Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabella Cosse, Mafalda: historia social y política

Buenos Aires, FCE, 2014
Frédérique Langue
p. 200-202
Référence(s) :

Isabella Cosse, Mafalda: historia social y política, Buenos Aires, FCE, 2014, 313 p.

Texte intégral

1Le dessin de presse, la caricature et la bande dessinée se situent fréquemment au confluent de plusieurs genres : expression graphique, humour (tira de humor), satire (sociale), voire dénonciation politique. Il est toutefois peu fréquent d’en dépasser les frontières nationales avant l’avènement des nouvelles technologies de l’information et l’âge d’or des réseaux sociaux. Publiés pour la première fois en 1964 dans la revue Primera Plana, les dessins de Quino – pseudonyme de Joaquín Salvador Lavado – et son héroïne Mafalda, issue de la classe moyenne argentine et des mouvements de contestation des années soixante, rencontrent immédiatement un succès qui ne va pas se démentir au fil du temps. Dès 1966, le célèbre éditeur Jorge Alvarez lance la première édition de Mafalda sous forme de livre, édition épuisée en un jour et dont 25 000 exemplaires sont écoulés en un mois. Les rééditions se multiplient, avec le même succès, de même les traductions dans une vingtaine de langues ou encore les adaptations pour le petit écran et les expositions : le succès de Mafalda s’étend à l’échelle de la planète. À la fin de 1968, le quatrième volume atteint un tirage de 70 000 exemplaires, sans compter les reproductions de la historieta dans des journaux régionaux. En 1969, Umberto Eco écrit le prologue de l’édition italienne alors que l’Espagne, la France, la Finlande et le Portugal, sans compter le Mexique, tombent sous le charme de l’esprit affûté de l’héroïne. Aujourd’hui, comme le souligne l’auteure dans son introduction, Mafalda a non seulement conquis l’extrême Orient mais également Internet et les réseaux sociaux : disponible sur Kindle et I-Pad, l’héroïne est bien présente sur Twitter et Instagram.

2Quels sont les ressorts et la signification de ce « phénomène social », et d’une permanence aussi incontestée dans des imaginaires mondialisés avant la lettre ? Lorsqu’elle s’intéressa à la historieta, les recherches d’Isabella Cosse s’articulaient autour de l’histoire des familles et de l’enfance au regard de processus politiques, sociaux et culturels. Le péronisme et notamment les années soixante avaient retenu son attention, à travers les révoltes politiques et culturelles des jeunes générations. D’où son intérêt pour le phénomène Mafalda, qu’elle avait en partie déjà abordé à l’occasion de sa thèse. Afin d’éclairer les raisons de ce succès, elle revient dans cet ouvrage sur les cinq dernières décennies de l’histoire sociale, politique et culturelle de l’Argentine. L’un des points clés réside à cet égard dans ce qu’elle qualifie de « marques d’origine », en d’autres termes, le statut dévolu à une classe moyenne à la fois dense et hétérogène, en prise avec la modernisation et l’autoritarisme, confrontée à la remise en question de la famille, à l’affirmation du féminisme, voire du genre et, enfin, creuset de conflits de générations. Mafalda naît également dans une conjoncture politique nationale et continentale dans laquelle les classes populaires sont censées devenir les protagonistes de leur histoire, un contexte de Guerre froide certes, mais qui est aussi celui de la Révolution cubaine, du rejet de l’hégémonie et de l’impérialisme américains et de mobilisations sociales tous azimuts, en particulier à la suite de la crise pétrolière de 1979 et la montée des dictatures dans le Cône sud. L’ouvrage montre bien que la dimension la plus revendicatrice du personnage peut être précisément son origine dans les années 1968-1976 et les pages de Siete Días, alors que se met en place un terrorisme d’État et que surgissent résistances et luttes ouvrières ou estudiantines, radicalisations culturelles et politiques, celles-là mêmes que la dictature s’attachera à étouffer. L’engagement politique de la historieta, l’« humour conceptuel » de Quino trouve ici tout son sens, alors même que la lutte armée se développe et que l’arme de l’« humour graphique » trouve et conforte son public dans un contexte de violence politique généralisée.

