Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ingrid GALSTER, Aguirre o la posteridad arbitraria

Bogotá, Editorial Universidad del Rosario y Editorial Pontificia Universidad Javeriana, 2011, 848 p.
Michel Bertrand
p. 300-302
Référence(s) :

Ingrid GALSTER, Aguirre o la posteridad arbitraria, Bogotá, Editorial Universidad del Rosario y Editorial Pontificia Universidad Javeriana, 2011, 848 p.

Texte intégral

1A n’en pas douter, l’ouvrage d’Ingrid Galster constitue une véritable somme. Les quelques précisions qui suivent suffiront probablement à en convaincre le lecteur. Le propos de l’auteur est de suivre, dans la très longue durée, l’écho de l’épopée d’un conquistador passée à la célébrité non pas tant par l’ampleur ou l’importance de ses découvertes – comme ce put être le cas d’un Cortés ou celui d’un Pizarro – mais plutôt par la dimension dramatique de son échec. De fait, même pour celui qui ignore tout aujourd’hui de l’histoire de la conquista, il y a de fortes probabilités pour que le nom de Lope de Aguirre ne soit pas inconnu. Pour nos contemporains, cette « célébrité » est à associer au film que W. Herzog lui consacra en 1972 et auquel un acteur non moins hors du commun et à la personnalité non moins polémique, Klaus Kinski, reste irrémédiablement attaché. Or, il est intéressant de constater que cet écho contemporain d’un événement qui se déroula au fin fond de l’Amazonie en 1561 n’est que le dernier avatar d’une histoire qui n’a cessé d’être reprise et retravaillée depuis plus de quatre siècles.

2De fait, on ne se surprend pas de constater que certains pays ont été plus friands que d’autres de ces événements amazoniens. Tel a bien été le cas de ceux qui, soit par la géographie, soit par le déroulement même des événements, se trouvent être en relation directe avec cette histoire de sang et de larmes. C’est ainsi, par exemple, que trois pays se situent au premier rang parmi ceux qui ont, depuis quatre siècles, entretenu la mémoire de cet épisode dramatique étroitement lié à la conquête espagnole des « Indes ». Le premier n’est autre que le Venezuela, où l’essentiel des événements se déroulent. Le second est le Pérou d’où partit l’expédition à laquelle appartenait le conquistador. Le troisième enfin est la Colombie, région à partir de laquelle fut organisée la contre opération destinée à faire échouer la tentative de révolte et de sécession menée par Lope de Aguirre.

3Mais comme le souligne Ingrid Galster, l’intérêt pour cette histoire dépasse très largement ce cadre géographique d’une histoire qui, ainsi présentée, semblerait s’inscrire dans une approche « nationale » du passé en s’appropriant un héros, polémique s’il en est. On retrouve, bien plus tard et bien plus loin, ce même intérêt pour le révolté basque dans l’Espagne de la génération dite de 98. Bien plus, à partir des années 30, l’épisode quitte le domaine de la scène historique pour entrer dans celle de la représentation culturelle. Des auteurs très variés – psychiatres, dramaturges, journalistes, biographes… – se saisissent du personnage, accompagnant inévitablement leur intérêt d’une véritable inflation éditoriale. C’est dans ce contexte que le film de W. Herzog donne à ce héros une dimension réellement planétaire, totalement inattendue.

4Le projet d’Ingrid Galster consiste, en se saisissant de ces multiples et divers supports, à mesurer les métamorphoses successives du personnage. D’une reconstitution à l’autre, le voilà qui passe à être un fou, un démon, un libertador, un dictateur, un anarchiste ou encore un utopiste rétrograde… La question centrale de l’auteur est de tenter de comprendre ce qui permet une telle diversité d’interprétations. Sur quoi reposent-elles ? Mais surtout à quoi répondent-elles ? Son propos est donc de reconstituer la tradition « littéraire » dans laquelle s’inscrit chacun des auteurs recensés afin de situer le projet associé à la réélaboration de l’histoire en question. Pour ce faire, Ingrid Galster a réuni tous les textes imprimés, depuis le XVIe siècle, relatifs à la rébellion de Lope de Aguirre. C’est dire l’ampleur du travail réalisé ! Son propos n’est pas de reconsti-tuer une quelconque « vérité historique » mais plutôt de comprendre les usages appliqués à un matériau historique afin d’en saisir les finalités. Si l’historien reste dubitatif sur les réflexions théorico-épistémologiques dans lesquelles Ingrid Galster réfléchit aux mérites comparés de l’approche littéraire et de la démarche historique, dans le droit fil des théories contestables de H. White, il n’en reste pas moins très intéressé par la reconstruction proposée. Celle-ci ouvre en effet des perspectives fort stimulantes sur ce que l’historien qualifierait « d’usages de l’histoire ». Le souci constant de Ingrid Galster de toujours contextualiser les textes qu’elle étudie est à ce titre tout à fait essentiel : il permet, pour chaque auteur considéré depuis le XVIe siècle, de situer et d’historiciser les démonstrations auxquelles elle s’adonne à partir des textes mobilisés.

