Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Pierre BERTHE et Thomas CALVO (éds.), Administración e imperio: El peso de la monarquía hispana en sus Indias 1631-1648

Zamora, El Colegio de Michoacán, Fideicomiso Teixidor, 2011, 401 p.
Guillaume Gaudin
p. 289-292
Référence(s) :

Jean-Pierre BERTHE et Thomas CALVO (éds.), Administración e imperio: El peso de la monarquía hispana en sus Indias 1631-1648, Zamora, El Colegio de Michoacán, Fideicomiso Teixidor, 2011, 401 p.

Texte intégral

1Les deux citations – d’Aristote et de Max Weber – mises en exergue du présent ouvrage placent d’emblée le lecteur devant la constante préoccupation des hommes à vouloir organiser et mettre en œuvre efficacement le pouvoir politique. Dans cette histoire de l’humanité, le règne de la Monarchie hispanique du XVIe au XVIIIe siècle constitue sans aucun doute un jalon. Les Castillans, leur roi en tête, chargés de gouverner un empire planétaire (des Philippines aux Flandres en passant par Madrid) surmontèrent leur problème n° 1 – l’espace cher à Fernand Braudel – en proposant de nouvelles formes de gouvernement issues du terreau fertile des Espagnes médiévales (mais aussi probablement de la curie romaine, voire des villes italiennes) : la conquête du Nouveau Monde signifia également une invention politique, y compris dans les domaines les plus triviaux de la gestion du personnel administratif. Les deux documents historiques publiés avec leurs analyses préliminaires par Jean-Pierre Berthe et Thomas Calvo apportent un éclairage déterminant sur ce pouvoir impérial. L’originalité des textes tient d’abord à leur caractère inédit, puis à leur nature : il s’agit, d’après les deux auteurs, de « producto de terroir » (p. 21), « artesanal » (p. 23), « seco repertorio » (p. 49). Autrement dit, ils sont le fruit du labeur et du savoir professionnel de deux membres du Conseil des Indes entre 1631 et 1648 : ils n’étaient pas destinés à un vaste public, mais bien à la cinquantaine d’officiers de l’institution madrilène. Loin des grandes constructions théoriques de la Política Indiana d’un Juan de Solórzano de Pereira ou des dispositions législatives de la Recopilación de Leyes de Indias, les textes publiés d’Antonio de León Pinelo (1595-1660) et de Juan Díez de la Calle (1598-1662) sont des outils adminis-tratifs produits dans les secrétariats du Conseil des Indes visant à recenser l’ensemble du personnel civil, militaire et ecclésiastique employé par le roi en Amérique espagnole. Administración e Imperio contribue ainsi au débat sur la nature du pouvoir de l’Empire hispanique : «una radiografía del ‘aparato de Estado en las Indias» (p. 23), «un diagrama de la textura administrativa indiana.» (p. 100).

2Il est donc enfin possible de connaître le nombre et la qualité des serviteurs de la Couronne employés aux Indes occidentales au milieu du XVIIe siècle ou, selon la formule des auteurs, «¿con qué medios funciona la máquina colonial hispánica?» (p. 30) Jusqu’à maintenant les chiffres avancés étaient vagues ou absents, ils sont désormais précis et reposent sur des sources fiables, critiquées et mises en perspective avec d’autres documents. Les publications, travaux de recherches et synthèses sur l’Amérique espagnole devront vraisemblablement intégrer les nouvelles données présentées. À ce titre, le travail de J.-P. Berthe et Th. Calvo est assez comparable à l’important ouvrage d’António M. Hespanha, Vísperas del Leviatán. Instituciones y poder político. Portugal, siglo XVII (Madrid, 1989). En effet, une approche quantitative, illustrée par plusieurs tableaux statistiques, donne une image claire et précise de l’« administration » (mais aussi du clergé et de l’armée) de la Monarchie dans sa dimension américaine.

