Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gabriela DALLA-CORTE CABALLERO, Cultura y negocios: El americanismo catalán de la revista comercial ibero-americana Mercurio

Barcelona, Casa América Cataluña, 2012, 221 p.
Nicolas de Neymet
p. 316-318
Référence(s) :

Gabriela DALLA-CORTE CABALLERO, Cultura y negocios: El americanismo catalán de la revista comercial ibero-americana Mercurio, Barcelona, Casa América Cataluña, 2012, 221 p.

Texte intégral

1Le travail présenté par Gabriela Dalla-Corte Caballero s’intéresse à la création et l’évolution de la revue Mercurio, spécialiste en économie latino-américaine, qui a vu le jour au tournant du XXe siècle et s’est éteinte avec la guerre civile. Il est l’antécédent et le complément de son étude sur la Casa América de Barcelona publiée en 2005, étant donné que les deux ont été créées par les mêmes personnages de la vie économique catalane. En effet, Mercurio est né comme l’organisme de publicité du projet commercial impulsé par José Puigdollers Macià, homme d’affaires, et un groupe d’économistes et d’entrepreneurs catalans, moteur d’un grand mouvement économique visant à une expansion en Amérique Latine. A travers la fondation de plusieurs institutions et associations, ce groupe dynamique a exercé une grande influence dans la première moitié du siècle. Mercurio rassemblait les forces économiques, les études universitaires et les organismes d’Etat autour d’un objectif unique : créer et renforcer les liens entre la Catalogne et l’Amérique latine.

2L’A. suit pas à pas la construction de ce réseau à travers les parcours professionnels et les expériences privées de ses protagonistes, les directeurs de la revue et les collaborateurs les plus proches. Le détail de l’information réunie nous permet d’accompagner presqu’au jour le jour la planification, l’organisation et la mise en place de la revue Mercurio et des groupements parallèles. L’un des atouts de ce travail est que la narration s’accompagne d’une très riche iconographie : des photos (privées et d’archive) des protagonistes, des locaux et des voyages réalisés ; des dessins réalisés pour la revue et des illustrations de publicité qui y sont insérées. Y est également jointe une annexe très complète qui comprend les index d’auteurs, des articles parus, des auteurs de l’Edition Commerciale et de transports, et des articles de celle-ci tout au long des plus de 35 ans de vie de la revue. Comme l’auteur l’explique elle-même, la compilation et l’organisation des articles édités s’inscrivent dans son intention personnelle que « dans l’avenir on décortique ces articles dans le but de reconnaître la transcendance de la Revue Commerciale Ibéro-américaine ».

3Cette revue commerciale, conçue comme telle à partir de 1905 a eu un fort retentissement dans les secteurs industriels de la population non seulement grâce aux travaux statistiques et économiques des responsables de l’édition, mais aussi au vaste travail de compilation, classification et conservation des ouvrages reçus par la revue. Celle-ci s’inscrit en outre dans un moment où les sciences travaillent étroitement avec les entreprises commerciales et les politiques publiques. Avec l’objectif de « donner une nouvelle jeunesse aux liens entre l’Espagne et l’Amérique latine et faire connaître la réalité américaine, garantir la paix et laisser la guerre derrière nous », la revue Mercurio a produit 25 mille exemplaires et a compté sur plus de 800 collaborateurs espagnols et latino-américains, qu’ils soient universitaires, spécialistes ou hommes politiques et de l’appareil diplomatique. L’une des hypothèses du travail de l’A. est que Mercurio est le noyau de la création d’associations diverses, universitaires ou commerciales parmi lesquelles la Casa América de Barcelona (aujourd’hui la Fundació Casa Amèrica Catalunya) où intellectuels et industriels se réunissent pour discuter et pour créer des liens économiques. La Sociedad Libre de Estudios Americanistas est l’endroit où se concentre le savoir des Amériques grâce à sa bibliothèque et surtout à l’échange d’information et d’expériences des interlocuteurs. A ce sujet il est convient de souligner l’activité de Maria Vehils Grau-Bolivar qui, avec vingt-cinq autres femmes, ont créé l’archive générale d’économie, constituée par la compilation, la classification et la mise à jour de plus de vingt-cinq mille notices économiques sur l’Amérique latine et les Philippines.

4Les événements politiques et l’arrivée de la dictature franquiste ont mis fin à tous les projets de relations économiques avec l’Amérique Latine et provoqué la dissolution de la revue car la plupart des membres ont dû s’exiler. Les efforts de ces actifs hommes d’affaires ne s’en sont pourtant pas arrêtés et se sont poursuivis au-delà des frontières espagnoles, notamment en Argentine. Rafael Vehils s’y installe et devient administrateur des compagnies électrique et du gaz de Buenos Aires. En 1939 il y fonde la maison d’édition Sudamericana comme un moyen de garantir la production espagnole depuis l’Argentine et crée en même temps la revue Veritas sur le modèle de Mercurio. Ces personnages sont restés sur la brèche en exil et ils représentent l’intense activité hispano-américaine durant la guerre.

