Navigation – Plan du site
Sociabilités d'Amérique latine

Sur la falaise

Présentation
Michel Bertrand et Thomas Calvo
p. 9-18

Notes de l’auteur

Ce titre est moins pessimiste que celui de Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’Histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998.

Texte intégral

1Depuis une quarantaine d’années, l’étude des sociétés dans l’espace latino-américain, tant coloniales que post coloniales, a connu un profond renouvellement des approches, des méthodes, des questionnements. Dans les années 60 et 70 du XXe siècle prédominait une approche de type structural de cet objet d’histoire. La reconstruction du social était influencée soit par le modèle développé dans l’historiographie française par E. Labrousse et ses disciples, soit, plus directement, par l’approche marxiste du social. Les catégories sociales mobilisées pour mener à bien ces analyses recoupaient fondamentalement les catégories socio-professionnelles. A l’époque où, en France, les historiens étudiaient les « milieux populaires », tant urbains que ruraux, ou les « bourgeois » de Paris, l’historiographie américaniste s’intéressait aux mineurs et aux commerçants de Guanajuato ou, pour ce qui est des milieux populaires, aux Indiens de telle ou telle communauté, recoupant ou superposant de fait catégories socio-ethniques et catégories socioprofessionnelles. Comme il se doit, tout ceci dans un cadre géographique précis : en la matière les travaux de Charles Gibson, dans les années 1950, furent pionniers.

  • 1 L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours, Paris, P.U.F., éd. 1993, p. 284.

2Certes les apports de l’ethnohistoire et de l’anthropologie historique avaient contribué à renouveler l’approche des réalités sociales américaines en introduisant une plus grande nuance et surtout une approche plus dynamique des faits sociaux par le recours en particulier aux concepts d’acculturation – aujourd’hui, on préférerait transculturation, moins unilatéral –, d’ethnogénèse ou même d’identité qui bousculaient les reconstructions sociales alors prédominantes…. Il n’empêche : le bilan historiographique que dresse F. Chevalier, dans une somme qui rend précisément compte de l’analyse des sociétés latino-américaines au cours des années 60-70, confirme que le regard prédominant reste bien celui élaboré à partir du modèle structuraliste. A propos de ces sociétés traditionnelles observées au moment de la transition entre les époques coloniale et postcoloniale, il affirme qu’elles « étaient formées, non pas d’individus ou de « citoyens » mais essentiellement d’acteurs collectifs. Il s’agissait d’ordres et de corps socioprofessionnels (…) très hiérarchisés »1.

3C’est bien cette approche prédominante qui est progressivement battue en brèche dans le cadre de ce que l’on a qualifié comme la « crise de l’histoire » pour reprendre l’expression de G. Noiriel. En guise de crise, il ne s’agissait en réalité que de la remise en cause d’un modèle historiographique jusqu’alors prédominant, voire exclusif. Ce « tournant historiographique » associait au moins trois innovations : la prise en compte de divers niveaux d’analyses en validant notamment l’échelon micro face aux seules approches macro-sociales considérées jusqu’alors comme pertinentes ; l’introduction des nouvelles variables dans l’analyse de la structuration du social permettant de reconstituer les groupes sociaux ; le souci de passer d’une reconstruction des seules structures sociales à la prise en compte des dynamismes qui les affectent.

4Dit encore d’une autre façon, il fallait passer des « corporations », pour présentes et utiles qu’elles soient dans le tissu historique, aux liens liant les individus à ces institutions, ou entre eux. Il ne fait pas de doute que les sociétés hispaniques américaines ont plus durablement et plus fermement que d’autres tissé des liens multiples qu’il s’est agi, depuis quelques décennies, de faire resurgir de diverses manières, à travers les réseaux – ici l’Amérique hispanique offre des perspectives d’analyse particulièrement riches. Et cela dès les premières traces documentaires elles-mêmes : la justice fut la source de légitimation majeure dans la Monarchie – et ses gisements sont d’une grande éloquence – ; les archives de l’Inquisition, ou encore celles de Bienes de difuntos permettent une approche sans égale de l’individu.