3L’ouvrage se compose d’une introduction substantielle (82 p.) et d’une édition critique de deux textes rares et inédits, datant du règne de Philippe IV (1621-1665). Le premier est conservé à la Bibliothèque Nationale de Madrid, le second n’est consultable qu’à la British Library et à la New York Public Library. Ce dernier est le fac-similé d’un Memorial informatorio (Madrid, 1645) publié par le commis du secrétariat de Nouvelle Espagne au Conseil des Indes, Juan Díez de la Calle. Ce gratte-papier fit toute sa carrière, à l’instar de son beau-père Juan Fernández de Madrigal, dans le secrétariat de Nouvelle Espagne. Sa vie durant, il s’informa et éplucha les cedularios et autres papiers du Conseil des Indes afin de publier, sans succès, ses Noticias Sacras y Reales, un tableau complet du personnel civil, militaire et ecclésiastique de la Monarchie catholique aux Indes de Castille. Le second texte est un manuscrit de 60 folios intitulé «Relacion de oficios i cargos de gobierno, justicia, hazienda, guerra i mar perpetuos u temporales que por gracia a su merced o venta o renunciación provee su Magestad el Rey nuestro señor». Également connu sous le nom de Relación Universal, il a été rédigé en 1631 par le relator du Conseil des Indes, Antonio de León Pinelo (1595-1660), puis complété, annoté, corrigé pendant plus de quinze ans, vraisemblablement par Juan Díez de la Calle. La Relación de oficios y cargos est une commande royale datant de 1631 pour la mise en œuvre de la taxe de media anata (droit sur l’accession et la transmission des offices royaux à hauteur de la moitié du revenu annuel). Il s’agit, comme son titre l’indique, d’une liste de tous les offices (clergé excepté) de la Monarchie aux Indes, soit 5 000 postes méticuleusement retranscrits par le relator. Les éditeurs ont choisi de dactylographier cette liste : une performance paléographique et éditoriale puisque le manuscrit est copieusement annoté et raturé (voir une photographie p. 201). Grâce à un judicieux emploi de la typographie et aux éclairages fournis par les 340 notes de bas de page, le lecteur pourra naviguer dans ce monument méconnu de l’administration d’Ancien Régime.

4À partir de ces documents, les éditeurs tentent de reconstituer le tableau du personnel royal en Amérique espagnole. Le Memorial de 1645 fournit une liste du «puño armado del poderoso Leviatán» (p. 37), c’est-à-dire des 7436 charges, offices et prébendes supérieurs directement pourvus par le roi et son Conseil : 80 postes de gobierno, 125 pour la justice, 134 pour l’hacienda, 396 pour le haut clergé et 6 701 militaires. Le gouvernement provincial est absent (voir cuadro 1, p.40), mais une autre source (un autre Memorial de Diez de la Calle publié en 1646) nous donne le chiffre de 437 alcaldes mayores et corregidores, tout comme les curés et vicaires dont le nombre s’élève à 2 000. Ces chiffres confrontés et complétés avec ceux de la Relación Universal aboutissent à l’estimation totale suivante : «Llegamos a 11 000 oficiales implicados en el aparato político-administrativo-militar, y hasta unos 14 000 con los marinos, y culminamos con 16 500 instrumentos de la monarquía en Indias con los eclesiásticos implicados en el aparato del poder.» (p. 73) Bien d’autres analyses et tableaux synthétiques intéresseront le lecteur : la répartition des postes entre les deux vice-royaumes, la politique de vénalité des charges, les salaires des officiers.

5Les documents sont ainsi appréhendés comme des sources pour la statistique, mais également comme des témoignages de la manière dont les Indes occidentales étaient gouvernées depuis Madrid vers 1630-1640. Ils aident à «comprender las aspiraciones, logros y límites de ese proceder administrativo de hace cerca de cuatro siglos.» (p. 64) les auteurs se placent implicitement dans le chantier historio-graphique de la construction de l’« État moderne » en étudiant l’administration impériale des Habsbourg. Ils ne cèdent pourtant pas à l’anachronisme qui consisterait à plaquer l’idéal-type bureaucratique au système de la Monarchie hispanique. L’objectif est finalement de faire sens et de donner aux lecteurs toutes les clés de compréhension de ces curiosités du pouvoir à l’âge classique. Le choix le plus pertinent serait de s’en tenir à l’expression consacrée par les contemporains pour qualifier le travail dans les secrétariats : le «manejo de papeles».

