définissent la forme et assurent le fonctionnement des institutions contrôlant l’accès aux ressources. Ce qui n’est pas sans rappeler l’invitation à regarder l’Etat, la famille ou l’usine comme des configurations dynamiques d’individus interdépendants, que Norbert Elias faisait de manière bien plus fine il y plus de quarante ans2. Voici donc un échantillon très réduit des débats sur l’idée d’institution, dont les problématiques s’adressent directement à ceux qui utilisent des approches relationnelles en histoire.

  • 3 Bertrand, Michel, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne (XV (...)

4Deux livres nous offrent deux manières différentes d’aborder les questions soulevées par ces problématiques, qui chacune constitue un bon point de départ de la discussion qu’on essaie de proposer dans ce texte. Dans sa belle étude Grandeur et misère de l’office, Michel Bertrand analyse la circulation d’hommes, d’allégeances et de faveurs, entre le Conseil des Indes et le milieu de l’office de finances de la Nouvelle Espagne durant la première moitié du XVIIIe siècle. Elle était provoquée par l’action d’un complexe réseau de fidélités et conflits politiques qui, en même temps, servaient à des opérations illégales, tout en reformulant une partie de la hiérarchie administrative. En effet, la reconstruction des liens reliant les officiers de finances à l’oligarchie coloniale de la vice-royauté montre l’émergence de hiérarchies différentes de celles qui définissent les rangs administratifs, mais qui créent des structures de pouvoir sur lesquelles repose le fonctionnement de l’administration. Tandis que, selon un des principaux arguments d’Empire of Différence de Karen Barkey, c’est aux frontières sociales et politiques, au sein des réseaux des liens traversant les frontières, les corps et les communautés, qu’émergent les élites des empires qui reposent sur la gestion de la différence3. Par l’analyse de réalités historiques bien différentes, les deux auteurs montrent l’intérêt d’étudier les espaces relationnels – les réseaux de liens personnels – qui traversent les frontières sociales et politiques, afin de comprendre la configuration de l’autorité souveraine, l’articulation des rapports de pouvoir et les conflits des grands empires territoriaux. L’un et l’autre proposent des clefs complémentaires pour présenter les liens qui structurent la relation entre le pouvoir souverain et les communautés politiques de l’empire hispanique dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. On retiendra ces clefs dans une démarche qui va du micro – la sphère des interactions et des sociabilités locales – au macro – les mécanismes sociaux de la souveraineté – et qui cherche à montrer la dimension microsociale des articulations globales de l’empire hispanique.

  • 4 Dedieu et Moutoukias, « L’approche … », op. cit., p. 7 ; de sa longue liste de travaux, je cite seu (...)
  • 5 Moutoukias, Zacarías, «Las formas complejas de la acción política: justicia corporativa, faccionali (...)

5On peut ainsi aborder les questions soulevées par les approches citées des institutions à partir de deux questions. Qu’est-ce qui fait tenir les empires ? Quelles dynamiques transforment les ordres politiques et institutionnels ? La première ouvre le livre Réseaux, familles et pouvoir… et traverse les préoccupations de J.-M. Imizcoz dès ses premières publications4. La deuxième souligne que la reproduction et les mutations d’un ordre institutionnel font partie du même processus5. Les tensions qui traversent l’Atlantique durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle constituent un terrain privilégié pour aborder ces problématiques et proposer une approche relationnelle des institutions. En effet, depuis la Guerre de Sept ans, les conflits européens mettent la monarchie hispanique devant des défis constamment renouvelés. Parmi lesquels celui d’intensifier les marchandages avec des communautés ou corps politiques à l’échelle atlantique. Avec des ressources toujours sous tension, la nécessité de reformer l’empire, les problèmes de la dette, des mobilisations militaires, des négociations diplomatiques, des blocages du commerce colonial par la guerre et d’autres, supposent des interactions et des chaînes d’événements qui confrontent des acteurs individuels et collectifs, agissant à toutes les échelles, chacun avec leurs propres agendas. Ils sont insérés dans des communautés ou corps politiques, mais en même temps intégrés à des réseaux traversant les frontières sociales et politiques. Ainsi, ils construisent l’espace intermédiaire où des acteurs investis d’autorité publique et des acteurs sociaux se rencontrent et travaillent pour satisfaire leurs besoins, leurs intérêts et leurs idéaux. En manipulant différentes ressources et rivalités, ces acteurs construisent des ordres politiques locaux spécifiques et des configurations sociales, toujours en train d’émerger. A son tour, cette dynamique de la contingence met en évidence des évolutions culturelles, sociales, institutionnelles et économiques longues.

6On peut illustrer le champ de ces interactions avec les effets locaux de la politique de la Couronne au moment de la guerre avec l’Angleterre des années 1790, qui menace de bloquer ou bloque le commerce colonial. Comme chacun sait, l’ouverture temporaire des ports américains au commerce avec les puissances neutres – Portugal, Etats-Unis, Hambourg – déclenche la réaction hostile ou la confrontation entre factions de partisans et d’adversaires de la mesure, au sein des corps de commerce des deux côtés de l’Atlantique. Ces marchandages mobilisent, d’une part, un langage économique et politique nouveau et, de l’autre, les ressources d’une culture juridique réglant les rapports entre les corps et la monarchie. Pourtant, les membres des coalitions qui se querellent ainsi sont partie prenante (stakeholders) du commerce non autorisé et de l’ordre politique. Ils sont souvent les figures notables ou les plus puissantes qui relient le grand négoce et de la politique transatlantiques aux réseaux de médiateurs subalternes. Et ils intègrent une partie de ces réseaux aux jeux politiques locaux, car ces réseaux subalternes constituent pour les grands commerçants des ressources permettant de servir le souverain dans leur concurrence pour des honneurs et la notabilité.

7Ce schéma repose sur l’idée d’Empire négocié, qui met l’accent sur les marchandages entre l’autorité souveraine et les communautés politiques comme mécanisme de construction des équilibres institutionnels. Il est évidement incompatible avec une vision de la centralisation comme forcément concurrente des pouvoirs locaux. Mais ce schéma est surtout contraire à vision linéaire des mutations institutionnelles. Alors, si l’articulation de l’Empire résulte d’un marchandage entre d’une part corps et communautés et de l’autre, le pouvoir souverain ou ses agents, quel est l’espace de cette négociation ? Mon hypothèse est que c’est celui des sociabilités locales et des réseaux égocentrés qui les traversent à l’échelle atlantique. Pour analyser la dynamique de ces espaces, je vais m’attarder sur deux aspects : a) l’amitié et la circulation de faveurs et allégeances et b) le service au souverain et sa récompense comme privilège. Et ces deux séquences du raisonnement organisent la démarche qui – comme cela vient d’être dit – va du micro au macro.

