Navigation – Plan du site
Comptes rendus

José Abel RAMOS SORIANO, Los delincuentes de papel. Inquisición y libros en la Nueva España (1571-1820)

México, FCE, 2011, 414 p.
Frédérique Langue
p. 275-279
Référence(s) :

José Abel Ramos Soriano

José Abel RAMOS SORIANO, Los delincuentes de papel. Inquisición y libros en la Nueva España (1571-1820), México, FCE, 2011, 414 p.

Texte intégral

1L’histoire du livre constitue depuis plusieurs décennies l’un des champs disciplinaires les plus fertiles de l’historiographie américaniste. L’intérêt des chercheurs s’est notamment focalisé sur deux types d’études : celle des bibliothèques d’Amérique coloniale, pour l’essentiel celles des élites, mais également de certaines institutions (collèges, universités et institutions d’enseignement tenues par l’Eglise, le Tribunal des Mines, etc.), et enfin le contrôle des lectures, livres, lecteurs et intermédiaires de cette circulation culturelle. D’où l’accent mis sur les décisions et l’activité du Tribunal du Saint-Office dans un domaine clé de l’histoire culturelle, sociale, et politique de la vice-royauté. Même si d’autres régions d’Amérique espagnole ont donné lieu à des ouvrages majeurs de l’histoire du livre et des bibliothèques (ainsi pour le Venezuela et le Pérou), la Nouvelle-Espagne y occupe une place de choix, conséquence non seulement de l’intense vie culturelle de la vice-royauté, principalement dans la capitale, et de la présence marquée et continue du Saint-Office in situ (de 1571 à 1820), mais également du rôle relativement précoce dévolu à ses imprimeurs et, partant, de la diffusion de ces autres « imprimés » que sont, selon le terme consacré, les premiers périodiques. L’une des dernières livraisons d’histoire du livre en Nouvelle-Espagne s’est même penchée avec bonheur sur un aspect moins couru, celui de son « économie », au propre et au figuré (María del Pilar Gutiérrez Lorenzo (coord.), Impresos y libros en la historia económica de México (siglos XVI-XIX), Guadalajara, Universidad de Guadalajara, 2007). Une somme majeure a également été publiée sur la question de la censure et de la diffusion des idées révolutionnaires vers la fin du XVIIIe siècle, phénomène certes connu mais sur lequel il existait véritablement peu de travaux systématiques dans leur appréhension des sources et de leur insertion dans un processus plus global, celui des révolutions dans le monde hispanique, de la réponse apportée par les autorités espagnoles via les édits inquisitoriaux, et de ses rythmes ternaires. On distingue en effet trois périodes bien distinctes dans l’histoire du livre en Nouvelle-Espagne des dernières décennies du XVIIIe siècle à l’Indépendance : celle de la réception après 1789 de la propagande issue de la Révolution française et de l’esprit des Lumières, la révolution d’Indépendance en Nouvelle-Espagne à partir de 1810, accompagnée d’écrits porteurs de projets de transformation politique et sociale, et enfin, dans la période 1816-1819, la lutte contre le libéralisme gaditano et son projet réformateur (Cristina Gómez Alvarez, Guillermo Tovar de Teresa, Censura y revolución. Libros prohibidos por la Inquisición de México, Madrid, Trama editorial-Consejo de la Crónica de la Ciudad de México, 2009).

2Avec la nouvelle génération de chercheurs, la « circulation » du livre acquiert droit de cité, s’insérant dans une dynamique plurielle d’histoire culturelle, sociale, politique, associant histoire des idées et histoire des représentations. L’échelle en est certes locale, mais s’insère tout aussi bien dans cette « histoire atlantique » découverte et célébrée depuis le nord du continent mais que l’historiographie latino-américaniste pratique pour des raisons évidentes depuis toujours et suivant des déclinaisons aussi bien « américaines » (perspective comparée) que « transatlantiques ». La route des Indes, la célèbre Carrera de Indias, a ainsi fait l’objet d’études approfondies, les plus récentes étant les ouvrages de Pedro J. Rueda Ramírez, Negocio e intercambio cultural: El comercio de libros con América en la Carrera de Indias (siglo XVII) (Sevilla, Diputación de Sevilla, Universidad de Sevilla, CSIC-EEHA, 2005) et de Cristina Gómez Álvarez, Navegar con libros. El comercio de libros entre España y Nueva España (1750-1820) (Madrid : UNAM/ Trama, 2011). L’approche relationnelle du commerce et, plus largement, de la production et de la diffusion du livre y est mise en exergue, faisant apparaître des réseaux mondialisés bien avant la lettre de libraires, d’imprimeurs, et de lecteurs à l’échelle de l’empire espagnol.

