Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Salvador BERNABEU et Frédérique LANGUE (coords.), Fronteras y sensibilidades en las Américas

Madrid, Ediciones Doce Calles, 2011, 392 p.
Nicolas de Neymet
p. 292-295
Référence(s) :

Salvador BERNABEU et Frédérique LANGUE (coords.), Fronteras y sensibilidades en las Américas, Madrid, Ediciones Doce Calles, 2011, 392 p.

Texte intégral

1Dans la première moitié du XXe siècle Lucien Febvre dans Combats pour l’histoire signalait déjà le besoin d’étudier ce qu’il y a de « plus nécessairement et de plus inexorablement subjectif en nous », c’est-à-dire, la vie affective. Au-delà de cette dimension individuelle, les émotions, encore à l’ombre des processus matériels, économiques et politiques, nous parlent des rapports entre les hommes, des interrelations collectives. Ce sont des « structures de pensée » de chaque époque, toujours façonnées par les évolutions socio-économiques. Depuis, les historiens ont accepté l’invitation et se sont mis à penser autrement les différents rapports entre l’œuvre et son créateur, entre l’œuvre et son temps, entre les différentes œuvres d’un même temps et ont commencé à forger de nouveaux concepts. L’histoire des sensibilités a acquis aujourd’hui ses titres de noblesse et on trouve partout dans le monde un large éventail de laboratoires et centres de recherche qui travaillent sur cette thématique. L’ouvrage qui nous occupe ici présente les travaux réalisés au sein des projets « Las fronteras y sus ciudades : herencias, experiencias y mestizajes en los márgenes del imperio hispánico (ss. XVI-XVIII) » soutenu par les Ministère de Science et Technologie (Espagne) et « Historia y antropología de las sensibilidades. Paradigmas americanos, historia y memoria (siglos XVI-XXI) », de Mascipo-CNRS. Il comprend les contributions d’historiens français, espagnols, chiliens, argentins, mexicains et brésiliens ; ce qui rend compte de l’intérêt de plus en plus vif porté à l’étude des sensibilités dans la production historiographique actuelle.

2Les quinze travaux réunis répondent et correspondent à ces inquiétudes : chercher dans les champs obscurs de l’histoire académique ces « oubliés de l’histoire », comme affirment les coordinateurs de ce vaste projet, Salvador Bernabéu et Frédérique Langue. Ils exposent ces voix, langages, mots, imaginaires sociaux, opinions publiques ; enfin, tout ce qui correspond à ce que Foucault appelait l’actualité. Ces contributions limitent leurs recherches aux marges ou aux frontières des sociétés américaines et s’inscrivent au sein de l’« histoire globale » en tant que circulation des sensibilités et des comportements. L’objectif est de faire émerger ces sensibilités, dans leur sens de « vision du monde », autrement dit, la culture du sensible.

3Un des points les plus importants de cette compilation est une utilisation très novatrice des sources traditionnelles. A travers les archives notariales et judiciaires, on peut noter un autre regard de l’historien, une perception des sociétés de l’Amérique Latine qui met l’accent sur l’action sociale, les dynamiques, le changement et la contingence. Un point de vue qui met les individus au centre de la réflexion, comme bâtisseurs de la société. Dans son texte sur les sensibilités et les dynamiques sociales à Quito au milieu du XVIIe siècle, Pilar Ponce Leiva analyse les testaments de femmes en montrant l’existence de structures familiales qui sortent du modèle traditionnel. Aude Argousse fait jaillir des testaments les voix des indiens de Cajamarca au Pérou au XVIIe siècle. La psychanalyse sert ici à expliquer les actions des individus par la mise en place textuelle des souvenirs dans différentes temporalités.