De l’amitié au privilège

Circulation de faveurs et réseaux transatlantiques

  • 6 La correspondance de Belgrano se trouve aux Archivo General de la Nación – Buenos Aires (AGN), Casa (...)

8On commence donc par le très petit. La correspondance d’un négociant de Buenos Aires d’origine génoise, actif durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle – Domingo Belgrano Peri – nous fournit des matériaux permettant d’aborder la première des questions. En 1779, Enrile, un des correspondants de Belgrano à Cadix, se plaint qu’un certain Quiroga, un agent subalterne travaillant pour le compte de deux négociants qui se déplaçait entre Salta et Buenos Aires, traîne le remboursement d’une vieille dette. Ce dernier n’a notamment pas couvert un ordre de payement (libranza), livré contre lui et au profit d’un autre commerçant installé à Potosi. Pour répondre à cette sollicitation, Belgrano fait appel à un autre de ses agents à Salta, son obligé Sánchez, qui fait le nécessaire pour assurer l’exécution des contrats. Il ne s’agit que d’un exemple banal, parmi la masse d’interactions, transactions et faveurs présents dans cette correspondance. Son seul aspect frappant est la dimension de l’espace couvert par la trame de liens interpersonnels qui les font circuler, entre Cadix et Buenos Aires, entre cette dernière et Salta ainsi qu’à Potosí6.

  • 7 Sánchez a Belgrano, 1780-1790, AGN, Casavalle 17 et 19. Pour l’ensemble de l’activité de ce négocia (...)

9Mais, quoique banal, ce genre d’intercessions suppose des liens assez complexes entre le demandeur – qu’il soit ou non le bénéficiaire direct de la médiation – et l’intercesseur. Les rapports entre Belgrano et son correspondant et agent à Salta, José Thomas Sánchez, en sont un bon exemple. Ils travaillent ensemble pendant au moins une dizaine d’années, et le négoce n’occupe qu’une partie des affaires partagées. Entre 1779 et 1780 le second obtient le poste d’administrateur du monopole de tabac à Salta grâce à l’intervention de Belgrano auprès de son ami Pedro Altolaguirre, le président de l’Hôtel de Monnaie à Potosí. A partir de ces dates, Sánchez exprime sa reconnaissance de différentes manières et s’occupe des procès dans les tribunaux locaux qui concernent Belgrano. Néanmoins, s’il a été irréprochable dans la réalisation de ces tâches, cela n’a pas été seulement le fait de la dette contractée avec Belgrano en lien avec sa nomination. Ils avaient en commun tout un petit monde de connaissances haut placées et ce réseau partagé exerçait une influence sur la manière dont chacun exprimait sa reconnaissance envers l’autre7.

10C’est donc à l’intérieur de cette trame complexe que peut prendre place l’enchaînement des médiations décrites entre Cadix, Buenos Aires et Salta. Les figures suivantes essayent de styliser le mécanisme de cet enchaînement. Le diagramme de gauche dessine la direction des sollicitations ; tandis que celui de droite montre la configuration des dettes et des assymétries qui les façonnent : les échanges entre acteurs socialement proches qui créent les engagements réciproques entre Altolaguirre et Belgrano et la dépendance de Sánchez à l’égard de deux protecteurs, dans le cadre d’une notabilité locale.

Figure 1 : Solicitations et allégeances entre Cadix, Salta et Buenos Aires

Figure 1 : Solicitations et allégeances entre Cadix, Salta et Buenos Aires

11On reviendra sur ce contrepoint de faveurs. Auparavant, l’autre aspect des transactions décrites – le fait que ce trafic social mobilise une suite de relations de personne à personne, effectivement entretenues sur une si vaste échelle territoriale – requiert qu’on s’y attarde un instant. C’est une propriété émergente du réseau egocentré de Belgrano ; autrement dit, une propriété des liens que les membres de son réseau entretiennent indépendamment de lui. Nous pouvons examiner les dimensions spatiales et politiques de ces propriétés en regardant ses contacts en Espagne.

12En effet, le courant des affaires d’Enrile avec Quiroga à l’origine des démarches décrites, n’est qu’une des innombrables – et sans doute parmi les plus négligeables – relations que les personnes connectées à Belgrano et résidant en Espagne entretiennent entre elles et avec d’autres parties de son réseau. On peut constater la présence de ces contacts et correspondants dans différentes villes – Cadix, Séville, Madrid, La Corogne – dès le milieu des années 1760. Ils résultent autant de la carrière commerciale que de la propre mobilité de ce migrant génois, qui réside un temps à Cadix avant de s’installer à Buenos Aires. Autour des années des affaires entre Enrile et Quiroga en 1778, cette partie du réseau de Belgrano est en train de se reconfigurer. Il y a d’abord l’arrivée du gendre de Belgrano – Calderón de la Barca – qui agit un certain temps comme son agent à Madrid, communicant avec d’autres correspondants comme Acha à La Corogne ou des amis de la famille comme Ximénez, dont le frère est le directeur de la douane de Buenos Aires et un des principaux alliés de Belgrano. Il y a aussi trois des fils Belgrano qui font toutes ou une partie de leurs études en Espagne. Arrivés à partir de 1780, les frères Carlos, Manuel et Francisco structurent autour d’eux, d’une part, la trame partagée d’aides, faite des gens qui les logent, les reçoivent et les informent et, de l’autre, la chaîne qui leur fait parvenir lettres et argent par les correspondants de leur père comme Acha et Ximénez.

13L’ensemble constitue donc un de ces espaces relationnels que l’on a l’habitude de retrouver dans le monde hispano-américain, où se combinent la parenté, l’amitié, l’échange de faveurs et les affaires. Non pas, encore une fois, par les liens de Belgrano avec ses contacts mais par ceux que ces derniers entretiennent entre eux, mettant en relation Madrid avec Séville ou Cadix, et l’une ou l’autre avec Buenos Aires, Salta, Potosí… Ce sont les liens qui structurent les dynamiques atlantiques de ces réseaux. Et c’est l’aspect que la figure suivante cherche à souligner. Elle représente, par le diagramme de lignes et de points d’usage, les dits liens des contacts de Belgrano résidant en Espagne avec d’autres de ses correspondants se trouvant en Espagne et en Amérique (où ailleurs en Europe), entre la fin des années 1770 et le milieu des années 1780. Dans la mesure où il s’agit du réseau égocentré de Domingo Belgrano – donc par définition des agents avec lesquels il est en contact – on a gommé égo lui-même ainsi que ses liens avec toutes les personnes représentées par un point dans le diagramme. Tandis que le nom de chacune de ces personnes a été remplacé par un numéro différent, suivi de l’indication de la ville de résidence, afin de mieux mettre en évidence la circulation des trafics sociaux à l’échelle atlantique.

