Navigation – Plan du site
Comptes rendus

P. CARDIM, T. HERZOG, J. RUIZ IBÁÑEZ, et G. SABATINI (dir.), Polycentric monarchies: how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ?

Brighton, Sussex Academic Press, 2012, 241 p.
Guillaume Gaudin
p. 295-300
Référence(s) :

P. CARDIM, T. HERZOG, J. RUIZ IBÁÑEZ, et G. SABATINI (dir.), Polycentric monarchies: how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ?, Brighton, Sussex Academic Press, 2012, 241 p.

Texte intégral

1Comment une équipe d’historiens décentre-t-elle le regard porté sur l’espace impérial et planétaire des monarchies ibériques sans verser dans l’histoire nationale de chaque territoire ? L’option retenue n’est ni celle d’une histoire connectée ni celle d’une histoire globale, mais celle d’une histoire impériale renouvelée des monarchies espagnole et portugaise à l’Époque moderne, « the first imperial powers on a worldwide scale. » (p. 3) Comment ces entités politiques, sociales, économiques et culturelles fonctionnent-elles, tant bien que mal, comme un tout ? Comment les acteurs les conçoivent-ils et leur donnent-ils vie ? Polycentric Monarchies se présente comme un jalon supplémentaire, plus qu’une rupture, dans le questionnement historiographique entamé en 1972 par John H. Elliott (The Old world and the new: 1492-1650, Londres, 1972), poursuivi vingt ans plus tard dans un article majeur « A Europe of Composite Monarchies » (Past & Present, 1992, no 137) et repris par Henry Kamen dans un titre évocateur : Spain’s Road to Empire: The Making of a World Power, 1492-1763 (Londres, 2003). Il s’agissait alors de faire une histoire atlantique de la monarchie hispanique en intégrant pleinement les différentes possessions de la Couronne. La continuité avec l’historiographie anglo-saxonne est donc établie lorsque les auteurs de Polycentric Monarchies affirment leur rejet des histoires nationales centrées sur l’Espagne, le Portugal ou tel territoire sous contrôle ibérique (Milan, Naples, Mexique, etc.). Néanmoins, Polycentric Monarchies se distingue par la disqualification du schéma centre-périphérie (Madrid, Péninsule, reste de l’Empire) qui laissait dans un angle mort une partie du problème : non seulement la contribution décisive des périphéries à l’édifice politique impérial, mais encore les relations entre les périphéries.

2L’ouvrage, publié dans la langue de Shakespeare, est donc un manifeste, longuement mûri par des historiens confirmés dans le cadre du réseau scientifique international sur les monarchies ibériques « Red columnaria », créé en 2004 autour de José Javier Ruiz Ibáñez. Aussi fallait-il trouver un étendard à ce paradigme en construction : l’oxymore « monarchies polycentriques » milite en faveur d’une approche « ni nationale, ni proto-nationale ni coloniale, [mais] multiterritoriale » (p. 4). Quant à la méthode, elle se fixe le même but : « [the authors] all engage in a global reading of local history in order to both historicize and de-nationalize (as well as de-essentialize) their particular histories » (p. 4). Qu’ils traitent de dossiers inédits ou qu’ils reprennent des thèmes classiques, les auteurs suivent une interprétation détachée des écueils d’une histoire nationale ou, au contraire, postcoloniale trop prompte à voir dans le passé des formes de domination ne correspondant pas aux catégories d’Ancien Régime. La volonté, affichée de la première à la dernière page, de s’approcher au plus près des acteurs n’est pas une vaine incantation visant à se placer sous les auspices d’un Lucien Febvre, mais relève d’un « irrevocable commitment to understanding the past on the basis of its own logic, escaping anachronistic prejudice » (p. 225, voir aussi p. 3, 5, 155). L’effort de chercher les représentations et les pratiques des acteurs est patent, comme le soulignent les éditeurs : « how an imperial reality was built on an everyday and local level » (p. 5). Les contributions ne produisent jamais une description statique des territoires, mais relèvent et analysent à différentes échelles les processus qui alimentent « the social and political fabric of the empire » (A. Marcos, p. 224) : premièrement, la convention royale (la justice distributive de la grâce, moteur de la fidélité offrant de multiples chances au sujet de la monarchie) et la religion catholique (l’ouvrage ne contient pas d’histoire religieuse proprement dite, mais le catholicisme militant est bien la toile de fond des monarchies) ; deuxième-ment, les finances (avec le rôle du crédit et de l’endettement de la Couronne) et le dialogue entre les élites ; troisièmement, « au ras du sol », la famille et les phénomènes de mobilités spatiale et sociale de marchands, de nobles et de religieux ainsi que les circulations des idées, des représentations, des objets, des instruments de pouvoir ; par ailleurs, les relations de la monarchie avec les autres puissances européennes et les représentation qu’elles génèrent, ainsi que sa capacité de rayonnement.