5Même si l’historien répugne parfois à discourir sur certains de ses instruments les plus techniques, il faut ici souligner que l’utilisation de l’informatique, des bases de données depuis les années 1990-2000, est un apport essentiel. Les sociétés de l’Empire hispanique, ensuite celles des XIX-XXe siècles, sont à cheval sur plusieurs continents, ou du moins ce qui est aujourd’hui une vingtaine d’Etats latino-américains. Le mouvement brownien des migrations, les situations familiales transocéaniques, les transferts politiques, idéologiques, demandent des approches documentaires dilatées dans ce vaste domaine géographique, qu’aujourd’hui la globalisation du virtuel – elle peut avoir du bon – met enfin à portée de l’historien américaniste.

6Una autre fait matériel qui a permis depuis quelques décennies un renouvellement de l’historiographie latino-américaine est l’ouverture, ou la mise à disposition des historiens, de fonds d’archives jusqu’ici peu ou pas accessibles, ceux de l’Eglise notamment. C’est ainsi que des recherches sur les chapitres cathédraux, institutions essentielles, ont pu être conduites ou sont en cours (Valladolid de Michoacán actuelle Morelia, Mexico). Le simple transfert des archives de l’alcaldía mayor de Villa Alta, depuis la montagne zapotèque à la ville de Oaxaca a favorisé la publication, ces dix dernières années, de cinq livres, au Mexique, aux Etats-Unis, en France, où société politique, anthropologie religieuse et microstoria à l’italienne se marient heureusement. On aurait du mal à rencontrer un équivalent sous les latitudes européennes.

7En d’autres termes, c’est à une vision plus souple, plus fluide, plus complexe parce que plus individualisée et parfois distendue des espaces, des identités et des appartenances, jusqu’alors prioritairement fondée sur la dimension socio-économique et socioprofessionnelle que s’ouvre l’histoire sociale et à laquelle nous invitent ces perspectives renouvelées.

8C’est de ces nouvelles approches du social que voudrait témoigner ce dossier conçu conjointement et publié simultanément par les revues Caravelle et Relaciones. Le renouvellement historiographique a été si profond et si vaste qu’un seul dossier de numéro de revue n’aurait su en rendre compte. Aussi, et afin d’élargir le champ de l’analyse proposée, il nous a semblé pertinent d’associer ces deux revues américanistes, l’une française, l’autre mexicaine, dans l’élaboration de cet ambitieux numéro. Les dossiers qu’elles publient simultanément nous permettent d’offrir une vision aussi ample que possible de ce « tournant »2 historiographique ayant affecté l’histoire sociale américaniste, même s’il n’en est pas moins très loin d’une quelconque exhaustivité, à laquelle il ne prétend d’ailleurs pas.

9Ce dossier conjoint, qui en associant les deux dossiers que publient chacune de ces revues les rend complémentaires, se propose plutôt d’offrir une palette représentative des champs de recherche défrichés ces dernières années par les historiens américanistes s’intéressant à la question sociale dans toute son ampleur et sa diversité. Dans cette optique Caravelle – dans son n° 101 – a choisi de proposer des contributions illustrant les renouvellements observés dans l’étude des sociabilités. De son côté Relaciones – dans son n° 139 (été 2014) – a fait plutôt le choix de textes illustrant la transposition depuis l’anthropologie ou la sociologie à l’histoire de l’approche en termes de parcours de vie.

