Navigation – Plan du site
Le Brésil caipira. Une culture, ses représentations

Présentation. Le Brésil caipira. Une culture, ses représentations

Teresa Cristina Duarte-Simões
p. 9-13

Texte intégral

  • 1 Ferreira, Aurélio Buarque de Hollanda, Novo Dicionário da Língua Portuguesa, 2a edição, Rio de Jane (...)
  • 2 Houaiss, Dicionário Houaiss da língua portuguesa, Rio de Janeiro, Objetiva, 2004, p. 563-64 et 896.
  • 3 Pires, Cornélio, Conversas ao pé-do-fogo, Itu, Ottoni Editora, 2002, p. 106.

1L’origine du terme caipira reste difficile à établir. Certains auteurs le rattachent au tupi kai’pira, sans mentionner pour autant sa signification initiale1 ; d’autres suggèrent des liens avec des mots tupi kuru’pira (diable) ou kaá-pora (habitant de la brousse)2 ; d’autres encore préfèrent, tout simplement, déclarer leur impuissance face à cette difficulté étymologique, à l’image de l’écrivain Cornélio Pires qui déclare : Por mais que rebusque o « étimo » de « caipira », nada tenho deduzido com firmeza3.

  • 4 Houaiss, op. cit., p. 563. La région Sud-Est comprend, outre l’état de São Paulo, ceux de Rio de Ja (...)

2Quoi qu’il en soit, ce vocable est employé pour désigner toute personne d’origine rurale native et/ou habitant l’intérieur de l’état de São Paulo, ou une partie des régions Sud-Est et Centre-Ouest du pays4. Si ces quelques repères géographiques restent assez flous, les motifs de cette imprécision sont à rechercher dans la formation historique de l’actuel état paulista, territoire qui a englobé, pendant des siècles, d’autres espaces qui, de nos jours, appartiennent aux états environnants, entre autres, le sud du Minas Gerais, le nord de Paraná, ainsi que le Goiás, ou le Mato Grosso…

  • 5 Ricardo, Cassiano, Marcha para Oeste (a influência da “bandeira” na formação social e política do B (...)
  • 6 Le mot sertão est employé ici, et d’ailleurs par les divers auteurs de ce dossier, dans son sens pr (...)

3À ces quelques indications géographiques et historiques, il faut ajouter que le mode de vie de ces populations rurales induit des éléments culturels précis, constituant, justement, la culture caipira, très largement répandue dans les régions citées. Ainsi, le Brésil caipira ne constitue pas une région géographique à proprement parler, mais plutôt une aire culturelle aux contours difficiles à établir. Il prend racine à l’intérieur de l’état de São Paulo car l’émergence de cette culture caipira se trouve liée à l’exploit des bandeirantes – aventuriers qui, dès le XVIIe siècle, bravant parfois les interdits de la métropole5, partaient vers l’intérieur des terres, vers ce territoire encore sauvage et dangereux, nommé sertão6. L’origine de cette conquête est marquée par la fondation de la ville de São Paulo, en 1554 ; à partir du modeste village jésuite, des expéditions furent organisées dans le but de se procurer richesses et, surtout, main-d’œuvre indienne pour les engenhos, bien au-delà du méridien de Tordesillas.

4Au fil du passage de ces convois, les bandeiras, un métissage s’engagea entre le Blanc conquérant, l’Indien, et, plus tard, le Noir africain. Des familles commencèrent à se former et à s’installer sur des terres très éloignées des noyaux de peuplement déjà établis. Ainsi, pendant la période des bandeiras, au XVIIe siècle, et celle de l’exploration des mines d’or au XVIIIe siècle, peu à peu, le caipira et sa culture commencèrent à émerger.

  • 7 Mello E Souza, Antônio Cândido de, Os parceiros do rio Bonito. Estudo sobre o caipira paulista e a (...)

5Antônio Cândido de Mello e Souza, dans son ouvrage fondateur sur les sociétés caipiras, insiste sur la connotation culturelle du mot caipira, affirmant qu’il exprime plutôt […] um modo de ser, um tipo de vida, nunca um tipo racial7. Fruit de la miscégénation, le caipira peut, en effet, présenter divers aspects physiques (Blanc, métis…), mais, partout, les caractéristiques qui le définissent restent les mêmes : un mode de vie rustique, tourné vers une économie de subsistance.

  • 8 Amaral, Amadeu, O dialeto caipira, São Paulo, Hucitec, Brasília, 1981 [1920].