3Par conséquent, les travaux présentés portent sur divers territoires : sur les douze contributions, seulement trois concernent l’empire portugais (les Açores pendant l’union des deux Couronnes, le Brésil, dans une moindre mesure l’Asie). Les neuf autres essais parcourent l’empire espagnol : l’Amérique, l’Italie (avec Naples, Milan et Gênes), le royaume péninsulaire de Valence, alors que, logiquement, la Castille n’est jamais étudiée en tant que telle. Madrid est quasi absente de l’index, mais les monarques qui y résident sont bien des acteurs de la monarchie : ils sont abondamment cités, en particulier Philippe II et Philippe IV. Enfin, les relations avec d’autres puissances européennes mènent vers les Provinces-Unies, l’Angleterre et la France. On notera l’absence de Rome, du Saint-Empire ou encore de l’Afrique. Les contributions portent en majorité sur le XVIIe siècle, moins sur le XVIe siècle. Seule la recherche de Jean-Paul Zuñiga sur les peintures de castas en Nouvelle Espagne concerne spécifiquement le XVIIIe siècle. Le but des coordonnateurs n’était pas l’exhaustivité mais bien le souhait de présenter une recherche collective, originale et cohérente de manière synthétique et très dynamique. La forme des essais courts et non moins denses est un des attraits du livre, et comme le souligne Alberto Marcos Martin : « no doubt that the essays presented in this volume foreshadow other contributions… » (p. 218).

4La première partie, « Spatial integrations », se penche sur la manière dont différents territoires s’intègrent à l’ensemble monarchique : la concurrence entre les élites, la grâce royale, la reconnaissance monarchique de chaque territoire, et inversement la place que chaque territoire estime avoir dans la monarchie. Jean-Frédéric Schaub se livre à la micro-histoire d’un port pendant l’union des deux Couronnes portugaise et espagnole entre 1581 et 1640 : Angra, sur l’île de Terceira, aux Açores. Dernier bastion de la résistance à Philippe II, l’île reste divisée pendant soixante ans entre opposants et partisans des Habsbourg. Ce contexte urbain et maritime en période d’occupation castillane (un fort surplombe la ville) offre à l’historien du politique et du social un terrain parfait : d’une part, de nouvelles institutions viennent s’ajouter aux anciennes et se concurrencent et, d’autre part, les habitants d’Angra n’hésitent pas à tous les niveaux à établir des alliances matrimoniales avec les Castillans. L’intégration n’est jamais univoque ou simple : le sentiment et les intentions anticastillans persistent chez les habitants d’Angra pendant que la garnison espagnole et la ville interagissent sans cesse. Oscar Mazín analyse le « processus de territoriali-sation » qui donne un statut et une structure évolutive aux Indes Occidentales : « they forged an authentic local personality » (p. 27). Il questionne ainsi la distinction entre territoires incorporés (entités annexées à la Castille) et territoires agrégés (conservant leurs lois et privilèges) à la Couronne. Les élites américaines élaborent une série de discours visant à nier leur supposé statut de territoire incorporé : l’objectif est d’obtenir une plus grande autonomie et de valoriser leur place dans la Monarchie planétaire. Étonnamment, ce discours proaméricain s’épanouit à Madrid, au plus près de la grâce royale : dans les années 1620, Juan Solórzano Pereira (1575-1655), alors fiscal du Conseil des Indes, défend bec et ongles la préséance de son Conseil sur celui de Flandre lors de la cérémonie du baisemain royal du 26 décembre. Solórzano utilise plusieurs arguments juridiques, politiques et culturels exaltant la place et l’importance du Nouveau Monde dans la monarchie. Pedro Cardim s’intéresse quant à lui au même sujet pour l’espace portugais. Il étudie comment les territoires récemment incorporés revendiquent et obtiennent le droit de siéger aux Cortes et, par là même, la reconnaissance de leur capacité à représenter le royaume. Après plusieurs tentatives, Angra, Goa puis Salvador envoient vers 1650 des représentants aux Cortes. La comparaison avec la Castille est instructive. En principe, rien n’empêchait les villes américaines de participer aux Cortes de Castille, mais des deux côtés de l’Atlantique les réticences étaient fortes : hésitation monarchique à donner du poids aux villes américaines et attentisme de ces dernières à l’idée d’abandonner plusieurs privilèges fiscaux. La comparaison ibérique et diachronique montre la capacité d’adaptation du système en fonction de la donne politique et de la faculté de négociation ainsi que des stratégies des élites locales. Rodrigo Bentes Monteiro montre ainsi que la politique dynastique et matrimoniale des Bragance participe à l’intégration des territoires brésiliens. Il analyse les traités entre les Bragance, l’Angleterre et les Pays-Bas comme un dialogue entre le roi et ses sujets de Bahia, formant le corps politique du Portugal. Dans sa contribution, Juan Francisco Pardo réfléchit sur les conséquences qu’à pour le gouvernement local de Valence d’appartenir à une structure telle que la monarchie catholique : la représentation est au cœur de la problématique. À partir d’une analyse du langage, de la culture et des pratiques des estamentos, en particulier de la noblesse, du royaume de Valence, J. F. Pardo décrit la capacité d’action des élites face au pouvoir monarchique en dehors des cas connus de résistances ou de révoltes. Il en ressort une représentation organiciste et médiévale du pouvoir dans laquelle le dialogue devait toujours être possible entre la tête et le corps du royaume.