10Le dossier que propose Caravelle sur les sociabilités revisite une thématique qui eut son heure de gloire à compter des années 1960. Son émergence alors traduisait une évolution importante des problématiques développées par l’histoire sociale alors prépondérante. Longtemps l’expression même de « sociabilité » n’était d’ailleurs pas vraiment utilisé, les historiens lui préférant plutôt celle, plus générale, de « relations sociales ». La catégorie d’analyse était par contre bien plus fréquemment utilisée par les sociologues qui, de Georg Simmel à Norbert Elias en passant pas George Curvitch, y recourraient abondamment dans leur souci commun de comprendre, depuis Dukheim et Weber, les modalités de construction et de structuration des liens sociaux. Chez les historiens, la conjonction de la domination de l’école des Annales et de la théorie marxiste facilita de fait la domination d’une approche large des relations entre individus abordées essentiellement à travers le prisme du cadre que constituent les « groupes sociaux », ces derniers étant alors avant tout définis à partir de critères de nature socio-économique. Dans un tel contexte historiographique, l’analyse des relations sociales ainsi mobilisée durant plusieurs décennies renvoyait donc très clairement à une approche structurelle du social. C’est par le biais de l’histoire sociale du politique et de ses représentations que la catégorie de sociabilité effectue son entrée dans champ historique. Dans cette découverte par la corporation historienne, deux historiens ont sans doute joué un rôle important : M. Agulhon et Y. Castan. Sans l’avoir probablement lu – la traduction en français des deux principaux ouvrages du sociologue allemand est postérieure à la publication de leurs ouvrages respectifs dans lesquels ils mobilisent largement la catégorie de sociabilité… – leurs réflexions n’en rejoignent pas moins celles du sociologue Norbert Elias. Pour ce dernier, les liens sociaux fonctionnent d’abord comme des relations de pouvoir, conception dont il tire l’importante conséquence de l’interdépendance des acteurs sociaux et la conception « configura-tionelle » du jeu social qu’il illustre avec l’image des joueurs de cartes.

11C’est bien cette nouvelle conception des liens sociaux qui est associée à la catégorie de sociabilité. Elle ouvre la possibilité de concevoir les groupes sociaux comme autant d’acteurs collectifs constitués d’individus reliés entre eux. Elle permet surtout d’appréhender des « chaînes d’interdépendance » qui donnent naissance à de nouvelles configurations sociales, différentes des groupes sociaux traditionnels, dont les « réseaux de sociabilité » sont l’expression la plus fréquemment retenue comme catégorie d’analyse.

12Le dossier de Caravelle sur les sociabilités propose d’en aborder trois dimensions. La première les étudie à travers le prisme du contexte familial. A partir d’une démarche relevant de l’anthropologie historique, Juan Pablo Ferreiro et Federico Fernández explorent, pour la première moitié du XIXe siècle, les principaux dispositifs de construction de la parenté, tant réelle que symbolique, dans le Valle Grande de la province de Jujuy. Dans cette région marginale et relativement isolée des Andes argentines, connue de longue date pour son haut degré d’alliances endogames, les auteurs mettent en évidence une autre des modalités de la construction relationnelle : l’interaction entre stratégies matrimoniales et de compérage parmi des individus et/ou des groupes familiaux identifiés par leurs patronymes appréhendés dans des relations séquentielles. La démarche proposée par les auteurs met en évidence des modalités relationnelles et l’établissement de liens de sociabilités qui, sans elle, resteraient peu visibles car absents de toutes les sources disponibles.

