Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ana CRESPO SOLANA, María Dolores GONZALES-RIPOLL (coord.), Historia de las Antillas no hispanas

Madrid, CSIC-Ediciones Doce Calles, 2011, 638 p.
Michel Bertrand
p. 281-282
Référence(s) :

Ana CRESPO SOLANA, María Dolores GONZALES-RIPOLL (coord.), Historia de las Antillas no hispanas, Madrid, CSIC-Ediciones Doce Calles, 2011, 638 p.

Texte intégral

1Ce volume s’inscrit dans une collection d’histoire des Antilles dont il constitue le troisième tome. La jaquette de l’ouvrage précise que l’ensemble de la collection en comprendra cinq. Avant de juger du contenu de ce troisième tome, il n’est pas inutile de savoir comment il s’insère dans l’ensemble de la collection. La conception de cette dernière est fondée sur une répartition géographique de l’espace antillais : les quatre premiers volumes sont en effet consacrés à des espaces géographiques précis : Cuba pour le t. 1, République Dominicaine pour le t. 2, Antilles non espagnoles pour le t. 3, Porto Rico pour le tome 4. Quant au dernier tome, il proposera une histoire comparée des Antilles. On peut s’attendre à y trouver une synthèse alors que chacun des 4 volumes qui le précède se sera attaché à développer ce qui peut être considéré comme propre à la fraction d’espace géographique antillais qu’il couvre, au risque parfois de certaines répétitions.

2A vrai dire, c’est un peu la même démarche qui est à l’œuvre dans ce tome 3. Le choix lui-même d’un volume concernant des « Antilles non espagnoles » aurait mérité peut-être quelques justifications. Ce critère, qui renvoie exclusivement aux phases de colonisation et au partage politique colonial entre zones d’influences européennes dans la région, est probablement discutable. Certes il a encore aujourd’hui une certaine réalité, dans le cas français notamment. Mais qu’ont de « Hollandais », d’« Allemand » , de « Danois » ou même d’« Anglais » d’anciennes possessions coloniales qui ont acquis leur indépendance depuis des décennies ? Par ailleurs, la marque qui pèse sur elles, bien plus que celle de la « mère-patrie », est leur commune appartenance, selon une importance sans doute inégale, à un modèle colonial fondé sur l’association plantation et esclavage et ainsi leur participation à un système économique d’échanges à travers l’Atlantique. Il n’aurait sans doute pas été illégitime de mettre en évidence ces éléments communs plutôt que de les développer, de manière parallèle, pour chacun des espaces qui subdivisent le volume.

3De fait, le volume fait le choix de partager cet espace « antillais non espagnol » en quatre grands blocs, correspondant à quatre grands espaces de colonisation. A l’intérieur de chacune de ces subdivisions, l’ordre narratif adopté est toujours plus ou moins le même, ce qui facilite sans doute pour le lecteur des comparaisons entre les différentes zones considérées. Un premier thème présente l’histoire du peuplement et de la construction de la société à partir de la colonisation. Un second thème présente les traits originaux du système économique en vigueur durant cette même époque coloniale. La thématique suivante aborde la question politique, posant notamment la question des processus d’indépendances à partir du début du XIXe siècle. Enfin une dernière thématique aborde la question de la littérature et de sa place dans la construction des identités antillaises. Bien sûr, cette structuration s’adapte aux spécificités de chacune des subdivisions considérées, introduisant, quand cela se justifie, une thématique plus spécifique. Mais globalement, des Antilles françaises aux Antilles néerlandaises en passant par les Antilles anglaises et par les Antilles Allemandes et Scandinaves, c’est cette approche qui prévaut.

4Cette structuration, très classique et simple, d’aucuns penseront même un trop scolaire, fait le choix du descriptif au détriment d’un questionnement plus problématisé. Mais dans le même temps, le choix des thèmes correspond bien à l’esprit d’un ouvrage qui propose, sur chacun d’eux, un exercice de synthèse. On est ici clairement dans une collection qui vise à dresser un bilan des connaissances bien plus qu’à dessiner des problématiques originales ou à construire des questionnements nouveaux. De fait, la plupart des contributions répondent à cet objectif : elles sont généralement brèves, dépassant rarement la quinzaine de pages, très factuelles, bien documentées, apportant au lecteur une vision claire et solidement étayée de chacune des questions abordées.

5Dans ce type d’ouvrage, le lecteur goûte autant les textes que les outils mis à sa disposition. C’est globalement le cas ici, même si le lecteur et universitaire français ne peut qu’exprimer, une fois encore, son regret de constater combien la littérature récente produite en français sur les sujets abordés dans l’ouvrage est trop inégalement mobilisée ou même simplement recensée. Concernant les Antilles françaises, par exemple, on s’étonne de ne pas trouver certains des travaux qui, depuis une dizaine d’années, ont contribué à renouveler l’approche de l’histoire antillaise, qu’il s’agisse de la traite ou de la société coloniale. Parfois même, ce sont des auteurs « classiques », ou considérés comme tel par les spécialistes français des Antilles, qui sont ignorés. A l’inverse, dans une bibliographie plus que copieuse – elle représente une cinquantaine de pages – l’essentiel recense la littérature en langue espagnole et anglaise, ce qui en fait un outil tout à fait précieux. Il en va de même de l’index qui permet de circuler avec facilité dans un ouvrage plus que volumineux.

6On l’aura compris : ce tome atteint les objectifs qu’il s’est fixés, à savoir constituer un outil de travail et offrir une synthèse à l’échelle d’une fraction du monde antillais. Dans le même temps, on ne peut oublier que ce tome s’insère au sein d’une collection qui a pour vocation de confronter les diverses parties d’un espace géographique et historique dont l’un des premiers traits n’est autre que celui de la fragmentation. A ce titre, c’est bien l’ensemble de la collection qu’il faut considérer. On peut enfin espérer que la lecture de ce volume s’enrichira avec la publication du dernier tome de la collection à vocation synthétique. La confrontation de ces deux volumes devrait en effet permettre des ouvertures, lancer des pistes de réflexion ou suggérer des problématiques que la structuration du t. 3, délibérément descriptive, n’offre pas spontanément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Ana CRESPO SOLANA, María Dolores GONZALES-RIPOLL (coord.), Historia de las Antillas no hispanas », Caravelle, 99 | 2012, 281-282.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Ana CRESPO SOLANA, María Dolores GONZALES-RIPOLL (coord.), Historia de las Antillas no hispanas », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/484

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org