6Cette culture traditionnelle comporte plusieurs aspects qu’il convient de souligner. Tout d’abord, elle possède son propre langage, construit à partir d’éléments de la langue portugaise parlée au XVIe siècle, du tupi, et de l’influence des langues africaines et espagnole8. Cette manière particulière de s’exprimer comporte, entre autres, la suppression de certaines lettres du début, du milieu ou de la fin des mots (guentar/aguentar ; intero/inteiro ; matá/matar) ; l’omission des marques du pluriel (os boi/os bois) ; le remplacement du « l » par le « r » (armoço/almoço), etc.

7La culture caipira présente, de plus, un aspect religieux très marqué ; elle a ses saints préférés, ceux du mois de juin : saint Antoine, saint Jean et saint Pierre. Pour leur rendre hommage, ont lieu les fêtes caipiras, avec leurs feux de joie, leurs guirlandes en papier de soie, leurs danses et leur cuisine particulière intégrant des préparations au maïs (pamonha, curau, …), ainsi qu’une boisson à base de cachaça, gingembre et cannelle, le quentão. Cette religiosité très significative n’empêche cependant pas la présence marquante des superstitions. À titre d’exemple, le caipira croit au caipora et au curupira – êtres fantastiques et laids censés habiter les forêts –, ainsi qu’au saci-pererê, unijambiste de race noire qui s’amuse à effrayer les voyageurs. Les jeunes filles à marier font appel, non seulement à saint Antoine, mais aussi à des sortilèges pour lire l’avenir ou interpréter le passé.

8Les premiers noyaux caipiras se sont développés dans un environnement très peu accueillant, entourés de tribus hostiles et d’animaux sauvages. Leurs habitants ont donc manifesté, assez tôt, un sens aigu de l’entraide dont l’exemple le plus révélateur reste le mutirão, travail collectif effectué pour rendre service à l’un des membres de la communauté : construction d’une maison, des clôtures, d’un puits. En revanche, si l’isolement, avec son habitat dispersé, a toujours caractérisé la société caipira, de nos jours, cet aspect tend à s’atténuer car les régions concernées connaissent un développement très soutenu.

9Par ailleurs, deux autres aspects de l’environnement caipira méritent d’être signalés. Tout d’abord, l’habitant rural a vu arriver, sur son territoire, les immigrés, en particulier des Italiens et des Japonais, lorsque la culture du café l’a exigé. Puis, en migrant vers la ville, ce même caipira a emporté avec lui sa propre culture et l’a disséminée, peu à peu, dans les quartiers populaires et périphériques des centres urbains.

10De plus, très souvent, le terme caipira porte en lui une connotation péjorative. En tant que substantif, s’il sert à désigner le natif et/ou l’habitant des zones rurales paulistas et adjacentes, il lui attribue, par la même occasion, le sens d’ignare, rustre et maladroit9. Seu caipira ! constitue, souvent, l’injure citadine au « bouseux » de l’arrière pays, arrivé en ville au cours des migrations internes. De même, employé comme adjectif, caipira sert à qualifier, de façon méprisante, une personne, ou une attitude. Notons cependant que, parallèlement à cet aspect dévalorisant, une connotation d’authenticité semble, peu à peu, s’être rattachée à cet adjectif. Il s’agit d’un phénomène récent qui peut être repéré aisément dans le quotidien brésilien, notamment dans la gastronomie locale : les rayons des supermarchés proposent le frango caipira ou encore le doce caipira ; certains restaurants vantent leur cozinha caipira et ses plats typiques tels l’arroz caipira ou la très appréciée canja de galinha caipira ; enfin, la caipirinha est devenue une boisson internationale. Dans un tout autre domaine, celui du tourisme, des roteiros caipiras ont vu le jour ; ces excursions, organisées par les habitants des régions concernées, proposent une immersion totale dans la culture caipira, visant un tourisme rural, cultural e criativo10.

11Divers auteurs français ont parcouru, à différentes époques, ces vastes régions brésiliennes de culture caipira et ont laissé quelques impressions sur leurs habitants. Par exemple, Auguste de Saint-Hilaire, en 1819, a brossé un tableau très peu flatteur de la population rurale qu’il a pu observer in loco, ainsi que dans la capitale paulista :

  • 11 Saint-Hilaire, Auguste, (De) Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine. Voyage (...)

Rien n’est plus facile que de distinguer les véritables habitants de S. Paul (la ville) de ceux des campagnes voisines. Quand ces derniers parcourent la ville, ils portent un pantalon de toile de coton avec un grand chapeau gris, et toujours le fidèle poncho, si forte que la chaleur puisse être. On démêle dans leurs traits quelques-uns des caractères de la race américaine ; leur marche est lourde, leur air niais et embarrassé. Les citadins ont pour eux fort peu de considération, et ils les désignent par le sobriquet injurieux de caïpira […]11.