13La contribution de Laura Machuca étudie quant à elle le devenir de l’une des familles les plus puissantes de la péninsule yucatèque à la fin du XVIIIe siècle. Cet ample clan familial offre un excellent exemple de l’importance décisive, pour ces puissantes familles, de la constitution et de la mobilisation d’un capital relationnel, tout spécialement au moment de faire face à l’accusation d’avoir été l’instigateur moral de l’assassinat du gouverneur. L. Machuca reconstitue ainsi dans son texte l’ensemble des liens sociaux – professionnels d’abord, et notamment commerciaux puisque le fondateur de la dynastie fut un commerçant à succès – mais surtout matrimoniaux, dont elle souligne le rôle dans leur processus d’ascension sociale. Il est vrai qu’avec quinze rejetons à « placer » sur le marché du mariage, dont sept filles, les possibilités étaient nombreuses. Dans la mise en œuvre de véritables stratégies paternelles au service du renforcement de la position acquise, on observe la recherche d’alliances relativement diversifiée vers des composantes sociales variées. Il faut croire que cette ouverture d’esprit paternel – qui n’est cependant pas exceptionnelle comme en témoignent d’autres études sur les stratégies matrimoniales des membres de l’élite en cette fin de XVIIIe siècle – fut concluante : à la fin du siècle, deux frères se trouvent simultanément siéger au cabildo de Mérida, signe manifeste de l’intégration du clan familial dans l’élite locale.

14La contribution d’Eduardo Madrigal prolonge la précédente de deux façons : s’inscrivant dans l’espace urbain de Cartago au Costa Rica, elle étudie comme elle les stratégies relationnelles des membres de l’élite urbaine, mais elle choisit de le faire pour la période postérieure correspondant à celle de la crise politique des indépendances. S’inscrivant dans le droit fil de l’intérêt renouvelé pour l’étude du politique, E. Madrigal construit sa réflexion sur des interrogations relatives au rôle et au fonctionnement social des élites urbaines dans un contexte débouchant sur la rupture de l’ordre colonial. Quelle fut l’attitude de ces élites face à l’effondrement d’un système dont elles avaient été les principales bénéficiaires durant plus de 300 ans ? Au-delà de la question, essentielle, du renouvellement social interne du groupe en lien avec cette crise politique, c’est aussi une interrogation sur la mobilisation du capital, matériel et relationnel, de ces familles au service de leur capacité à franchir l’obstacle qui est ici abordée. Ce que démontre E. Madrigal, c’est combien leurs stratégies relationnelles, en lien et au service de leurs intérêts économiques, contribuent à asseoir les bases de la société costaricienne contemporaine.

15La réflexion d’E. Madrigal relative aux stratégies familiales dans un contexte relevant de l’ordre politique sert aussi de transition à la deuxième partie du dossier consacrée, précisément, à l’étude du pouvoir abordé sous le prisme des sociabilités. La contribution de Zacarias Moutoukias propose une contribution à double détente, à la fois théorique et étude de cas, relative à une approche relationnelle des institutions. S’appuyant sur certains travaux ayant mobilisé ce type d’analyse, il pose deux questions essentielles à notre compréhension du processus de la crise politique de l’empire espagnol de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, à savoir : qu’est-ce qui fait tenir des empires ? Et quelles dynamiques, tout spécialement relationnelles contribuent à la transformation des ordres politiques et institutionnels dans ces cadres impériaux ? A partir de son terrain platense, Z. Moutoukias met d’abord en évidence l’importance, pour ces marchands porteños, de la circulation atlantique des services et des faveurs. Elle s’inscrit dans des trames relationnelles particulièrement complexes : sans véritable surprise, ces échanges se combinent avec la parenté, l’amitié et les relations affaires. La crise de la vice-royauté du Rio de la Plata ouverte avec les tentatives d’occupation militaire de Buenos Aires par les Anglais en 1806 et 1807, dévoile avec une intensité particulière le rôle politique de ces configurations marchandes égocentrées. Les exemples étudiés illustrent les emboîtements de cette circulation des faveurs : l’analyse des réseaux personnels d’acteurs agissant à divers niveaux, locaux comme impériaux, permet à Z. Moutoukias de saisir la reproduction et l’articulation de l’ordre institutionnel à la mosaïque des enjeux personnels qui traverse ce dernier.

