Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carine CHAVAROCHETTE, Frontières et identités en terres mayas, Mexique-Guatemala (XIXe-XXIe siècle)

Paris, L’Harmattan, 2011, 311 p.
Michel Bertrand
p. 299-301
Référence(s) :

Carine CHAVAROCHETTE, Frontières et identités en terres mayas, Mexique-Guatemala (XIXe-XXIe siècle), Paris, L’Harmattan, 2011, 311 p.

Texte intégral

1Autant le préciser d’emblée : l’objet d’étude choisi par C. Chavarochette présente un intérêt scientifique de tout premier plan. Certes, l’étude des frontières est devenue, notamment depuis F. Turner et l’usage qu’il en fit dans l’interprétation des USA, une thématique classique dans le champ historique : les travaux de D. Nordman ou encore de J. J. Ruiz Ibáñez pour le cas de la construction des frontières françaises à l’époque moderne en constituent de belles illustrations. De même, les anthropologues ont aussi pris en compte depuis longtemps le rôle de cette barrière distinguant le « eux » du « nous » dans la construction identitaire de tout groupe humain. Dans le même temps, l’apport décisif de F. Barth, réfléchissant sur les processus d’élaboration des groupes ethniques, a souligné les rapports complexes entretenus par les acteurs sociaux avec cette « barrière », qui n’en est pas réellement une, et les usages qui peuvent en être faits. C’est dire que, en associant « frontières » et « identités » comme l’indique le titre de l’ouvrage, C. Chavarochette, ne fait sans doute pas œuvre d’originalité. Mais, très judicieusement, elle se place d’emblée sous les auspices féconds de deux approches scientifiques de la frontière aux références incontournables au moment de réfléchir aux modalités de construction et d’utilisation d’une ligne de démarcation, quelle qu’en soit la nature et quel qu’en soit l’usage.

2Dans le cas de la frontière séparant le Mexique et le Guatemala à compter du XIXe siècle, l’étude du processus de son invention restait à faire. Reprenant l’alternative de Turner, l’auteure montre que les deux Etats issus du processus d’indépendance du début du XIXe siècle se soucièrent progressivement de dessiner une « border line ». Cela déboucha à la fin du XIXe siècle sur la signature d’un traité bilatéral validant, non sans quelques rancœurs côté guatémaltèque, la ligne de démarcation reconnue internationalement. Mais là n’est pas l’essentiel puisque cette imposition par le haut du partage territorial va devoir trouver sa concrétisation sur le terrain, au niveau des acteurs pour lesquels cette ligne « imaginaire », transcription spatiale d’arbitrages successifs, vient brouiller des siècles d’une histoire conjointe.

3Ce sont plusieurs manifestions de ces perturbations que C. Chavarochette choisit d’étudier successivement dans les divers chapitres de son étude. La première concerne la question des mobilités ancestrales devenues inopinément, pour cause de signature du traité, « transfrontalières ». Les populations de la région n’ont cessé en effet de migrer, dès avant l’arrivée des Espagnols puis pendant la période coloniale. C’est dire que pour elles, le franchissement de la « frontière » fait partie de leur quotidien traditionnel. Inévitablement, leurs terres d’usages communautaires ne peuvent recouper une ligne dessinée arbitrairement à la fin du XIXe siècle. Bien plus, il arrive que des propriétés dûment enregistrées auprès des autorités, tant mexicaines que guatémaltèques, se retrouvent de part et d’autre de la ligne de démarcation. C’est dire que, depuis son instauration et jusqu’à aujourd’hui, le « franchissement de la frontière » est une composante structurante de la région.

