Navigation – Plan du site

Nécrologie. François Chevalier (27 mai 1914-6 juin 2012)

Bernard Lavallé
p. 321-323

Texte intégral

1Comme il aimait à le rappeler, François Chevalier descendait d’une vieille famille de paysans de l’Allier dont l’ascension sociale avait commencé à la fin du XVIIIe siècle en conduisant du bétail de sa région d’origine à Bordeaux. Son attachement à son cher Cérilly ne s’était jamais démenti.

2François Chevalier était le fils du philosophe Jacques Chevalier, un des disciples les plus proches de Bergson, très lié de multiples façons à l’Espagne. Après avoir étudié la géographie à l’université de Grenoble (il en garda une véritable passion pour les paysages et leurs significations) François Chevalier fut élève de la prestigieuse École des Chartes (1936-1939) où il manifesta d’abord une vocation de médiéviste. Il fut amené tout naturellement à suivre en Sorbonne l’enseignement novateur de Marc Bloch, et à être un des tout-premiers membres de son séminaire d’histoire économique et sociale.

3De manière en apparence paradoxale, ce fut le grand médiéviste qui attira l’attention du jeune chartiste sur l’Amérique latine, domaine jusqu’alors peu traité en France puisqu’il n’avait guère suscité en Histoire que les doctorats d’État de Jules Humbert, sur les origines vénézuéliennes, en 1905, et de Robert Ricard sur la Conquête spirituelle du Mexique, en 1932.

4Marc Bloch en était venu à penser que la nature des rapports sociaux établis en Amérique à la suite de la Conquête avaient dû y entraîner la renaissance, ou le renforcement, de relations de type médiéval et féodal qui à l’époque n’avaient pas tout à fait disparu en Espagne.

5Le projet devait être remis à plus tard. Comme l’a bien expliqué Robert Ricard dans l’introduction à la version en espagnol de sa thèse, l’époque (les années 1930) ne se prêtait guère aux recherches historiques sur cette aire géographique, en particulier dans les archives espagnoles évidemment incontournables. Quant aux voyages transatlantiques, ils restaient tout à fait exceptionnels, et les archives américaines en étaient souvent à leurs balbutiements. En France même, la fin de la décennie signifia une coupure brutale, avec la seconde guerre mondiale dont François Chevalier fit la campagne de France en tant qu’officier d’artillerie.

6Au sortir du conflit, il fut élu membre de la section scientifique de la Casa de Velázquez (1940-1943) et partit aux Archives Générales des Indes de Séville où son projet d’étudier les structures agraires du premier Pérou colonial évolua bientôt et se réorienta vers la Nouvelle-Espagne, en grande partie sous l’influence de Robert Ricard. A l’issue de son séjour à la Casa, François Chevalier resta à Séville où il fut accueilli par la Escuela de Estudios Hispano-Americanos qui lui permit de compléter son travail d’archives et le mit en contact avec le groupe d’américanistes espagnols qui s’y était constitué (Vicente Rodríguez Casado, J. A. Calderón Quijano, J. Manzano, A. Muro Orejón).

7François Chevalier fut ensuite nommé boursier puis attaché aux services culturels de l’ambassade de France au Mexique, en particulier grâce à l’appui de Paul Rivet. Parallèlement à ses fonctions de directeur de l’Institut Français, en vue de son doctorat d’État, il poursuivit ses recherches d’archives, à Mexico mais aussi dans les villes de l’intérieur (Puebla, León, Monterrey, Guadalajara, Saltillo, Zacatecas) et dans de nombreux fonds privés.

8La thèse, intitulée La formation des grands domaines au Mexique, terre et société aux XVIe-XVIIe siècles, dédiée à Marc Bloch et Paul Rivet, fut soutenue en 1948 devant un jury on ne peut plus prestigieux auquel participaient notamment Paul Rivet, Robert Ricard, Charles-André Julien et Marcel Bataillon. Elle devait être publiée en 1952. De fait, elle marqua en France le point de départ de l’américanisme moderne. Sur le plan international, elle ouvrit des voies nouvelles aux recherches sur l’histoire des structures agraires, mais plus largement des rapports sociaux à l’époque coloniale.

9En parallèle à ces travaux de longue haleine, François Chevalier publia aussi des articles remarqués sur des thèmes révélateurs de ses nombreux centres d’intérêt : les premières municipalités indiennes créées par les Espagnols en adaptant le modèle castillan, l’introduction des chevaux en Nouvelle-Espagne, la signification de la fondation de la Puebla de los Ángeles, les représentations de Séville dans la littérature du Siècle d’Or, ou les instructions données aux administrateurs des haciendas jésuites.

10Professionnel des archives, François Chevalier fut aussi un homme de terrain, comme en témoignent ses nombreux voyages à moto dans les provinces mexicaines, que l’on peut suivre grâce à ses carnets de route d’une extrême précision et à des milliers de photos.

11Au terme de ses années mexicaines (1946-1962), François Chevalier décida de rentrer en France et de rejoindre l’enseignement supérieur. Il choisit Bordeaux, où l’accueillit Noël Salomon qui l’avait connu et apprécié au Mexique. Pendant ce séjour relativement court (1962-1966), l’enseignement de François Chevalier, qui portait sur l’histoire de l’ejido mexicain, d’une part, sur la confrontation haciendas/communautés indiennes dans les Andes, de l’autre, eut un rôle important dans l’affirmation de la vocation américaniste de futurs chercheurs comme A. Yacou, A. Milhou ou B. Lavallé. Son intérêt pour les Andes s’explique aussi par le fait que François Chevalier avait été nommé directeur, non résident à l’époque, de l’Institut d’Études Andines de Lima où il se rendait chaque année.

12En 1966, François Chevalier fut nommé directeur de la Casa de Velázquez où il devait rester jusqu’en 1979. Il y développa une action importante tout en étant nommé professeur, en 1970, à l’université de Paris I dont il occupa la chaire à plein temps et jusqu’en 1983 lors de son retour à Paris, et où il forma de nombreux disciples, devenus par la suite des figures majeures de l’américanisme français.

13Malgré ses nombreuses et lourdes charges administratives, François Chevalier publia en 1977 l’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours, livre bientôt devenu un classique lui aussi, preuve, s’il en était besoin, que les connaissances de son auteur allaient bien au-delà du Mexique colonial.

14François Chevalier démontra tout au long de ses longues années de retraite un intérêt sans défaut pour les travaux de ses anciens élèves, et fut honoré, tant en France qu’au Mexique, d’hommages et de distinctions prestigieuses.

15Tous ceux qui l’ont connu garderont de lui le souvenir d’un maître, d’un grand savant d’une large culture, beaucoup moins orthodoxe qu’on ne le croyait généralement, toujours à l’écoute des autres, curieux de leurs recherches et ouvert aux voies nouvelles dans lesquelles ils s’engageaient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Nécrologie. François Chevalier (27 mai 1914-6 juin 2012) », Caravelle, 100 | 2013, 321-323.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Nécrologie. François Chevalier (27 mai 1914-6 juin 2012) », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/285 ; DOI : 10.4000/caravelle.285

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org