Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Françoise MARTINEZ, « Régénérer la race », politique éducative en Bolivie, 1898-1920

Paris, Editions de l’IHEAL, 2010, 455 p.
Michel Bertrand
p. 294-297
Référence(s) :

Françoise MARTINEZ, « Régénérer la race », politique éducative en Bolivie, 1898-1920, Paris, Editions de l’IHEAL, 2010, 455 p.

Texte intégral

1Sous la poussée des idées libérales et modernisatrices venues d’Europe, l’Amérique latine connaît tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle une longue période de transformations les plus diverses. Bien sûr, d’un pays à l’autre, cette même tendance se manifeste selon des rythmes, des chronologies ou des mises en place qui peuvent varier très sensiblement. Afin d’approcher les réalités de ces aspirations aux changements, le prisme scolaire est probablement l’un des plus pertinents, tant il renvoie aux réflexions d’une partie des élites de sociétés aux inégalités structurelles fortes sur les transformations sociales souhaitées ou souhaitables. C’est ce choix que fait F. Martinez pour le cas de la Bolivie en analysant pour ce pays la politique scolaire mise en place par les gouvernements libéraux durant leur présence continue au pouvoir à compter de 1898, et ce, jusqu’à leur retrait pour cause de coup d’Etat en 1920.

2Dans un pays où la proportion des populations indigènes était prépondérante, penser cette question éducative revenait à s’interroger sur la place de l’Indien dans la nation en construction depuis l’indépendance. Les politiques éducatives mises en place à compter de 1898 visent ainsi à « fabriquer », via un système scolaire contrôlé par l’Etat, un « sujet social idéal », autrement dit un citoyen. Cependant, une fois mis en place, le projet suscita, chez ces mêmes élites libérales et surtout chez leurs adversaires conservateurs, des interrogations sur la viabilité d’un tel projet politique et idéologique. Ne risquait-il pas de remettre en cause les fondements économiques, sociaux et politiques sur lesquels reposait la domination de l’élite blanche héritière des élites créoles coloniales ? En d’autres termes, jusqu’où pouvait-on aller dans la réalisation d’un projet d’éducation et de formation civiques sans s’interroger sur ses prolongements pour une société bolivienne où les clivages ethniques, culturels, linguistiques et même spatiaux restaient des caractères structurels invariables ?

3Telle est la problématique qui sous-tend cette très solide étude construite en trois parties et à partir de sources nombreuses et variées. Celles-ci sont essentiellement de trois sortes : les sources produites par le pouvoir politique sur le sujet – discours, rapports ou mémoires rédigés ou prononcés par les acteurs politiques en charge du dossier –, la presse – cinq journaux sont retenus couvrant la période étudiée – et enfin des textes produits par les intellectuels de l’époque amenés à s’exprimer sur le sujet.

4Le point de départ de l’étude montre que, lors de l’arrivée au pouvoir des libéraux, le système éducatif se trouve dans une situation d’abandon de la part des gouvernements antérieurs. En fait, l’essentiel des structures d’éducation scolaire est bien entre les mains de l’Eglise ayant choisi de se placer au service des héritiers des élites blanches. Ces gouvernements avaient fait le choix de porter leur attention vers d’autres secteurs d’activités leur semblant réellement prioritaires : à ce titre, et malgré des proclamations répétées sur la nécessaire prise en compte de la question éducative, la priorité budgétaire allait d’abord à l’armée et au clergé. Dans le secteur éducatif, l’attention se portait d’abord sur des secteurs débouchant sur la formation de cadres appelés à exercer dans des professions libérales – médecins ou avocats. En d’autres termes, ces gouvernements choisirent d’accorder une certaine priorité à l’enseignement supérieur réservé à l’élite au détriment de l’école élémentaire ouverte à tous mais totalement négligée. Dans ce contexte, à la fin du XIXe siècle, l’auteur considère que le système scolaire bolivien se caractérise par son hétérogénéité : y coexistent des structures d’éducations très diverses, sans la moindre coordination entre elles, réduisant à bien peu toutes velléités de rapprochements culturels entre les diverses composantes de la société bolivienne. A ce titre, l’accès à l’instruction primaire restait bien l’apanage des milieux privilégiés.