14Les points qui symbolisent les membres de la famille de Belgrano résidant en Espagne durant ces années sont en blanc et leurs liens réciproques n’y apparaissent pas car ils sont évidents. Enfin, les traits qui représentent les liens entre les contacts d’égo en distinguent quatre par la grosseur du trait et le numéro qui les accompagne : ils vont des plus simples à ceux qui combinent plusieurs contenus normatifs : 1/des liens strictement commerciaux ou ‘professionnels’ ; 2/ ceux dont ce type de transaction s’accompagne d’une circulation de faveurs ; 3/ les liens qui combinent amitié, affaires et circulation de faveurs ; 4/ les liens qui associent parenté et affaires. Précisons enfin qu’il s’agit ici des affaires, amitié faveurs et parenté qui relient les contacts de Belgrano entre eux et non pas les liens des premiers avec celui-ci.

Figure 2 : Correspondants de Belgrano en Espagne et ses liens avec d’autres correspondants en Amérique et en Espagne

Figure 2 : Correspondants de Belgrano en Espagne et ses liens avec d’autres correspondants en Amérique et en Espagne

15Les résultats étaient prévisibles sur certains aspects : le nombre important des relations d’affaires entre Madrid, Cadix et La Corogne et entre chacun de ces centres et des villes d’Amérique du Sud, comme celle de Enrile et Quiroga – dans le diagramme 406_Cadiz et 407_Salta respectivement. Mais le graphe montre aussi une trame de faveurs qui circulent entre l’Espagne et des villes comme Lima, La Plata, Mendoza, Córdoba ou, bien sûr, Buenos Aires et Montevideo. Cela met la modeste démarche d’Enrile dans son contexte. Cela montre surtout l’échelle qui transforme les structures égocentrées ainsi comprises – la configuration des liens qu’entretiennent entre eux les contacts d’un ego – en un instrument d’ordre politique.

  • 8 Cabrera à Belgrano, 17/11/778, AGN, Casavalle 16.

16Mais qu’est-ce au juste que la circulation de faveurs ? Le terme renvoie à des gestes et des formes de circulation si divers que leur réunion sous un même terme ne va pas de soi. Cela concerne une mosaïque de situations – dont on ne peut avoir ici qu’un rapide aperçu – qui varient entre les attentions et commissions entre pairs, les services offerts dans le cadre de relations marchandes et non directement rétribués, les gestes de générosité et de protection dans des rapports subalternes, des pratiques institutionnelles telles que se porter garant d’un administrateur de haut rang ou d’un magistrat avec ses biens, des crédits octroyés avec des fonds de caisses royales ou, enfin, des services et des faveurs au service de Sa Majesté. Entre ces extrêmes nous trouvons une insaisissable poussière de gestes et ‘vraies’ faveurs dont l’esprit est bien résumé dans les remerciements adressés à Belgrano par un officier de finances, don Francisco de Cabrera : « … je ne me décide pas à demander l’argent des caisses, et il m’est moins violent de faire face à un ami que à un chef… »8.

  • 9 Cecilia Paz à Belgrano, Buenos Aires, 31/III/1781 et Montero à Belgrano, Buenos Aires, 28/III/1784, (...)
  • 10 Comme cet étudiant en droit à Santiago du Chili, qui demande un soutien financier pour finir ses ét (...)

17Un nombre considérable de personnes s’adresse directement à Belgrano pour solliciter sa générosité, comme dans le cas de l’officier de finances. Ainsi, une certaine Cecilia Paz qui prie son « Señor y benefactor » de lui avancer de l’argent pour faire face à des ‘urgences’ ou ce curé qui entreprend la même démarche pour se faire une soutane digne des circonstances qu’il doit assumer9. Parfois ces quêteurs sont proches de la maisonnée et cela pourrait en partie expliquer leur geste mais d’autres n’ont aucun lien avec celle–ci ou se trouvent bien loin de la ville10. Quoi qu’il en soit, les réponses à ces demandes engagent Belgrano au-delà de ses ressources économiques, à savoir celles d’une notabilité forte mais ordinaire. Cependant, le commerce de modestes grâces ordinaires constitue le socle d’interventions plus importantes, nécessitant la mobilisation de moyens spécifiques, obtenus grâce aux liens et aux faveurs échangés dans d’autres milieux, comme dans les circulations représentées dans les diagrammes de la Figure 1.

18Cet espace situé entre les dons quotidiens et l’échange marchand décèle le triangle social sur lequel reposent ces formes de circulation. Le colonel Molina, compère de Belgrano affecté sur l’autre rive du Río de la Plata, synthétise la dynamique de ces triangulations : en 1768 il confirme qu’il va s’occuper des petits ennuis avec la justice d’un certain Duval « …parce que les affaires que vous me recommandez, je m’en occupe comme des miennes propres… », pour ensuite informer que cet agent subalterne de Belgrano a reçu le sucre et a payé les droits correspondants.

19Dans la sphère des activités commerciales qui traverse le cercle de relations proches à la famille, tous ces types de faveurs se combinent entrre eux. Nombreuses sont les fois où les proches de Belgrano, engagés dans des affaires avec lui, le pressent de s’intéresser au sort de l’ordre de paiement d’un tel ou de s’occuper du chargement et de la commande faite à des tiers par un autre, toujours au nom des attentions qu’ils doivent à la personne ou à la maison. Trouver un logement, des transports, obtenir une recommandation, éviter le zèle encombrant d’un officier, être informé d’une faillite ou d’une occasion et surtout et encore être informé : voilà autant de demandes qui trouvent leurs réponses dans les échanges pratiqués à l’intérieur de ces configurations de liens multiples.

  • 11 Gelman, De mercachifle… », op. cit., p. 144.

20Une des pratiques qui alimentent le plus la circulation de faveurs est celle de la caution par laquelle des négociants se portent garants de magistrats et d’officiers car elle entremêle les familles puissantes avec les sphères supérieures de l’administration. Belgrano le fait pour au moins douze hauts administrateurs, parmi lesquels nous trouvons l’administrateur de la douane, Francisco Ximénez de Meza – le frère de ce Ximénez qui séjourne à Madrid, ami et agent de Belgrano – et, bien entendu, Pedro de Altolaguirre, le président de l’Hôtel de Monnaie à Potosí11.

  • 12 Les nombreux exemples de ce genre d’interventions concernent parfois des médiations assez complexes (...)