12Ou encore, plus près de nous, Claude Lévi-Strauss, qui, parti à la rencontre des tristes tropiques, a séjourné dans plusieurs villes au coeur de l’aire caipira : Bauru, Londrina, Campo Grande… Cet auteur a essayé de dépeindre l’habitant de cette région à partir de références françaises :

  • 12 Lévi-Strauss, Claude, Tristes tropiques, s.l., Plon, 1955, p. 114.

[…] la naïveté rustique [était] symbolisée dans le Brésil du XXe siècle par le caipira – c’est-à-dire le péquenot – comme elle l’avait été par le natif d’Arpajon ou de Charentonneau dans notre théâtre de boulevard12.

13Il est peut-être temps de modifier cette image quelque peu obsolète du caipira et de donner à connaître les aspects positifs de cet habitant de l’intérieur des terres et de sa culture. C’est l’objectif du présent dossier dont la diversité des sujets abordés vise à fournir un éventail aussi large que possible d’opinions sur cette réalité. Cependant, vu l’étendue de cette aire culturelle, et, pour une plus grande cohérence interne, les textes présentés ici traitent surtout de l’intérieur de l’état de São Paulo, berceau de la culture caipira.

14Les quatre premiers articles cherchent à brosser un tableau de l’aire caipira : rappel historique de la formation de cette région culturelle, gros plan sur deux villes caipiras : la formation de Barretos, l’arrivée des immigrants italiens à Jaú, et, enfin, le rôle joué par les femmes caipiras, dans le contexte domestique rural. Les quatre derniers donnent à voir diverses représentations de la culture caipira, que ce soit au cinéma, en littérature, ou encore dans la chanson populaire locale. Entre ces deux blocs principaux, à une place à la fois charnière et symbolique, se trouve une étude sur l’incroyable trafic de drogues qui, entre réalité et fiction, s’est développé à l’intérieur de cette aire caipira.

15Outre le fait que tous les auteurs invités à participer de ce dossier centrent leurs recherches sur ces divers aspects, ils se trouvent en étroite liaison avec cette aire caipira puisque tous y vivent ou y ont vécu ; la culture caipira, c’est la leur.

Haut de page

Notes

1 Ferreira, Aurélio Buarque de Hollanda, Novo Dicionário da Língua Portuguesa, 2a edição, Rio de Janeiro, Editora Nova Fronteira, 1986, p. 314.

2 Houaiss, Dicionário Houaiss da língua portuguesa, Rio de Janeiro, Objetiva, 2004, p. 563-64 et 896.

3 Pires, Cornélio, Conversas ao pé-do-fogo, Itu, Ottoni Editora, 2002, p. 106.

4 Houaiss, op. cit., p. 563. La région Sud-Est comprend, outre l’état de São Paulo, ceux de Rio de Janeiro, Espírito Santo et Minas Gerais ; la région Centre-Ouest est formée par ceux de Goiás, Mato Grosso et Mato Grosso do Sul.

5 Ricardo, Cassiano, Marcha para Oeste (a influência da “bandeira” na formação social e política do Brasil), Rio de Janeiro, José Olympio Editora, 1959, p. IX.

6 Le mot sertão est employé ici, et d’ailleurs par les divers auteurs de ce dossier, dans son sens premier de « intérieur des terres », n’entretenant aucune relation avec le sertão du Nordeste brésilien. Il s’agit, ici, d’une région et d’une réalité culturelle totalement différentes.

7 Mello E Souza, Antônio Cândido de, Os parceiros do rio Bonito. Estudo sobre o caipira paulista e a transformação de seus meios de vida, Rio de Janeiro, Ouro sobre azul, 2010, p. 27.

8 Amaral, Amadeu, O dialeto caipira, São Paulo, Hucitec, Brasília, 1981 [1920].

9 Houaiss, op. cit., p. 563.

10 www.roteirocaipira.com.br

11 Saint-Hilaire, Auguste, (De) Voyage dans les provinces de Saint-Paul et de Sainte-Catherine. Voyage dans l’intérieur du Brésil, quatrième partie, Paris, Arthus Bertrand, Librairie-éditeur, 1851, books.google.fr/book (consulté le 7/5/2012).

12 Lévi-Strauss, Claude, Tristes tropiques, s.l., Plon, 1955, p. 114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Teresa Cristina Duarte-Simões, « Présentation. Le Brésil caipira. Une culture, ses représentations », Caravelle, 99 | 2012, 9-13.

Référence électronique

Teresa Cristina Duarte-Simões, « Présentation. Le Brésil caipira. Une culture, ses représentations », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/290 ; DOI : 10.4000/caravelle.290

Haut de page

Auteur

Teresa Cristina Duarte-Simões

Université de Toulouse-Le Miral

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org