5La démonstration très solide qui est proposée lui permet d’identifier cinq étapes successives dans la reprise et la transmission du matériau historique relatif à Lope de Aguirre. La première concerne l’époque coloniale. Pour les divers auteurs qui s’intéressent à l’affaire, la question de la rébellion semble passer au second plan. Ce qu’ils retiennent de préférence chez Lope de Aguirre, c’est le recours à la violence afin de parvenir à ses fins. Pour eux, il tue pour le plaisir et devient une incarnation de la cruauté. La seconde étape concerne le XIXe siècle. Dans ces pays récemment indépendants, Lope de Aguirre devient le prototype de l’Espagnol sanguinaire et violent. D’une certaine manière, à plus de 200 ans de distance, il sert à justifier le choix de l’indépendance fait au début du siècle. Une troisième étape émerge à la fin du XIXe siècle. Lope de Aguirre est alors profondément revisité et démythifié, à la fois par les libéraux et par les adeptes de l’identité basque. Ils adoptent pour cela la démarche positiviste et s’appuient dans leurs raisonnements sur les sources « historiques » qui entourent le personnage : quelques lettres, des sources judiciaires, des relations de mérites. Dans cette reconstruction, Lope de Aguirre se transforme pour devenir un héros « révolutionnaire » qui recourt à la violence, dont on minimise l’importance, pour servir des idéaux « nobles », à commencer par la liberté. Ce Lope de Aguirre-là devient ainsi d’une certaine manière un précurseur des héros d’indépendance. Dans le droit fil de cette interprétation en naît une quatrième qui fait de cet aristocrate basque un précurseur des aspirations égalitaristes dont on considère qu’il les applique à toutes les populations du monde colonial… Pour terminer, à compter des années 60 du XXe siècle, il redevient l’archétype du conquistador espagnol dont la violence s’applique en priorité aux pauvres indiens qu’il poursuit pour satisfaire sa soif d’or.

6Si la reconstitution chronologique est éclairante pour le lecteur, Ingrid Galster considère qu’elle présente cependant l’inconvénient de simplifier une réalité bien plus complexe. En fait, à compter du XIXe siècle, ces relectures de l’épisode amazonien se manifestent simultanément, rendant la mobilisation du personnage bien plus complexe. Bien plus même, certaines de ces interpréta-tions peuvent se superposer en associant représentations dominantes d’une époque donnée et images moins mobilisées mais non moins présentes. De cette étude extrêmement fouillée, l’on peut identifier quelques conclusions éclairantes sur cette mobilisation du passé. La conservation durable de Lope de Aguirre dans la mémoire des trois pays les plus directement concernés est étroitement liée à la construction de l’identité nationale. A cette fin, ils mobilisent activement les textes coloniaux écrits par et pour les Créoles. Lope de Aguirre devient ainsi un défenseur du territoire des nouveaux Etats, vénézuélien et colombien notamment, contre la menace des risques d’invasion, dont ceux en provenance de la métropole, mais pas exclusivement. A la fin du XIXe siècle, l’interprétation connaît un changement radical en raison de la nouvelle perspective adoptée : alors que jusqu’au début du XIXe siècle, l’épisode est toujours approché selon le point de vue de la couronne, à cette date le regard adopté est celui des Créoles. Le rebelle se transforme alors en résistant face à l’oppression espagnole.

7La conclusion de l’auteur est une invitation à multiplier ce type d’approche sur des « héros » latino-américains qui manquent cruellement. Des études du même ordre sur Cortés ou Las Casas ou, bien sûr, Colomb seraient en effet riches en enseignements et permettraient des comparaisons prometteuses. Mais on comprend que l’ampleur de l’œuvre ait pu décourager les initiatives…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Ingrid GALSTER, Aguirre o la posteridad arbitraria », Caravelle, 100 | 2013, 300-302.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Ingrid GALSTER, Aguirre o la posteridad arbitraria », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/264

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org