Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mónica LAVIN, Yo la peor

Novela histórica, Mexico, Grijalbo, 2009, 392 p.
Marie-Cécile Bénassy
p. 307-308
Référence(s) :

Mónica LAVIN, Yo la peor, Novela histórica, Mexico, Grijalbo, 2009, 392 p.

Texte intégral

1Le titre est copié d’une phrase manuscrite qui figure, à côté du nom de Sor Juana Inés de la Cruz, sur le livre des professions du couvent de Saint Jérôme/Sainte Paule de Mexico. Le roman est fort intéressant car il parvient à faire revivre le monde féminin du Mexique au XVIIe siècle : la vie quotidienne et les voyages, la sensualité et les amours, les dévotions et les superstitions, les complicités et les jalousies, sans exclure un sujet emblématique comme l’avortement clandestin. Nous sommes à la campagne, puis à Mexico, puis à la cour, puis au couvent. La fameuse révolte de 1692 est vue habilement à travers la participation de l’ancienne esclave noire de Sor Juana. Le thème du lesbianisme, traité ailleurs de « cliché », n’est pas appliqué à la Dixième Muse, mais il est déplacé sur sa nièce religieuse.

2Le pivot du livre, c’est Sor Juana, un personnage vu comme intimidant. La méthode choisie est de la montrer essentiellement par le regard de son entourage connu et inventé : «Opté por escoger los ojos de otras» (postface, p. 373). L’héroïne apparaît directement quand elle rédige quelques lettres : à son amie vice-reine et à son ancienne maîtresse d’école, présentée comme une amie fidèle, dont la biographie fictive nous est contée en parallèle. La famille est nombreuse. Les domestiques, et le peuple en général, tiennent une grande place. Mónica Lavín imagine aussi des compagnes de Sor Juana, y compris une Sor Cecilia jalouse et intrigante. Le monde masculin dans le roman est en général moins convaincant. Curieusement, le tout puissant archevêque Aguiar y Seijas est presque absent.

3La documentation a été importante, mais son utilisation pose problème. Les libertés prises dans le cours de l’histoire sont légitimes puisqu’il s’agit d’un roman, mais le cœur du livre, comme l’indique le titre, c’est bien la crise finale : Sor Juana amenée à faire semblant d’être une autre, sous le feu de la persécution ecclésiastique. Le premier chapitre qui se compose d’une lettre de l’héroïne, s’appelle déjà «Los lobos» : le confesseur, l’archevêque de Mexico et l’évêque de Puebla, Manuel Fernández de Santa Cruz. Dans une interview à La Jornada (2.5.2009), la romancière revendique sa liberté « mientras no se contradiga lo que ya se sabe y es comprobable ». Or, pour charger sa cible principale, Santa Cruz, elle commet (p. 342) deux importantes inexactitudes qu’il faut rectifier. Un lointain évêque ne peut pas fréquenter un parloir à Mexico ; le texte de la critique qu’avait faite Sor Juana, en 1690, d’un sermon de Vieira est déjà diffusé manuscrit par d’autres quand Santa Cruz le lit et le publie sans demander la permission à l’auteur. L’évêque n’a pas préfacé lui-même les villancicos « féministes » publiés à Puebla en 1692, mais ce fut un membre de son clergé qui s’en chargea et il aurait eu tout pouvoir pour l’empêcher. Surtout, Sor Juana est censée avoir peur de l’Inquisition à cause de la condamnation du sermon d’un ami : en fait, cette condamnation a lieu en 1697 deux ans après sa mort à elle. On n’a pas actuellement la moindre trace d’un début de poursuite de la religieuse par le Saint Office.

4Trois documents révélés depuis 2009 viennent innocenter un peu plus les deux derniers «lobos» : la vente des livres pour les pauvres ne fut pas une exigence de l’archevêque. Mais le schéma de la nonne géniale persécutée règne depuis trop longtemps ; littérairement il est trop satisfaisant. En fait, des documents peuvent se révéler inaudibles. Avec des perspectives très différentes, deux savants Mexicains Alberto Pérez-Amador Adam et Alejandro Soriano Vallés ont entrepris d’en parler ; ils ne semblent pas avoir été écoutés. Dans sa postface non datée, Mónica Lavín envisage que «posteriores hallazgos desbarranquen» ses affirmations. On désirerait dans les nouvelles éditions une préface datée qui fasse un peu le départ entre vérité et fiction. Pour l’instant, la mention «novela» est très discrète sur la couverture et absente sur la page de titre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy, « Mónica LAVIN, Yo la peor », Caravelle, 100 | 2013, 307-308.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy, « Mónica LAVIN, Yo la peor », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/269

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org