Navigation – Plan du site
Comptes rendus

María del Mar FELICES de la FUENTE, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo XVIII (1701-1746): entre el mérito y la venalidad

Almería, Universidad de Almería, 2012, 524 p.
Frédérique Langue
p. 303-307
Référence(s) :

María del Mar FELICES de la FUENTE, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo XVIII (1701-1746): entre el mérito y la venalidad, Almería, Universidad de Almería, 2012, 524 p.

Texte intégral

1Après l’indéniable succès enregistré par l’historiographie des élites d’Amérique espagnole dans les années 1990, la production éditoriale a été marquée au cours de la décennie suivante par un reflux relatif des publications spécialisées. La variété des approches proposées, de la perspective institu-tionnelle classique, centrée sur les cabildos indianos, à une approche économique (question de la terre et définition de la hacienda coloniale, commerce) en passant par une histoire culturelle et sociale (histoire des représentations comprise), n’est parvenue que de manière très exceptionnelle à compenser ce déclin éditorial. Au nombre des thèmes qui avaient orienté avec bonheur l’étude des élites americanas vers de nouveaux paradigmes interprétatifs, les origines et les pratiques de la noblesse des Indes étaient parvenues à occuper un espace tout à la fois singulier et décisif. La définition en avait été affinée, contribuant à distinguer des « élites principales » par opposition aux élites dites « secondaires », caractérisées en première instance par un moindre niveau de richesse, de statut social et de prestige. Les stratégies d’honneur et de fortune, fondées sur des modes de sociabilité spécifiques, à la fois familiales et lignagères, voire, dans un ordre d’idées comparable, urbaines (D. Ladd, C. Büschges, F. Langue, P. Rizo-Patrón) constituèrent à cet égard l’un des apports majeurs des études consacrées aux aristocraties d’Amérique espagnole, aussi bien à l’échelle régionale qu’à celle des vice-royautés. Les travaux plus récents ont en revanche privilégié la dimension micro-historique, faisant peu de cas de l’approche comparative au profit d’une mise en perspective quelque peu redondante des « élites de pouvoir ».

2Il ne s’agit pas de proposer ici un nouvel état des lieux, mais de mettre en évidence les apports les plus récents et novateurs à une historiographie en demi-teinte, d’où ont toutefois émergé trois orientations majeures. La première réside dans la prosopographie en tant qu’étude relationnelle et biographie sociale du groupe social considéré, indiscutablement liée à la très dynamique historiogra-phie des réseaux à la période moderne (J.M. Imizcoz, M. Bertrand). Le thème des circulations à l’échelle des empires a ainsi tiré le meilleur parti de la théorie des réseaux (Cf. notre recension de Michel Bertrand et Jean-Philippe Priotti, Circulations maritimes. L’Espagne et son empire (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR 2011, parue dans Caravelle n°98-2012). Les relations des vassaux américains avec les Cours vice-royales et métropolitaine sont dès lors analysées dans le contexte de la Monarchie ibérique, faisant apparaître clans et réseaux familiaux, mécanismes de solidarités et d’interdépendances, voire les enjeux de ces « réseaux relationnels » à même de garantir la protection de hauts fonctionnaires ou de ministres des Indes. La deuxième orientation, axée sur les modalités de la gouvernance à l’époque moderne, s’est penchée sur la question de la vénalité des charges, et d’une autre caractérisation prêtant indéniablement à controverse, celle de « corruption ». Cette réalité observable aussi bien en Espagne qu’en Amérique témoigne en fait de la capacité constante de négociation et d’adaptation de ces élites, comme l’ont bien souligné des auteurs tels que F. Andújar Castillo ou M. Bertrand. La troisième option a permis un retour sur les espaces de la Monarchie ibérique et les pratiques effectives de pouvoir, plus précisément de « bon gouvernement » (buen gobierno) et, à l’inverse, de désobéissance et rébellion dans le cadre d’une relation vassalique amplifiée par le jeu des liens personnels (J.P. Dedieu, V. Ruiz Peralta).