21Ces interventions, depuis les plus petites jusqu’à celles d’importance politique et sociale majeure, demandent des ressources spécifiques. La plus précieuse est sans doute la capacité de trouver dans les structures administratives les dérogations – infimes ou substantielles – qui assurent une position, le dénouement d’un procès et ou encore qui favorisent les affaires. Un agent et proche écrit à Belgrano « …j’apprécierais si vous obteniez que les officiers royaux [de Buenos Aires] suggèrent au corregidor de Mendoza d’agir avec moins de méfiance… ». Dans le même registre, Domingo Belgrano fils recommande à son père d’intervenir auprès du surintendant afin d’obtenir la mutation du ‘visiteur’ chargé d’inspecter les livres d’un officier de finances de Córdoba. Il y a aussi le soutien dans les actions en justice, autant pour faire aboutir une procédure que pour se protéger des initiatives des autres. Un certain Juan Calvo Antequera réalise à la demande de Belgrano différentes démarches auprès des tribunaux de La Plata, siège de l’Audience de Charcas. En 1783, il informe sur la bonne marche d’un procès concernant le compère et associé de Belgrano Francisco de Haedo. Bien entendu, Calvo demande aussi qu’on prenne soin de ses affaires à Buenos Aires12. La création, en 1785, d’une nouvelle audience à Buenos Aires affermit le rôle de Belgrano grâce aux nouvelles possibilités d’intervention directe ainsi ouvertes. L’année suivante, son fils étudiant à Cordoba lui demande d’intéresser les membres du tribunal à un recours présenté par un commerçant de cette ville sur une affaire de terres.

22Enfin, la description de cette circulation a montré deux aspects à souligner. Le premier se réfère aux triangulations sociales. Multiplier les aides constitue à la fois le moyen le plus adéquat d’étendre les ressources de ce commerce car, comme chacun sait, c’est quand on vous doit des faveurs que l’on peut vous en faire. Multiplier les passifs du prochain semble la logique ici à l’œuvre. Ces triangulations contribuent ainsi, le long d’un cycle de vie, à construire autour de la parentèle le nuage des ressources d’un trafic social que soutient la notabilité. Le deuxième aspect, déjà mentionné, est la singularité des liens mobilisés pour satisfaire une demande. Pour expliquer la capacité à trouver une nouvelle affectation à un moine ou à négocier l’attitude d’un magistrat, il faut prendre en compte les particularités des ressources, des accès et des savoir-faire nécessaires pour atteindre ces buts.

23Les échanges de faveurs entre hommes du négoce construisent des rapports marqués, tantôt par une certaine dépendance entre pairs – comme c’est manifestement le cas avec Sánchez –, tantôt par une réciprocité symétrique. Miguel Ximénez s’occupe de toutes sortes d’affaires – y compris des procès – de Belgrano à Madrid et celui-ci en fait autant à Buenos Aires. Une réplique du premier exprime le climat de ces échanges « …dans de relations directes, affectueuses et ingénues comme les nôtres, les remerciements pour les commissions réciproques ne doivent occuper d’autre place que celle que demande la politique… ». C’est le monde de l’amitié, qui comprend les liens entre familles ou maisons proches. Un autre des enfants Belgrano, étudiant de théologie, exprime régulièrement le langage des maisons et des rapports entre maisons dans sa correspondance. C’est parfois au tournant d’un éloge que ce modèle se laisse deviner : il écrit du franciscain Altolaguirre, frère du président de l’Hôtel de Monnaie, qu’il « s’est conduit à mon égard comme tous les membres de sa maison ». C’est sous ce ton qu’il mentionne souvent les noms des familles notables avec lesquelles les Belgrano ont des relations assidues, comme celle des Altolaguirre.

  • 13 Belgrano à Belgrano, Córdoba 5/XII/1786, AGN, Sala VII, Casavalle 16.
  • 14 Belgrano et Basavilbaso sont en affaires depuis les années 1760. Ils deviennent compères en 1761 (B (...)

24Dans l’autre sens, les faveurs que les Belgrano demandent et reçoivent montrent les mécanismes de la réciprocité dans le cadre de l’amitié. Toujours Domingo Belgrano fils, alors proche de la fin de ses études, recourt à l’associé de son père Bernabé Gregorio de las Heras pour affronter les frais de graduation dans un moment de difficultés familiales. Dans l’éloge de celui-ci pour sa célérité à trouver des solutions aux sollicitations de sa famille – dont celles qui lui incombent directement – Belgrano fils se félicite pour sa bonne fortune « …de trouver un patron de cette qualité… »13. Quelques années plus tard, en 1793, le parrain de son frère Carlos, Don Manuel Basavilbaso, réclame sur un ton très amical le montant de l’argent avancé à la demande de l’épouse de Belgrano lorsque celui-ci était en prison, somme encore destinée à couvrir les frais de graduation de leurs fils à Córdoba14.

25La joie de trouver un patron de qualité et les relations directes, affectueuses et ingénues entretenues avec lui, nous plongent dans l’univers de l’amitié : l’amitié entre maisons qui alimente les ressources du patronage et son contrepoint, à savoir le rapport entre amitié et dépendance. Dans l’introduction, nous signalions que les réseaux des acteurs investis d’autorité publique et des acteurs sociaux qui composent les oligarchies locales relient le grand négoce et la politique transatlantiques aux réseaux de médiateurs subalternes. Ce faisant, ils intègrent une partie de ces réseaux aux jeux politiques locaux. Nous venons de voir comment la circulation de faveurs structure ces espaces relationnels dans des configurations égocentrées. Dans ces configurations, l’amitié est la sphère de la réciprocité entre maisons proches qui alimente les formes de patronage clientèlaires où les ressources relationnelles permettent aux individus de négocier des positions changeantes relatives à l’intérieur d’un réseau. Mais les mécanismes de cette circulation articulent aussi ces réseaux à l’échelle atlantique. Nous verrons ensuite comment cette dimension définit l’espace de la négociation entre autorité souveraine et communautés politiques, ce qui nous conduit vers les mécanismes microsociaux des articulations atlantiques de l’empire espagnol.

Service et privilège

26La crise de la vice-royauté du Río de la Plata ouverte avec les tentatives d’occupation militaire de Buenos Aires par les Anglais en 1806 et 1807 dévoile avec une intensité particulière le rôle politique de ces configurations égocentrées qu’on essaie de souligner. D’une part, cet épisode local des guerres napoléoniennes accentue l’épuisement du système fiscal – affectant ainsi l’équilibre entre les divers corps de la cité – et, de l’autre, ses effets locaux se prolongent et s’intègrent aux conséquences atlantiques de l’invasion française de l’Espagne en 1808. Comme chacun sait, une des vicissitudes de cette dernière est le transfert de la cour portugaise, dont la présence au Brésil ajoute son propre facteur de déstabilisation politique à Buenos Aires. Ce contexte rend particulièrement visible l’action de personnages capables, à la fois, d’assurer une mobilisation importante de ressources locales et d’intervenir à l’échelle atlantique ou à celle de l’empire espagnol. Des acteurs qui, traversés par une mosaïque d’enjeux personnels, sont partie prenante (stakeholders) de l’ordre politique et social tandis qu’ils œuvrent, en même temps, à son démantèlement.