3L’ouvrage de José Abel Ramos Soriano, membre du Séminaire d’histoire des mentalités de l’INAH, spécialiste reconnu d’histoire des mentalités et plus précisément du versant inquisitorial de l’histoire du livre, s’attache dans ce contexte historiographique pour le moins fourni à définir les mécanismes de contrôle mis en place par le Saint-Office. L’accent est mis sur les pratiques quotidiennes en termes de censure voire, à la veille de l’Indépendance, sur les stratégies de contrôle appliquées à une opinion publique naissante et de contournement de celles-ci par les acteurs d’une économie culturelle florissante. La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée aux origines de la censure, aussi bien civile qu’ecclésiastique, et à ses modalités en Nouvelle-Espagne, suivant, mais en partie seulement, la voie tracée depuis la Péninsule. S’appuyant sur une bibliographie mexicaine plus que conséquente sur les pratiques inquisitoriales et en proposant un bilan fort utile, J. A. Ramos a choisi de se pencher sur une série de documents inédits conservés à l’AGN, à savoir les très nombreux édits promulgués par le Saint-Office (264 promulgués entre 1570 et 1919, dont 163, soit plus de la moitié, concernant le livre), les complétant par la section Inquisición et ses index. La spécificité de ces sources, particulièrement riches d’informations sur le fonctionnement de la censure, permet à l’auteur d’avancer l’hypothèse suivante : ces édits auraient permis, plus que toute autre disposition juridique ou pénale, l’imposition de normes sociales et de comportements dans l’ensemble de la société novohispana. De même auraient-ils, dans une certaine mesure, contribué à centraliser et à orienter la dénonciation des déviances relevées dans le domaine de la foi pendant tout le « règne » du Saint-Office. Les index présentent par ailleurs un caractère conservatoire, recueillant le souvenir d’ouvrages disparus des bibliothèques (éditions fragiles ou contenu « dangereux » n’éveillant pas l’intérêt immédiat des collectionneurs).

4Plus de 2 000 interdictions ont ainsi été étudiées, fournissant des indications précieuses quant à la provenance des livres prohibés, à leur contenu, genre et caractère pernicieux (hérésie, superstition, remise en cause de la foi, atteinte aux bonnes mœurs, apologie de certains philosophes, tels Rousseau ou Hobbes, etc.), quant aux classifications et critères utilisés précisément par les inquisiteurs, ce que l’auteur qualifie de « taxonomies dominantes de la culture et de la société novohispanas ». Sachant à l’occasion se montrer flexibles sur certains écrits publiés et discutés en provenance d’Espagne, les inquisiteurs se montrèrent plus soucieux de l’ordre moral sur un territoire récemment conquis, du moins pendant les premiers temps de la Conquête, le contrôle des écrits et de leur communication tendant ensuite à adopter des normes similaires à celles observées dans l’ensemble de l’Occident moderne. Sur les quelque 9 000 documents du XVIIIe et début du XIXe siècle relevant de la section Inquisition, 552 infractions, soit 6% de l’ensemble, portent sur des ouvrages interdits (dénonciations, instructions données aux commissaires et familiers afin de localiser les ouvrages concernés et leurs propriétaires, listes de livres ne devant pas pénétrer sur le territoire de la Nouvelle-Espagne, rôle dévolu aux commissaires de l’Inquisition dans les ports, demandes de particuliers concer-nant la restitution d’ouvrages dûment examinés par les inquisiteurs, ou procès à l’encontre de détenteurs d’ouvrages interdits). L’homogénéité des sources et la multiplicité des inventaires produits par l’activité inquisitoriale à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle – période où l’intérêt des inquisiteurs pour le livre et ses dérivés est le plus manifeste – ont rendu possible l’adoption d’une démarche à la fois quantitative et qualitative, combinaison rare et qui n’est pas le moindre mérite de cette analyse des plus complète et pas moins précise.