16Pour une période plus ancienne et faisant au contraire le choix inverse à celui de la proximité relationnelle, Dario Barriera réfléchit à la question de la distance sociale appliquée aux juges des audiences américaines. Il se propose de penser, en termes de tensions fonctionnelles, la distance sociale dans les modes de fonctionnement de l’administration judiciaire en Amérique. Son propos est de situer la place accordée à cette distance dans la pratique du gouvernement de ces provinces lointaines du centre impérial pour la période des Habsbourg. A cette époque, la recherche d’une « bonne justice » exige une véritable construction de la distance entre juges et justiciables. Cette dernière passe d’abord par la mise en place d’une législation qui matérialise cette distance en interdisant toute proximité relationnelle entre les uns et les autres. Dans le champ judiciaire, elle fait prévaloir la valeur du secret comme garantie de la distance recherchée. Enfin, dans le champ culturel, symboles, langages et codes contribuent eux aussi à construire une telle distance conçue comme la garantie de l’impartialité judiciaire. D. Barriera tire de son analyse une importante conclusion relative à la conception même de la justice pour les XVIe et XVIIe siècles et de son exercice qui va sans doute bien au-delà du seul cas américain : la distance physique entre le juge et le justiciable est inversement proportionnelle à l’élaboration de la distance sociale qui les sépare.

17Avec la contribution d’Evelyne Sanchez, on quitte l’univers politique colonial pour aborder celui de la Révolution mexicaine. A partir de l’étude des relations héritées et construites par un leader agraire issu d’une communauté métisse du Mexique central, elle revient sur la question de l’irruption de la modernité des liens dans le contexte de la réaffirmation des pueblos et de leur reconnaissance juridique en tant que collectif pendant et après la révolution mexicaine. La reconstruction du parcours de Marcelo Portillo lui permet de s’interroger sur le rôle joué par le réseau d’obligés qu’il se constitua dans le cadre de ses fonctions locales de responsable de la distribution des terres de plusieurs haciendas. Par ce biais il entreprit une carrière au sein d’un parti politique qui l’amena, dans les années 1920, à devenir député fédéral. Dénoncé pour de nombreux abus, dont trois crimes, il réussit systématiquement à échapper à la justice grâce à la mobilisation de ses appuis politiques au sein de la direction de son parti à Mexico. Les solidarités parallèles créées entre les membres du parti déplacent ainsi celles que les structures traditionnelles – l’assemblée de communauté notamment – peinaient à faire respecter. A travers cette approche relationnelle de l’exercice du pouvoir issu de la Révolution, c’est bien la question de la modernité de cette dernière qui se trouve posée : loin d’éradiquer le pouvoir caciquil traditionnel, les partis politiques issus de la révolution semblent bien au contraire, sinon le réintroduire, en tout cas s’en accommoder.

18La dernière partie du dossier aborde enfin la question des sociabilités sous l’angle des liens ethniques. Les deux contributions d’Elsa Caula et de Bernd Hausberger l’étudient pour une même composante « ethnique » de l’élite coloniale, à savoir le monde basque. Ces textes soulignent à la fois l’importance de discours identitaires en lien avec des pratiques relationnelles destinées à la fois à construire et à entretenir cette dimension identitaire. E. Caula s’intéresse en particulier à la maison de commerce de Martin de Alzaga, celui-là même dont Z. Moutoukias a étudié la mobilisation des réseaux dans le cadre de la crise politique postérieure à 1806. Elle y analyse les mécanismes relationnels mobilisés au service d’une activité commerciale qui lui permet d’articuler cette maison de commerce du Rio de la Plata aux circuits mercantiles intégrés à l’économie coloniale et atlantique. De son côté, B. Hausberger se saisit d’une crise locale qui, au début du XVIIe siècle, vit s’affronter à Potosi les mineurs d’origine basque aux autres, qu’il s’agisse de Créoles ou d’Espagnols non basques. Ce conflit, connu dans l’historiographie andine sous le nom de guerre des « vascongados y vicuñas », lui sert de prétexte pour explorer les mécanismes de pouvoir mobilisés par ces colons qui partageaient les mêmes origines basques. A cette fin il associe la dimension ethnique, comprise au sens wébérien du terme, et la dimension relationnelle à travers le rôle joué par la confrérie consacrée au culte de N.D de Aránzazu. Les deux cas étudiés soulignent l’importance dans ces configurations relationnelles du rôle joué par le « paisanaje » associé à un discours assimilant la « nation » basque à un lignage. L’un et l’autre permit à ses membres de se retrouver dans des positions de domination dans les secteurs économiques le plus porteurs des régions où ils se retrouvent : la mine à Potosi pour les XVIe et XVIIe siècles, le commerce à Buenos Aires pour le XVIIIe siècle. Dans les deux cas, dans des contextes totalement différents et pour des époques qui ne le sont pas moins, la même force des liens construits sur des bases ethniques leur garantit une présence qui va bien au-delà de ce que leur poids numérique réel pouvait leur garantir. En ce sens, pratiques économiques, discours identitaires et sociabilités ethniques se conjuguent au service de parcours individuels solidement étayés sur des alliances matrimoniales et solidarités de « paisanaje ». L’ensemble rend possible la construction de solides y durables configurations relationnelles dont l’un des atouts n’est autre que leur adaptabilité à des conjonctures politiques mouvantes et souvent conflictuelles.