3Tirant le meilleur parti de ces trois approches, la très dynamique historiographie moderniste espagnole a contribué par conséquent à renouveler considérablement le panorama des travaux consacrés aux détenteurs de la richesse et du pouvoir. L’ouvrage de María del Mar Felices de la Fuente s’inscrit brillamment dans ce champ disciplinaire revivifié, et plus encore si l’on tient compte des tendances fondamentalement traditionnalistes de l’historiographie nobiliaire et généalogique. Il constitue d’entrée une révision précise des catégories communément appliquées à l’étude de la noblesse, pour une période – le règne de Philippe V, 1701-1746 – particulièrement faste pour ce qui est de l’attribution des titres de noblesses et la multiplication des maisonnées nobles (Casas nobles). Fondé sur une méthodologie à la fois rigoureuse et critique, ainsi qu’un bilan extrêmement complet des sources disponibles, cet ouvrage analyse un aspect jusqu’alors peu traité, du moins avec cette précision, celui du processus bureaucratique conduisant à l’obtention d’un titre de noblesse (rôle du monarque et de la Cámara de Castilla), indépendamment des voies d’accès proprement dites, mieux connues des spécialistes (mérites et services selon la formule consacrée, grâces diverses). Francisco Andújar Castillo, qui fut le directeur de thèse de l’auteure, insiste dans son prologue sur le nombre considérable de titres accordés sous le règne de Philippe V – ils furent plus de trois cents – mais également sur la « continuité de dynamiques héritées ». Le principal signe de distinction dans cette société d’Ancien Régime procède en effet de la noblesse et de l’obtention de « titres de Castille », dénomination officielle appliquée aux titres de noblesse, y compris lorsque leurs bénéficiaires résident en Amérique (Indianos). Ces derniers se distinguent à cet égard de la « noblesse de service » à dominante péninsulaire par leurs stratégies économiques modernes (mines, grandes haciendas agricoles, commerce) et financières. Cette circonstance expliquerait par ailleurs le choix qui a été fait de distinguer tout au long de l’ouvrage un sous-groupe de « péninsulaires » de moindre fortune lignagère et dont l’ascension sociale procède effectivement de leurs activités dans l’administration des Indes ou les milices.

4L’hypothèse la plus convaincante consiste cependant à établir dans quelle mesure le processus politique et bureaucratique mis en œuvre à cette occasion par des administrations aussi diverses que la Cámara de Castilla, la Secretaría del Despacho voire le Conseil des Indes a influé sur la croissance de cet « état », en d’autres termes de la noblesse titrée. Il s’agit dans cette perspective de cerner les préférences exprimées en faveur d’un profil social particulier chez les impétrants, dans un contexte de changement dynastique que l’historiographie espagnole n’avait précédemment pas considéré comme déterminant. Jusqu’alors avaient en effet été privilégiées les maisons nobles, la noblesse régionale, les modalités du régime seigneurial et de la vie à la Cour, biographies d’aristocrates comprises. Il faut souligner que ce questionnement n’avait pas davantage été pris en compte par l’historiographie américaniste, plus intéressée par la réalité et la dynamique sociale du Nouveau Monde que par le parcours bureaucratique des impétrants indianos. Les sources utilisées expliquent bien évidemment ce décalage, et l’orientation dans tous les cas plus localiste de l’historiographie américaniste. Or, il est un fait majeur, dûment argumenté par l’auteure, qui va dans le sens d’une continuité entre le règne des Habsbourg et celui des Bourbons : le pouvoir de décision du monarque dans l’octroi de grâces (gracias y mercedes). Son application eut en effet pour conséquence la non-intervention dans de nombreux cas (vérifiée à notre sens, en ce qui concerne les prétendants indianos) de la Cámara de Castilla dans les différentes étapes du processus.