27Nous connaissons bien les grandes lignes de cet enchaînement de crises, objet récurrent de différentes historiographies argentines. On retiendra ici les aspects qui concernent les arguments de ce texte. En juin 1806, les troupes anglaises n’ont pas beaucoup de difficulté à faire tomber la ville de Buenos Aires, mal protégée par sa garnison et abandonnée par l’autorité vice-royale qui se replie vers l’intérieur. Également rapide est sa reconquête, grâce à l’action des forces qui combinent des unités permanentes, des milices et des corps de milices nouvellement créés. Ensuite, la corporation municipale (cabildo) impose à un vice-roi affaibli par son attitude la formation d’une Junte de Guerre dirigée par l’officier – Liniers – qui avait organisé et commandé la dite reconquête. La nouvelle Junta met en place une politique de militarisation qui renvoie au rôle des milices dans l’ordre institutionnel de la cité. Mais elle ne cesse aussi de transformer les jeux politiques et institutionnels locaux. En effet, lors de la deuxième tentative des Anglais en 1807, c’est la ville elle-même qui assure sa défense. Sa population, ses corps et ses régiments sont les protagonistes du succès. Une fois la victoire de la ville assurée, la Junte de Guerre sanctionne l’incompétence renouvelée du vice-roi avec sa destitution et nomme à sa place Liniers, le chef militaire de la reconquête de 1806. Quoiqu’exceptionnel, le geste reste encore dans les limites coutumières de l’ordre institutionnel. Cependant., la militarisation non seulement s’inscrit dans le jeu des factions traversant la cité, elle reconfigure aussi les relations et les dynamiques politiques. Elle produit l’émergence de nouveaux acteurs, les coalitions dans lesquelles interviennent les chefs des corps nouvellement constitués, des membres des familles de notables, mobilisant de vastes réseaux, mais dans de nouveaux rôles politiques.

  • 15 Moutoukias, Zacarias, «Gobierno y sociedad en el Tucumán y Rio de la Plata, 1550-1800», in E. Tande (...)
  • 16 Halperín Donghi, Tulio, Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791 – 1850), Bueno (...)

28Cela apparaît clairement dans le coup de force manqué contre le nouveau vice-roi Liniers qui, au début de 1809, tente une coalition de quelques chefs militaires avec les membres du cabildo, dirigée par son titulaire Martín de Alzaga. Ce dernier est un des négociants les plus puissants, ancien titulaire du consulat de commerce, dont le réseau s’étend à Montevideo, Cadix et les provinces Basque mais qui puise sa nouvelle force de son rôle de chef de la défense de Buenos Aires en 180715. C’est l’opposition d’une autre coalition de militaires qui met en échec le coup de force visant la destitution du vice-roi Liniers. Le nouveau jeu politique non seulement préserve la militarisation contre les tentatives pour la réduire, il la rend aussi très coûteuse, épuisant ainsi les ressources fiscales16.

  • 17 Archivo Général de Indias (AGI), Buenos Aires 617B.

29C’est au nom de l’état des finances locales que Liniers justifie la distribution de privilèges à des alliés, en échange ou en récompense de certains services. En juin 1808, il charge Felipe Contursi d’une représentation diplomatique auprès du régent du Portugal et de la sœur de Fernando VII, son épouse Carlota Joaquina, dont les prétentions politiques comme souverain alternatif de son frère sont bien connues. Tous les frais de la représentation sont à la charge de Contursi, qui bénéficie en échange du droit, dérogatoire de la législation sur l’exclusif colonial, d’introduire à Buenos Aires jusqu’à 40.000 pesos en marchandises du Brésil dont les droits de douane seraient payés comme si elles étaient importées d’Espagne. En réalité, entre juin et novembre 1808, le vice-roi par intérim récompense avec des grâces ou privilèges analogues les services liés à la situation militaire et politique de bon nombre de particuliers. Comme la bravoure dans l’action et le dévouement dans l’organisation militaire d’Álvarez de la Braña, capitaine du régiment de milices des Patricios , ou l’équipement d’unités militaires, comme le fait Lucas Fernández, le commandant du bataillon d’infanterie ‘Carlos IV’, qui fournit les armes et les uniformes de deux corps, l’un d’infanterie et l’autre de cavalerie17.

30Si les règles de la navigation commerciale entre le Río de la Plata et les ports brésiliens étaient contradictoires – en particulier à la suite de deux décrets d’autorisation temporaire du commerce avec les puissances neutres – et les grâces qui dérogeaient à ces règles n’étaient pas nouvelles, ces privilèges étaient néanmoins au cœur d’anciennes rivalités entre factions. Et depuis la fin 1807 la traditionnelle concurrence pour ces grâces alimentait un langage, ancien et bien ritualisé, de confrontation entre le vice-roi provisoire et le groupe des grands commerçants qui contrôlaient le corps municipal, dirigé – comme nous venons de le voir – par Martin de Alzaga, cependant que l’évolution du contexte international en 1808 et les tentatives d’intervention de la cour portugaise récemment installée au Brésil re-signifient le jeu local. Cela reconfigure profondément les objectifs politiques des factions, sans modifier pourtant les mécanismes d’agrégation des coalitions. Ainsi, les bénéficiaires des libéralités de Liniers intègrent évidement la trame de ses soutiens dans sa confrontation avec Alzaga. Ceux-ci prennent des modalités bien plus complexes que le simple échange de faveurs contre loyautés politiques, mais ces soutiens font la différence lorsque le second tente la destitution du premier en janvier 1809.

  • 18 AGI, Buenos Aires, 484.

31C’est dans ce contexte que se déploient des carrières atlantiques, comme celle qui conduit Juan Manuel Pueyrredon de l’action militaire en soutien de la monarchie à son intégration aux élites dirigeant la construction de l’ordre républicain après 1810 quand il devient Directeur suprême des Provinces-Unies du Río de la Plata en 1816. Ce grand négociant, d’origine béarnaise, se forme en Espagne et en France entre 1795 et 1805. En 1806, lors de la première tentative des Anglais, il organise – comme d’autres de son milieu – des unités des milices avec ses ressources et grâce à son autorité auprès des hommes de la campagne ainsi qu’à ses liens avec d’autres jeunes de son propre milieu, promus officiers. Il participe aux premiers combats avant d’intégrer les forces de Liniers. En 1807 le Cabildo le nomme son représentant auprès de la Cour. Ainsi l’année suivante, on le trouve faisant des démarches auprès de la Junta mais aussi à Bayonne – aidé par les contacts familiaux qu’il entretient à Issor, la région de son père – lors des délibérations de l’assemblée qui élabore le statut constitutionnel de la monarchie de Joseph Bonaparte. Quoi qu’il en soit de ses activités à Bayonne, il est arrêté en 1809 par les autorités de la Régence, tandis qu’il cherche à s’embarquer pour Montevideo, où il arrive néanmoins la même année18.

