Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pauline RAQUILLET, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au XIXe siècle

Préface de P. Gonzalez Bernaldo, Paris, L’Harmattan, 2011, 309 p.
Michel Bertrand
p. 291-294
Référence(s) :

Pauline RAQUILLET, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au XIXe siècle, Préface de P. Gonzalez Bernaldo, Paris, L’Harmattan, 2011, 309 p.

Texte intégral

1De longue date, les historiens ont montré combien le « pari biographique » est compatible avec une approche large qui ne s’enferme pas dans l’objet étudié, légitimant un usage « scientifique » de la biographie longtemps identifiée à une approche anecdotique du passé. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’ouvrage que Pauline Raquillet consacre à Alfred Ebelot : à partir des aventures d’un émigrant français parti au milieu du XIXe siècle vers l’Argentine, elle choisit de reconstituer les contextes dans lesquels s’inscrit ce « parcours de vie ». Inutile de rechercher une quelconque « représentativité » dans ce qui nous est ici conté. Par définition, cette « histoire » ne peut qu’être éminemment subjective, personnelle, individuelle et donc unique. Par contre, elle offre la possibilité de reconstituer les environnements successifs dans lesquels se situe le parcours d’Alfred Ebelot. C’est dire que l’étude s’inscrit dans la ligne d’une approche micro-historique du social, en transformant le personnage étudié en prisme d’observation de réalités – politiques, culturelles, économiques, sociales – bien plus vastes.

2Le Haut-Garonnais quitte sa province natale pour une première migration vers Paris en 1857, au moment de ses études supérieures qu’il effectue d’abord à l’Ecole Polytechnique, institution qu’il abandonne ensuite pour l’Ecole Centrale. Muni de son titre d’ingénieur quelques années plus tard, il associe ses activités professionnelles avec une participation régulière dans les colonnes de la Revue des Deux Mondes. Ce qui n’apparaît initialement que comme un complément d’activité, presque un simple hobby de bourgeois cultivé révélant sans doute une personnalité originale, va se révéler décisif par la suite : une fois en Argentine, il ne cesse, des années durant, de multiplier les contributions dans cette revue qui compte, à son meilleur moment, plus de 20 000 abonnées. A ce titre, il devient avec E. Daireaux, l’autre intellectuel français émigré lui aussi en Argentine à cette même époque et dont les textes sont des sources d’informations exceptionnelles sur les réalités sud-américaines, l’un des principaux contributeurs à la revue à propos de leur commun pays d’accueil.

3L’ouvrage reconstitue les différents aspects et étapes d’un processus d’intégration à une réalité argentine elle-même en pleine transformation au cours de cette seconde moitié de XIXe siècle. Celui-ci commence en 1870 par une entrée au service d’une société de transport urbain contrôlée par des capitaux anglais. Cependant, si cet aspect professionnel est bien le moteur du projet migratoire de Alfred Ebelot, il y ajoute très vite d’autres dimensions étroitement liées à sa personnalité. Républicain convaincu, il noue des relations étroites avec tous ceux qui, sur place, partagent les mêmes convictions. Tout particulièrement, il se lie d’amitié avec d’autres émigrés français à Buenos Aires, participant aux divers cercles politiques ou intellectuels qui la composent. Progressivement, il y occupe un rôle prépondérant, notamment par le biais de ses activités dans la presse communautaire. Il exerce alors diverses responsabilités, notamment dans des sociétés à vocation philanthropiques. Cette intégration au sein de la communauté des émigrés français de la région de La Plata se concrétise enfin par son entrée dans une loge maçonnique, celle des « Amis des naufragés ».