6Memorial informativo et Relación Universal sont le produit d’une « mentalité » préstatistique du XVIIe siècle qui s’exprime par l’énumération et la liste. Les auteurs ont parfaitement saisi la motivation de leurs homologues du Siècle d’Or : «Este afán por recopilar información (…).» (p. 51) Cette volonté d’appréhender le monde de manière exhaustive et cumulative s’explique de différentes façons : sans rentrer dans les détails, le contexte culturel, savant mélange de l’esprit baroque et des héritages plus anciens (la première forme d’écriture n’est-elle pas une liste ?). Les auteurs estiment que la liste est une réponse à la crise de la Monarchie hispanique vers 1640 : «enlistar para controlar». En effet, ces textes adoptent un discours performatif dont l’aspect impérialiste est flagrant dans les références bibliographiques ainsi que dans la forme même des listes : «serían itinerarios por los cuales el poder se apropiaría espacios» (p.65). Par ailleurs, ces outils du quotidien du personnel du Conseil des Indes nous montrent de manière très concrète, loin des opera magna des juristes et des savants, l’envers du décor du gouvernement monarchique. Cette organisation d’Ancien Régime est à l’image de l’univers monétaire de l’époque : «un sistema complejo, flexible, lleno de ambigüedades y muy aproximado.» (p. 79)

7Dès lors, on saisit l’un des fondements de la légitimité monarchique. La grâce royale lie personnellement les sujets au monarque par le pouvoir de nomination et la capacité royale à distribuer des mercedes : «El hilo que une este entramado con el resto de la sociedad es una forma de merced, el oficio.» (p. 95) Pourtant, ces listes ne contiennent aucun nom et forment le versant paperassier du gouvernement. D’où les hésitations des éditeurs sur la nature ambiguë des documents dans une société où le clientélisme et les « fidélités » étaient très prononcés : «Sobre todo hay aquí destinos de carne y hueso» (p. 25), «no hay en ellos, salvo pocas excepciones, ni la menor apariencia de carne y hueso.» (p. 86)

8L’autre question qui transcende l’ouvrage est celle du pouvoir effectif et de la marge de manœuvre des acteurs de la monarchie. Le roi et son Conseil des Indes mènent-ils délibérément une « politique salariale » ? Il semblerait bien que des stratégies de répartition géographique des postes et une hiérarchie des salaires existent, même si tout n’est que partiellement maîtrisé. Les réalités du pouvoir à l’âge moderne écartent toutefois toute idée de « management » : «lo mismo que el derecho de la época solo se puede entender dentro de una práctica concreta casuís-tica, y la administración se adaptaba a las peculiaridades de lugar y momento.» (p. 109). La vénalité des charges montre bien les difficultés du pouvoir à arbitrer entre ses difficultés financières et ses velléités de préserver son autorité politique. Cependant, les conclusions habituelles sur le désengagement du pouvoir royal sont clairement nuancées puisque la vente massive d’offices municipaux (à des Créoles) permet à la monarchie de maintenir à moindre coût la présence royale dans des régions faiblement peuplées.

9Finalement, les auteurs livrent une conclusion assez tranchée sur la réalité du pouvoir dans l’Empire hispanique : «Un equilibrio que en realidad, y todos estaban conscientes de ello, era un desequilibrio, aun en ese momento: ya que todo procedía y llegaba a Madrid» (p. 109). En effet, les documents produits par le Conseil des Indes au milieu du XVIIe siècle témoignent du poids crucial de la grâce royale, ce « capital symbolique » (P. Bourdieu) ou « fidélités » (R. Mousnier), dans le main-tien de la Monarchie catholique en Amérique pendant trois siècles. Le Memorial et la Relación, ici publiés, nous questionnent : où le pouvoir résidait-il ? Dans le nombre (peu élevé) d’hommes au service du roi sur le terrain (dont l’éloigne-ment avec Madrid constitue un véritable obstacle) ou dans la capacité du mo-narque à connaître ses hommes et surtout leur poste ? Sans doute dans les deux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « Jean-Pierre BERTHE et Thomas CALVO (éds.), Administración e imperio: El peso de la monarquía hispana en sus Indias 1631-1648 », Caravelle, 100 | 2013, 289-292.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Jean-Pierre BERTHE et Thomas CALVO (éds.), Administración e imperio: El peso de la monarquía hispana en sus Indias 1631-1648 », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/255

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org