Navigation – Plan du site
Le Brésil caipira. Une culture, ses représentations

La Filière Caipira : trafic de drogue à l’intérieur de l’état de São Paulo

Fernanda De Almeida Gallo
Traduction de Teresa Cristina Duarte-Simões et Marc Gruas
p. 107-124

Résumés

Cet article – qui prend pour source le Relatório Final da Comissão Parlamentar de Inquérito (CPI) do Narcotráfico et les enquêtes de la Polícia Federal brésilienne – a pour objectif d’identifier et de dresser un bilan de la Filière Caipira du trafic de drogue. Une analyse du cadre et des personnes mêlées à cette activité criminelle rend possible la compréhension de l’organisation des marchés illégaux établis le long de la Filière, ainsi que son dialogue avec l’intérieur de l’état de São Paulo.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1980, les habitants de l’état de São Paulo ont assisté, ahuris, à l’augmentation croissante du nombre de crimes liés au trafic de drogue et au vol de fret routier, ainsi qu’à une recrudescence des homicides, dans les villes de l’intérieur. Le nom que les autorités de cet état ont retenu pour désigner ces nouveaux phénomènes est « Filière Caipira « (Rota Caipira).

2Toutefois, cette désignation affecte une partie des habitants de cette région, ceux, justement, dénommés traditionnellement les caipiras ; l’usage de cet adjectif pour désigner une filière de corruption ayant blessé leur dignité.

  • 1 Weber, Max, « Os três tipos puros de dominação legítima », in Cohn, Gabriel (org.) Os grandes cient (...)
  • 2 Misse, Michel « Mercados ilegais, redes de proteção e organização local do crime no Rio de Janeiro (...)
  • 3 Rodrigues, Thiago, M.S., « A infindável guerra americana: Brasil, EUA e o narcotráfico no continent (...)

3Dans cet article, mon objectif n’est pas seulement de décrire cette filière ni le caipira, mais de comprendre l’étroite relation qui s’est établie entre les deux. Cependant, l’adjectif caipira, employé ici pour identifier une filière de trafic de drogue bien précise, doit être entendu comme une référence géographique à l’espace utilisé dans le cadre de ce trafic, et non comme un lien avec la population locale. Pour ce faire, l’hypothèse que nous soutenons est qu’il y a peut-être trois facteurs expliquant l’instauration de cette filière, dans cet espace géographique. Le premier serait le déficit d’intervention et de présence réelle des « appareils coercitifs et régulateurs » de l’État1, c’est-à-dire, les policiers, dans la région. Le deuxième facteur découlerait de certaines caractéristiques géographiques propices au développement du trafic, comme les vastes plantations de canne à sucre, les petites routes de terre reliant les villes entre elles, les innombrables terrains cultivés… Le troisième et dernier facteur serait la présence d’une infrastructure indispensable à la logistique du trafic, les grandes routes. À ces divers facteurs s’ajoute le fait qu’il existe, dans l’intérieur paulista, un bon nombre de centres de production et de consommation de drogue à l’origine du phénomène Filière Caipira. Je défends l’idée selon laquelle l’arrière pays de l’état de São Paulo s’est retrouvé sur le devant de la scène des « marchés illégaux »2 et est devenu le lieu idéal pour l’ouverture d’un « couloir pour le trafic »3, plus par l’absence d’intervention de l’État dans cette région que par une influence directe de la culture caipira, culture pouvant contribuer au maintien de cette filière.

4En guise d’introduction, et afin de comprendre comment la Filière Caipira s’est structurée à l’intérieur de l’état de São Paulo, il est nécessaire, dans un premier temps, de définir la culture caipira qui l’accueille. Par la suite, à partir d’une étude de cas, je décrirai le fonctionnement de la Filière et son appropriation de cet espace paulista. Enfin, je chercherai à expliquer comment elle dialogue avec le caipira et ses traditions, redéfinissant l’intérieur de cet état comme une traînée de violence et de corruption laissée par le trafic de drogue.

Lever de rideau sur l’intérieur caipira de São Paulo

  • 4 Source : Secretaria de Agricultura e Abastecimento, CATI/IEA, Projeto LUPA, ano base 2007/2008. L’h (...)

5Ce sont presque 3.555.233,4 hectares4 de plantations de canne à sucre qui s’étendent à perte de vue, formant un labyrinthe vert entrecoupé de chemins de terre sur lesquels circulent des camions chargés d’ouvriers agricoles et de canne à sucre fraîchement coupée ; ici, dans les mois précédant la récolte, seule une grande mer verte fait office de paysage.

  • 5 Il y a 400 communes dans l’intérieur de l’État de São Paulo.
  • 6 Cascudo, Luís da Câmara, Antologia do folclore brasileiro, São Paulo, Ed. Martins, 1971.

6C’est dans ce décor que vit le caipira, inséré dans de petites villes5, dans des cabanes, au milieu des champs ou des plantations de canne à sucre, de café, de maïs… Selon Câmara Cascudo6, ce mot serait une déformation du mot indien caapora qui signifie « habitant de la brousse » (morador do mato). De nos jours, la dénomination caipira est donnée à toute personne vivant à l’intérieur des terres, aussi bien en milieu urbain, qu’en milieu rural. Souvent, ce terme a un sens péjoratif cataloguant l’habitant de l’intérieur comme quelqu’un de timide, d’ignare ou de rustre.

7Cependant, cette culture caipira, représentation d’un passé récent du point de vue historique, reflète l’adaptation du colonisateur européen au Brésil et sa façon d’être, de penser et d’agir, sur le territoire brésilien. Le style de vie caipira consiste notamment à cuisiner au feu de bois, à préparer son café dans une chaussette, à boire le lait de vache qui vient d’être trait ; à l’heure du goûter, cela signifie manger des biscuits au tapioca, des gâteaux secs, de petits pains au fromage, différentes sortes de gâteaux au maïs et des fruits au sirop ; enfin, préparer des liqueurs avec les fruits du verger, comme c’est la coutume à l’intérieur des états de São Paulo et de Minas Gerais ; et, fabriquer, également, la cachaça, devenue la boisson nationale du Brésil.

