Navigation – Plan du site
Comptes rendus

John Frederic SCHWALLER, The History of the Catholic Church in Latinamerica, From Conquest to Revolution and beyond

New York/London, New York University Press, 2011, 318 p.
Michel Bertrand
p. 312-315
Référence(s) :

John Frederic SCHWALLER, The History of the Catholic Church in Latinamerica, From Conquest to Revolution and beyond, New York/London, New York University Press, 2011, 318 p.

Texte intégral

1La synthèse qui est ici proposée ne manque pas d’ambition. En à peine 300 pages, il s’agit de proposer une vue d’ensemble de plus 500 ans d’histoire en choisissant comme angle d’observation le prisme de l’institution ecclésiale. A l’heure où précisément le monde catholique vient de s’offrir comme guide un latino-américain, on comprend que l’entreprise ait du sens. Dans le même temps considérant que, dans le processus d’intégration de l’espace américain au monde occidental, la dimension religieuse a été réellement centrale, on mesure le défi que se lance l’auteur.

2Très classiquement, dans l’organisation de l’ouvrage, il choisit de s’en tenir aux grandes divisions de l’histoire politique du sous-continent, ce qui garantit clarté et efficacité dans la démarche d’analyse. La structure de l’ouvrage est ainsi très simple et pédagogique. Le chapitre 1 dessine le tableau du monde américain rencontré par les Ibériques. Les quatre chapitres suivants étudient l’Eglise coloniale. Le chapitre 6 se consacre à l’étude de l’Eglise au moment des crises d’indépendances. Les deux chapitres suivants concernent le XIXe siècle et les trois derniers l’Eglise du XXe siècle.

3L’auteur choisit de placer sa synthèse sous l’invocation d’interprétation de l’histoire de l’Eglise catholique forgée par D. F. Levine. Selon ce dernier, l’histoire de l’Eglise catholique oscillerait, depuis ses origines, entre deux pôles : à une vision qui conçoit l’Eglise comme étant constituée des pèlerins de Dieu s’oppose une conception plus hiérarchique et institutionnelle. Selon l’auteur, une telle dualité s’applique parfaitement au cas latino-américain. C’est la raison pour laquelle, à l’intérieur des grandes subdivisions chronologiques traditionnellement considérées, il s’efforce de mettre en évidence les grands traits de l’histoire de l’institution catholique en les reliant à cette double vision.

4Pour ce qui est de l’époque coloniale, il souligne notamment l’importance de l’Eglise dans le processus de conquête lui-même au cours du XVIe siècle. Dans le même temps, s’éloignant en cela de l’historiographie dominante, il fait le choix d’une certaine réévaluation du XVIIe siècle dont il considère que, dans le domaine étudié, il constitue un siècle de dynamisme digne d’être souligné. C’est en effet durant ce siècle relativement délaissé par l’historiographie américaniste que s’épanouit, dans l’univers chrétien, le baroque qui constitue l’un des traits originaux de cette civilisation chrétienne coloniale.

5Par rapport aux deux premiers siècles de l’histoire coloniale caractérisés comme ceux de la construction d’un monde nouveau sur le continent, le XVIIIe siècle est présenté comme celui du début de certaines remises en cause. Les diverses réformes du système colonial se traduisent inévitablement par une nouvelle manière de concevoir la place de l’institution ecclésiale, jusqu’alors pensée comme centrale au sein de ce système. Dans le même temps, ce changement dans la conception du gouvernement a sa traduction dans les domaines artistique et culturel dont l’Eglise est l’une des principales porteuses. De ce point de vue, et sans parler pour autant de rupture, le XVIIIe siècle est bien radicalement différent des deux précédents.

6Dans le même temps, il souligne aussi combien, tout au long de cette période coloniale, s’oppose bien la double vision de l’institution ecclésiastique. A la vision franciscaine profondément spirituelle s’oppose la conception plus autoritaire et hiérarchique des dominicains. Selon lui, le reste de l’Eglise coloniale, tant les autres ordres religieux que l’Eglise séculière, va se positionner, très pragmatiquement, entre ces deux pôles. Cependant, la mise à l’écart progressive de la conception franciscaine va signifier la marginalisation d’une partie des populations peu ou mal intégrées à la vision retenue de ce que devait être l’Eglise coloniale. Sa conclusion est que ce conflit va signifier une véritable fracture au sein de l’Eglise coloniale, au risque de la détourner de ses vraies missions, et d’abord celle de guide spirituel.