4De son coté, Frédérique Langue étudie l’exercice de la justice coloniale par rapport au statut social dans le Caracas du XVIIIe siècle grâce à l’analyse des archives judiciaires. Son travail vise à faire parler le silence, c’est-à-dire les actions et les comportements que l’on veut garder en secret car ils rompent l’ordre social d’une société déterminée, dans ce cas l’aristocratie créole des mantuarios qui récupèrent l’héritage culturel espagnol développé autour du concept du code de l’honneur. Les femmes maltraitées et violentées sont poussées à se taire pour préserver « l’honneur et la vertu » de la famille des protagonistes. La justice semble être plus intéressée par la protection de l’ordre social que par la défense et la préservation du bien-être de la population. Dans le même ordre d’idées, les archives de la Real Audiencia de Chili et en particulier les documents portant la mention Archive Secret, permettent à María Eugenia Albornoz de les présenter comme une façon de passer sous silence ces querelles qui pourraient nuire à la réputation des classes élevées, ce qui revient à administrer un privilège par le secret.

5Aux Amériques, la frontière culturelle correspondant parfois à une frontière géographique tacite est représentée principalement par le monde indien et son interprétation, à l’instar de la construction des identités des groupes au pouvoir. Cette thématique occupe une grande place dans les réflexions des contributions présentées ici. Christophe Giudicelli utilise l’essor de l’archéologie en Argentine et la découverte des ruines de Loma Rica en 1876 pour suivre la quête des penseurs et hommes politiques qui prétendent intégrer l’élément indien dans le patrimoine national. Ce travail vient montrer les liens très étroits entre les travaux scientifiques et les décisions politiques. L’appropriation d’événements historiques par les élites politiques et culturelles sert à faire briller ou tout au moins à justifier leurs propres actions. Salvador Bernabéu Albert étudie le discours créé par les missionnaires jésuites après la rébellion des indiens pericúes dans la Basse Californie au Mexique en 1734. Ils récupèrent les conventions discursives du catholicisme et cachent les vraies motivations des participants à la rébellion : rompre les liens avec le nouvel ordre social – les missions – et rétablir leur ancien mode de vie. Ces exemples nous permettent de voir comment dans un discours historique, officiel ou religieux, les frontières physiques et mentales sont réinterprétées, réutilisées à des fins qui n’ont rien ou très peu à voir avec la réalité des événements sociaux. Le Chaco est l’espace-frontière sur lequel Luc Capdevila et Nicolas Richard réalisent leur recherche en montrant comment, dans les années 1920 et 1930, l’élite au pouvoir l’a transformé symboliquement en un lieu idéologique de clivage structural entre civilisation et barbarie. Un cas plus récent est celui proposé par Gérard Borras : la musique comme instrument des stratégies idéologiques de la dictature de Leguía dans la construction de la « Patria Nueva » au Pérou. Pour résoudre les deux éléments de tension territoriale, la construction nationale et le problème indien, le gouvernement leguiste s’approprie le Festival de Amancaes pour rapprocher les indiens de la sierra d’un contexte urbain. Il s’agit de créer une image car les particularités distinctives de ces communautés ne sont pas mises en valeur, au contraire, celles-ci sont mesurées à l’aune des normes musicales admises à Lima.

6Une autre partie de cette compilation traite des problèmes urbains en regar-dant l’espace contenu entre les frontières culturelles et sociales. Buenos Aires s’est constituée en tant que ville sans frontière, nous dit Osvaldo Otero qui s’intéresse à l’organisation démographique de la ville au XVIIIe siècle, à travers la migration interne. Il n’existe alors aucune frontière qui délimite la ville dans laquelle on pourrait voir des signes de ségrégation. L’explication se trouve dans le modèle économique de l’élite dans lequel la propriété immobilière favorise l’interaction sociale entre propriétaires et locataires, ce qui facilite le métissage, non seulement ethnique mais aussi culturel. On ne peut pas parler d’une pureté de culture ni de statut, le métissage est, dans ce cas, un processus dialectique.

