Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giuseppe BELLINI, Idea de la mujer en la literatura hispanoamericana

Intr. J.-J. Martínez/Patricia Spinato Bruschi, Roma, Bulzoni, 2011, 206 p.
Marie-Cécile Bénassy
p. 309-311
Référence(s) :

Giuseppe BELLINI, Idea de la mujer en la literatura hispanoamericana, Intr. J.-J. Martínez/Patricia Spinato Bruschi, Roma, Bulzoni, 2011, 206 p.

Texte intégral

1Peu d’universitaires européens ont autant œuvré pour notre discipline que le professeur Giuseppe Bellini. Il multiplie les publications depuis un demi-siècle. Il est l’un des sorjuanistes les plus connus, il était l’ami de Pablo Neruda, en fait son érudition est immense. Rappelons la Historia de la literatura hispanoamericana, Castalia, 1985, qui a connu plusieurs rééditions. L’année 1977 a déjà vu naître l’importante Storia delle relazioni letterarie tra l’Italia e l’America di lingua spagnola, ouvrage nécessaire pour se persuader que les influences françaises ou anglo-saxonnes ne sont pas exclusives durant les XIXe et XXe siècles.

2Cette fois le professeur se fait plaisir en visitant cette littérature par le biais des femmes. Il faut reconnaître que, parmi les natives de l’Amérique comme parmi les péninsulaires « importées », les figures extraordinaires ne manquent pas, à commencer par Doña Marina la Malinche, la « monja alférez » et Sor Juana Inés de la Cruz. Le livre se présente modestement comme un « ejercicio privado », un « viaje exploratorio » qui se sait incomplet. Il ne défend pas de thèse. La seule conclusion explicite est l’idée que, dans la fiction, les femmes apparaissent bien souvent comme des victimes : depuis le temps des conquistadores jusqu’aux disparitions de Ciudad Juarez, c’est déjà le cas dans la réalité.

3L’auteur passe assez vite sur les premiers chroniqueurs : la matière est immense mais déjà assez étudiée. Christophe Colomb n’est pas bavard sur le physique des indiennes: il a d’autres choses à raconter aux Rois Catholiques que les impressions produites sur l’équipage. On trouve l’opposition entre Las Casas et Gonzalo Fernández de Oviedo, surtout à propos de la figure emblématique de l’indienne Anacaona, et, bien entendu, la défense fervente de la Malinche par Bernal Díaz del Castillo face au silence de Cortés et au mépris appuyé de López de Gómara. On aurait pu en dire davantage sur l’antiféminisme féroce de ce dernier ; c’est à la fin du livre, à propos d’une pièce du Guatémaltèque Carlos Solórzano qu’est mentionnée sa sévérité à l’égard de Doña Beatriz, la femme d’Alvarado.

4Giuseppe Bellini cite ensuite des romances américains qui prolongent l’esprit de ceux de la métropole. Il s’attache surtout à l’épopée où l’on trouve la même exaltation du courage féminin, cette fois chez les superbes héroïnes indiennes de La Araucana d’Alonso de Ercilla. Dans l’Arauco domado de Pedro de Oñate, est célébrée la beauté de l’indienne Fresia avec les métaphores habituelles de l’Ancien Monde. Et dans les Armas antárticas de Juan de Miramontes y Zuázola, sont exaltées tour à tour la beauté de l’Espagnole, de l’Indienne et de l’Africaine. Les longues Elegías de varones ilustres de Indias de Juan de Castellanos ont le mérite de s’attendrir souvent sur le destin tragique des femmes indiennes. D’autres auteurs (trop ignorés) sont également mentionnés. Bien entendu, une place est faite à la poésie lyrique, en particulier la Miscelánea austral et les poétesses péruviennes.

5La moisson est moins riche pour le XVIIe siècle. Dès 1604, la Grandeza mexicana de Bernardo de Balbuena lance le thème de la beauté des femmes de Mexico. Les célèbres liméniennes seront abondamment louées dans le futur, mais au XVIIe siècle, ce sont les satires impitoyables de Mateo Rosas de Oquendo et de Juan del Valle y Caviedes qui retiennent l’attention. On trouve encore plus impitoyable en Nouvelle Grenade/Colombie avec Juan Rodríguez Freyle, auteur du Carnero. Pour lui, la beauté féminine n’est que piège maléfique. Passant enfin à sa vénérée Sor Juana, Giuseppe Bellini ne retient pas le thème bien connu de la revendication de l’instruction pour les femmes ; après avoir évoqué le prestige social de la « Dixième Muse » dans la capitale, il préfère décrire le rôle si positif des personnages féminins dans ses comedias face à celui, peu brillant, de leurs partenaires masculins. Juan Ruiz de Alarcón, né au Mexique, vient tenir compagnie à Sor Juana, et également le meilleur dramaturge péruvien de l’époque, Juan de Espinosa Medrano, el «Lunarejo», qui exalte Jael, héroïne biblique, dans Amar su propia muerte, un auto qui fut représenté chez les jésuites de Cuzco.