  • 3 Le dossier a été coordonné par Gabriel Torres Puga.

19Relaciones se souvient que son fondateur, Luis González fut aussi l’inventeur du terme « micro histoire », et c’est donc davantage dans cette direction qu’elle se tourne ici. Il est vrai que depuis 1968, date de Pueblo en vilo, beaucoup d’eau a coulé, en particulier avec la microstoria. Sans oublier le renouvellement de l’histoire (et la sociologie) politique – ici Francois Xavier Guerra a une grande place –, d’une dérive de la démographie historique, le tout ayant favorisé les histoires – pourquoi pas récits ? – et autres parcours de vie.3

  • 4 «Un canónigo al servicio de la Real Hacienda. Los oficios de Luis Zerpa en los tiempos de la fiscal (...)
  • 5 «Voces del convento. Las primeras autobiografías conventuales en la Nueva España».

20Cette démarche retrouve bien entendu les lignes de force traditionnelles – qui en douterait ? – déja mises à jour par l’historiographie structuraliste pour cet espace, à savoir l’alliance du sabre et du goupillon : ainsi l’article de Juvenal Jaramillo sur le chanoine Luis Zerpa4 qui fut aussi officier de finance du Roi, à la fin du XVIIIe siècle – et d’une facon générale l’omniprésence de l’Eglise. Zerpa, bien sûr, mais aussi les religieuses qui vivent confinées dans leur couvent, qui à travers leurs autobiographie témoignent et s’échappent en pensée (« Quiera Dios que yo pueda escribir todo lo que me falta », écrit l’une d’elles au XVIIe siècle) – nous renvoyons à l’article de Doris Biñeko de Peralta.5

  • 6 «Individuos sospechosos: microhistoria de un eclesiástico criollo y de un cirujano francés en la ci (...)

21Bien sûr les coutures craquent de plus en plus, et si l’Eglise est (encore) vers 1800 la voie royale pour une belle carrière, elle garantit de moins en moins une existence tranquille et des pensées orthodoxes : le cas du jeune ecclésiastique créole Juan Antonio Montenegro et du chirurgien français Jean Durrey, étudiés par Gabriel Torres Puga nous le révèle.6 Mais l’Inquisition, est toujours là, comme la statue du Commandeur, et elle saura en 1794 prendre au collet Juan Antonio « hereje formal, indiferentista, tolerante, imbuido en las pestilentas máximas de la furiosa Convención francesa ». Chaque mot ici est lourd de sens, mérite un travail au canif, qui est celui que permet la démarche actuelle.