7Les projets urbains peuvent être étudiés pour montrer la force symbolique d’un régime. En s’intéressant à la planification urbaine de Mexico pendant le gouvernement de Porfirio Diaz, Javier Pérez Siller réalise une recherche d’archives tant officielles que privées, à travers laquelle il suit le projet de la construction du Palais Législatif devenu des années plus tard le Monument à la Révolution. C’est un élément du projet de Porfirio Diaz qui amène à réfléchir sur le sens symbolique du bâtiment, la sensibilité politique subjacente à la volonté de le construire et la frontière existante entre les pratiques arbitraires de la dictature et le modèle républicain sur lequel elle semble reposer. Un autre angle de cet imaginaire national est travaillé par Evelyne Sánchez à partir du journal El Colono fondé par un entrepreneur mexicain et proche du pouvoir, destiné aux exilés au Texas. Elle traite le problème du rapatriement pour la fondation des colonies agricoles, entreprise qui nécessite la création d’une opinion publique favorable en se servant du « jeu émotionnel » sur les thèmes nationalistes : l’amour de la mère patrie, la confiance en elle et la promesse d’un avenir meilleur en retournant au Mexique.

8Les réactions des individus peuvent avoir une certaine influence sur les politiques publiques. Ainsi, les déclarations des prostituées françaises dont témoignent les archives des consulats français au Mexique et en Argentine, permettent de confronter le vécu individuel de ce problème et son rapport avec les politiques publiques. C’est le sujet présenté par Rosalinda Estrada Urroz qui développe les différents traitements de la question par les gouvernements dans les ports de Veracruz et de Buenos Aires, tout en mettant en lumière les réseaux du trafic de femmes depuis la France.

9L’analyse d’œuvres artistiques et des expressions collectives porte un regard plus intime et individuel sur l’histoire des sensibilités. Dans ce cas, les ressentis personnels y trouvent un moyen de « collectiviser » les sentiments, les idées et les passions. Marina Haizenreder Ertzogue réfléchit sur la mélancolie de la fin de siècle à partir de l’œuvre des écrivains brésiliens, Gustão Bousque et Alcindo Guanabara. Moira Cristiá explore la production de Hector Oesterheld, illustrateur, de 1968 à 1974, pour montrer comment la bande dessinée, les vignettes, sont utilisées par le groupe des Montoneros pour sensibiliser poli-tiquement le peuple en mettant en jeu deux stratégies, celle de traduire l’histoire en fiction, et celle de caractériser les héros et ses ennemis. Le rôle du collectif dans l’histoire est montré par le travail de Carmen Ortiz sur la documentation des attaques terroristes du 11 mars 2004, une ethnographie en urgence des mouvements et des expressions spontanées qui se sont produits partout dans Madrid et surtout dans les gares. Documentation des faits postérieurs aux attentats, réunie et cataloguée pour créer un «Archivo del Duelo», témoignages nécessaires à la construction sociale de la mémoire des événements qui bouleversent la société.

10Ce regroupement de recherches montre différentes voix aux tonalités diverses qui s’accordent autour des deux thèmes centraux ou s’en éloignent. Le résultat peut être perçu comme un rassemblement éclaté ; ce qui met en évidence la difficulté à saisir concrètement les deux concepts clés de ce travail, les sensibilités et la frontière, car ils comportent une multiplicité d’angles, de profils. De la « sensibilité » politique aux mœurs, en passant par la réappropriation idéologique d’un passé indigène pour conforter une sensibilité de classe. De son côté, la frontière peut être considérée d’un point de vue géographique, mais se répercute vite sur d’autres perspectives, des frontières spatiales aux culturelles qui parlent davantage de l’identité de l’individu, de son imaginaire et son appartenance à un certain secteur de la population. On y découvre aussi des approches très différentes et variées de l’histoire des sensibilités en utilisant des sources hétérogènes : la bande dessinée, les testaments, ou l’architecture, ainsi que des langages où nichent les représen-tations mentales et sensibles des individus qui font l’histoire. Ces travaux font preuve de l’originalité d’une perspective historique intuitive, elle-même sensible. Les interrogations et les hypothèses avancées sont un point de départ solide pour une réflexion théorique et méthodologique en pleine élaboration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas de Neymet, « Salvador BERNABEU et Frédérique LANGUE (coords.), Fronteras y sensibilidades en las Américas », Caravelle, 100 | 2013, 292-295.

Référence électronique

Nicolas de Neymet, « Salvador BERNABEU et Frédérique LANGUE (coords.), Fronteras y sensibilidades en las Américas », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/259

Haut de page

Auteur

Nicolas de Neymet

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org