  • 7 Berger, Peter e Luckmann, Thomas: A Construção social da realidade: tratado de sociologia do conhec (...)

8On peut observer encore aujourd’hui, dans la décoration des maisons modestes de cette région, des traits liés aux coutumes locales traduisant la façon d’être caipira7 : maisons peintes en bleu ciel, rose ou jaune, décorées avec des fleurs en tissus (fuxicos), napperons en crochet et dessus de lit en patchwork. D’autres éléments caipiras perpétuent les traditions séculaires : s’asseoir à la porte d’entrée à la fin de la journée ou se pencher à la fenêtre pour « parlementer » avec la voisine ou écouter une « histoire » racontée par le boucher, à l’occasion des livraisons…

  • 8 Oliveira, Allan de Paula, « O tronco da roseira: uma antropologia da viola caipira », Master d’Anth (...)
  • 9 Candido, Antônio, Os parceiros do Rio Bonito: estudo sobre o caipira paulista e a transformação dos (...)
  • 10 L’alpendre est une pièce de la maison située entre la salle de séjour et la rue. Espace tampon entr (...)

9Dans son travail universitaire, Allan de Paula Oliveira8 montre que ce qui relève du rural est vu comme un espace de modes de vie traditionnels. Il prend comme point de départ de son étude le travail d’Antônio Candido9, la description des pratiques et des relations sociales dans le monde caipira, présentées comme traditionnelles et réfractaires à toute transformation brusque. Candido a également souligné l’importance de certains éléments comme les saisons, les liens de parenté, les rapports de voisinage et de réciprocité dans les pratiques culturelles du caipira, de son statut de l’honneur vis-à-vis du groupe social. Ne pas respecter tout cela constitue un risque pour la communauté et une atteinte à l’honneur de la personne concernée. Candido décrit également la façon dont des pratiques sociales comme le mutirão – où des voisins se réunissent pour rendre service à un tiers, qui se trouve dans le devoir de rétribuer ce travail à une autre occasion – sont importantes comme formes de sociabilité dans le milieu caipira. Allan de Paula Oliveira complète cette analyse en soulignant qu’une partie de la vie quotidienne du caipira est basée sur les rapports de voisinage et de réciprocité, ritualisés par la sociabilité de la cultura do alpendre10 : dans les petites villes, tous les jours, à la fin de la journée, les gens sortent leurs chaises sous l’alpendre ou sur le trottoir et ils restent là, à discuter, jusqu’à la tombée de la nuit. Cette pratique met en relief l’importance des rapports de voisinage : on se réunit tous les jours pour discuter et, ainsi, échanger les nouvelles du dehors.

  • 11 Franco, Maria Sylvia Carvalho de, Homens livres na ordem escravocrata, São Paulo, EDUSP, 1994.
  • 12 Franco, 1994, p. 30.

10Cependant, à cette vie calme de l’intérieur des terres (interior), à cet échange d’informations et de services mentionnés par Candido, il faut ajouter des éléments de violence et de conflit, selon Maria Sylvia Carvalho Franco11. Pour cette auteure, la violence du monde caipira serait « une façon routinière d’ajustement des rapports de voisinage »12 ; ainsi, ces rapports ne se limiteraient pas à la « conjonction sociale » et ne constitueraient pas seulement des traits culturels d’un groupe donné. Cette même auteure affirme que des moments de « disjonction sociale » ne sont pas exclus, un mot ou un geste déplacé peuvent transformer un mutirão en une bagarre généralisée.

11Toutefois, pour Maria Sylvia Carvalho Franco, la tension et la solidarité se combinent et traversent tout le tissu social du groupe. De cette façon, tant les faveurs que la violence sont considérées comme réciproques, à l’intérieur de la culture caipira.

12Finalement, que ce soit par la façon de s’asseoir au pied d’un manguier pour rouler une cigarette, ou encore par la façon méfiante de se déplacer, Antônio Candido a considéré le caipira comme le résultat d’un métissage entre l’Indien et l’Européen. Comme l’héritier d’une tradition culturelle particulière où prédomine la religiosité des Portugais et la sagesse populaire des Indiens, tradition associée à la culture de subsistance, qui empêche ce même caipira de devenir un grand propriétaire foncier :

  • 13 Candido, op. cit., p. 203.

[...] a cultura caipira foi apresentada em função dos níveis mínimos, mas organicamente entrosados, de subsistência e vida social, exprimido um tipo de economia semi-fechada. Esta foi caracterizada pela estrutura dos agrupamentos de vizinhança e o equilíbrio mínimo instável com o meio, obtido por técnica rudimentar13.

  • 14 Werner, Robert, A Conquista do Oeste; a fronteira na obra de Sérgio Buarque de Holanda, Belo Horizo (...)

13Sérgio Buarque de Holanda (apud Werner14) a complété les affirmations de Candido, en défendant l’idée selon laquelle le caipira est né de cette adaptation de la culture européenne à la colonie brésilienne, où, face à un environnement hostile, le colonisateur s’est d’abord adapté aux autochtones. Dans un premier temps, les deux traditions ont fini par se confondre, c’est seulement par la suite que le colonisateur a repris ses traditions et les deux se sont donc éloignés, chacun conservant ses propres racines. Cet aspect a permis à la culture caipira de dépasser les nombreuses phases du processus colonisateur qu’a connu l’intérieur de l’état de São Paulo. De telle façon que le caipira incarne l’« habitant de l’intérieur », celui qui a juxtaposé le passé et le futur, le rural et l’urbain, qui a construit et qui vit au cœur même d’un décor qui a contribué à la formation de la Filière Caipira.