5María del Mar Felices de la Fuente prolonge son analyse en indiquant que les « relations de mérites et services » engrangés au profit de la Couronne et mis en avant lors de l’accès à un titre de noblesse auraient permis d’obtenir plus facilement celui-ci que la croix d’un ordre militaire. Sur ce point, l’expérience américaine, fondée fréquemment sur des mérites militaires acquis lors de la pacification même tardive de « zones-frontières » (voir le cas du nord de la Nouvelle-Espagne, de ses presidios fondés par de grands mineurs hacendados à la tête d’armée privées, ou encore du Río de la Plata), nous semble contribuer à nuancer cette appréciation jusqu’à la fin de la période coloniale. Dans le cas de ces puissants personnages, l’appartenance à un ordre militaire précède en effet l’obtention d’un titre de noblesse, à de très rares exceptions près (une seule pour la Nouvelle-Espagne). A cet égard, il convient de rappeler que G. Lohmann Villena n’avait pas hésité à qualifier les ordres militaires présents en Amérique espagnole (Santiago, Calatrava, Alcántara, Alava dans une moindre mesure, et Isabelle la Catholique et Carlos III pour les ordres spécifiquement américains) d’« ordres nobiliaires ».

6Deuxième élément qui mérite également d’être souligné, et qui rejoint les observations réalisées dans le cas des prétendants indianos : le déplacement de la haute noblesse en faveur des nouvelles élites, promues en l’occurrence pour services rendus. L’auteure insiste à juste titre sur la composante financière de ces « mérites et services », dûment consignée dans ces relations (36% des concessions de titres seraient fondées sur ce type de mérites). Un troisième point, quasiment absent en revanche des études américanistes portant sur la noblesse, réside dans ce que l’on peut qualifier de relations courtisanes, en d’autres termes de l’appui et des faveurs obtenus de personnages ou d’intermédiaires influents, proches du monarque ou appartenant aux instances chargées d’attribuer ces honneurs. En ce qui concerne le comte de San Mateo Valparaíso (1727), que nous avons eu l’occasion d’étudier en détail pour la région de Zacatecas et au-delà, si l’amitié professée par le vice-roi Vizarrón y Eguía était bien connue de son imposante parentèle et non moins efficace clientèle et de ses contemporains en général, il n’en était pas de même des recommandations du comte de Kingsegg. Celles-ci accompagnèrent le mémorial adressé par prétendant en 1726 au titulaire de la Secretaría del Despacho de Estado, Juan Bautista de Orendain, marquis de la Paz. On apprend également que le même personnage, Fernando de la Campa Cos, avait obtenu précédemment la croix de l’ordre d’Alcántara mais qu’il se l’était vu refuser dans un premier temps en raison des « préjudices » encourus, évidents si l’on se souvient du pouvoir de fait de ce clan familial. La classification proposée à l’endroit du comte, sans mérites particulier (titulado «sin razón») mais qualifié paradoxalement de «hombre de negocios» va en revanche à l’encontre des données que nous avons obtenues à partir des archives d’Amérique espagnole (des Archives des Indes aux archives mexicaines). Ce type de personnage, certes exemplaire mais tout aussi représentatif de la noblesse de Nouvelle-Espagne, pouvait en effet faire état d’un statut social d’exception (noble por los cuatro costados), de mérites militaires avérés (organisation de campagnes militaires, financement d’armées privées, dons en faveur de la « guerre » et « prêts » divers à la Couronne), s’appuyant par ailleurs sur une fortune conséquente consacrée par l’acquisition de majorats, à même d’assurer durablement l’honneur du titre accordé. Comme ce fut le cas de ses pairs, c’est cependant la terre et non les mines d’argent ou le commerce (activité plus répandue et plus revendiquée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) qui lui permit d’asseoir son statut social et lui procura son titre (tiré du nom d’une hacienda).

