Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rogelio ALTEZ (ed.), Las independencias hispanoamericanas : un debate para siempre

Bucaramanga, Universidad industrial de Santander-Colección Bicentenario, 2012, 399 p.
Frédérique Langue
p. 308-311
Référence(s) :

Rogelio ALTEZ (ed.), Las independencias hispanoamericanas : un debate para siempre, Bucaramanga, Universidad industrial de Santander-Colección Bicentenario, 2012, 399 p.

Texte intégral

1Comme son titre ne le laisse pas nécessairement deviner, cette nouvelle contribution à la foisonnante et inévitablement répétitive production éditoriale autour du Bicentenaire des Indépendances hispano-américaines procède d’une réflexion menée de manière conjointe par des historiens vénézuéliens et colombiens. Y participèrent également, du moins à l’occasion de cette livraison, d’autres spécialistes du monde ibérique, Espagne comprise. Le résultat en est une sélection de contributions dont on peut dire d’entrée qu’elles renouvellent sensiblement le panorama commémoratif et incitent de fait à aller plus loin que la simple lecture de la table des matières, par le dialogue qu’elles amorcent et la perspective critique qu’elles suggèrent quant à la circulation des idées sur le long terme et le rôle de certains de leurs vecteurs, personnages d’une extrême mobilité dans l’aire impériale, à tout le moins dans la Méditerranée des Caraïbes. Le propos de l’ensemble est précisé par son coordinateur dans sa contribution à caractère introductif. Il y est rappelé à juste titre la véritable « dispute », au sens classique du terme, qui oppose sur ce point les tenants d’une historiographie traditionnelle et hagiographique (les «historias patrias», biens connues des spécialistes d’histoire des idées à la période moderne voire « républicaine ») et l’analyse critique en provenance des milieux universitaires, qualifiée en contre-partie d’« historiographie professionnelle », particulièrement présente depuis la seconde moitié du XXe siècle. L’enjeu de ce débat est réel, compte tenu des récupérations diverses de la mémoire nationale par les gouvernements des pays concernés, voire l’écriture idéologisée d’une nouvelle et offensive histoire officielle comme c’est le cas pour le Venezuela et, dans une moindre mesure, pour l’Argentine.

2Prétextes à révisions sans fin des histoires nationales, les indépendances hispano-américaines s’inscrivent en effet dans un « récit de la nation » – expression d’Inés Quintero, coordinatrice de l’ouvrage éponyme en 2011 – inscrit dans le long terme, relation associant mythes fondateurs, culte des héros et discours d’inspiration nationale voire nationaliste, qui dépasse par conséquent très largement le phénomène ponctuel des commémorations. L’enracinement de ces pratiques à la fois discursives et symboliques à l’échelle du continent était déjà manifeste lors de la commémoration du Centenaire de l’Indépendance, comme le montrent bien les exemples mexicain, uruguayen ou colombien. Dans le cas vénézuélien, c’est avec Laureano Vallenilla Lanz que, sous le gouvernement du « tyran libéral » Juan Vicente Gómez (1908-1935), la geste indépendantiste fut qualifiée de « guerre civile » et les « intellectuels organiques » convoqués expressément pour évoquer la geste nationale. Ce n’est toutefois que vers le milieu du XXe siècle, avec la mise en place de formations universitaires, autrement dit des écoles et instituts d’histoire au sein des universités que le débat prit un autre tour, sous l’influence de courants de pensée particulièrement actifs (marxisme, théorie de la dépendance diffusée par la CEPAL etc.), et, dans les dernières décennies, de travaux universitaires tels ceux de J. Lynch ou de F. X. Guerra. Ceux-ci contribuèrent en effet à la création de réseaux de discussion et de recherche à l’endroit de la « question nationale » et du traitement du politique en histoire. Les « histoires officielles », toujours présentes – comme en témoignent les publications du Centre National d’histoire au Venezuela, créé en 2008, ou la controverse liée à la création de l’Institut « révisionniste » argentin en 2011 –, insistent à cet égard sur le fait que l’Indépendance – voire la révolution – est encore à faire. Investissant et instrumentalisant la mémoire collective, elles ne contribuent pas peu à renforcer la « religion civique » héritée du XIXe siècle, voire des révolutions d’Indépendance, ou forgée plus récemment (cas du péronisme). Leur intérêt immédiat est en effet de rassembler au profit du parti au pouvoir, dont on se souviendra qu’il est qualifié précisément dans les pays latino-américain d’« officialiste ».