5Dans un deuxième temps, J. A. Ramos centre son analyse sur les infractions commises, détaillant les aspects pratiques de la censure à l’endroit du livre, depuis la formulation et la promulgation des édits du Saint-Office à la répression mise en œuvre à l’encontre des récalcitrants, sa fréquence et la localisation des contrevenants (tableaux par intendances). Il montre ainsi le rôle joué par les manuels d’inquisiteurs dans le développement et l’évolution de ces pratiques fondamentalement urbaines, ainsi que les réponses apportées par la société novohispana. Les obstacles, économiques en grande partie – à savoir les intérêts économiques des éditeurs et la multiplication et diversification des publications concernées –, sont également pris en considération, de même que le rôle joué par certaines puissances ennemies dans la diffusion de certains imprimés à vocation ouvertement économique ou politique. La « révolution dans le gouvernement », autrement dit les réformes bourboniennes, représentent enfin un autre obstacle à l’exercice de l’autorité inquisitoriale, sans compter les rivalités de fait existant avec certains secteurs du clergé. Une troisième partie porte plus particulièrement sur ce que l’on appellerait de nos jours les « acteurs du livre » ou plutôt, des délits concernant le livre : ecclésiastiques, fonctionnaires royaux, commerçants et libraires, militaires, gens de lettres et « autres » lecteurs et détenteurs d’œuvres interdites dont l’effet de mode constitue par ailleurs une réalité méconnue (effet pervers ?) de cette répression.

6La circulation des œuvres interdites ou suspectes, thème majeur de cette analyse, conduit de la sorte l’A. à évoquer enfin une « guerre des écrits » (quatrième partie, complétée par de très utiles documents annexes, textes de la censure, délits concernés, et identités des participants à cette confrontation par ouvrages interposés) qui ne doit pas faire oublier la dichotomie de fond qui sous-tend les pratiques de lecture, qui demeure le fait d’une élite sociale et intellectuelle – peut-on pour autant évoquer une « élite culturelle » ? – dont les comportements ne reflètent guère les pratiques dissonantes et déviantes enregistrées dans l’ensemble de la vice-royauté, y compris en milieu urbain. Les procès mettent en scène des individus qui occupent parfois des charges élevées dans la hiérarchie sociale et politique de la vice-royauté, et les idées « pernicieuses » et « subversives » poursuivies avec constance par les inquisiteurs reflètent de fait la diffusion de nouveaux courants de pensée à la veille de la Révolution d’Indépendance.

7Au fil de cet ouvrage, les pratiques de censure apparaissent, par conséquent, non comme un monolithe garant de la foi et d’une idéologie sans faille, mais bel et bien comme un filtre, non infaillible, puisque certains ouvrages non seulement y furent soustraits, mais échappèrent à la sagacité des inquisiteurs. Ce sont peut-être les interstices de cette pratique normée, tels qu’ils sont suggérés à la fin de cette remarquable synthèse, qui apportent d’ailleurs le plus d’informations originales non pas sur les ouvrages concernés – évoqués comme nous l’avons signalé dans d’autres publications récentes – mais sur les pratiques de la lecture en général et les acteurs de cette vie culturelle à la veille de l’Indépendance. En ce sens, la « guerre des écrits » mise en exergue par l’auteur semble être davantage une « guerre des lecteurs », voire des intermédiaires et détenteurs des œuvres imprimées, libraires et collectionneurs nécessairement représentatifs des élites novohispanas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « José Abel RAMOS SORIANO, Los delincuentes de papel. Inquisición y libros en la Nueva España (1571-1820) », Caravelle, 99 | 2012, 275-279.

Référence électronique

Frédérique Langue, « José Abel RAMOS SORIANO, Los delincuentes de papel. Inquisición y libros en la Nueva España (1571-1820) », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/482

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org