5C’est précisément avec cet état de fait que prétendent rompre les gouvernements libéraux arrivés au pouvoir en 1898. A leurs yeux, l’éducation fut promue au rang d’instrument privilégié au service de la modernisation et de l’unification nationale poursuivies. Ce sont ces objectifs politiques que les politiques et intellectuels de l’époque résument dans l’expression « régénérer la race » qui donne précisément son titre à l’étude. Pour ces libéraux, l’école se devait de devenir l’instrument de la « vertébration sociale » supposant, non sans une certaine contradiction, une inévitable étatisation du système éducatif. De tels buts imposaient d’étendre ce système scolaire élémentaire au monde indien qui en était jusqu’alors exclu. Le projet libéral de scolarisation passait donc inévitablement par une véritable « désindianisation », dimension constituant le fondement idéologique de ce projet national. Ce faisant, F. Martinez retrouve ici un débat qui parcourt tout le XIXe siècle latino-américain, à savoir celui de la confrontation entre « civilisation » et « barbarie ». Pour les libéraux boliviens, il était « évident » que ce projet n’était en rien un « ethnocide » mais simplement, un peu comme chez les missionnaires espagnols du XVIe siècle contribuant à l’expansion de la « seule vraie religion », le moyen de sauver ces « sauvages » du néant culturel et civilisationnel qui était le leur. Cette seconde partie de l’ouvrage étudie donc la mise en place, par l’Etat bolivien, d’une nouvelle structure éducative qui s’accompagne inévitablement de la mise en place d’un corps enseignant chargé de ce qui s’assimile à une véritable « mission ». En une dizaine d’années on assiste à une véritable professionnalisation du système éducatif public qui s’ouvre largement à de nouveaux écoliers. Cela va de pair avec un effort budgétaire très significatif puisqu’en 10 ans le budget de cette éducation devenue effectivement « nationale » est multiplié par 4 ! Dans le même temps, ce réel effort suscite de nouveaux débats au sein des élites politiques boliviennes. En favorisant la « désindianisation » au nom de l’intégration des masses indiennes que l’on espère ainsi assagir en les « civilisant », cette politique éducative favorise le surgissement de nouveaux questionnements. N’y a-t-il pas un risque à fabriquer ainsi du métissage culturel ? Quelle devra être la place de ces « indiens » occidentalisés via l’école ? Ne met-on pas ainsi en branle une machine à promouvoir les métis, ces cholos, sans doute plus tout à fait indiens mais pas pour autant assimilables aux élites blanches ?

6C’est ce débat qui fait l’objet de la troisième partie de l’ouvrage. On y voit les élites boliviennes passer du projet d’assimilation à celui de la nécessaire différenciation ethnique. Sans remettre en cause l’ensemble de la politique éducative, ce sont plutôt des ajustements qui se font jour afin d’en fixer des limites « acceptables ». A ce titre, le chapitre 10 est sans doute le plus intéressant puisque, comme l’indique son titre, il s’agit d’y souligner les « bons rôles » assignés aux uns et aux autres tout en maintenant les « bonnes distances ». A cette fin, une importante différenciation s’impose entre écoles urbaines et rurales. Les premières, chargées d’accueillir les masses urbaines croissantes et métissées, devaient contribuer à la formation d’un prolétariat destiné à accompagner une industrialisation naissante. C’est donc sur le nécessaire développement d’un enseignement technique qu’insistent les autorités politiques. Dans cet effort, l’Etat n’hésite pas à faire appel à l’Eglise qui restait un agent actif dans la politique de formation dans le pays, notamment au service des élites. Ce faisant, il s’agissait aussi d’extirper définitivement chez ces métis tout caractère dangereux en les façonnant conformément aux idéaux de la bourgeoisie locale.

7Quant aux écoles rurales, leur but était de « régénérer » l’Indien tout en le maintenant attaché à sa terre. A cette fin, c’est la mise en place d’un enseignement spécifique qui est alors imaginée afin de répondre à un double objectif : encore et toujours civiliser le barbare, mais sans l’inciter pour autant à quitter ses hautes terres au risque de priver ainsi les grands propriétaires de leur main-d’œuvre. La castellanisation initiale, condition de l’intégration à la communauté nationale, n’était donc plus un objectif affiché comme central ni prioritaire. La civilisation de l’Indien devait éviter toute « dénaturalisation » du monde indigène. Les ambitions nationales initiales cèdent donc la place à une école « spécialisée », fondée sur des programmes de formation différenciés en fonction des régions et des publics auxquels on s’adresse. C’est dans cet esprit qu’en 1919 est promulgué le décret relatif au « statut pour l’éducation de la race indigène » chargé de mettre en forme cette différenciation fondamentale.

8Cette étude proprement magistrale dans sa conduite, sa clarté et ses conclusions montre comment le projet libéral initial change radicalement de nature. Alors qu’à l’origine il s’agissait de construire une « nation » bolivienne en déculturant l’Indien afin de l’assimiler, au fil du temps le programme change progressivement d’objectif. Si la question de la désindianisation n’est nullement remise en question, l’assimilation cède la place à une conception ségrégative de la société. D’une certaine manière, abandonnant le caractère « révolutionnaire » de leur projet initial dans le cadre de la société bolivienne, les libéraux en viennent à se convaincre que la place des individus dans la nation est d’abord fonction de leur appartenance ethnique. Ce faisant, leur projet initial de régénération nationale par l’éducation y perd l’essentiel de sa force. Les élites boliviennes réussissent ainsi à concevoir le développement d’un système éducatif qui ne mette pas à mal les structures sociales inégalitaires du pays tout en garantissant la possibilité de l’entrée de la Bolivie dans une certaine « modernité » via l’extension de la « civilisation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Françoise MARTINEZ, « Régénérer la race », politique éducative en Bolivie, 1898-1920 », Caravelle, 99 | 2012, 294-297.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Françoise MARTINEZ, « Régénérer la race », politique éducative en Bolivie, 1898-1920 », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/500

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org