3S’appuyant sur des méthodologies diverses, des questionnements à la fois fondés sur une expérience nationale et une internationalisation de la problématique, les contributions rassemblées dans cet ouvrage visent à explorer ce terrain apparemment inépuisable, dont on remarquera toutefois qu’il ne l’est qu’en vertu du surgissement dans l’espace public national et international de projets politiques revendiquant une rupture axiologique, ardents défenseurs par ailleurs d’une identité hémisphérique revendiquée et alternative (cas de l’Amérique latine), laquelle s’appuie sur un passé pour cette même raison sans cesse réactualisé. Les archives de l’Indépendance sont nécessairement « finies », bien que tout aussi bien non exploitées dans leur complétude. C’est précisément l’instrumentalisation du passé par les pouvoirs en place qui rend nécessaires l’expertise en contrepoint de l’historien afin de relativiser les « vérités » officielles au profit d’une interprétation plurielle des processus historiques et la mise en contexte des mythes fondateurs de l’histoire nationale. L’exemple de l’Espagne montre ainsi que la pédagogie de l’histoire demeure un défi (I. Frasquet), tant est aléatoire la présentation d’une interprétation consensuelle des destins nationaux, voire des régions composant cet ensemble, sans compter la variabilité des concepts encore utilisés de nos jours y compris au niveau universitaire (indépendance/émancipation/perte des territoires américains/colonies).

4La prise en compte de l’historiographie constitue un autre biais par lequel sont abordés les indépendances et des processus connexes, telle l’adoption de la Constitution de Cadix (1812), comme le montrent les contributions de M. Chust, I. Quintero et E. Plaza. L’exemple du Venezuela permet en effet d’établir que la « historia patria » s’est fondée sur trois éléments qui perdurent aujourd’hui encore, dans les pratiques politiques, culturelles, patrimoniales et les imaginaires de ce que nous qualifierions d’interprètes militants de l’histoire nationale : la stigmatisation allant jusqu’à la satanisation du passé colonial, une périodisation surdéterminée par des événements fondateurs (le 19 avril 1810 et la constitution de la Junta Suprema de Caracas), et l’apologie des héros (le culte de Bolívar, « pour et par le peuple » selon la formule de G. Carrera Damas, établi dès les premières décennies du XIXe siècle et officialisé à la fin du siècle, sous le gouvernement positiviste de l’« Illustre Américain » Guzmán Blanco). La relation à la mémoire, telle qu’elle apparaît dans les écrits de Rafael María Baralt ou José Gil Fortoul tend ainsi à mettre en exergue le rôle des Constitutions, dont les anniversaires ouvrent souvent la voie à des reconsidérations historiographiques majeures. Tel fut le cas récemment de la Constitution de Cadix, dont les conséquences révolutionnaires pour le devenir des nations latino-américaines et leur nécessaire relation à l’Espagne demanderaient encore à être approfondies si l’on considère la similitude des expériences de constitution des assemblées locales (movimiento juntista), la revendication d’autonomie commune qui en émergea et la transformation de la souveraineté des peuples en une souveraineté des nations nouvellement créées, d’ailleurs pas nécessairement au profit des Etats concernés.

5L’histoire conceptuelle autorise d’autre part une approche sémantique des idées portées par les révolutions d’indépendance, de leur polysémie dans le cadre vénézuélien (liberté, égalité), et des discours sur l’Indépendance, y compris dans leur acception hagiographique, si l’on considère la contribution d’Angel Almarza pour la période 1779-1880. D’autres contributions ne laissent pas de conforter cette interprétation, aussi bien pour la Nouvelle-Grenade, Cuba ou le Pérou (A. Martínez, S. Vásquez Cienfuegos, D. Gutiérrez, V. Ruiz Peralta), revisitant des sources oubliées, et mettant en évidence les connexions entre ces différents territoires, ou, à l’inverse, les oppositions voire les rivalités régionales et les affrontements entre villes ou provinces (au Venezuela : Mérida-Maracaibo, Caracas-Valencia). De même la circulation des hommes et des idées dans l’espace américain jusque vers la métropole est-elle évoquée, ainsi que l’originalité des propositions émanant de ces personnages parfois ignorés d’une historiographie independentista (l’espion Thomas Farmer) qui tend à faire l’impasse sur une réflexion politique et des sensibilités déjà présentes dans les territoires considérés dès le XVIIIe siècle au profit des seules influences venues d’Europe. Tel est sans nul doute l’un des apports les plus significatifs de cet ouvrage et des débats qu’il aspire à ouvrir dans une perspective qui serait, dès lors, non plus celle des Indépendances latino-américaines et de leurs commémorations ponctuelles et politiquement correctes, mais des processus politiques et sociaux qui, dans les mondes ibériques, conduisirent les territoires d’outre-mer à revendiquer leur autonomie puis leur indépendance, à la fois en opposition et en conjonction avec les évolutions politiques et intellectuelles enregistrées au même moment dans la Péninsule.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Rogelio ALTEZ (ed.), Las independencias hispanoamericanas : un debate para siempre », Caravelle, 100 | 2013, 308-311.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Rogelio ALTEZ (ed.), Las independencias hispanoamericanas : un debate para siempre », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/272

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org