  • 19 Les actes de mariage ont été publiés par Jauregui Rueda, Carlos, Matrimonios de la catedral de Buen (...)

32Les liens qui fabriquent ce parcours renvoient évidement aux sociabilités élitaires de la cité. Y défile un bon échantillon des principales familles de Buenos Aires. Pourtant, si on regarde les informations obtenues sur les mariages, on obtient de ces liens une vision plus fine que la simple idée d’une sociabilité de familles notables interconnectées. Pour cela, on peut partir du mariage de Juan Manuel de Pueyrredon y Dogan avec Maria Tellechea en 1815 et de ses témoins. Si on élargit son regard aux unions des parents et des témoins des conjoints, ainsi qu’à celles des sœurs et frères des dits conjoints, notant aussi les témoins de toutes ces noces, on embrasse un ensemble d’environ 90 individus et 180 liens. A l’intérieur de cet ensemble, on peut se focaliser sur le choix des témoins. On constate alors deux schémas assez classiques de l’anthropologie sociale : d’une part des témoins issus d’un groupe de familles interconnectées et souvent répétés – ce qui traduit les rapports entre maisonnées socialement proches, soulignés dans la section précédente – et, de l’autre, des témoignages uniques d’alliances entre familles isolées – qui décèlent une des formes de patronage clientèlaire. C’est la structure des réseaux égocentrés que nous retrouvons ainsi, dont une partie des composantes se connecte avec ses homologues sociaux, tandis que les autres parties du réseau communiquent vers des espaces sociaux différents, voire subalternes19.

33La carrière de Pueyrredon est à rapprocher d’autres parcours atlantiques dont la clef de leurs logiques se trouve dans les mécanismes et les dynamiques relationnelles présentés. On y retrouve : la circulation de faveurs qui renvoie à l’univers de l’amitié et les rapports entre maisons proches ; le fait que ces derniers se structurent par des liens qui traversent ces maisons, créant ainsi la trame d’un commerce social entre différents espaces sociaux qui alimente les relations clientèlaires ; des pratiques qui, comme les témoins de mariage, formalisent ces mécanismes et la structure des réseaux égocentrés qu’elles décèlent ; et, enfin, le contrepoint entre le service à la monarchie et sa récompense, qui n’est pas sans rappeler la circulation de faveurs. Tous ces dispositifs – dont chacun aurait demandé une analyse particulière – doivent être réunis et observés de manière synthétique. Cela dévoile leur interdépendance et rend intelligibles des parcours comme celui de don Léon, un des huit frères Altolaguirre, enfant de cette famille proche des Belgrano qui sert Dieu et le roi entre Potosí, Buenos Aires et Cadix.

34Vers 1805, don Léon se déplace en Espagne, après avoir passé une dizaine d’années comme commandant des garde-côtes (resguardo) de Montevideo. Jusqu’à cette date il avait réussi à amasser une petite fortune grâce à sa participation à la contrebande entre le Río de la Plata, le Brésil et l’Afrique, alors que la répression était la principale mission du corps qu’il commandait. Il bénéficie aussi d’une partie des marchandises confisquées qui revenaient aux officiers y participant. Et la complémentarité entre ces deux aspects renvoie aux mécanismes sur lesquels repose le fonctionnement d’une partie de l’administration locale, mais dont l’analyse dépasse les objectifs de ce texte. En tout cas, grâce à son rôle, il dépose une partie importante de sa fortune dans l’une des branches (ramos particulares ajenos) des caisses royales de Buenos Aires. Arrivé en Espagne, il réside d’abord à Cadix où se trouve un de ses frères, officier de la marine espagnole. Mais il s’installe ensuite à Madrid où il cherche à décrocher auprès de la Cour une position dans les finances royales.

  • 20 Archivo Général de Indias (AGI), Buenos Aires 617A.

35Il est occupé à ces expédients lorsque l’entrée des armées napoléoniennes le surprend. Face à ces évènements, il réagit suivant la logique qui l’avait toujours inspiré, il se force à servir la Junta Central dans l’organisation de sa résistance à l’occupation française. Il réussit à se placer comme interlocuteur, présente des rapports sur la situation au Río de la Plata et, enfin, il fait don d’une partie de sa fortune. Sans doute que ses convictions politiques complètent ici l’espoir d’une récompense. Quoi qu’il en soit, pour assurer le transfert des 100.000 reales offerts, il livre un ordre de payement (libranza) sur ses propres fonds déposés dans les caisses royales de Buenos Aires. Mais, dans la situation désespérée où se trouvent les finances locales, la dite libranza n’avait, de toute évidence, aucune chance d’être compensée sans l’intervention de ses contacts à Buenos Aires. Et c’est ainsi qu’en juin 1808 le vice-roi Liniers reçoit une lettre du ministre des finances de la Junta Francisco de Saavedra confirmant les démarches pour assurer le transfert des fonds et ordonne l’organisation d’une cérémonie pour faire l’éloge public du patriotisme de don Léon. Entretemps, ce dernier avait aussi obtenu une charge comme officier du monopole royal de tabac à Buenos Aires20.

36C’est ainsi que Léon Altolaguirre boucle, de façon très épurée, les mécanismes décrits : des configurations relationnelles qui assurent un fort ancrage local et la faculté d’agir à l’échelle de l’empire, des services rendus possibles grâce aux ressources mobilisées au sein de ces espaces de relations interpersonnelles, des grâces et des récompenses qui à leur tour renforcent la position relative à l’intérieur d’un réseau d’acteurs interconnectés.

Liens sociaux et ordre politique

  • 21 Pour la notion de capital spécifique (assets specificity), voir Williamson, Oliver, The economic in (...)
  • 22 Geertz, Clifford, «The Bazaar Economy : Information and Search in Peasant Marketing», in The Americ (...)

37Les exemples présentés montrent le capital social comme des atouts spécifiques21. Cela est bien illustré par les emboîtements de la circulation de faveurs. Mais il est aussi présent derrière les dynamiques politiques. Accéder à des ressources par la médiation ou négocier des allégeances – selon les marges que leur propre réseau confère aux autres – sont des atouts qui ne valent que dans un contexte précis. Préserver ou augmenter un capital spécifique suppose multiplier les liens qui entretiennent ce contexte. Une idée analogue nous donne une clef pour interpréter les mécanismes décrits du service comme fondement des institutions souveraines. Ces mécanismes supposent des acteurs disposés à se faire concurrence pour servir. Mais elle ne forme évidemment pas un marché. On peut par contre l’assimiler à la notion d’économie de bazar de Geertz. Comme lui-même le dit, dans le bazar, « the search for information one lacks and the protection of information one has is the name of the game ». Par conséquent, les deux processus les plus importants sont le marchandage ainsi que la multiplication et la stabilisation des liens. Car ces dernières réduisent la négociation à des proportions gérables. Elle transforme « a diffuse mob into a stable collection of familiar antagonists »22.

