Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jerónimo Arellano, Magical Realism and the history of emotions in Latin America

Lewisburg, Pennsylvania, Bucknell University Press, 2015
Ana Vigne Pacheco
p. 197-200
Référence(s) :

Jerónimo Arellano, Magical Realism and the history of emotions in Latin America, Lewisburg, Pennsylvania, Bucknell University Press, 2015, 210 p.

Texte intégral

1Parmi les nombreuses publications consacrées au « réalisme magique latino-américain », ce livre propose une nouvelle approche en montrant les liens qui existent entre ses différentes manifestations et la représentation d’une forme d’émerveillement, présente à travers des époques et des espaces différents. Son auteur part du postulat que le « réalisme magique » n’est pas uniquement la retranscription de récits de voyageurs occidentaux qui s’émerveillèrent de la découverte d’une nouvelle réalité qu’ils « habillent » avec des costumes modernes, post-modernes ou post-coloniaux, car l’analyse des pratiques textuelles qui les sous-tendent montrent des racines plus profondes qui l’apparentent à des formes artistiques et à des phénomènes culturels plus étendus.

2La démonstration s’appuie sur deux hypothèses. La première est que le sentiment du merveilleux – et de la vie affective en général – est non seulement une expérience privée, mais aussi une construction publique, politique et collective. La seconde est qu’une fois ces fonctions admises, avec toutes leurs contingences, il est impossible de croire que l’émerveillement colonial et post-colonial soient identiques. En effet, les historiens et critiques contemporains ont abondamment démontré que les émotions et les sentiments varient constamment, au même titre que les discours et les idéologies. Ils ont exploré les différents mécanismes qui éclairent à la fois leur permanence et les transformations survenues au fil du temps. De sorte que si le « réalisme magique » prend en considération que les Chroniques de la Découverte et la Conquête, de même que les fictions élaborées par ses représentants à partir de celles-ci, sont axées sur l’émerveillement produit par la réalité environnante, elles contiennent aussi la relation historique entre ces premiers récits et les transformations de l’époque qui gravitent autour de nouvelles expériences et découvertes, à côté de la manifestation des modalités contemporaines dans le domaine affectif et émotionnel.

3Prenant comme point de départ l’étude d’ouvrages érudits sur l’histoire culturelle de l’émerveillement – domaine interdisciplinaire qui comprend l’histoire des sciences, le goût pour les collections et l’apparition des collectionneurs, l’histoire de l’art, et la consultation des textes plus anciens sur la notion de modernité – le professeur Arellano introduit dans la discussion un cas emblématique de ce type de phénomène : le Cabinet des curiosités ou Wunderkammer, qui naît au xvie siècle, disparaît au xviie puis resurgit au xxe au moment de l’éclosion des avant-gardes. En effet, cette mode voit le jour lorsque se déroulent les voyages des grands explorateurs, surtout vers le Nouveau Monde, qui sont commandités par des souverains européens ou des mécènes privés, à savoir des botanistes, des collectionneurs de l’exotique, des scientifiques et des érudits passionnés de cultures ignorées. Le Cabinet est donc configuré comme une institution culturelle et un espace matériel où sont réunies des collections d’objets considérés à l’époque comme merveilleux ou bizarres : des spécimens rares de plantes et d’animaux exotiques, des échantillons de minéraux inconnus, des instruments scientifiques récemment inventés, des artefacts mécaniques insolites, des outils produits par des sociétés lointaines, etc. Ces Wunderkammer suscitèrent l’émerveillement des visiteurs puis disparurent progressivement avec l’apogée des études scientifiques et rationalistes du Siècle des Lumières et l’apparition de la muséologie. Il faut attendre l’art moderne et contemporain pour voir renaître un intérêt pour ces Cabinets à la suite des mouvements artistiques comme le Surréalisme. Le « bizarre » retrouve sa place dans la création contemporaine, ce qui permet au professeur Arellano d’établir un parallèle entre le « réalisme magique » qui provoque un émerveillement chez ses lecteurs, et celui des visiteurs des Cabinets des curiosités. Dans les deux cas, l’insolite et le merveilleux font irruption dans la quotidienneté.

4Par ailleurs, une partie de la critique actuelle travaillant sur la notion d’émerveillement a mis l’accent sur une dynamique générale entre l’affect et la matière, en étudiant les relations entre certaines formes de sentiments et certains objets. D’où l’idée que la réalité matérielle américaine est à l’origine des expériences racontées ou imaginées dans les Chroniques coloniales. De sorte que, si l’émergence du Cabinet des curiosités apparaît avec les récits des merveilles du Nouveau Monde, la renaissance contemporaine de ces mêmes récits, « lo real maravilloso », n’est pas une simple répétition du même phénomène discursif sous une autre forme, mais une manifestation nouvelle de cette dynamique entre l’affect et la matière déjà mentionnée. Par conséquent, l’auteur du livre émet l’hypothèse que le sentiment d’émerveillement persiste dans notre imaginaire comme certaines images optiques restent dans notre champ visuel après l’effacement progressif du stimulus qui en est à l’origine. D’après ses conclusions, les études post-coloniales pourraient ainsi explorer ces nouvelles pistes qui peut-être mettraient en relief de telles résonances.