7La coupure politique des indépendances ouvre, pour l’Eglise catholique, une ère nouvelle. L’auteur souligne qu’à compter du XIXe siècle, l’Amérique latine entre dans une période de tensions et d’agitations plus ou moins continues de son histoire. Elle y voit s’opposer deux factions qui se succèdent et/ou se maintiennent au pouvoir, souvent par le recours à la violence. Ces affrontements correspondent à la rivalité entre libéraux et conservateurs dans laquelle la question de la place de l’Eglise occupa une place centrale. Pour lui, cet affrontement recoupe la double conception relative à la structure et la mission de l’Eglise. Pour les libéraux, l’Eglise fonctionne comme une institution sociale. Elle est donc d’abord une hiérarchie. Pour les conservateurs, l’Eglise est constituée de l’ensemble de tous ses fidèles. A ce titre, ils la conçoivent comme une institution intégrée dont on ne peut détacher une partie. Au-delà de cette conception opposée de l’institution ecclésiale, la victoire des libéraux à travers le sous-continent au cours du siècle signifie, in fine pour l’Eglise, la prise de mesures relativement hostiles à son encontre qui engagent un processus de déclin. Ce dernier se traduit autant par le retour en force de la « religion populaire », nourrie des restes de croyances pré-chrétiennes encore présents, que par la montée en puissance de nouvelles religions, dont les protestantismes. Une telle remise en cause de sa position autrefois dominante se traduit au sein de l’Eglise par une véritable révision : si certains continuent à considérer que, dans ce recul, la hiérarchie est celle qui incarne la continuité de l’Eglise, de plus en plus nombreux sont ceux qui, au contraire, parient plutôt sur le niveau local, sur les communautés de croyants, qu’elles soient ou non encadrées par des prêtres. Dans le même temps, progressivement, la hiérarchie elle-même adhère, faute de pouvoir s’y opposer, à l’ordre politique nouveau qui triomphe.

8L’adaptation progressive de l’Eglise à la profonde remise en cause de sa position autrefois dominante au cours du XIXe siècle va l’aider à mieux comprendre les nouvelles ruptures introduites au cours du XXe siècle, tout spécialement avec la montée du courant socialiste et des aspirations révolution-naires à travers tout le sous-continent. Alors que l’Eglise affirme la nécessité de prendre en compte la question de la pauvreté dans sa dimension économique et sociale, ce discours trouve dans la région un écho particulier. Cependant, là encore, ces orientations font jouer une nouvelle fois la vieille fracture entre les deux composantes de l’Eglise américaine. Un premier courant reste profondé-ment attaché à l’idée d’une Eglise d’abord comprise comme une structure forte, incarnée par sa hiérarchie. L’autre au contraire, surtout à partir du milieu du siècle, incite à la prise en compte de la dimension sociale dans son action religieuse l’amenant à s’ouvrir à de nouveaux fidèles que l’on souhaite conquérir ou reconquérir. Pour l’auteur, cette dichotomie trouve son apogée au moment de Vatican 2 et s’incarne notamment en Amérique latine avec la montée en puissance du courant se réclamant de la Théologie de la Libération. De ce point de vue, les premiers discours du pape argentin récemment élu viennent confirmer les analyses de l’auteur : sans en faire un adepte de cette théologie de la libération qu’il a combattue d’abord en tant que Provincial des Jésuites argentins puis en tant qu’évêque de Buenos Aires, on découvre combien la question sociale a marqué cette Eglise latino-américaine.

9Le livre de John Frederic Schwaller offre une interprétation convaincante de l’histoire de l’Eglise en Amérique latine. Il y réalise une synthèse qui offre une vision claire de cinq siècles d’une histoire qui a donné lieu à une bibliographie d’une abondance extrême. A ce propos précisons simplement que l’auteur assume le choix de ne s’appuyer que sur la bibliographie disponible en langue anglaise, ce qui peut être légitime si l’on considère que l’ouvrage, conçu à la manière d’un « manuel », est d’abord destiné à un large public de non spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « John Frederic SCHWALLER, The History of the Catholic Church in Latinamerica, From Conquest to Revolution and beyond », Caravelle, 100 | 2013, 312-315.

Référence électronique

Michel Bertrand, « John Frederic SCHWALLER, The History of the Catholic Church in Latinamerica, From Conquest to Revolution and beyond », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/276

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org