La problématique de la Filière

14Comme nous l’avons vu précédemment, le terme caipira se réfère à une région culturelle de l’intérieur de l’état de São Paulo, bien que l’influence de la culture caipira se soit diffusée sur un territoire bien plus vaste englobant le sud de l’état du Minas Gerais, l’intérieur de l’état de Rio de Janeiro, le nord de l’état de Paraná, et la région Centre-Ouest, jusqu’aux confins de l’Amazonie. Cette culture correspond à la trajectoire des habitants de l’état de São Paulo qui se sont déplacés, lors des dernières décennies, sur les fronts d’expansion agricole.

15Au centre de la Filière Caipira se trouve la ville de Ribeirão Preto, dans l’état de São Paulo, considérée comme le point stratégique du trafic de drogue, la très grande surface couverte par des plantations de canne à sucre entourant cette localité étant utilisée pour l’atterrissage d’avions pénétrant l’espace aérien brésilien, en provenance de Colombie ou de Bolivie. Les grandes routes sont ensuite empruntées par les trafiquants pour acheminer la drogue vers les grands centres de consommation du pays, les villes de Rio de Janeiro et de São Paulo.

  • 15 Données relatives à l’année 2010.

16Selon les chiffres du Secrétariat de la Sécurité Publique de l’État de São Paulo15, Ribeirão Preto est devenu le centre de distribution de la cocaïne originaire de Colombie et de Bolivie, depuis le début des années 1990. Ce stupéfiant rentre au Brésil via le Paraguay et l’état de Mato Grosso do Sul, aussi bien par la route que par des moyens aériens. Comme cette région possède un excellent réseau routier, sur lequel transitent entre 500 et 600 camions par heure, il est facile, pour les trafiquants, de transporter leur « marchandise » au milieu des chargements partant vers les grands centres de consommation et les entrepôts internationaux, tels le port de Santos, dans l’état de São Paulo.

17Toutefois, pour pouvoir arriver à Ribeirão Preto, les trafiquants mettent en place certains modus operandi bien spécifiques qui seront présentés par la suite.

Sources de nos données sur les crimes et la Filière

  • 16 Câmara dos Deputados, Relatório da Comissão Parlamentar de Inquérito destinada a investigar o avanç (...)

18La principale source de cet article est le rapport final de la Commission d’Enquête Parlementaire (CPI) sur le Narcotrafic16 qui s’est intéressée au trafic de drogue pratiqué à un niveau qui exige une très grande organisation, un très grand professionnalisme et qui génère d’importantes sommes d’argent. Cette Commission s’est inspirée d’autres commissions d’enquête de l’état de São Paulo, à l’initiative du gouvernement ou, encore, de certaines organisations de défense des droits.

  • 17 Labrousse, Alain, Geopolítica das drogas (trad. Mônica Seincman), São Paulo, Ed. Desatino, 2010.
  • 18 Peraldi, Michel « Économies criminelles et mondes d’affaires à Tanger », Cultures et conflits, Pari (...)

19Les données révélées par la CPI permettent d’appréhender le fonctionnement d’un niveau d’activités criminelles, que l’on peut appeler « meso », qui serait en lien étroit avec les mouvements transnationaux de circulation des marchandises, des personnes et des capitaux, ainsi qu’avec les réseaux locaux du pouvoir. Toutefois, ce type d’opération a été très peu étudié car les anthropologues et les sociologues réalisent plutôt des études ethnographiques, et, d’une façon générale, celles-ci se limitent à dresser des analyses du « micro », c’est-à-dire, des contextes locaux. Ce niveau « meso » reste peu visible, également, dans les recherches menées par la nouvelle économie qui traite de la géopolitique globale de la drogue17, l’amplitude « macro». C’est pour cette raison que Michel Peraldi18 met l’accent sur le fait que les difficultés à mener des études de niveau « meso » sont largement compensées par les bénéfices que les chercheurs en Sciences Sociales obtiennent par l’utilisation de données issues des sources officielles, des enquêtes criminelles et de terrain.

Comment la Filière s’adapte à l’intérieur de l’état de São Paulo

20Étant donné sa situation et son potentiel économique, la Filière Caipira est devenue essentielle pour le trafic de drogue. Elle intègre une région du Brésil extrêmement prometteuse, le centre de la riche agro-industrie du sucre et de l’alcool et le siège des grands parcs industriels et technologiques de pointe installés dans l’intérieur de l’état de São Paulo. La Filière profite de la juxtaposition de la tradition caipira et des bénéfices récents de la modernisation de cette région.

21En effet, dans les années 1990, cette partie du Brésil a connu une restructuration économique par le déplacement des parcs industriels, qui ont quitté la région métropolitaine de la ville de São Paulo. Cela a rendu possible des réformes productives tout en redessinant le rôle de l’économie paulista au sein de la mondialisation. À la fin de cette période, un boom de l’économie de l’éthanol a inauguré un nouveau cycle de production de richesses pour la région de l’interior, ce qui a contribué à redéfinir, de façon plus durable, l’équilibre économique entre la ville de São Paulo – la plus grande du pays – et l’ensemble du territoire de l’intérieur de son état. Ainsi, capitale et intérieur s’inscrivent-ils dans une dynamique complémentaire englobant la Filière Caipira et le trafic de drogue qui lui est associé.

22Découvert dans les années 1980-90, le parcours criminel qui relie les villes paulistas de Campinas et Ribeirão Preto intègre d’innombrables plantations de canne à sucre qui, dans les régions de Ribeirão Preto et de Rio Preto, cachent des pistes clandestines d’atterrissage appartenant à des bandes internationales organisées.

23Cette région qui abrite la Filière Caipira est partie intégrante du trafic de drogue international car elle est un lieu de passage, à l’intérieur d’un schéma contrôlé par de puissants trafiquants brésiliens parmi lesquels des politiciens profitant de leur statut pour faire prospérer leurs « affaires » qui, d’une façon générale, ont un lien direct avec le trafic de drogue.

  • 19 Procópio Filho, Argemiro e Vaz, Alcides. Costa, « O Brasil no contexto do narcotráfico internaciona (...)

