Navigation – Plan du site
Comptes rendus

María Elena OROZCO LAMORE, María Teresa FLEITAS MONNAR, Formation d’une ville caraïbe, Urbanisme et architecture à Santiago de Cuba

Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, 510 p.
Bernard Lavallé
p. 284-286
Référence(s) :

María Elena OROZCO LAMORE, María Teresa FLEITAS MONNAR, Formation d’une ville caraïbe, Urbanisme et architecture à Santiago de Cuba, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, 510 p.

Texte intégral

1Ces deux spécialistes bien connues par de nombreuses publications sur l’histoire de Santiago de Cuba, ont uni à la fois leurs champs de recherche complémentaires et leurs expériences personnelles de la capitale de l’Oriente cubain pour donner un ouvrage qui, à bien des égards, se présente comme une somme du devenir de la ville au cours des siècles de son passé colonial puis jusqu’au milieu du XXe siècle.

2Les deux premiers chapitres sont consacrés à la persistance des caractères urbains, hérités du passé, au cours du XVIIIe siècle qui fut pourtant dans l’empire espagnol une époque de profondes modifications. La modestie du cadre urbain, la simplicité de la vie quotidienne, les premiers élargissements du noyau initial, propres à une petite cité depuis toujours à l’écart de grandes voies d’échanges de l’empire, connurent une sorte de mutation à la fin du XVIIIe siècle, avec les contrecoups de la révolution haïtienne, l’arrivée en masse de colons français en fuite, souvent accompagnés de leur domesticité noire ou mulâtre, mais aussi avec des idées et des techniques nouvelles, souvent de moyens financiers décisifs. Il en résulta des changements profonds, définitifs et rapides que les auteures mettent bien en lumière dans les domaines de l’usage des espaces privés et publics, des modes de vie, des relations port-ville-campagne, des pratiques culturelles mais aussi, conséquemment, architecturales.

3Ce tournant eut pour conséquence, au début du XIXe siècle, un véritable décollage urbain, une profonde modification des échelles de la ville, la volonté de la moderniser (hygiène publique, rénovation du quartier de la Marina, impositions de nouvelles règles urbaines) avec comme modèle envié celui de La Havane. Tout cela fut évidemment possible, comme dans les autres régions de Cuba à l’époque, grâce à l’essor de l’économie de plantation et, dans le cas santiaguero, aux activités et aux échanges induits par les activités portuaires.

4Le chapitre 3 donne une bonne idée de ce que les auteures appellent «l’éclosion» de la ville aux cours des décennies centrales du XIXe siècle, éclosion dont témoignent les recensements d’ O’Donnel, les projets en rapport avec les activités commerciales et portuaires, la réorganisation interne et l’expansion de la cité que montrent successivement les plans de la ville au milieu des années 1840, dix ans plus tard et au début de la décennie 1860, et ce malgré le coup dur que fut le séisme qui secoua la cité à cette époque (1852). M. E. Orozco et M. T. Fleitas détaillent les initiatives réalisées ou retardées qui furent alors entreprises dans les différents quartiers, soit sous l’impulsion de l’État, soit du fait d’initiatives privées, avec une attention particulière pour le centre et pour la périphérie où apparaissent le mieux les réorganisations, parfois une certaine dégradation (pour le centre), l’apparition de ségrégations sociales et spatiales.

5Le long chapitre suivant analyse les transformations survenues à une autre époque-clé du développement de la cité, c’est-à-dire au tout début du XXe siècle, juste après l’indépendance, développement qui se poursuivit jusque vers les années 1930. On y voit les signes les plus visibles de la croissance spatiale, les bâtiments publics, la récupération de la vie culturelle et sociale par le centre-ville (hôtellerie, banques, commerces, écoles) avec une transformation très notable des espaces publics, lieux d’expression symbolique du nouveau statut que voulait se donner Santiago (places, alameda, promenades et parcs).

6Le dernier chapitre envisage ces évolutions sous un autre angle : celui de l’analyse de l’identité et de la singularité de Santiago au travers de son architecture domestique, dont on voit successivement les détails dans les plafonds, les toitures et tous les éléments qui pouvaient donner lieu à l’expression d’une ornementation typique (portes, fenêtres, sols, ferronnerie, etc.) sans oublier les considérations d’ordre technique et surtout économique.

7Ce livre, illustré de plus de cent cinquante photos, d’époque ou actuelles, doté d’une imposante bibliographie, très précis, sans être lassant, dans ses démonstrations, très parlant même pour un lecteur ne connaissant pas la ville, est à bien des égards un modèle. On doit féliciter les auteures d’avoir montré, de manière à la fois élégante et brillante, ce que peut apporter l’histoire urbaine lorsqu’elle sait mettre en synergie et en regard réciproque les apports des différentes approches historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « María Elena OROZCO LAMORE, María Teresa FLEITAS MONNAR, Formation d’une ville caraïbe, Urbanisme et architecture à Santiago de Cuba », Caravelle, 99 | 2012, 284-286.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « María Elena OROZCO LAMORE, María Teresa FLEITAS MONNAR, Formation d’une ville caraïbe, Urbanisme et architecture à Santiago de Cuba », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/489

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org