Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Véronique HÉBRARD, Venezuela Independiente. Una nación a través del discurso (1808-1830)

Francfort/Madrid, Vervuert/Iberoamericana, 2012, 628 p.
Michel Bertrand
p. 311-312
Référence(s) :

Véronique HÉBRARD, Venezuela Independiente. Una nación a través del discurso (1808-1830), Francfort/Madrid, Vervuert/Iberoamericana, 2012, 628 p.

Texte intégral

1Voilà près de 15 ans, L’Harmattan publiait l’édition française du livre de Véronique Hébrard. C’était bien sûr nécessaire, compte tenu de l’intérêt et de la nouveauté que représentait alors l’approche proposée. Mais il est vrai aussi que la traduction vers l’espagnol des recherches réalisées par des chercheurs de langue française est, d’une certaine manière, si non un « couronnement », a minima une reconnaissance. Dans ce processus, on ne peut que regretter le délai pour parvenir à ce résultat. En quinze ans, l’approche alors novatrice est devenue classique. Cela n’enlève rien ni à sa valeur ni à son intérêt, mais bien à l’écho qu’elle pourra avoir dans sa nouvelle version.

2Rappelons en effet que, parmi les mythes fondateurs des nations latino-américaines, s’il en est un qui a eu la vie dure c’est bien l’interprétation des crises d’Indépendances comme expression de leur indiscutable existence. Depuis le XIXe siècle, une certaine historiographie n’a cessé de répéter à l’envi cet axiome dont nul n’aurait su remettre en doute la validité. Or c’est précisément à cette interrogation sur le contenu du concept de nation à propos du Venezuela que se livre l’A. Par delà les mythologies nationales, cette dernière tente de retrouver, à travers les discours des acteurs politiques, les fondements du sentiment ou de l’identité nationale vénézuélienne. Depuis sa première publication en 1996, nombreuses sont les études qui ont appliqué le même regard, inspiré par les travaux de F.X. Guerra, à la naissance des États latino-américains tout en s’interrogeant sur les processus de construction des nations qui s’y retrouvent. A ce propos, on ne peut que regretter le choix de ne pas actualiser la bibliographie. Certes, c’eût été un travail important, tant le renouvellement historiographique a été profond en quelques lustres. Mais c’était aussi la garantie d’assurer à l’ouvrage une seconde vie bien plus longue, tant cet instrument de travail est l’une des principales raisons de consultation des ouvrages de recherche…

3En centrant son attention sur les périodes cruciales de la genèse nationale vénézuélienne, l’A. montre combien lente et difficile a été l’affirmation de la nation du pays qui pourtant fut parmi les premiers à proclamer son indépen-dance dans l’ensemble ibérique. Prise dans les tourbillons du temps court, la nation en construction change alors ici successivement de contenu et sert à légitimer des projets très différents. Par ailleurs, cette nation se voit obligée de cohabiter avec des patries avec lesquelles elle ne s’identifie pas encore, ces dernières restant plutôt imprégnées de leur caractère traditionnel hispanique qui les assimile aux provinces, voire à de simples cités. Enfin, les conditions propres dans lesquelles se déroula cette progressive affirmation de la nation éclairent l’importance occupée par l’homme d’armes. Ce dernier fit en effet son entrée en force sur la scène nationale dès les premiers moments du processus pour ne plus le quitter malgré la volonté d’en réguler et d’en contrôler la présence par trop pressante.

4On peut bien sûr s’interroger sur la représentativité sociale des discours politiques tenus par et pour les élites. On peut aussi regretter la faible place accordée aux éléments historiques autres que strictement politiques ou militaires qui pourtant conditionnent eux aussi les discours sur la nation. Mais il faut bien reconnaître que ce n’était pas là le véritable projet de l’auteur. Ce travail, qui s’attache à une analyse très fine des discours des élites vénézuéliennes dans leur volonté de donner un contenu à la nation, a marqué incontestablement une étape importante dans l’historiographie de l’indépendance. Loin de se contenter des affirmations répétées à satiété depuis trop longtemps, l’A. montre l’intérêt et l’efficacité qu’il peut y avoir à mettre en cause ce que l’on considère trop souvent comme des évidences historiques et à renverser les idoles. En interrogeant la nation et son contenu au Venezuela, elle souligne avec force, par delà les proclamations les plus volontaristes, le difficile cheminement de la modernité politique dans les débris de l’Ancien Régime colonial aux Amériques. On ne peut donc que se réjouir de voir – enfin ! – traduit en espagnol cet ouvrage qui a contribué à un profond renouvellement historiographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Véronique HÉBRARD, Venezuela Independiente. Una nación a través del discurso (1808-1830) », Caravelle, 100 | 2013, 311-312.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Véronique HÉBRARD, Venezuela Independiente. Una nación a través del discurso (1808-1830) », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/274

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org