O tráfico de armas procedentes dos Estados Unidos utiliza tanto rotas marítimas quanto aéreas para chegar à América Latina. Existem suspeitas do envolvimento de policiais, burocratas e políticos no tráfico de armas, com certeza conectado com o contrabando de precursores químicos e com o narcotráfico. Difícil é a identificação dessas pessoas, já que há perigo de vida nesta situação. O porto de Paranaguá é outro ponto importante para o narcotráfico. Grupos árabes importam mercadorias para o Paraguai que voltam contrabandeadas para o Brasil. Os portos amazônicos no Brasil, na Colômbia, Peru e Bolívia são utilizados tanto para o contrabando de armas quanto para a entrada e saída de precursores químicos, da pasta base e da cocaína19.

24Dans l’enchevêtrement des routes reliant l’état de São Paulo à ses voisins, ces pistes d’atterrissage clandestines permettent, donc, d’assurer l’acheminement de la drogue. De plus, un autre marché illicite se développe sur les innombrables routes sinueuses sur lesquelles des milliers de camions transitent quotidiennement, transportant les marchandises les plus diverses. Parallèlement au trafic de drogue, apparaît alors le vol de frets et de remorques, l’un des marchés criminels en grande progression le long de la Filière Caipira. Une affaire emblématique de cette relation cachée existant entre le trafic de drogue et le vol répété de fret routier commis sur ces routes, a mis en cause un homme d’affaires de la région de Campinas, chef d’une bande composée de trois autres hommes d’affaires, d’un avocat, de deux passeurs de dollars (doleiros) et de quelques policiers. De plus, ils étaient tous en lien avec une autre bande de l’état de Maranhão impliquée également dans le vol de fret, que nous évoquerons par la suite20.

25Les villes qui appartiennent à ce circuit jouent des rôles bien définis à l’intérieur de ce réseau criminel. Chacune a sa spécificité, parfois lieu de passage des marchandises, parfois centre de distribution. Ainsi, de nombreuses entreprises écrans de la région couvrent les différentes phases du vol de fret et du trafic de drogue, alors même que des institutions bancaires soutiennent ces opérations en blanchissant l’argent de cette activité illégale.

26Dans ce contexte, la singularité de l’intérieur paulista est d’imbriquer capital licite et illicite, tel un engrenage permettant de faire fonctionner les autres mécanismes du système. Il s’agit, donc, d’une structure déjà consolidée par un réseau composé d’entrepreneurs qui disposent d’importants moyens financiers et de solides connaissances des lois permettant d’échapper aux appareils coercitifs et punitifs des institutions publiques et qui s’appuient sur la culture caipira pour couvrir leurs activités.

  • 21 Jackson, Luis Carlos, A Sociologia esquecida; os Parceiros do Rio Bonito e a Sociologia de Antonio (...)
  • 22 Queiroz, Maria Isaura Pereira de, Bairros rurais paulistas, dinâmica das relações bairro rural-cida (...)
  • 23 Jackson, 2002, p. 97.

27Selon Luís Carlos Jackson21, qui a analysé la paysannerie brésilienne à partir des travaux de Maria Isaura Pereira de Queiroz22, a sobrevivência do caipira sempre dependeu [...] do equilíbrio obtido na relação estabelecida com a sociedade global23. D’ailleurs, Queiroz ajoute que l’assimilation de la culture caipira par d’autres habitants de l’intérieur paulista (l’auteure faisait référence aux immigrants européens des années 1900), a contribué à l’élargissement des bases de cette civilisation rustique, comme l’a analysé Antônio Candido.

  • 24 Queiroz, 1973, p. 136.

28Selon cet auteur, l’organisation sociale caipira est régie par un voisinage organisé assurant la continuité de la tradition à l’intérieur du groupe. En ce sens, le développement des villes de l’intérieur paulista aurait pu fonctionner comme un facteur de désorganisation de la tradition ; à l’inverse, il fonctionne comme un facteur de conservation de cette même tradition. De cette façon, a invasão de certas zonas do Estado por elementos vindos de fora não desenraiza tais práticas24. Bien au contraire, l’isolement, autre aspect important du caipira, vient renforcer quelques-unes des caractéristiques géographiques les plus significatives de l’intérieur : la présence de vastes plantations de canne à sucre séparant les petites villes empêche ainsi que les liens se créent entre des personnes des différentes bourgades. De la sorte, la géographie de cette région, associée à l’isolement du caipira, a contribué à la consolidation de la Filière et à son impunité pendant de nombreuses années, cette action criminelle n’étant identifiée qu’au cours des années 1980.

  • 25 Il existe un grand nombre de petits aéroports clandestins et de pistes d’atterrissage et décollage (...)

29Lorsqu’on observe le fonctionnement de la Filière Caipira dans le contexte paulista, on se demande comment, dans un état d’une telle richesse sur les plans culturel et économique, comme São Paulo, on peut accepter l’absence de forces de l’ordre dans certaines communes. De plus, comment expliquer l’existence des pistes d’atterrissage25 utilisées pour rendre possible la contrebande et le trafic quotidien de centaines de kilos de cocaïne en provenance de Bolivie, du Paraguay et de Colombie ? Il n’est pas facile de trouver une explication à ces phénomènes, mais quelques hypothèses sur l’absence de forces de l’ordre peuvent être avancées : 1) l’étendue géographique de ce trafic ne permet pas à la police de surveiller toutes les localités ; 2) le laps de temps entre l’atterrissage d’un appareil et l’arrivée de la police est trop court car un petit avion ne nécessite que de 10 à 30 minutes pour être déchargé et décoller à nouveau ; et 3) la plupart de ces pistes clandestines sont situées dans des propriétés rurales privées et, de ce fait, hors de portée des services de l’État pour les surveiller ou les protéger. Il existe également des pistes appartenant à des trafiquants se faisant passer pour des entrepreneurs, qui ne subissent aucun type de contrôle de la part des organismes responsables de l’aviation civile brésilienne ni de la part des autorités.