5Profondément pacifistes, les dirigeants des ces institutions répondent aux besoins économiques et politiques d’une Espagne en crise, dont le salut, pensent-ils, réside uniquement dans la paix et le renforcement des relations internationales, comme on peut le voir au lendemain de la première guerre mondiale avec l’article « Trato y no lucha » écrit par Francesc Cambó Batlle, alors ministre d’Economie et Finances. Dans ce texte, il établit clairement la ligne idéologique qui assure la continuité entre les différentes générations de la revue : la régulation entre capital et travail afin d’en finir avec les guerres internes entre ouvriers et patrons. En ce qui concerne la politique étrangère, après la perte des dernières colonies espagnoles, l’entreprise de Puigdollers, Rahola et Vehils vise à mettre un frein à l’avancée états-unienne dans le reste du continent américain et par là-même, garantir l’avenir espagnol.

6L’impulsion industrielle permet ainsi l’entrée de l’Espagne dans la concurrence internationale pour le contrôle des routes commerciales et des zones d’exploitation des matières premières, notamment en réhabilitant les réseaux commerciaux avec l’Amérique du Sud. Pour cela, il s’agit premièrement d’informer et de former la jeunesse catalane pour venir à bout des préjugés raciaux nés avec la conquête afin de mobiliser cette force de travail et d’ingéniosité pour le progrès économique et industriel du pays. Les objectifs de la Société Libre d’Etudes Américanistes et de son porte-parole Mercurio sont la vulgarisation des travaux, la publication d’accords et traités commerciaux et la création de prix et de concours. Ces initiatives sont soutenues par les organismes d’Etat et d’autres institutions académiques.

7Des arguments nationalistes sont régulièrement utilisés pour motiver cette tentative d’expansion espagnole. Ou il vaut peut-être mieux dire catalane, car bien que les protagonistes déclarent rester à l’écart de toute question politique ou religieuse dans leur approche des pays américains, ils se démarquent de l’histoire espagnole. Selon eux, la colonisation n’a été que nuisible pour les relations internationales, laissant un gouffre entre les deux continents. Ils revendiquent plutôt l’action des Basques et des Catalans en les innocentant des actions de la Couronne Espagnole. C’est sans doute une façon de faire briller l’image de la péninsule ibérique aux yeux des principaux investisseurs et associés, des latino-américains pour la plupart. C’est aussi un acte politique car en dissociant une partie de la société de l’évolution nationale, ils abordent les conflits séparatistes qu’on connaît. D’une pierre deux coups, en ne participant pas à la tragique histoire coloniale, les Basques et les Catalans se parent aussi d’autres valeurs, la force productive et le génie capitaliste ; ils deviennent les « seuls groupes sociaux entreprenants qui pourraient tirer l’Espagne du marasme ».

8L’histoire de Mercurio met en évidence un élément essentiel de la réussite de la revue : le réseau social, grâce auquel la mise en œuvre d’initiatives individuelles et familiales devient le seul modèle économique à suivre pour les autres entrepreneurs et capitalistes. Les économistes et les hommes d’entreprise travaillent ensemble et guident en partie les décisions politiques. Parmi les stratégies de séduction, les directeurs de la revue ont réalisé une « efficace œuvre de compénétration » qui, comme on l’a vu, consistait non seulement à concentrer les discussions et les projets économiques mais aussi à créer une bibliothèque américaine, de façon à donner un support académique aux projets en question. Le but est d’élaborer une espèce de musée de produits commerciaux et un musée de culture dans lesquels la recherche universitaire occupe une place indispensable. Ainsi, le lien entre Mercurio et l’U. de Barcelone s’est renforcé, en montrant « l’union supposée entre les intérêts académiques de l’U. de Barcelone et les intérêts publicitaires de la Revue Commerciale Ibéro-américaine ».

9La valeur de cet historique est indéniable, il apporte à l’histoire institutionnelle des informations précises sur l’organisation et le fonctionnement d’une entreprise privée. Elle est aussi une étude prosopographique qui rend compte de la dynamique d’un groupe dont les membres ont plus ou moins suivi le même parcours et qui ont formé un réseau assez développé et influent. Enfin, une histoire de vie, des témoignages intimes, dans un moment de bouleversement mondial. Des derniers représentants de ces hommes modernes du XIXe siècle, touche-à-tout, en même temps entrepreneurs, commerçants, spéculateurs, voyageurs, statisticiens, économistes, hommes politique et scientifiques. Une connaissance qui enrichit sans doute beaucoup la rencontre avec les peuples latino-américains qu’ils veulent conquérir à nouveau. Le travail et les questions posées par l’A. offrent sans aucun doute un matériel important pour des recherches futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas de Neymet, « Gabriela DALLA-CORTE CABALLERO, Cultura y negocios: El americanismo catalán de la revista comercial ibero-americana Mercurio », Caravelle, 100 | 2013, 316-318.

Référence électronique

Nicolas de Neymet, « Gabriela DALLA-CORTE CABALLERO, Cultura y negocios: El americanismo catalán de la revista comercial ibero-americana Mercurio », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/283

Haut de page

Auteur

Nicolas de Neymet

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org