5En analysant l’expression « réalisme magique », le professeur Arellano explique que le premier terme fait référence aux cultures occidentales avec leurs représentations plus proches du monde réel, tandis que la magie serait l’apanage des cultures non occidentales avec leurs éléments merveilleux. Selon lui, une telle dichotomie ne tient pas compte des penchants propres à l’occident concernant la magie et le merveilleux dans leurs traditions populaires ou dans la littérature fantastique. La découverte de l’exotisme et l’altérité ne suffisent pas à expliquer la vogue du Cabinet des curiosités, par exemple, et, plus près de nous, le succès d’un livre comme Cien años de soledad, enraciné à la fois dans le merveilleux latino-américain et le monde contemporain, montre que le sentiment d’émerveillement va au-delà des frontières spatio-temporelles pour atteindre une dimension universelle.

6Magical realism and the history of emotions in Latin America est composé de deux parties, divisées en trois chapitres chacune. La première « Wonder in the Colonial Heart » (p. 3-93) commence avec « The Intermittence of the Marvelous » qui est une rapide histoire du Wunderkammer soulignant son potentiel pour exprimer les changements historiques dans l’évaluation et la circulation des formes courantes de l’émerveillement à travers les temps et l’espace. Les deux autres chapitres examinent les intersections entre les discours sur le merveilleux dans les différentes Chroniques du Nouveau Monde : « Columbus’s First Journal and the Materiality of Emotions » et « Colonial Chronicles as Archives of Feelings. » À partir de la comparaison de ces deux phénomènes culturels qui éveillent le sentiment d’émerveillement, il en résulte une similitude dans les deux démarches car toutes deux font partie de l’espace public et cherchent à présenter aux lecteurs ou aux spectateurs les prodiges rapportés de l’exploration des terres lointaines.

7La deuxième partie « The Afterlives of Feeling » (p. 103-180) se compose de trois chapitres qui ont pour dénominateur commun l’étude d’œuvres littéraires : « Alejo Carpentier’s lo real maravilloso americano and the Colonial History of Wonder », « The Afterlives of feelings: Wonder as Palimpsest in Gabriel García Márquez’s Cien años de soledad » and « In the Graveyards of Magical Realism: The Dissaffection of the Marvelous and César Aira’s El mago ». Les deux premiers montrent comment les deux romanciers articulent les référents merveilleux des anciennes cultures européennes et de l’Amérique coloniale, non seulement sur le plan historique mais aussi pour en faire du matériel fictionnel. Mais, à l’encontre d’auteurs qui récupèrent d’anciennes traditions du merveilleux dans d’autres régions, les auteurs latino-américains ancrent leurs productions dans le merveilleux contemporain tout en se servant de l’histoire coloniale, avec des conséquences ambivalentes, contradictoires et surprenantes qui aboutissent parfois à une écriture qui oscille entre le merveilleux et son contraire. Le dernier chapitre expose que la reconceptualisation du réalisme magique à la lumière de l’histoire de l’émerveillement conduit à la constatation de sa disparition dans la littérature latino-américaine plus récente. Devant ce constat, l’auteur du livre émet l’hypothèse que les formes du sentiment et de l’intensité émotionnelle d’aujourd’hui ont donné lieu à l’émergence de nouveaux paradigmes esthétiques dans le discours littéraire.

8Cet ouvrage du professeur Jerónimo Arellano présente un appareillage critique très important avec une abondante bibliographie qui constitue un véritable panorama de récents travaux sur le langage des émotions en général, et en Amérique latine en particulier. Les chapitres qui le composent sont autant d’articles qui lui ont permis d’élaborer une théorie séduisante et sérieuse sur le « réalisme magique », ses sources et ses avatars à travers l’analyse des œuvres majeures de ce courant littéraire. L’édition brochée du livre est accompagnée d’une dizaine d’illustrations et la présentation générale est très soignée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana Vigne Pacheco, « Jerónimo Arellano, Magical Realism and the history of emotions in Latin America », Caravelle, 108 | 2017, 197-200.

Référence électronique

Ana Vigne Pacheco, « Jerónimo Arellano, Magical Realism and the history of emotions in Latin America », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2387

Haut de page

Auteur

Ana Vigne Pacheco

Université Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org