3L’« échelle transnationale », la question des circulations, des appropriations et resignifications font l’objet d’un troisième chapitre. Sont pris en compte l’Italie (la bambina contestataire, là aussi en écho aux événements de la Péninsule), l’Espagne, qui voit dans Mafalda le symbole de la lutte contre l’autoritarisme, tous Suds confondus, ou encore le Mexique, séduit par l’anti-impérialisme, l’esprit de révolte et l’appel à la conscience (solidarité ?) latino-américaine. Sous la dictature argentine, la lecture de Mafalda devient un acte politique, le symbole de la résistance, de la défense de la démocratie. L’engagement en faveur de la démocratie du père de Mafalda, Quino, toléré dans un premier temps par la dictature de Videla avant d’être contraint à l’exil, est d’ailleurs une constante. C’est Quino qui prit la tête du mouvement de solidarité envers Charlie Hebdo après l’attentat meurtrier de janvier 2015, alors même que certains mouvements altermondialistes et d’extrême gauche se réjouissaient ouvertement du massacre, en Argentine même.

4L’histoire culturelle telle que la pratique I. Cosse, celle des « effets sociaux » et autres médiations, des « systèmes signifiants » (revendiquant C. Ginzburg, R. Chartier) entretient donc des liens étroits avec, comme elle l’indique, une certaine « tradition de l’histoire sociale », dans la lignée de E. P. Thomson. L’une des hypothèses de l’ouvrage consiste en effet à déterminer l’articulation entre le quotidien de cette classe moyenne et de la sphère familiale avec le politique appréhendé en tant que « dimension décisive du social », telle que l’historiographie latino-américaine l’a d’ailleurs abordée (P. Gonzalbo Aizpurú, P. Rodríguez). Les « effets en retour » du phénomène social que constitue Mafalda sont par conséquent au centre de cette approche. D’où une dernière partie de cette analyse centrée plus particulièrement sur le mythe de Mafalda en temps de crise, les « communions » auxquelles elle donne lieu, ses espaces (Mafalda est bel et bien présente à Cuba), ainsi que ses rituels voire ses pèlerinages qui renforcent une consécration désormais à l’œuvre dans un contexte néo-libéral. Un dernier point majeur de l’ouvrage, outre les connexions constamment établies entre l’histoire culturelle et une certaine histoire sociale, réside bien évidemment dans son approche de l’humour, là aussi dans une tradition bien établie, celle de M. Bakhtine et de la culture populaire.

5L’auteure s’appuie également sur une autre tradition, non moins déterminante et qui explique en partie le succès de Mafalda : celle qui consiste à revendiquer les motifs et les effets sociaux et politiques de l’humour, prisme essentiel pour la compréhension du social car à l’intersection de la sphère privée et de l’espace public. L’humour graphique, tel qu’il se manifeste dans la presse et désormais dans l’ensemble des médias (de l’étude de mœurs à la critique sociale et politique), a d’ailleurs donné lieu en Argentine à une production historiographique pionnière, celle d’un champ disciplinaire qui se consolide véritablement dans les années trente du XXe siècle, et beaucoup plus conséquente que dans les autres pays latino-américains. Cette « histoire sociale et politique » de Mafalda constitue donc une tentative remarquablement réussie d’histoire culturelle, qui fait de la lecture de cet ouvrage un moment rare, celui de la complicité retrouvée avec l’héroïne, et du sens profond, libertaire parfois, solidaire toujours et solidement enraciné dans la défense de la démocratie de cet « humour graphique » selon la formule en usage dans le Cône sud, particulièrement essentiel en temps de crise et de remise en question des libertés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Isabella Cosse, Mafalda: historia social y política », Caravelle, 108 | 2017, 200-202.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Isabella Cosse, Mafalda: historia social y política », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2390

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org