  • 7 Article de Estela Roselló Soberón, «La madre Chepa: una historia de fama femenina en el puerto de V (...)

22Il est des destins encore plus modestes, mais enserrés eux aussi dans l’idéologie et les comportements dominants, comme c’est le cas de la Mère Chepa, du port de Veracruz, vers 1720. Elle sut se construire un espace visible dans sa société, multipliant les signes extérieurs de notabilité et une activité intense comme sage-femme, guérisseuse, entremetteuse.7 Ce sont là des destins communs dont il nous reste encore à mesurer l’exemplarité dans le cadre de cette société d’Ancien Régime, flexible au-delà des schémas établis. Et cela même au XVIIIe siècle, lorsque probablement – c’est une hypothèse – s’installe une certaine rigidité, ou du moins son apparence. Là encore, c’est par ce biais des parcours de vie que de telles perspectives pourront être éclairées.

  • 8 «Las identidades plurales de José Agustín Saucedo (alias Santa María, alias Pedro Martínez) (1751-1 (...)

23Bien entendu, volonté de fermeture ou non, il reste toujours des interstices par où se coulent des personnalités plus éveillées que d’autres, c’est ce que veut nous faire partager Raffaele Moro, évoquant les destins multiples de José Agustín Saucedo,8 entre ethnies – indien, espagnol ou mulâtre ?– et espaces (de Mexico aux frontières du Nord), toujours un peu menteur (picaro), et « au demeurant le meilleur fils du monde », comme dirait Clément Marot. A nouveau, flexibilité, fluidité viennent à l’esprit. Tout ceci n’est pas neuf en soi, déjà Cervantès écrivait que les Indes étaient tout à la fois « común refugio de los pobres generosos » et « engaño común de muchos y remedio particular de pocos ». Cette fois on nous le dit à travers une autre littérature.

24Finalement, l’ensemble du dossier de Relaciones se situe au Mexique (Nouvelle Espagne) puisque c’est là sa matria comme aurait dit Luis González et il s’étend essentiellement sur le XVIIIe siècle. C’est indéniablement des circonstances qu’il faut avoir présentes à l’esprit et solliciter des travaux comparatifs. Cela a déjà été dit : on ne prétend aucunement éclairer tout l’édifice colonial, simplement ces incursions au cœur d’une société la dévoilent sur certains de ses versants, les plus libres, les plus inattendus. Plus tard, il faudra revenir à une autre démarche, renouer ces fils avec les engrenages corporatifs et associatifs, qu’ils soient civils, religieux ou simplement privés : ainsi l’individu aura sa vraie dimension, à sa bonne place.

Haut de page

Notes

1 L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours, Paris, P.U.F., éd. 1993, p. 284.

2 Au sens que B. Lepetit accorde à cette expression. Voir à ce propos: « Histoire et sciences sociales : un tournant critique ? », Annales ESC, n° 6, 1989, p. 1317-1323.

3 Le dossier a été coordonné par Gabriel Torres Puga.

4 «Un canónigo al servicio de la Real Hacienda. Los oficios de Luis Zerpa en los tiempos de la fiscalidad borbónica».

5 «Voces del convento. Las primeras autobiografías conventuales en la Nueva España».

6 «Individuos sospechosos: microhistoria de un eclesiástico criollo y de un cirujano francés en la ciudad de México».

7 Article de Estela Roselló Soberón, «La madre Chepa: una historia de fama femenina en el puerto de Veracruz».

8 «Las identidades plurales de José Agustín Saucedo (alias Santa María, alias Pedro Martínez) (1751-1792)».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand et Thomas Calvo, « Sur la falaise », Caravelle, 101 | 2013, 9-18.

Référence électronique

Michel Bertrand et Thomas Calvo, « Sur la falaise », Caravelle [En ligne], 101 | 2013, mis en ligne le 26 août 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/538

Haut de page

Auteurs

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Thomas Calvo

El Colegio de Michoacán

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org