7L’« univers bigarré » des prétendants à un titre de noblesse (57 indianos sur les 91 titres accordés sous le règne de Philippe V soit 63% de l’ensemble, 12 pour la Nouvelle-Espagne, soit moins que pendant les règnes de Charles III et Charles IV), et notamment lorsque la « raison militaire » ou la « raison politique » entrent en ligne de compte, se prête donc à une discussion du plus grand intérêt, tant sont rares les occasions de confronter sources américaines et sources péninsulaires dans un même ouvrage ou à partir des pistes suggérées par celui-ci. Le rôle joué par certaines régions, pourvoyeuses en quelque sorte d’hidalgos et futurs prétendants (ainsi les provinces basques et tout particulièrement Guipúzcoa) est également souligné, mettant en exergue ce type de migration interne à l’empire espagnol. Il en est de même de la « plus grande disponibilité de capital économique », qui devient une justification plus prisée – et un mérite dûment reconnu – que les services à dominante militaire initialement rendus au monarque, qu’ils soient le fait de l’intéressé ou de ses ancêtres, sur des champs de bataille, des « zones-frontières » ou à la Cour. Nous ne partagerons cependant pas l’utilisation qui est faite de certains termes et expressions connotés à divers titres, telles que «seudo-aristócratas del dinero», «oligarquías» ou «venalidad», du moins en ce qui concerne l’aristocratie du Nouveau Monde et plus encore pendant la période considérée. Ce sont certes les nécessités financières de la Couronne qui déterminent non seulement la nature des services rendus et des mérites acquis, mais également la délégation de pouvoir ainsi consentie y compris dans sa dimension militaire, pacificatrice voire colonisatrice en des régions éloignées de la métropole et dans la plupart des cas des capitales des vice-royautés. En ce qui concerne les résidents fortunés installés à la Cour métropolitaine ou vice-royale, la haute administration demeure certes une voie d’accès privilégiée à la noblesse titrée, bien que non exclusive, la prestation de service militaire s’effectuant par le biais de commandements divers, ainsi dans les milices urbaines. La substitution progressive de ce type de services par des services financiers, désignés comme tels dans les relations de mérites et services, semble être à cet égard une caractéristique de la seconde moitié du XVIIIe siècle, du moins dans le cas des Indes.

8Un autre aspect méconnu qui demanderait à être précisé par des études à la fois plus ancrées dans les réalités locales (aussi bien aux Indes que dans certaines régions telles que l’Aragon ou la Catalogne) et s’inscrivant dans une perspective comparée est celui de l’instabilité de certains revenus, qui contraint les titulaires incapables de maintenir un train de vie, d’acquitter les droits de lances et media annata et par conséquent de préserver l’honneur afférent à ce statut d’exception, à renoncer à l’usage de leur titre. Dans cette perspective, la « vénalité » invoquée comme facteur explicatif de l’essor de la noblesse dans la première moitié du XVIIIe siècle passe au second plan, surtout si l’on sort des capitales vice-royales et de la Cour. La vente des offices et honneurs ne peut être dissociée en effet de la réalité sociale évoquée, en particulier de pratiques fondées sur des liens personnels, aussi bien horizontaux que verticaux (solidarité et dépendance, entre égaux ou induisant une relation de protection, alliances matrimoniales et liens de parenté étendus) et des réseaux qui sous-tendent le pouvoir de fait détenu par ces aristocrates, qu’ils soient d’origine « péninsulaire » ou créole (l’auteur préférant le terme « indianos »). Il apparaît que c’est dans ce cadre que la question du mérite et de la « vénalité » en tant que mécanismes d’adaptation à une situation donnée voire de recréation du modèle initial se doit d’être posée.

9Cette observation ne retire bien entendu aucun… mérite à ce « portrait de groupe » – l’expression est de l’auteure –, remarquable synthèse d’histoire sociale et culturelle. Cet ouvrage accompagné d’un annexe des titres accordés et d’une bibliographie presque exhaustive montre bien l’intérêt qu’il y a, au-delà des modes scientifiques qui imposent de comparer à tout prix les Amériques, à re-mettre à l’honneur l’étude conjointe et particulièrement éclairante de l’Amérique espagnole et de sa métropole. A ce titre, il se doit, à notre sens, de figurer dans toute bibliothèque américaniste et/ou moderniste qui se respecte. Nous ne pouvons par ailleurs qu’espérer qu’une suite lui doit apportée pour un « deuxième » XVIIIe siècle, marqué comme on le sait par les réformes bourboniennes et l’exemplaire bien que controversée « révolution dans le gouvernement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « María del Mar FELICES de la FUENTE, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo XVIII (1701-1746): entre el mérito y la venalidad », Caravelle, 100 | 2013, 303-307.

Référence électronique

Frédérique Langue, « María del Mar FELICES de la FUENTE, La nueva nobleza titulada de España y América en el siglo XVIII (1701-1746): entre el mérito y la venalidad », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/266

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org