30Tout devient encore plus complexe lorsque nous observons que cet important volume de drogue transite dans des camions, ou d’autres véhicules banalisés, par les grands axes et les routes de l’état paulista, vers les marchés de consommation des régions métropolitaines de São Paulo et de Rio de Janeiro. Or, on peut observer la forte présence de l’État dans la gestion de l’infrastructure de cette région : des routes en très bon état, des entrepôts et des postes de douane, des aéroports… Un argument supplémentaire émerge ainsi pour y justifier l’instauration de la Filière Caipira ; pour la bonne marche des affaires, légales ou illégales, il faut se trouver près des infrastructures développées par l’État.

  • 26 Misse, Michel. « Rio como bazar. A conversão da ilegalidade em mercadoria política », in Revista In (...)

31De plus, la drogue doit transiter obligatoirement par des villes stratégiques situées à l’intérieur de l’état afin d’assurer un changement de transporteur. On peut citer les villes de Santa Fé do Sul, de Jales, de Fernandópolis, de Votuporanga, de Ribeirão Preto et de Rio Preto. La mécanique est bien « huilée », elle implique les habitants des villes, qui ont recours aux bonnes vieilles habitudes de la conversation sur le pas de la porte et qui sont chargés de détourner l’attention au moment où la drogue change de transporteur. Certains policiers jouent même un rôle prépondérant pendant l’acheminement de la « marchandise », soit en fermant les yeux sur ces trafics, en échange de pots-de-vin, soit en escortant et en assurant la couverture de ce transport, ce qui montre l’importance des « marchandises politiques » (mercadorias políticas26) pour l’organisation du trafic de drogue au Brésil.

32La carte ci-dessous présente le réseau formé par les communes composant la Filière Caipira qui sont liées au trafic de drogue :

Le réseau de villes [ici en points blancs] de la Filière Caipira

Le réseau de villes [ici en points blancs] de la Filière Caipira

(L’auteure du présent article a élaboré cette carte à partir des données qui figurent dans le Relatório da CPI do Narcotráfico, Câmara dos Deputados, 2000).

Le réseau de la Filière

33Pour pouvoir appréhender comment la Filière Caipira est entrée dans le quotidien de l’intérieur paulista, nous allons décrire le rôle des acteurs impliqués dans ce trafic.

  • 27 Le lien entre la bande de « WS » et le vol de frets dans cette région a été mis à jour lorsqu’un an (...)

34Le nom le plus important de la Filière Caipira est « WS »27, cité par la CPI, car il permet des connexions entre l’intérieur de l’état de São Paulo et les états d’Alagoas, Bahia, et Maranhão. Nous avons représenté graphiquement ces connexions dans le schéma qui suit, ce qui permet de saisir les liens entre les divers membres du réseau.

35« WS » a été accusé d’entretenir des liaisons avec divers marchés criminels, comme celui de vol de fret routier dans le Nordeste, ce qui permet de comprendre les différents niveaux d’articulation du réseau qui regroupe des députés, des entrepreneurs, des passeurs de dollars, jusqu’aux petits trafiquants.

Le réseau criminel de la Filière Caipira

Le réseau criminel de la Filière Caipira

(Schéma conçu par l’auteure de l’article , à partir des données qui figurent dans le Relatório da CPI do Narcotráfico, Câmara dos Deputados, 2000).

  • 28 Câmara dos Deputados, 2000, p. 73.
  • 29 Câmara dos Deputados, 2000, p. 217.
  • 30 Câmara dos Deputados, 2000, p. 205.
  • 31 Câmara dos Deputados, 2000, p. 196.
  • 32 L’homme d’affaires est soupçonné d’avoir blanchi de l’argent à travers des bureaux de change tenus (...)

36Le chef d’entreprise « WS » a réuni autour de lui une importante bande organisée impliquée dans des vols de fret routier, des trafics de drogue et d’armes, ainsi que dans des blanchiments d’argent. Il avait comme associés trois hommes politiques : un ancien député fédéral de l’état d’Acre (« HP »)28 – connu pour avoir commis des meurtres inqualifiables perpétrés au moyen d’une scie électrique –, un ancien député fédéral de l’état de Maranhão (« JG »)29 – accusé d’être mêlé à des vols de fret –, et un ancien député fédéral de l’état d’Alagoas (« AF »)30. Or, « AF » était le frère d’un ancien conseiller parlementaire (« PC ») d’un tout aussi ancien président de la république brésilienne31 et tous deux furent accusés de blanchiment d’argent lié au trafic de drogue32.

37Après la mort de « PC », « WS » serait devenu le cerveau de l’organisation criminelle. Dans l’état de Maranhão, la bande qu’il dirigeait sévissait surtout dans la région de Nova Olinda où une propriété de l’ancien député « AF » était utilisée pour héberger les membres de la bande, pour le chargement et le déchargement de la cocaïne en provenance de l’état d’Acre, qui passait par d’autres états, ainsi que pour cacher les cargaisons des camions volés dans la région.

38Dans l’état de Maranhão, agissaient les bandes de l’ancien député « JG », associé à « B », un voleur de fret très connu, lui-même en liaison avec « FC », député de l’état de Maranhão et d’autres hommes politiques locaux, responsables de l’organisation d’assassinats et de vols de fret routier. Dans ce circuit de relations, « JG» était directement associé au réseau de « WS » dont il exécutait les ordres, dans tout l’axe du Nordeste brésilien.

39Le député de l’état d’Acre, « HP », apparaît dans ce réseau comme l’un des opérateurs des liaisons établies dans les états d’Acre, Maranhão et Alagoas, ainsi que comme le responsable de crimes barbares survenus dans l’état d’Acre.

