Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laura MACHUCA, Los hacendados de Yucatán, 1785-1847

México, Publicaciones de la Casa Chata, 2011, 277 p.
Michel Bertrand
p. 283-284
Référence(s) :

Laura MACHUCA, Los hacendados de Yucatán, 1785-1847, México, Publicaciones de la Casa Chata, 2011, 277 p.

Texte intégral

1Avec cette publication, Laura Machuca offre une première synthèse de ses travaux depuis qu’elle a « quitté » son premier terrain de recherche centré sur l’Isthme de Tehuantepec pour des espaces plus septentrionaux. Ce nouveau travail reste cependant fidèle aux approches qui sont les siennes depuis sa thèse, à savoir une histoire sociale des élites régionales. Elle centre ici son attention sur le groupe des hacendados dont elle a pu identifier plus de mille membres. Son étude est délimitée par les contraintes de la chronologie régionale, à savoir 1785 et 1847. La première date correspond à l’abolition de l’encomienda dans la région, dont on comprend l’impact qu’elle a pu avoir sur la structure foncière et le monde de la propriété agraire ; la seconde, à l’éclatement de la guerre des castes. Le propos de son analyse est de dessiner le contour de ce groupe social afin d’en identifier les principaux traits. En d’autres termes, c’est bien une démarche prosopographique à finalité socio-historique que suit L. Machuca.

2Dans un premier temps, elle s’attache à dégager les principaux caractères de la propriété foncière régionale, nuançant ainsi les apports des études antérieures qu’elle complète et précise. Dans la région yucatèque, l’hacienda se révèle être une unité économique de faible valeur (elle ne dépasse qu’exceptionnellement 1500 ps), de taille plus que modeste (85% de ces propriétés ne dépassent pas 2 « lieues carrées », soit 1000 ha., ce qui est très peu pour une « grande propriété » coloniale), consacrée à l’élevage et accessoirement à l’agriculture et pour terminer très fortement endettée, favorisant ainsi une rotation fréquente des propriétaires. On est ici loin du modèle de l’hacienda du centre et du nord du Mexique où ces traits, s’ils existent, sont bien moins prégnants. En ce sens, si quelques propriétaires peuvent se rattacher à des familles solidement enracinées dans la région, le groupe des hacendados est en réalité, de manière quasi continue, soumis à un renouvellement régulier par l’intégration de nouveaux venus, le plus souvent d’appartenance sociale modeste.

3Dans son étude sur la sociologie du groupe, L. Machuca met ainsi en évidence quelques traits d’importance. Le premier est le lien étroit existant entre hacendado et encomendero, autrement dit entre la propriété foncière et le pouvoir de contrôle sur les hommes. Le second concerne l’accès à la terre en étroite relation avec l’exercice de charges publiques, locales ou régionales. Le troisième est la présence significative des femmes parmi ces propriétaires : elles représentent pratiquement 1/5 du groupe recensé. Un quatrième trait renvoie à la question de l’endettement de ces propriétaires. Un dernier trait enfin souligne la non adéquation entre « élite » et «hacendado», trait pourtant répété par l’historiographie. C’est peut-être ici l’apport le plus important de cette étude qui nuance fortement la vision généralement associée à l’hacienda. Au Yucatan, selon Laura Machuca, les hacendados regroupent en réalité 3 types de propriétaires. Le premier relève bien de l’élite sociale régionale : il est de résidence urbaine, le plus souvent descendant d’encomendero et possède les quelques haciendas de plus grande valeur du Yucatan, généralement supérieures à 5000 ps. Mais il s’agit-là d’un groupe très restreint, ne comprenant que quelques dizaines de familles. Le second groupe est le plus nombreux. Il s’agit de propriétaires, parmi lesquels on peut même retrouver des caciques, dont la valeur des haciendas ne dépasse jamais les 5000 ps, se situant plutôt autour des 1500 à 2000 ps. Enfin un dernier groupe, certes minoritaire, est composé de propriétaires extrêmement modestes : la valeur de leurs propriétés ne dépasse pas les 1000 ps mais ils s’acharnent à faire qualifier ces modestes propriétés d’hacienda en raison du prestige attaché à l’appellation. C’est dire que, dans le cas du Yucatan, les modestes propriétaires de quelques hectares de terres se « perçoivent » comme membres de la « caste » des hacendados, aggravant la fracture avec le monde des communautés indiennes.

4Cette structure du groupe des hacendados accompagne une réelle mobilité sociale. Parmi les propriétaires modestes ou moyens, L. Machuca a ainsi pu suivre des processus d’ascension sociale leur permettant d’intégrer le groupe supérieur. A vrai dire, cette mobilité affecte principalement les hacendados qui composent l’élite rurale, la composante urbaine des propriétaires fonciers apparaissant comme relevant d’une élite plus stable. Dans les processus d’ascension sociale, deux facteurs semblent se révéler décisifs : l’exercice d’une charge publique et l’intégration au sein de réseaux sociaux ouvrant les portes d’accès aux niveaux supérieurs du groupe. En d’autres termes, pour les propriétaires fonciers yucatèques, la promotion sociale passe par deux biais : l’exercice de responsabilités politiques et militaires, avec les « profits » de toutes natures, réels comme symboliques, que cela signifie ; l’habileté à s’insérer dans des réseaux relationnels offrant le plus souvent des possibilités matrimoniales favorables. Ce second aspect est bien sûr à mettre en relation avec l’importance numérique des femmes parmi les propriétaires d’hacienda : ces dernières constituaient des cibles de choix pour tous ces hommes soucieux de renforcer ou de consolider leur appartenance au monde des hacendados. Certes, ils se voyaient appartenir pleinement au groupe mais dans la réalité leur appartenance restait, tant d’un point de vue économique que sociale, plus que fragile.

5Au terme de la lecture, l’image du groupe des hacendados que nous offre L. Machuca est donc plus que nuancée. Si son prestige social, en tant que groupe, est indiscutable, ce dernier tend à tromper l’observateur qui ne prêterait pas attention aux nuances, voire aux frontières qui le parcourent et d’une certaine manière, le divisent. Derrière le même terme d’hacendado, au prestige social recherché par tous ceux qui veulent s’en revendiquer, se cache une réalité sociale hétérogène qui alimente une mobilité sociale continue, tant ascendante que descendante. Dans le même temps, cette hétérogénéité sociale ne fait pas obstacle aux alliances sociales à l’intérieur du groupe considéré, notamment matrimoniales, renforçant ainsi le sentiment partagé d’appartenance au même monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Laura MACHUCA, Los hacendados de Yucatán, 1785-1847 », Caravelle, 99 | 2012, 283-284.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Laura MACHUCA, Los hacendados de Yucatán, 1785-1847 », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/487

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org