4Ce parcours d’une intégration parfaitement maîtrisée au sein de la communauté française de Buenos Aires lui permet, dans un second temps, de construire une position dominante au sein de cette communauté. A ce titre, et ses responsabilités dans la presse y sont de toute évidence pour beaucoup, il est perçu comme un interlocuteur reconnu de la part des autorités argentines. Grâce aux journaux auxquels il collabore, dont l’un qu’il a fondé, il s’exprime sur les réalités argentines, n’hésitant pas par exemple à donner son sentiment sur la politique migratoire du pays. Cependant, cet immigrant qui fait le choix de garder sa nationalité française, ne limite pas ses interventions ou analyses et commentaires à ces seules questions qui intéressent directement le monde dont il est devenu une sorte de « porte-parole » officieux. Il s’exprime aussi et de la même manière sur les débats politiques argentins, qu’il s’agisse de la question laïque ou de celle des libertés publiques. Le républicain, attaché au modèle français d’une démocratie « raisonnable », noue des liens étroits avec les libéraux argentins et n’hésite pas à s’opposer à J.A. Roca quand il accède à la présidence de la République. La presse communautaire sur laquelle il a assis son ascension parmi les émigrés français lui permet ainsi, dans un second temps, de s’exprimer directement dans la presse argentine et de défendre ses positions. C’est dire combien, dans cette Argentine en construction de la fin du XIXe siècle, le rôle de l’étranger est bien plus actif qu’on ne l’admettrait aujourd’hui dans n’importe quel Etat : il lui est possible d’intervenir directement dans la sphère politique nationale, non seulement sans soulever d’opposition mais, bien plus, en étant pris en considération…

5Etre étranger est en effet bien plus un atout qu’un handicap. D’une certaine manière, il fait admettre à ses « concitoyens » argentins que l’exemple de la France, dont il se considère comme un représentant averti, peut avoir valeur d’autorité. Tel est bien le cas des débats suscités sur la politique éducative à mettre en place, sur les questions de laïcité de l’Etat à propos de la mise en place du registre civil qui, en cette fin de siècle, est toujours entre les mains de l’Eglise. Pour les élites argentines, ces interventions sont pleinement acceptées : dans un pays dont la nation est loin d’être une réalité, la citoyenneté politique ne coïncide pas nécessairement ou exclusivement avec le droit de vote. Ce que l’on attend de l’étranger, c’est une capacité à intervenir dans le débat politique en l’alimentant. A ce titre, et même si le cas de Alfred Ebelot est probablement assez exceptionnel, l’étranger est à même de devenir un acteur politique de premier plan, en étroite relation avec la plupart des acteurs importants de la vie politique nationale. Dans le même temps, étranger il reste, refusant toutes les possibilités d’intégration qui lui sont offertes. Ne s’exprimant finalement jamais qu’en son seul nom personnel, c’est bien en « électron libre » qu’il intervient dans la vie politique argentine, A cette dernière, il préfère une reconnaissance au sein de la « République des Lettres » dont témoignent ses débats avec quelques-uns des intellectuels de l’époque, dont E. Quesada.

6Cependant, ce Français d’Argentine qu’est, et reste, Alfred Ebelot témoigne de ses hésitations dans son rapport au pays d’accueil. A la fin de sa vie, il hésite sur le lieu à choisir pour y couler ses derniers jours… Ces hésitations révèlent les failles du personnage et une personnalité d’atrabilaire : plus vraiment Français, il ne se reconnaît pas non plus comme étant devenu Argentin. Homme de l’entre-deux, il n’est à son aise nulle part, effectuant à plusieurs reprises l’aller-retour avant de se décider pour une installation toulousaine vécue comme un pis-aller.

7Si le parcours d’Alfred Ebelot est de toute évidence atypique, il n’en permet pas moins de reconstituer avec une certaine précision les mécanismes en action parmi les émigrants du XIXe siècle débarqués en Argentine. L’étude s’appuie il est vrai sur un fond privé d’archives dont on comprend la richesse à travers les nombreuses citations qui en sont offertes mais dont aucune présentation critique n’est faite. C’est sans doute regrettable car, entre la correspondance privée et les textes de natures diverses publiés par Alfred Ebelot de son vivant, il y a là une matière exceptionnelle dont le lecteur aimerait avoir une vision plus précise. Il n’en reste pas moins que cette « histoire de vie » reconstitue les moments forts d’un parcours d’un émigré français dans l’Argentine de la seconde moitié du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Pauline RAQUILLET, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au XIXe siècle », Caravelle, 99 | 2012, 291-294.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Pauline RAQUILLET, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au XIXe siècle », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org