Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Françoise AUBÈS et Florence OLIVIER (éds.), La biographie en Amérique latine, América, Cahiers du CRICCAL, n° 40

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 254 p.
Claire Pailler
p. 307-309
Référence(s) :

Françoise AUBÈS et Florence OLIVIER (éds.), La biographie en Amérique latine, América, Cahiers du CRICCAL, n° 40, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 254 p.

Texte intégral

1Ce volume a le mérite d’attirer notre attention sur un genre littéraire souvent négligé par la critique, alors même que la moisson biographique surabonde : l’introduction parle très justement d’« inflation biographique » (p. 12).

2Du fait que « la biographie s’écarte de l’histoire pour entrer dans l’exploration de la personnalité et dans les différentes facettes des comportements, des formes de pensées, d’expression et d’action » (p. 8), quel que soit le sujet du « récit de vie », qu’il s’agisse d’un personnage sans nom ou d’une « figure célèbre », dans tous les cas, ce sujet apparaît en étroite relation avec l’histoire d’une société et d’un temps. On remarque alors que « la place de la biographie en Amérique latine semble (...) poser quelques problèmes spécifiques » (p. 9), et l’on évoque à l’appui la place de la littérature testimoniale, ou le texte fondateur porteur d’un projet national qu’est la « biographie » de Facundo Quiroga de Sarmiento.

3Les différents articles de ce volume présentent donc des documents très divers, illustrant la diversité – et les difficultés – de l’entreprise biographique ; le travail du critique est rendu plus délicat encore par la diversité des approches et la multiplication des documents : les textes étudiés vont de la « biographie » proprement dite au roman, à la pièce de théâtre, voire l’hagiographie, et concernent tour à tour tel héros mythifié et semi-fictif ou des créateurs, écrivains ou peintre, plus proches de nous. La multiplicité des textes étudiés se marque par le nombre souvent impressionnant des références : dix des quinze contributions analysent plusieurs sources (de 2 ou 3 le plus souvent, jusqu’à 7 pour Borges et une petite dizaine pour Lezama Lima). La variété se manifeste aussi dans le choix des sujets : si la période contemporaine l’emporte de beaucoup, avec les noms de Vasconcelos, Borges, Lezama Lima, Rulfo, Jorge Cuesta, Fernando Vallejo, Cortázar et le peintre Antonio Berni, se trouvent aussi évoqués la cacique Gaitana, le cura Brochero, le corsaire Miguel Enríquez et le poète Melgar ainsi que, plus proches et tout aussi complexes, le cas de Rubén Darío et de la famille cubaine des Zambrana.

4On remarque, donc, que la plupart des biographies concernent des écrivains, et de ce fait naissent des questions que Claude Fell résume dans sa présentation de Vasconcelos, et qui reviennent à l’occasion de la plupart des documents étudiés : « Comment aborder la vie et l’œuvre d’un écrivain ou d’un homme public à partir de l’image , du " mythe personnel " que lui-même a contribué à forger ou des témoignages de ceux qui l’ont connu ? (...) Quelle place laisser à l’idéologie dans la reconstitution d’une vie et doit-on s’obstiner à trouver une continuité dans ce qui s’assimile à une succession de ruptures ? Plus généralement, quelle est la " vérité critique " de l’approche biographique ? » (p. 18).

5La structure du volume en quatre parties souligne le caractère « essentiellement hétérogène » du texte biographique tout en organisant les divers discours et formes textuelles :

6I – Les tentations biographiques (histoire, mythe, hagiographie).

7II – Biographies spéculaires,

8III – Palimpsestes biographiques :

9Ces deux parties permettent d’aborder « l’épiphénomène majeur du récit biographique » qu’est sa spécularité. On rappelle en particulier que la biographie d’un écrivain, quand elle est écrite par un autre écrivain, pose de façon aiguë le problème des rapports personnels entre le « biographeur » et le « biographé », et souligne cette spécularité du «récit de vie » (nous évoquons à cette occasion la biographie de Miguel Angel Asturias par Luis Cardoza y Aragón qui nous était apparue, pour le récent séminaire poitevin Espejismos autobiográficos, comme une « Autobiografía disfrazada de Luis Cardoza y Aragón »...).

10IV – Le projet biographique.

11Cette dernière partie illustre en action, pourrait-on dire, les difficultés auxquelles se trouve confronté quiconque tente d’écrire – ou d’analyser – une biographie. A partir d’une critique textuelle, peut-on rassembler des fragments épars de biographies partielles, ou partiales, et reconstruire une idée biographie idéale ?

12Ce premier éclairage apporté par les travaux du CRICCAL est donc le bienvenu et incite à être poursuivi ; on gardera toutefois en mémoire le mot d’Emil Cioran : « Je n’ai jamais compris comment le risque d’avoir un biographe n’a jamais dissuadé personne d’avoir une vie».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Pailler, « Françoise AUBÈS et Florence OLIVIER (éds.), La biographie en Amérique latine, América, Cahiers du CRICCAL, n° 40 », Caravelle, 99 | 2012, 307-309.

Référence électronique

Claire Pailler, « Françoise AUBÈS et Florence OLIVIER (éds.), La biographie en Amérique latine, América, Cahiers du CRICCAL, n° 40 », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/517

Haut de page

Auteur

Claire Pailler

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org