40Les cargaisons volées dans les états de Bahia, Maranhão, Alagoas et São Paulo servaient de monnaie d’échange pour acquérir la drogue au Paraguay, en Colombie et en Bolivie. Dans ce secteur, le bras droit de « WS », dans l’état de Bahia, était un bandit nommé « N », frère d’un malfaiteur attaquant les camions et volant leurs remorques dans le Nordeste ; il les transportait jusqu’à l’état de São Paulo, en empruntant la Filière Caipira pour acheminer cette cargaison volée ainsi qu’il le faisait de la drogue provenant des frontières bolivienne et paraguayenne.

  • 33 Câmara dos Deputados, 2000, p. 1001.

41« WS » avait placé le siège de l’organisation criminelle dans une ville située au cœur de la Filière Caipira ; c’est à Campinas que se trouvaient les entreprises dont il se servait pour « blanchir l’argent des vols et du trafic »33. Au moyen du paiement de traites à ces entreprises, l’argent sortait du circuit criminel et retournait, de façon licite, sur les comptes bancaires des membres de la bande.

42De plus, le gang de « WS » bénéficiait d’une assistance juridique et de la collaboration de sept autres hommes d’affaires, ainsi que de deux doleiros. Ces derniers étaient chargés du vol de fret et du contrôle de la marchandise jusqu’à ce qu’elle soit légalisée. Le responsable juridique de cette association de malfaiteurs était un avocat qui faisait passer les informations et se chargeait des démarches juridiques lorsque l’un des membres de la bande purgeait une peine de prison. La sécurité des cargaisons volées bénéficiait de l’escorte de policiers qui n’hésitaient pas à se servir de leurs voitures de service, comme s’il s’agissait d’une opération de routine.

43Dans cette opération, intervenaient les communes d’Atibaia, Marília, Mirassol d’Oeste, Ibaté, Londrina, Maringá et Paranaguá, où étaient réalisés l’entretien et le maquillage des avions, le chargement et le déchargement de la drogue, se rajoutant au trafic d’autres produits, ce qui témoigne du parallèle existant entre le trafic de drogue et d’autres déviances.

  • 34 Câmara dos Deputados, 2000, p. 135.

44La commune de Marília, par exemple, faisait partie intégrante d’un trafic de matériel électronique ; le personnage le plus important de ce réseau étant « WS » mêlé, cette fois-ci, à ce type de contrebande. Il avait pour complice le propriétaire d’un garage qui maquillait les avions qui atterrissaient, chargés de matériel de contrebande, dans la ville voisine, Vera Cruz ; ainsi qu’une femme, pilote d’avion et trafiquante notoire34, déjà condamnée pour trafic de stupéfiants dans l’état d’Acre. Elle fut également mise en examen pour son lien avec le Cartel de Cali au Brésil, ainsi que pour ses liens avec l’ancien député de l’état d’Acre, cité plus haut.

45Ainsi, on peut noter que des hommes politiques, des hommes d’affaires, des policiers et des contrebandiers participent à ce réseau, permettant ainsi que le trafic de drogue s’établisse dans d’autres sphères, bien au-delà du trafic-type qui a lieu au détail.

46De plus, il faut signaler que, pendant des années, le siège de ce réseau s’est trouvé au cœur même de cette Filière Caipira, permettant ainsi sa connexion avec d’autres points du pays et faisant d’elle une pièce maîtresse du paysage des marchés criminels.

47En réalité, il s’agit d’un réseau très bien structuré, auquel participent des figures importantes de l’intérieur de l’état de São Paulo et de l’échiquier politique brésilien, ce qui dénote le haut degré d’organisation de ce trafic au Brésil.

48En fonction de cette analyse, on peut conclure que cette économie du trafic de drogue n’a pas une spécificité par rapport à d’autres activités économiques légales. Il ne s’agit pas, non plus, d’une activité économique marginale qui se développerait au sein de territoires aux faibles potentialités économiques. De la même façon, on ne peut pas affirmer que ce soit une activité recherchée par des agents économiques n’ayant pas la possibilité d’exercer dans d’autres secteurs. Il s’agit plutôt d’un faisceau d’activités criminelles, ancrées dans l’une des régions les plus riches du Brésil. Les acteurs de cette Filière établissent un dialogue avec d’autres espaces du territoire brésilien et, dans le but d’élargir leur influence, prospectent auprès de régions peuvant présenter les mêmes caractéristiques que l’intérieur paulista ; autant de territoires où de nouvelles Filières pourraient être mises en place.

Comment le caipira s’adapte à la Filière

49Jour après jour, le trafic international de drogue redessine les chemins de l’intérieur paulista à travers la Filière Caipira ; les plantations de canne à sucre, les chemins de terre, les pistes clandestines d’atterrissage sont devenus des parties intégrantes de ce réseau criminel. Les stupéfiants en provenance, notamment, du Paraguay, de Bolivie et de Colombie sont transportés par avion et par hélicoptère vers l’intérieur de l’état de São Paulo. Pour décharger leurs « colis », les petits avions se posent tranquillement dans les carreadores, petits chemins ouverts par les propriétaires au milieu des cannaies pour que les machines agricoles puissent circuler au moment de la récolte. Parfois, les trafiquants élargissent ces chemins, écrasant la canne avec des jeeps, camionnettes ou tracteurs. Une fois l’avion posé, les pilotes ne coupent même pas les moteurs car la drogue est rapidement chargée dans des véhicules et transportée vers les centres de consommation. Parfois, les avions ne se posent même pas ; ils volent très bas et larguent leurs « colis » dans des points prévus à cet effet, au milieu des plantations de canne à sucre.

50La police fédérale brésilienne estime qu’environ cinq tonnes de drogue circulent, chaque mois, dans la Filière Caipira, ces innovations en matière de méthodes opératoires utilisées par les trafiquants dépassant les structures policières brésiliennes.

51En même temps, cette situation bénéficie d’une synergie évidente établie entre l’environnement de l’intérieur paulista, dans lequel vit le caipira avec son mélange de docilité et de violence, et les possibilités que la Filière Caipira offre au trafiquant.

  • 35 Franco, 1994, p. 30.

