Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Karim BENMILOUD, Alba LARA-ALENGRIN, Laurent AUBAGUE, Jean Franco et Paola DOMINGO, Le Mexique, de l’indépendance à la Révolution, 1810-1910

Paris, L’Harmattan, 2011, 331 p.
Michel Bertrand
p. 297-298
Référence(s) :

Karim BENMILOUD, Alba LARA-ALENGRIN, Laurent AUBAGUE, Jean Franco et Paola DOMINGO, Le Mexique, de l’indépendance à la Révolution, 1810-1910, Paris, L’Harmattan, 2011, 331 p.

Texte intégral

1Ce livre collectif fait le choix du contexte commémoratif qu’a représenté pour le Mexique l’année 2010. Au cours de cette « année mémorielle » s’il en est, ce sont en effet deux commémorations de grande importance pour le pays qui se sont croisées : d’un côté le bicentenaire de la révolte qui marque le début du processus politique ouvrant la voie à l’indépendance ; de l’autre le centenaire du soulèvement hostile à la réélection de Don Porfirio qui enclencha la première grande révolution dans l’histoire du XXe siècle.

2Comme le soulignent les auteurs dans leur riche introduction, cette coïncidence chronologique offre déjà à l’observateur attentif des processus commémoratifs une riche matière à analyse. L’inégale célébration de ces deux événements par les autorités contemporaines mexicaines est déjà, en elle-même, un enseignement. La commémoration de 1810 a retenu l’essentiel de l’investisse-ment mémoriel, le bicentenaire étant mobilisé à des fins les plus diverses : politiques, culturelles, sociales et bien sûr commerciales. A l’inverse, la commé-moration de la Révolution a été bien plus discrète, conformément aux distances prises par les élites politiques actuelles, depuis les années 80, avec ce qui a été, presque tout au long du siècle, l’un des principaux mythes fondateurs du pays. Dans ce domaine, les héros « populaires » traditionnels, qu’il s’agisse de Pancho Villa ou de Emiliano Zapata dont le nom, il est vrai, sert d’étendard au dernier mouvement de guérilla né au Mexique, ont été progressivement relégués au second plan, au profit de héros opportunément « redécouverts », tel Francisco I. Madero. Ce révolutionnaire peut en effet apparaître comme plus présentable aux yeux d’un gouvernement qui, entre 2000 et 2012, a réussi à barrer la route du pouvoir aux héritiers du parti qui, depuis les années 20, se maintenait aux commandes du pays en s’appropriant précisément la Révolution et sa mémoire.

3Sur un tel constat, on comprend combien l’idée d’une confrontation de ces deux événements et de leur mobilisation par la société mexicaine peut être considérée comme un intéressant point de départ. Un autre des intérêts de l’ouvrage est le choix de la confrontation des approches disciplinaires. Les auteurs réunis suivent en effet trois grandes orientations méthodologiques. La première approche, qui correspond à la première partie de l’ouvrage, relève pour l’essentiel d’une approche historienne. Elle se propose de faire le lien entre les deux grandes dates en offrant un parcours entre 1810 et 1910. T. Calvo contextualise 1810 en proposant une réflexion sur les racines de la révolte de Dolores. M. Morestin revient quant à lui sur l’intervention française en choisissant l’œil critique que V. Considérant jette sur les réalités mexicaines et l’aventure pilotée par le général Bazaine. Les textes de E. Garcia et Fernandez et de A. Vaca abordent la question de la révolution à partir de la région du Jalisco. Enfin, R. Plu-Jenvrin dépasse largement la période révolutionnaire afin de s’interroger sur son héritage et la remise en cause du mythe à travers l’étude d’une importante réforme du parti officiel pilotée par C. A Madrazo Becerra en 1964. A travers ce projet, c’est bien toute la question du rapport à la Révolution qui est clairement posée.

4La seconde partie de l’ouvrage laisse la parole aux spécialistes des images qui se proposent d’analyser la place de ces deux dates « historiques » comme matériaux dans la création artistique mexicaine. Dans ce domaine, les images dont il s’agit sont les plus diverses. On y retrouve, sans grande surprise, des analyses relatives à l’art de la fresque développé par les muralistes mexicains. Deux contributions, celles de Sofia Anaya Witman et de Monique Plâa, proposent ainsi deux regards sur les œuvres de deux de ces plus grands muralistes, à savoir Orozco et Rivera. De manière plus originale sans doute, d’autres contributions mobilisent d’autres « images » s’appuyant sur le matériau historique que constituent les années 1810 et 1910. Emmanuel Vincenot propose une intéressante analyse du film de A. Eceiza, Mina, Viento de Libertad, relatif à l’indépendance du pays. Il y démontre la problématique relation au passé que le film entretient, allant jusqu’à considérer que son auteur y commet une sorte de « détournement de mémoire historique ». De son côté, Sabine Coudassiot-Ramirez analyse le scénario de Les murs ont la parole, écrit par Carmen Boullosa. L’intérêt de ce texte est qu’il confronte une même situation – une histoire d’amour très banale – à trois moments, et donc à trois contextes différents : 1810, 1910 et 2010. L’originalité du propos est bien, derrière un scénario très banal, une intéressante réflexion sur le temps. Au-delà, c’est l’occasion de jeter un regard critique sur ce que l’on commémore, autant en 1910 qu’en 2010. Le texte de Laurent Aubague propose quant à lui une analyse des archives photographiques des frères Casasola qui, pour les plus connues d’entre elles, ont précisément donné lieu, en 2002, à publication. C’est l’occasion pour lui d’une intéressante réflexion sur la place de ces images photographiques qui ont valeur autant de témoignage que de création artistique et sur leur utilisation comme matériau au service de l’histoire.

5Les deux dernières parties de l’ouvrage étudient les relations entre création littéraire et événements historiques. Dans la quatrième partie, 7 contributions abordent la question de la littérature à l’époque du Porfiriat puis à celle de la révolution. Quant à la cinquième partie, elle regroupe 5 textes portant sur la littérature mexicaine postérieure aux années 50 s’intéressant à la question de l’indépendance. L’ensemble de ces contributions illustrent avec efficacité la proximité qui existe, dans le cas mexicain en tout cas, entre création littéraire et phénomènes historiques. Dans le même temps, on ne saurait se surprendre d’un tel constat, surtout pour un pays dans lequel l’histoire, quelle qu’elle soit, occupe une place de première importance dans la vie sociale et culturelle, et plus largement dans l’espace public et civique. A ce propos, une réflexion plus spécifique, de nature épistémologique, à propos des mécanismes sur lesquels se fondent ces relations complexes que peuvent entretenir Histoire et Littérature aurait sans doute été bienvenue. Mais elle supposait sans doute d’accepter de sortir quelque peu du propos central du livre qui reste celui d’un regard critique sur la manière dont le Mexique et surtout les Mexicains choisissent de se situer face à quelques grandes dates de leur passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Karim BENMILOUD, Alba LARA-ALENGRIN, Laurent AUBAGUE, Jean Franco et Paola DOMINGO, Le Mexique, de l’indépendance à la Révolution, 1810-1910 », Caravelle, 99 | 2012, 297-298.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Karim BENMILOUD, Alba LARA-ALENGRIN, Laurent AUBAGUE, Jean Franco et Paola DOMINGO, Le Mexique, de l’indépendance à la Révolution, 1810-1910 », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/502

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org