5Dans une seconde partie, « Spaces of Circulation », une approche plus sociale et culturelle, et dans une moindre mesure économique, s’intéresse à d’autres formes d’intégration impériale. Enrique Soria Mesa entraîne le lecteur dans une analyse fine de l’institution élémentaire d’incorporation des élites à l’empire, le mariage. Des exemples variés montrent (s’il était encore nécessaire) à quel point les alliances matrimoniales forment un réseau serré de liens sociaux qui traverse et maintient ensemble les différentes parties du monde hispanique. Gaetano Sabatini étudie pour sa part une nation de financiers délaissée par l’historio-graphie, et pourtant caractéristique de la nature transnationale des monarchies ibériques : celle des Portugais à Naples. L’ascension et la chute de la famille Vaaz, composée de marchands nouveaux chrétiens originaires de Lisbonne, installés à Naples depuis les années 1580, sont exemplaires. L’articulation des mécanismes économiques (approvisionner Naples), sociaux (intégrer la noblesse par la marchandise) et politiques (obtenir puis perdre la protection du vice-roi), du local à l’impérial, apparaît au grand jour. D’après Giuseppe de Luca, la dette et le besoin de capital de la monarchie hispanique entraînent le développement économique et l’intégration politique du Duché de Milan. Le crédit et la circulation des capitaux constituent en effet un lien social et politique. Ainsi, deux phénomènes concomitants et connectés émergent après 1570 : d’une part, les commerçants milanais se tournent de plus en plus vers la finance, s’organisent et développent des activités de banque « moderne ». D’autre part, cette nouvelle finance milanaise investit dans la dette de l’État hispanique dont elle tire des revenus réguliers, réinjectés dans l’économie locale et profitant au commerce international depuis et vers Milan.