52Il est loisible d’analyser la polarité existant entre l’habitant de l’intérieur des terres et le trafiquant et d’envisager le développement constant de la Filière comme résultant de la collusion entre la violence traditionnelle du caipira et le conflit généré par le trafic. Ces deux aspects confluent de façon routinière vers un soi-disant « ajustement social », dans le sens proposé par Franco35. Dans cette perspective, l’acceptation ou l’accord de la part du caipira de côtoyer le trafiquant sur ses terres peut être comprise de deux façons. Soit comme une attribution de nouvelles significations à la pratique traditionnelle de la retribuição de favores, qui s’avère indispensable pour le trafiquant. Il s’agit d’une valeur centrale de la vie sociale caipira que la modernité a rendue obsolète face aux valeurs de la société capitaliste moderne fondée sur une consommation rapide et facile. Soit alors comme un « ajustement » social instauré entre le caipira et l’État dont la fonction coercitive fait défaut en raison de cette retribuição de favores et de la pratique du mutirão qui réglerait l’ordre social à l’intérieur de la communauté, empêchant ainsi que la violence extérieure ne pénètre dans cet espace. Ce fonctionnement a eu un tel succès que certaines villes de l’intérieur paulista sont devenues calmes et exemptes d’incidents violents. Dans ce cas, l’État coercitif a effectivement abandonné ses fonctions coercitives, ouvrant ainsi l’espace à une nouvelle structure illégale, basée sur les mêmes habitudes de la retribuição de favores déjà mentionnée.

53Ainsi, l’établissement de la Filière Caipira dans l’intérieur de l’état de São Paulo peut enfin être interprété comme le résultat d’un ensemble de facteurs : le désengagement de l’État, les facteurs géographiques et la présence de bonnes infrastructures. Ces divers éléments, associés à quelques-unes des caractéristiques de la culture caipira, ont contribué à l’instauration et au développement de la Filière, concrétisant l’intersectionnalité de la culture caipira et du trafic de drogue. Dans ce cadre, la docilité du caipira est vue comme l’un des éléments facilitateurs de l’établissement d’espaces de violence – pourtant son opposé direct – dans la mesure où les habitants acceptent passivement l’ouverture de pistes d’atterrissage clandestines et le déchargement de la cocaïne au milieu de plantations de canne à sucre, par exemple. De cette façon, l’intersection entre la Filière et la culture caipira peut être envisagée comme une relation marquée par une fréquentation et une acceptation pacifiques, typiques du caipira, dont profite le trafiquant pour pouvoir mener à bien ses actions.

Haut de page

Bibliographie

Berger, Peter e Luckmann, Thomas: A construção social da realidade: tratado de sociologia do conhecimento, (trad. Floriano Fernandes), Rio de Janeiro, editora Vozes, 1978.

Câmara dos Deputados, Relatório da Comissão Parlamentar de Inquérito destinada a investigar o avanço e a impunidade do narcotráfico, Brasília, 2000.

Candido, Antônio, Os parceiros do Rio Bonito: estudo sobre o caipira paulista e a transformação dos seus meios de vida, São Paulo, Ed. Duas Cidades/Editora 34, 2001.

Cascudo, Luís da Câmara, Antologia do folclore brasileiro, São Paulo, Ed. Martins, 1971.

Franco, Maria Sylvia Carvalho de, Homens livres na ordem escravocrata, São Paulo, EDUSP, 1994.

Labrousse, Alain, Geopolítica das drogas (trad. Mônica Seincman), São Paulo, Ed. Desatino, 2010.

Jackson, Luis Carlos, A Sociologia esquecida; os Parceiros do Rio Bonito e a Sociologia de Antônio Candido, Belo Horizonte/ São Paulo, Ed. UFMG/Fapesp, 2002.

Misse, Michel. « Rio como bazar. A conversão da ilegalidade em mercadoria política », in Revista Insight Inteligência, vol. 3, n° 5, 2002.

Misse, Michel, «Mercados ilegais, redes de proteção e organização local do crime no Rio de Janeiro», in Revista Estudos Avançados, 21 (61), 2007.

Oliveira, Allan de Paula, «O tronco da roseira: uma antropologia da viola caipira», Dissertação apresentada ao programa de Pós-Graduação em Antropologia Social da Universidade Federal de Santa Catarina, 2004, disponível in http://www.musa.ufsc.br/allan.pdf.

Peraldi, Michel «Économies criminelles et mondes d’affaires à Tanger », Cultures et conflits, Paris, no. 68, hiver, 2007.

Procópio Filho, Argemiro e VAZ, Alcides. Costa, «O Brasil no contexto do narcotráfico internacional», in Revista Brasileira de Política Internacional, 40 (1), 1997.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de, Bairros rurais paulistas, dinâmica das relações bairro rural-cidade, São Paulo, Livraria Duas Cidades, 1973.

Rodrigues, Thiago M.S., «A infindável guerra americana: Brasil, EUA e o narcotráfico no continente», in Revista São Paulo em Perspectiva, 16, n. 2, 2002.

Weber, Max, «Os três tipos puros de dominação legítima», in Cohn, Gabriel (org.) Os grandes cientistas sociais – Weber, São Paulo, Ed. Ática, 1991.

Werner, Robert, A Conquista do Oeste; a fronteira na obra de Sérgio Buarque de Holanda, Belo Horizonte, UFMG, 2000.

Haut de page

Notes

1 Weber, Max, « Os três tipos puros de dominação legítima », in Cohn, Gabriel (org.) Os grandes cientistas sociais – Weber, São Paulo, Ed. Ática, 1991.

2 Misse, Michel « Mercados ilegais, redes de proteção e organização local do crime no Rio de Janeiro », in Revista Estudos Avançados, 21 (61), 2007.

3 Rodrigues, Thiago, M.S., « A infindável guerra americana: Brasil, EUA e o narcotráfico no continente », in Revista São Paulo em Perspectiva, 16, n. 2, 2002.

4 Source : Secretaria de Agricultura e Abastecimento, CATI/IEA, Projeto LUPA, ano base 2007/2008. L’hectare correspond à 10.000 mètres carrés.

