Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, Liberalismo, masonería y cuestión nacional en Cuba 1808-1823

Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2012, 270 p.
Bernard Lavallé
p. 287-289
Référence(s) :

Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, Liberalismo, masonería y cuestión nacional en Cuba 1808-1823, Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2012, 270 p.

Texte intégral

1Ce livre d’un spécialiste bien connu de l’histoire caraïbe des XVIIIe et XIXe siècles a pour objet l’analyse des divers projets élaborés à Cuba par des groupes appartenant à l’élite ou aux couches intermédiaires de la société créole. L’époque choisie est à l’évidence d’une extrême importance et d’une grande complexité, puisqu’elle englobe l’invasion française de 1808, l’époque des Cortes de Cadix, toute la période de l’indépendance des anciennes colonies espagnoles sur le continent et se termine avec le trienio liberal.

2Profitant du nouvel ordre politique né de la constitution de 1812 qui, malgré son centralisme, permettait l’existence de municipalités et de diputaciones provinciales élues, ces dernières furent le biais par lequel les secteurs créoles purent arriver à une certaine autonomie politique et au contrôle du pouvoir dans l’Île, ce qui allait leur permettre de tempérer le monopole commercial de la métropole et de mettre un terme à une série d’obstacles qui, à Cuba même, freinaient leurs ambitions et le développement de leurs intérêts. La seule limite envisagée était la crainte du renouvellement de ce qui s’était passé à Haïti, d’où la volonté affichée de ces groupes dominants de priver les Noirs et les mulâtres libres de toute participation politique et même de toute espérance d’y accéder.

3M. Hernández montre comment le pouvoir créole s’est alors organisé et construit à partir d’un libéralisme et d’une franc-maçonnerie autochtones bientôt capables d’agir en tant que groupes de pression dans toutes les sphères sociopolitiques de l’Île et, en particulier, de freiner les groupes libéraux péninsulaires liés à la bourgeoisie commerciale qui avait pour but d’exercer un véritable monopole commercial à Cuba en liaison avec les intérêts espagnols.

4Le livre s’ouvre sur une analyse du projet de trois perspectives contemporaines à la fin de la première décennie du siècle : la Junta habanera de 1808 réunie à l’initiative de Someruelos, le rapport de William Shaler envoyé à Cuba par le président Madison, et le projet décentralisateur, destiné à être présenté aux députés de Cadix (Exposición a las Cortes españolas), de José Agustín Caballero, ecclésiastique, professeur au séminaire de San Carlos.

5L’auteur s’intéresse ensuite à la presse cubaine de ces années-là, essentiellement à deux publications. D’abord El patriota americano, expression du libéralisme créole de cette première période constitutionnelle (ses caractéristiques éditoriales, ses rédacteurs, sa défense du régime constitutionnel et ses conceptions économiques). Ensuite, au début de l’année 1812, El frayle, en opposition déclarée au précédent, dû à un hacendado habanero, publication ultramontaine et antimaçonnique qui, sur ce dernier point, en préfigurait d’autres et annonçait une véritable offensive contre la maçonnerie.

6M. Hernández en vient tout naturellement à rappeler les origines de la franc-maçonnerie cubaine : les premières loges, l’éventuelle implication de la maçonnerie dans la conspiration de 1810, l’attitude des Cortes de Cadix qui faisait de la maçonnerie un délit, mais seulement en Amérique, l’action de Joaquín Infante (avec son projet de constitution pour Cuba, sa participation à l’expédition de Mina au Mexique en 1817, puis ses dernières années au Mexique et en Colombie) et celle de Antonio José Valdés et ses liens avec la maçonnerie mexicaine. Le livre analyse les tentatives d’unification de la maçonnerie cubaine, ses positions idéologiques et sociales, mais aussi en ce qui concernait la question nationale cubaine et le libéralisme. On voit de même l’implication de Manuel Rojo dans la Grande légion de El Aguila negra constituée au Mexique pour aider à l’indépendance du continent et plus tard son rôle dans la conspiration de la Cadena triangular et des Soles de la Libertad. Dans le domaine de la presse à cette époque, El telégrafo habanero peut être considéré alors comme le journal d’inspiration maçonnique, le livre montre comment et dans quelle mesure.

7La dernière partie de l’ouvrage est centrée sur le trienio liberal, sa réception à Cuba et le rôle du liberalismo exaltado qui brandissait le drapeau de l’État centraliste et soutenait les intérêts de la bourgeoisie commerciale espagnole qui avait inspiré la constitution de 1812. M. Hernández précise son projet idéologique et politique et montre en contre-point l’apparition d’un libéralisme créole, son action aux Cortés et ses vues sur l’économie et la politique des provinces d’outre-mer. De la même façon, il s’attarde sur l’apparition d’une presse qui serait son organe (El americano libre), il en présente l’idéologie, ses réflexions sur l’indépendance et l’autonomie, les deux voies qui s’offraient alors pour l’avenir. De la même façon, d’autres organes contemporains sont également étudiés dans le détail de leurs rédacteurs et de leurs projets politico-économiques : El observador habanero et El Argos.

8Le livre se termine sur une sorte de bilan du trienio, du moins tel que le vécurent et l’apprécièrent les Cubains libéraux. Les textes qu’ils publièrent alors qu’approchait la fin de l’expérience sont révélateurs d’un certain désenchantement, mais permettent aussi de comprendre comment, à l’avenir, le libéralisme créole cubain évoluerait vers des positions jugées subversives par la métropole dans un contexte où l’ancienne sacarocracia serait remplacée par une nouvelle bourgeoisie commerçante pour l’essentiel espagnole, ou en tout cas très liée aux intérêts de la lointaine métropole.

9Ce livre, éclaire d’un jour très nuancé et perspicace les origines de la maçonnerie cubaine. Très bien documenté et appuyé, comme toujours chez cet auteur, par un très sérieux travail d’archives, il constitue un apport tout à fait important sur une époque compliquée de l’histoire cubaine, moins bien connue que d’autres, mais au cours de laquelle, pourtant, se mirent en place des positions qui étaient appelées à jouer un rôle essentiel quelques années plus tard dans le devenir de la grande île.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, Liberalismo, masonería y cuestión nacional en Cuba 1808-1823 », Caravelle, 99 | 2012, 287-289.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, Liberalismo, masonería y cuestión nacional en Cuba 1808-1823 », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/494

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org