  • 23 Dedieu, Jean Pierre, Après le Roi. Essai sur l’effondrement de la monarchie Espagnole, Madrid, Casa (...)

38Ces deux notions sont à rapprocher des analyses que Dedieu présente dans son beau livre sur l’effondrement de la monarchie espagnole. Il conceptualise la monarchie comme une convention. La convention royale qui, comme règle de coordination, repose sur la manifestation du mérite pour obtenir la grâce. Ses pivots sont l’arbitrage et la récompense qui font circuler les grâces23. Cela définit aussi le langage de la négociation avec les communautés politiques, où le rôle des puissants locaux est une fonction de leur capacité d’arbitrer et de récompenser par la circulation de faveurs, tout en étant elle-même une fonction de ses ressources relationnelles, comme on l’a abondamment illustré.

39On peut ainsi reprendre ces idées par rapport au schéma de l’introduction et au matériel présenté pour formuler une approche relationnelle des institutions. L’analyse des réseaux personnels ou égocentrés d’acteurs capables à la fois d’organiser une action très locale et d’intervenir à l’échelle de l’empire permet de saisir l’articulation entre la reproduction de l’ordre institutionnel et la mosaïque d’enjeux personnels qui traverse ces réseaux. Leurs acteurs organisent leurs affaires à l’intérieur de réseaux sociaux dont la coordination est assurée par la construction des hiérarchies politiques, comme le montre la circulation de faveurs à l’échelle atlantique. De son côté, la mobilisation politique se traduit par l’organisation de factions grâce à la mobilisation de ces mêmes réseaux. Ce qui articule la convention monarchique aux mécanismes locaux où le service à la monarchie et la récompense au lignage reproduisent l’honneur et la notabilité comme attributs qui légitiment l’arbitrage à l’intérieur d’un réseau. La convention monarchique donne ainsi sens à la rencontre entre acteurs sociaux et acteurs investis d’autorité dans un même espace relationnel de coopération et conflit.

40Dans l’introduction, j’affirmais aussi que le schéma qui a servi de cadre à cette réflexion était incompatible avec une vision linéaire des mutations institutionnelles. En effet, les mécanismes politiques décrits supposent la reconstitution de la dynamique des bifurcations locales alimentée par le jeu des factions, qui n’a pas été abordé. L’idée est que l’analyse d’une configuration de liens permet de suivre ces bifurcations qui concernent plusieurs aspects : l’adoption de formes alternatives de financement de la guerre ; l’adoption de formes alternatives de représentation ; l’adoption ou non de libertés commerciales, comme ce fut le cas à Buenos Aires à la fin de 1809 ; ou encore le basculement des cités dans l’un ou l’autre des camps rivaux. Et chaque combinaison de ces bifurcations ouvre différentes séquences de dépendances temporelles de construction institutionnelle.

***

  • 24 Blok, Anton, The mafia in a Sicilian Village, 1860-1960, Oxford, Basil Beakwell, 1974.

41Il n’y a pas de clôture à cette réflexion sur l’intérêt de proposer une vision relationnelle des institutions. Le texte cherche surtout à ouvrir un débat. Il est peut être pertinent de rappeler la démarche d’Anton Blok dans son étude sur la mafia sicilienne. Au lieu de partir d’une définition à priori de l’Etat, en l’occurrence le royaume de Naples, dont le phénomène mafieux serait une déviation, il essaye d’expliquer l’émergence de cette forme de médiation violente dans la suite de l’effondrement du régime des Bourbon, par la reconstruction des liens qui traversent les groupes et les segments sociaux. Cela modifie notre vision des institutions, qui comprend ainsi la mafia elle-même. Il n’est pas inutile de rappeler les mots de Elias qui ouvre son étude : « les interdépendances non délibérées des êtres humains sont sous-jacentes à toutes leurs interactions intentionnelles » (Underlying all intended interactions of human beings is their unintended interdependence)24.

Haut de page

Notes

1 Voir les articles réunis par Bertrand, Michel, Sandro Guzzi-Heeb et Claire Lemercier dans le volume monographique ‘Análisis de redes e historia: herramientas, aproxima-ciones, problemas’, in Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, Vol 21 (2011), http://revistes.uab.cat/ojs-redes/redes/issue/view/38; pour une vision des débats dans les années ’90 : Moutoukias, Zacarias, «Narración y análisis en la observación de vínculos y dinámicas sociales: el concepto de red personal en la historia económica y social», in Bjerg, María et Hernán Otero eds., Inmigración y redes sociales en la Argentina moderna, (Tandil: CEMLA/IEHS, 1995) p. 169-212 ; Dedieu, Jean-Pierre et Zacarias Moutoukias, Introduction : « L’approche de la théorie des réseaux sociaux », in Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, (Paris : Editions du CNRS, 1998) ; p. 7-30. Bertrand, Michel, Zacarias Moutoukias et Jacques Poloni-Simard, El análisis de los grupos sociales: balance historiográfico y debate crítico, numéro spécial de Anuario/Iehes, nº 15, Tandil, 2000.

2 Avner Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy: Lessons from Medieval Trade (Cambridge: Cambridge University Press, 2006); Geoffrey Hodgson, «What are institutions?», Journal of Economic Issues, 40, no. 1 (March 2006): p. 1-25; John Searle, «What is an institution?», Journal of Institutional Economics , 1 (2005): p. 1-22. North D., Wallis J.J. et Weingast B. R., Violence et ordres sociaux, Paris, Gallimard, 2010. Elias, Norbert, Qu'est-ce que la sociologie ?, Paris, Aube, 1981 (1ère éd. en allemand, 1970).

3 Bertrand, Michel, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999. Karen Barkey, « Trajectoires impériales : histoires connectées ou études comparées ? », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 54-4bis, 2007, p. 90-103 ; Idem, Empire of Difference :The Ottomans in Comparative Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

4 Dedieu et Moutoukias, « L’approche … », op. cit., p. 7 ; de sa longue liste de travaux, je cite seulement deux titres qui me semblent les plus proches de cette question : Imízcoz, José María, «De la comunidad a la nación: élites locales, carreras y redes sociales en la España moderna (siglos XVII-XIX)», in Imízcoz (dir.), Elites, poder y red social. Las élites del País Vasco y Navarra en la Edad Moderna, Bilbao, 1996; Imízcoz, José Maria et R. Guerrero, «A escala del Imperio. Familias, carreras y empresas de las elites vascas y navarras en la Monarquía borbó-nica», in Imízcoz (dir.), Redes familiares y patronazgo. Aproximación al entramado social del País Vasco y Navarra en el Antiguo Régimen (siglos XV-XIX), Bilbao, Universidad del País Vasco, 2001; voir aussi Imízcoz Beunza, José María et Lara Arroyo Ruiz, «Redes sociales y correspondencia epistolar. Del análisis cualitativo de las relaciones personales a la reconstrucción de redes egocentrada», in Redes, volumen cité, http://revista-redes.rediris.es

5 Moutoukias, Zacarías, «Las formas complejas de la acción política: justicia corporativa, faccionalismo y redes sociales (Buenos Aires, 1750-1760)», in Jahrbuch für Geschichte von Staat, Wirtschaft und Gesellschaft Lateinamerikas, vol 39: p. 69-102, Cologne-Weimar-Vienne, 2002.