5 Il y a 400 communes dans l’intérieur de l’État de São Paulo.

6 Cascudo, Luís da Câmara, Antologia do folclore brasileiro, São Paulo, Ed. Martins, 1971.

7 Berger, Peter e Luckmann, Thomas: A Construção social da realidade: tratado de sociologia do conhecimento, (trad. Floriano Fernandes), Rio de Janeiro, editora Vozes, 1978.

8 Oliveira, Allan de Paula, « O tronco da roseira: uma antropologia da viola caipira », Master d’Anthropologie Sociale présenté à l’Universidade Federal de Santa Catarina, 2004, disponível in http://www.musa.ufsc.br/allan.pdf.

9 Candido, Antônio, Os parceiros do Rio Bonito: estudo sobre o caipira paulista e a transformação dos seus meios de vida, São Paulo, Ed. Duas Cidades/ Editora 34, 2001.

10 L’alpendre est une pièce de la maison située entre la salle de séjour et la rue. Espace tampon entre le privé et le public, elle est couverte et possède des ouvertures sur les côtés.

11 Franco, Maria Sylvia Carvalho de, Homens livres na ordem escravocrata, São Paulo, EDUSP, 1994.

12 Franco, 1994, p. 30.

13 Candido, op. cit., p. 203.

14 Werner, Robert, A Conquista do Oeste; a fronteira na obra de Sérgio Buarque de Holanda, Belo Horizonte, UFMG, 2000.

15 Données relatives à l’année 2010.

16 Câmara dos Deputados, Relatório da Comissão Parlamentar de Inquérito destinada a investigar o avanço e a impunidade do narcotráfico, Brasília, 2000.

17 Labrousse, Alain, Geopolítica das drogas (trad. Mônica Seincman), São Paulo, Ed. Desatino, 2010.

18 Peraldi, Michel « Économies criminelles et mondes d’affaires à Tanger », Cultures et conflits, Paris, no 68, hiver, 2007.

19 Procópio Filho, Argemiro e Vaz, Alcides. Costa, « O Brasil no contexto do narcotráfico internacional », in Revista Brasileira de Política Internacional, 40 (1), 1997.

20 http://www1.folha.uol.com.br/folha/cotidiano/ult95u16039.shtml

21 Jackson, Luis Carlos, A Sociologia esquecida; os Parceiros do Rio Bonito e a Sociologia de Antonio Candido, Belo Horizonte/ São Paulo, Ed. UFMG/Fapesp, 2002.

22 Queiroz, Maria Isaura Pereira de, Bairros rurais paulistas, dinâmica das relações bairro rural-cidade, São Paulo, Livraria Duas Cidades, 1973.

23 Jackson, 2002, p. 97.

24 Queiroz, 1973, p. 136.

25 Il existe un grand nombre de petits aéroports clandestins et de pistes d’atterrissage et décollage dans tout le Brésil. Ils sont parfois dans les mains des trafiquants et les avions volent sans aucun contrôle des institutions officielles. En général, le réseau paulista de ces pistes clandestines et des ateliers de maquillage et entretien des appareils utilisés par le trafic se confond avec le réseau de chargement et déchargement de la drogue.

26 Misse, Michel. « Rio como bazar. A conversão da ilegalidade em mercadoria política », in Revista Insight Inteligência, vol. 3, n° 5, 2002. Selon cet auteur, les marchandises politiques peuvent être définies comme la corruption qui existe derrière une action pratiquée par un agent de l’État, qu’il soit policier ou non. Dans l’acte de demande de pot-de-vin, par exemple, les ressources politiques offertes par l’agent sont expropriées de l’État et privatisées par lui.

27 Le lien entre la bande de « WS » et le vol de frets dans cette région a été mis à jour lorsqu’un ancien membre de la bande fut arrêté en même temps que le propriétaire d’un entrepôt où était stockée la marchandise volée. À cette occasion des camions volés et des frets évalués à 1 million d’euros furent saisis. L’employé d’un inspecteur de police de la région fut également écroué. L'enquête sur les faits qui inculpaient « WS » fut menée par la CPI du Narcotrafic et ils figurent dans son rapport final. Pour de plus amples informations, voir : Câmara dos Deputados, 2000, p. 197.

28 Câmara dos Deputados, 2000, p. 73.

29 Câmara dos Deputados, 2000, p. 217.

30 Câmara dos Deputados, 2000, p. 205.

31 Câmara dos Deputados, 2000, p. 196.

32 L’homme d’affaires est soupçonné d’avoir blanchi de l’argent à travers des bureaux de change tenus par d’importants et notoires doleiros paulistas. Ceux-ci étaient chargés du maintien et du contrôle d’un compte bancaire fictif ouvert auprès d’une banque brésilienne très connue. Ce compte aurait servi à financer une partie du plan dans lequel agissait « WS ».

33 Câmara dos Deputados, 2000, p. 1001.

34 Câmara dos Deputados, 2000, p. 135.

35 Franco, 1994, p. 30.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le réseau de villes [ici en points blancs] de la Filière Caipira
Légende (L’auteure du présent article a élaboré cette carte à partir des données qui figurent dans le Relatório da CPI do Narcotráfico, Câmara dos Deputados, 2000).
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Le réseau criminel de la Filière Caipira
Légende (Schéma conçu par l’auteure de l’article , à partir des données qui figurent dans le Relatório da CPI do Narcotráfico, Câmara dos Deputados, 2000).
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fernanda De Almeida Gallo, « La Filière Caipira : trafic de drogue à l’intérieur de l’état de São Paulo », Caravelle, 99 | 2012, 107-124.

Référence électronique

Fernanda De Almeida Gallo, « La Filière Caipira : trafic de drogue à l’intérieur de l’état de São Paulo », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/364 ; DOI : 10.4000/caravelle.364

Haut de page

Auteur

Fernanda De Almeida Gallo

Universidade Estadual de Campinas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org