6Les études de Jean-Paul Zúñiga et Tamar Herzog touchent à un autre facteur d’intégration, celui des identités et des sentiments d’appartenance à l’ensemble socioculturel de la Monarchie catholique. J.-P. Zúñiga rappelle à juste titre que la mobilité impériale constitue le fondement de l’empire. L’objet choisi pour valider ce constat est l’émergence d’un genre iconographique particulier en Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle, les peintures de castas. L’auteur rejette l’interprétation racialiste de ces produits culturels novohispanos. Le terme casta est une notion complexe et évolutive qui résulte de l’association de plusieurs champs lexicaux produite notamment par l’expérience de la déportation africaine depuis le Moyen Âge et de l’incorporation des Indiens dans la Chrétienté. D’où le constat de l’auteur : « casta ideology was thus located at the centre of a genuine maelstrom of circulations (of men, of models, and of ideas). » (p. 130). J.-P. Zúñiga n’en tire pas une interprétation univoque, mais bien une série de constats sur les sociétés hispano-américaines (sur la fluidité sociale ou les concepts de noblesse, de nación et de patria pour les Créoles). Cette analyse est adroitement mise en perspective avec les cas des Antilles françaises et du Brésil. Tamar Herzog poursuit la réflexion sur l’hispanité. Elle nie une construction identitaire « proto-nationale » et préfère parler d’un « discours sur la civilisation ». Ce discours évolutif mixe également différents substrats culturels hispaniques autour de la distinction instaurée en Amérique entre république des Indiens et république des Espagnols. Alors que les Espagnols nés en Espagne étaient de facto chrétiens et civilisés, en Amérique, l’incertitude des naissances et les métissages brouillaient le catalogage. De la sorte, la classification des individus en Amérique dépendait moins de leurs ancêtres que de leur comportement (agir comme un Espagnol, se vêtir à l’espagnole, parler espagnol). Pour l’auteur, cette réalité américaine eut des répercussions en Europe : l’identification (principale-ment chez les missionnaires) entre paysans européens et indiens permit de qualifier les paysans de barbares (non chrétiens et non civilisés) et justifia les politiques de domination dans les campagnes. Par ailleurs, le débat sur le caractère sauvage des Indiens interrogea très vite la supposée civilisation européenne (de Las Casas et Montaigne jusqu’aux Lumières). Un deuxième aspect vient renforcer la thèse de T. Herzog : la confrontation des Espagnols avec les nations européennes conduisit à l’adoption d’une patrie commune hispanique fondée sur des critères religieux et civilisationnels (par opposition à la barbarie). L’interdiction des étrangers en Amérique fut notamment motivée par des questions religieuses et non « proto-nationalistes » : éviter la contamina-tion des hérésies, étant entendu que seuls les Espagnols répondaient aux critères de la civilisation (définis par le strict respect de l’orthodoxie définie par Rome).

7Dans la troisième partie, « External projections », la monarchie catholique est envisagée non seulement comme un système polycentrique mondial mais également comme un ensemble qui se construit en relation avec des puissances étrangères. Pour Manuel Herrero Sánchez, les modèles sociopolitiques des monarchies et des républiques d’Ancien Régime ne sont pas nécessairement antinomiques. D’une part, dans les républiques, les principes dynastique et aristocratique sont présents, et souvent plus prononcés, avec un numerus clausus de grandes familles de financiers et de marchands. D’autre part, la monarchie « plurijuridictionnelle » hispanique abrite des républiques urbaines et comprend dans son fonctionnement certaines formes de républicanisme. Par ailleurs, l’auteur montre le destin lié de l’Espagne avec les Républiques de Gênes et des Provinces-Unies. Influences et intérêts réciproques sont indéniables : il n’est pas fortuit que la perte de puissance de l’Espagne soit concomitante de celle de ces républiques à la fin du XVIIe siècle. Pour José Javier Ruiz Ibáñez, il s’agit de voir comment la monarchie soutient des dissidents dans plusieurs pays. Le point de départ est la présence d’une garnison espagnole d’un millier d’hommes à Paris de 1590 à 1594. Ce moment constitue l’apogée des ambitions universelles de Philippe II car si la garnison est au départ appréciée de la population et fait naître l’espoir chez les catholiques français et européens, elle démontre rapidement les limites de la monarchie à se projeter. Les effets contre-productifs d’un universalisme catholique radical apparaissent avec le succès d’Henri de Navarre : aider la Ligue catholique conduit à l’effet opposé, puisque monte sur le trône de France le représentant de l’hispanophobie ! L’auteur voit ici un exemple d’un phénomène qui se produit également ailleurs dans la Monarchie catholique : au Japon, en Araucanie, en Irlande, en Angleterre.

8Comme le souligne Alberto Marcos dans son épilogue, Polycentric Monarchies propose un échantillon représentatif des évolutions historiographiques des vingt ou trente dernières années : les acteurs, le jeu d’échelles, les représentations, les pratiques, les circulations et les réseaux contre le national, l’eurocentrisme et les catégories figées. Ce manifeste, complété par les publications récentes de la Red Columnaria, fournit désormais un solide schéma interprétatif et offre d’heureuses perspectives à la recherche historique des mondes ibériques à l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « P. CARDIM, T. HERZOG, J. RUIZ IBÁÑEZ, et G. SABATINI (dir.), Polycentric monarchies: how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ? », Caravelle, 100 | 2013, 295-300.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « P. CARDIM, T. HERZOG, J. RUIZ IBÁÑEZ, et G. SABATINI (dir.), Polycentric monarchies: how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ? », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/263

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org