6 La correspondance de Belgrano se trouve aux Archivo General de la Nación – Buenos Aires (AGN), Casavalle liasses 16, 17 et 18. Etant donné le type d’exploitation de ce matériel, j’essaye d’éviter une multiplication excessive des références. Enrile à Belgrano, 1779-1782, AGN, Casavalle 16 et 17.

7 Sánchez a Belgrano, 1780-1790, AGN, Casavalle 17 et 19. Pour l’ensemble de l’activité de ce négociant, voir Gelman, Jorge, De mercachifle a gran comerciante. Los caminos del ascenso en el Río de la Plata colonial, La Rabida, Universidad Internacional de Andalucía, 1996.

8 Cabrera à Belgrano, 17/11/778, AGN, Casavalle 16.

9 Cecilia Paz à Belgrano, Buenos Aires, 31/III/1781 et Montero à Belgrano, Buenos Aires, 28/III/1784, AGN, Sala VII, Casavalle 16.

10 Comme cet étudiant en droit à Santiago du Chili, qui demande un soutien financier pour finir ses études « … si difficiles en pays étranger… », Fernández à Belgrano, Santiago du Chili, 02/I/1783, AGN, Sala XVII, Casavalle 18.

11 Gelman, De mercachifle… », op. cit., p. 144.

12 Les nombreux exemples de ce genre d’interventions concernent parfois des médiations assez complexes. En 1775, agissant par délégation du Cabildo de Córdoba, Belgrano obtient qu’un certain Fabro, officier de finances royales à Madrid, accepte d’entreprendre des démarches à la Cour. Pour cela, ce sont les agents de Belgrano à Cadix qui doivent transférer les fonds nécessaires. Fabro à Belgrano, Madrid 09/08/1775, AGN, Casavalle 16.

13 Belgrano à Belgrano, Córdoba 5/XII/1786, AGN, Sala VII, Casavalle 16.

14 Belgrano et Basavilbaso sont en affaires depuis les années 1760. Ils deviennent compères en 1761 (Basavilbaso est le parrain de Carlos José Belgrano). Dans les années 1780, Basavilbaso est assisté dans le négoce des cuirs par les agents de Belgrano au Brésil et Montevideo, grâce aux recommandations de ce dernier.

15 Moutoukias, Zacarias, «Gobierno y sociedad en el Tucumán y Rio de la Plata, 1550-1800», in E. Tandeter (dir), Nueva Historia Argentina, vol. II, Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 2000; Ídem., « Networks, Coalitions and Unstable Relationships: Buenos Aires on the Eve of Independence » in Roniger & Herzog, (eds), The Collective and the Public in Latin America: Cultural Identities and Political Order, Sussex Academic Press, 2000; Idem, « Réseaux personnels et autorité coloniale: les négociants de Buenos Aires au XVIIIe siècle », in Annales, ESC, nº 4-5, Paris 1992; Ídem., «Cultura política, crisis imperial y conflictos locales: las premisas de la construcción de un orden económico republicano en el Río de la Plata», in, Anuario/IHES, Vol. 25, 2011, numéro spécial consacré au bicentenaire des indépendances, Tandil, 2011. Sur les invasions anglaises et le rôle de Liniers et Alzaga, ainsi que sur les relations entre la cour portugaise au Brésil et le Río de la Plata : Halperín Donghi, Tulio, Revolución y Guerra. Formación de una elite y dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, Siglo XXI, 1971; voir aussi, Roberts, Carlos, Las Invasiones Inglesas del Río de la Plata (1806 – 1807) y la influencia inglesa en la independencia y organización de las Provincias Unidas, Buenos Aires, Peuser, 1937; Gallo, Klaus, De la invasión al reconocimiento: Gran Bretaña y el Río de la Plata, 1806-1826, Buenos Aires, A-Z, 1996; Segreti, Carlos, Un caos de intrigas. El Río de la Plata, 1808 – 1812, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1997. Et le procès de Martin de Alzaga, Archivo General de la Nación, Buenos Aires, Sala IX, 23-4-1 et 23-4-2.

16 Halperín Donghi, Tulio, Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791 – 1850), Buenos Aires, Editorial Belgrano, 1982, p. 73-100.

17 Archivo Général de Indias (AGI), Buenos Aires 617B.

18 AGI, Buenos Aires, 484.

19 Les actes de mariage ont été publiés par Jauregui Rueda, Carlos, Matrimonios de la catedral de Buenos Aires, 1747 – 1823, Buenos Aires, Fuentes Genealógicas e Históricas Argentinas, 1989.

20 Archivo Général de Indias (AGI), Buenos Aires 617A.

21 Pour la notion de capital spécifique (assets specificity), voir Williamson, Oliver, The economic institutions of capitalism: firms, market, relational contracting, New York-London, The Free Press-Macmillan, 1889, chap II.

22 Geertz, Clifford, «The Bazaar Economy : Information and Search in Peasant Marketing», in The American Economic Review, Vol. 68, N 2, Papers and Proceeding of Ninetieth Annual Meeting of the American Economic Association, May, 1978, p. 28-32.

23 Dedieu, Jean Pierre, Après le Roi. Essai sur l’effondrement de la monarchie Espagnole, Madrid, Casa de Velázquez, 2009.

24 Blok, Anton, The mafia in a Sicilian Village, 1860-1960, Oxford, Basil Beakwell, 1974.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Solicitations et allégeances entre Cadix, Salta et Buenos Aires
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/592/img-1.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Figure 2 : Correspondants de Belgrano en Espagne et ses liens avec d’autres correspondants en Amérique et en Espagne
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/592/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zacarias Moutoukias, « Des liens sociaux à l’ordre politique : réflexions pour une approche relationnelle des institutions », Caravelle, 101 | 2013, 111-132.

Référence électronique

Zacarias Moutoukias, « Des liens sociaux à l’ordre politique : réflexions pour une approche relationnelle des institutions », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/592 ; DOI : 10.4000/caravelle.592

Haut de page

Auteur

Zacarias Moutoukias

Université de Paris Diderot – Paris 7

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org