4Dans le même temps, l’affirmation des Etats de part et d’autre de la frontière signifie l’introduction de différenciation pour les populations locales. Dans ce domaine, les différentes politiques foncières mises en œuvre par chacun des deux Etats deviennent à leur tour facteur de différenciation. Au Guatemala, c’est le renforcement de la grande propriété qui caractérise la région des Altos au profit d’une bourgeoisie foncière régionale étudiée par A. Taracena (et dont on s’étonne d’ailleurs de ne pas trouver trace des travaux dans la bibliographie…). Au Mexique, ce sont surtout les effets de la Révolution qui modifient le paysage foncier tout en renforçant aussi le sentiment d’appartenance nationale. En d’autres termes, et bien que les populations frontalières continuent à franchir allègrement cette frontière au gré des possibilités qu’elles peuvent trouver chez le voisin, elles ne s’en adaptent pas moins aux nouvelles normes imposées dans chacun des deux Etats. Progressivement, elles deviennent donc effectivement des « frontaliers », signifiant que la frontière s’est imposée pour devenir une réalité. La séparation entre le Mexique et le Guatemala, en permettant l’affirmation d’un contrôle et sur les Hommes et sur la terre, contribue à la fabrication d’une nouvelle identité, proprement frontalière.

5Une autre des manifestations de la mise en place de cette frontière internationale est son utilisation de refuge. Pour chacun des opposants aux autorités dans leur pays de rattachement, cette frontière se transforme en barrière de protection. Si ce sont surtout les guérillas guatémaltèques qui y recourent à compter de la terrible guerre civile enclenchée par le renversement du gouvernement démocratique et réformateur d’Arbenz, il en devient de même pour l’EZLN à compter des années 90 du siècle dernier. Même si, ponctuellement, les armées s’autorisent le franchissement de la frontière à la poursuite de l’ennemi intérieur, cela ne peut se faire sans risque pour la stabilité régionale. C’est dire que, après un peu plus d’un siècle d’existence et de reconnaissance internationales, la frontière est bel et bien devenue une réalité vécue.

6Pourtant, et c’est la dernière des manifestations envisagées dans le cadre de cette étude, la frontière n’empêche pas le maintien d’une identité capable de transcender cette ligne de démarcation, confirmant qu’elle reste bien une délimitation imposée. C’est ce que révèle l’étude de la romería organisée par les populations installées côté mexicain pour se rendre chez le voisin guatémaltèque. L’un des intérêts de ce pèlerinage est précisément son « invention » récente, ne remontant probablement pas au-delà du milieu du siècle précédent. En d’autres termes, même si la frontière a fabriqué une identité « frontalière » prenant en compte la présence de cette barrière imposée d’en haut, elle n’en a pas réussi à effacer totalement pour autant le sentiment d’une appartenance communautaire antérieure, renvoyant à une période lointaine où la frontière n’existait pas. Les populations de la région ont donc appris à composer avec la frontière, sachant en user dans un sens qui peut être pour elle favorabl – essentiellement une source de protection face à des gouvernements peu soucieux du respect des droits humains. Mais dans le même temps, cette même frontière ne saurait être un réel obstacle à leur circulation, contribuant au renouvellement, voire à la réinvention, d’une identité « transfrontalière » antérieure à son établissement. Par la mise en œuvre d’un opportun jeu d’échelle dans l’observation de son objet, l’étude restitue une double perception de la construction de la frontière en distinguant celle du haut – les Etats issus de l’indépendance de 1821 – de celle d’en bas – les populations obligées de vivre avec elle. Pour chaque Etat, la frontière matérialise bien deux « identités nationales » que l’on veut à tout prix faire vivre et rendre manifestes depuis deux siècles auprès des populations. Pour ces dernières, ces identités imposées cohabitent sans mal avec une autre, en partie mythique car réinventée, dont la principale spécificité est précisément de dépasser le clivage construit et imposé d’en haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Carine CHAVAROCHETTE, Frontières et identités en terres mayas, Mexique-Guatemala (XIXe-XXIe siècle) », Caravelle, 99 | 2012, 299-301.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Carine CHAVAROCHETTE, Frontières et identités en terres mayas, Mexique-Guatemala (XIXe-XXIe siècle) », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/508

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org