6Pour la fin XVIIIe siècle et le XIXe, nous avons d’abord le Lazarillo de ciegos caminantes de Concolocorvo : on y voit critiquée la prospérité des dames de petite vertu dans les villes minières, et, comme il se doit, la beauté des liméniennes a droit à un hommage appuyé. L’austère Andrés Bello trouve le moyen d’écrire aussi des vers d’amour quand il traduit (librement) l’Orlando innamorato de Boiardo dans la version Belli. Le sentiment romantique du Cubain José María de Heredia est fait surtout de douleur. Dans le Martín Fierro de Miguel Hernández, la femme est pleine de bonté et parfois héroïque… mais il faut qu’elle soit blanche. Quant au Mexicain Fernández de Lizardi, dans la Quijotita y su prima, sa doctrine est simple : puisque l’homme est radicalement supérieur à la femme, il est le vrai responsable de l’inconduite de celle qu’il n’a pas su éduquer. Ayons pitié du sexe faible.

7C’est l’héroïne romantique Amalia de l’Argentin José Mármol qui retient toute l’attention malgré les défauts du roman. Mármol est un «adorador de las mujeres» qui sait donner vie à la fois à sa brillante héroïne et à d’autres figures féminines intéressantes. La fameuse Colombienne María de Jorge Isaacs, «flor delicada», est jugée évanescente en comparaison. Suivent les romans cubains, en particulier Cecilia de Cirilo Villaverde qui dénonce résolument le sort réservé aux belles mulâtresses dans la société havanaise. La série se clôt avec le personnage de la riche Clemencia du Mexicain Ignacio Altamirano, «tipo totalmente negativo a pesar de su belleza».

8Le climat est autre avec le fin, spirituel et divertissant Ricardo Palma. Il offre toute la gamme des personnages féminins dans ses Tradiciones peruanas, y compris la fameuse Perrichole, et il immortalise avec respect Manuela Sáenz, la courageuse compagne de Bolivar qu’il a connue dans sa vieillesse. La fin du chapitre est consacrée à plusieurs disciples de Balzac, de Stendhal et de Zola, le plus connu étant le chilien Alberto Blest Gana, auteur de Martín Rivas. Le roman Santa du Mexicain Federico Gamboa (1903) est jugé très inférieur à son modèle Nana. Son auteur n’éprouve pas de réelle sympathie pour la malheureuse héroïne et se complait dans les descriptions scabreuses. A cette frontière de deux siècles, c’est en Argentine, avec Manuel Gálvez, que l’on trouve une réelle dénonciation sociale.

9La richesse du vingtième siècle posait un problème insoluble : l’auteur nous dit bien que seule une minorité d’ouvrages a pu être prise en compte. L’érotisme des modernistes, celui de Rubén Darío au premier chef, ne pouvait pas être omis, pas non plus le rôle clé de la mulâtresse dans la littérature antillaise (ex. Luis Palés Matos et Nicolás Guillén), ni le machisme multiforme d’Alejo Carpentier ou la force de la parole d’Octavio Paz quand il traite de l’amour. Les étapes successives de l’œuvre de Pablo Neruda sur le même sujet sont bien marquées. La dureté de l’héroïne Doña Bárbara de Rómulo Gallegos est rappelée ainsi que le côté diabolique de la Mulata de tal de Miguel Angel Asturias. Un trône est élevé à la matriarche Ursula de Cien años de Soledad de Gabriel García Márquez. Sont évoqués le lien entre la femme et la terre chez Pablo Antonio Cuadra, et le lien entre amour et lutte politique dans les Epigramas du jeune Ernesto Cardenal. Mais de nombreux auteurs majeurs sont absents, ou mentionnés « de paso », et pendant ce temps sont réveillés des titres un peu oubliés comme Peregrina o el pozo encantado du vénézuélien Manuel Díaz Rodríguez (1921).

10Toujours attiré par le théâtre, Giuseppe Bellini évoque des pièces comme La gringa de l’Uruguayen Florencio Sánchez (1903) qui traite des problèmes que pose l’intégration des immigrées italiennes. Il rappelle l’antimachisme résolu de l’important dramaturge mexicain Rodolfo Usigli. Sa pièce Corona de sombra (1961), de même que Adios, mamá Carlota d’Homero Aridjis (1983) intègre paradoxalement l’impératrice Charlotte dans l’identité du Mexique moderne. Par contre, le fameux roman Noticias del Imperio de Fernando del Paso n’est pas mentionné. On regrette un peu aussi l’absence du dramaturge Emilio Carballido dont les personnages féminins n’ont pas la langue dans leur poche.

11Les « écrivaines » constituent logiquement le broche de oro du livre. Précédemment les timidités du féminisme de Teresa de la Parra avaient été soulignées. Le livre passe (trop) vite sur Gabriela Mistral et sur des poétesses aux passions débordantes et au destin tragique comme Delmira Agustini et Alfonsina Storni. Pour le présent, la Chilienne Isabel Allende et sa compatriote Marcela Serrano ne sont pas oubliées, mais, logiquement, c’est le trio mexicain Rosario Castellanos, Elena Poniatowska et Angeles Mastretta qui exprime à la fois la vitalité féminine, y compris dans le bas peuple, et un esprit revendicatif qui inclut désormais le passage à l’acte.

12Dans ce livre, le lecteur est sûr de faire des découvertes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy, « Giuseppe BELLINI, Idea de la mujer en la literatura hispanoamericana », Caravelle, 99 | 2012, 309-311.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy, « Giuseppe BELLINI, Idea de la mujer en la literatura hispanoamericana », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/519

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org